Version classiqueVersion mobile

Le voile et la bannière

 | 
Christèle Dedebant

Glossaire

Texte intégral

Anglo-Indien : (A-I) Arabe : (A) Hindi : (H)
Ourdou : (0) Persan : (P) Punjabi : (Pu)
Sanskrit : (S) Sindi : (Si) Turc : (T)

1 adab (A) : étiquette, bonnes manières, règles de savoir-vivre.

2 ahâdîth (A) : voir hadîth.

3 ajlâf (A) : lit. « ignoble, inférieur » ; pour les musulmans du sous-continent, terme collectif désignant les convertis locaux.

4 ’ âlim (A) : plur. ‘ulamâ, français oulémas ; expert de la loi islamique ; docteur des sciences religieuses.

5 amîr (A) : commandant, dirigeant, autorité suprême.

6 ashrâf (A) : sing. Sharîf, « nobles » ; terme générique désignant l’ensemble des musulmans d’origine étrangère : Arabes, Turcs, Iraniens et Afghans. Par extension classe des musulmans « respectables ». Voir sharâfat.

7 ‘awâm (A) : peuple.

8 baraka (A) : influx divin transmis par les saints musulmans ; par extension, bénédiction, chance.

9 begam (T) : dame, titre honorifique pour les femmes mariées ; begam sâhiba : terme honorifique pour désigner la maîtresse de maison d’un certain rang. Le terme, généralement associé au nom des intéressées, apparaît également sous la forme begum.

10 bid‘a (A) : littéralement « innovation ». Terme utilisé pour les pratiques qui sont contraires à la tradition et donc « mauvaises » ou « désapprouvées ».

11 birâdarî (P) : lit. « fraternité », unité endogame pourvue d’un ancêtre commun.

12burqa‘ (A) : sur-vêtement d’une pièce ajouré à hauteur des yeux dissimulant entièrement les femmes.

13 châdar (P) : lit. « drap », par ext. voile couvrant revêtu pour les mêmes raisons que la burqa’.

14 châdar aur châr dîvârî (P + O) : lit. « le voile et les quatre murs », désigne le mode de vie des femmes voilées et/ou confinées à la sphère domestique.

15 chappâtti (H) : galette de blé.

16 dacoït (A-I) ou dâku (H) : brigands, bandits de grand chemin agissant en bandes.

17 dâl (H) : lentilles.

18 dargâh (P) : sanctuaire édifié autour de la tombe d’un saint musulman célèbre.

19 dîn (A) : désigne la religion ; principes et préceptes édictés par le Coran. dînî madârîs (A + O) : établissements d’éducation religieuse musulmane. dîwân khâna (P) : salle ou hall de réception.

20 diya (A) : dans le droit musulman, l’argent du sang ou la compensation due en cas d’homicide ou de voies de fait. Le terme, référant à une loi passée au Pakistan, apparaît sous la forme « diyat ».

21 dupattâ (H) : étoffe, voile, écharpe que les femmes revêtent autour des épaules ou sur la tête si nécessaire.

22 fatwâ (A) : plur. fatâwâ ; expression de l’opinion d’un jurisconsulte musulman sur une question juridique.

23 fiqh (A) : pour les musulmans, littéralement « compréhension » ; désigne le droit musulman, la jurisprudence.

24 ghairat (A) : honneur.

25 ghazal (A) : poème lyrique.

26 ghunghat (H) : port du voile, règles de décence en milieu hindou.

27 hadd (A) : plur. hudûd, litt. « limite » ; désigne une sanction précise et déterminée dans le droit musulman pour un nombre limité d’infractions contre la loi divine (fornication, fausse accusation de fornication, consommation d’alcool et vol). Le terme, référant aux lois promulguées sous Zia ul-Haq, apparaît sous la forme anglicisée « Hudood ».

28 Hadîth (A) : plur. ahâdîth tradition ; ensemble des récits retenus par les contemporains de Mahomet ou par ses successeurs immédiats relatifs à la tradition du Prophète et destinés à compléter la révélation coranique. Un récit particulier est un hadîth (avec une minuscule dans nos transcriptions occidentales).

29 hajj (A) : pélerinage à la Mecque ; l’un des cinq piliers de l’islam.

30 hakîm (A) ’ : praticien du système médical yûnânî (médecine grecque acclimatée en pays d’islam) ; docteur.

31 hijâb (A) : « moyen de dérober au regard », voile couvrant les cheveux et les épaules.

32hudûd (A) ou hudood (transcription anglaise) : voir hadd.

33 ‘ibâdât (A) : normes universelles du culte musulman.

34 ‘idda (A) : la période suivant la dissolution d’un mariage musulman pendant laquelle les droits et obligations des époux ne sont pas totalement abolis. En particulier, une veuve ou une divorcée ne peut se remarier pendant cette période.

35 ijmâ‘ (A) : consensus des savants sur un point de droit musulman ; l’une des sources traditionnelles du droit islamique.

36 ijtihâd (A) : pour les musulmans, exercice de la raison humaine, effort d’interprétation dans l’établissement d’une règle du droit de la sharî‘a.

37 imâm (A) : directeur de la prière à la mosquée.

38 irtidâd (A) : apostasie, fait de renoncer à l’islam.

39 islâmiyyât : enseignement de l’islam (culture, civilisation et religion) dans les établissements scolaires.

40 ‘izzat (P) : honneur, dignité, estime.

41 jahez (A) : dot.

42 jâhil (A) : lit. « païen », par ext. ignorant ; jâhiliyya : période pré-islamique (de l’ignorance).

43 jalsa (A) : réunion publique, rassemblement.

44 jât (H) : espèce ; par ext. caste.

45 jihâd (A) : guerre sainte menée contre soi-même (la grande jihâd) ou contre les ennemis de l’islam (la petite jihâd).

46 jirga (P) : assemblée ou conseil des anciens.

47 kachahrî (H) : centre administratif des institutions gouvernementales.

48 kafâ ‘a (A) : égalité de naissance exigée dans le mariage.

49 kâfir (A) : mécréant.

50 kalima (A) : profession de foi des musulmans.

51 kâmî (H) : travailleurs, gens de service.

52 karo karî (Si) : lit. « le noir, la noire » (métaphore de l’opprobre) ; désigne les individus soupçonnés de relations sexuelles illicites dans la région du Sind ; par ext. les « crimes d’honneur » dits du karô, karî sont destinés à laver dans le sang la honte qui s’attache aux présumés coupables.

53 kathak (S) : danse de l’Inde du Nord.

54 khâdar (H) ou khâdî (H) : vêtement de facture artisanale.

55 khândân (P) : lignage patrilinéaire.

56 khatm-i Nubuwwa (A) : pour les musulmans, concept de la finalité de la prophétie (de Mahomet) ; désigne la campagne visant à rejeter les ahmadiyya hors de la communauté musulmane.

57 khâtûn (T) : plur. khawâtîn dame, femme de rang.

58 khul‘ (A) : littéralement « défaire les liens » ; pour les musulmans, divorce initié par la femme l’amenant à renoncer au bénéfice du douaire.

59 kothâ (H) : maison close.

60kothî (H) : bungalow.

61 kufr (A) : impiété ; par ext. non-islamique.

62 kutumb (H) : famille élargie.

63 lathi (A-I) ou lâthî (H) : matraque ; long bâton utilisé par la police pour charger les manifestants.

64 li ‘an (A) : litt. « imprécation » ; procédure qui permet à un mari de désavouer la paternité d’un enfant mis au monde par sa femme.

65 log (H) : gens, peuple.

66 madrasa (A) : séminaire ; par ext., établissement d’enseignement religieux supérieur musulman.

67 mahfil (A) : réunion sociale masculine.

68 mahr (A) : douaire.

69 maktab (A) : école coranique.

70 mardâna (P) : appartements masculins (voir zenâna).

71 masjid (A) : mosquée.

72 maulûd ou milâd (A) : célébrations commémorant la naissance du Prophète.

73 maulvî (P) : spécialiste des sciences islamiques ; titre donné à une personne instruite dans l’islam ; enseignant des disciplines islamiques.

74 mazâr (A) : lieu de pélerinage, tombe d’un saint.

75 mazhab (A) : dans la tradition musulmane, école de droit religieux ou rite.

76 millat (A) : communauté religieuse des musulmans.

77 mubarat (A) : dissolution du mariage musulman par consentement mutuel.

78 mahârim (A) : parents masculins avec lesquels une alliance matrimoniale est interdite par le droit musulman ; na-mahârim : désigne tous les hommes n’entrant pas dans la catégorie précitée.

79 muhâjirûn (A) : littéralement ceux qui ont pratiqué l’hégire (ou l’exode) sur l’exemple du Prophète fuyant la Mecque mécréante pour rejoindre Médine ; désigne dans le contexte de cette étude les musulmans originaires des régions de l’Inde ayant rejoint le Pakistan après la Partition.

80Le terme apparaît sous la forme 99muhajir99 dans l’ensemble du texte.

81 munâzara (A) : disputation sur un point religieux.

82 murîd (A) : disciple d’un ordre soufi (voir pîr et murshid).

83 murshid (A) : guide spirituel d’un ordre soufi.

84 mushâ’ira (A) : concours de poésie.

85 naukar (P) : serviteur.

86 nawâb (A) : pluriel de nâ ’îb, gouverneur de province ; plus particulièrement. les gouverneurs devenus indépendants à la désintégration de l’Empire moghol. L’expression nawâbî (A+P) désigne le style associé aux nawâb.

87 nazar (A) : vue, regard ; bad nazar (P+A) : mauvais œil.

88 nikâh (A) : échange des consentements réalisant le mariage musulman.

89 nikâhnâmâ (A+P) : contrat ou certificat écrit du mariage musulman.

90niqâb (A) : partie du voile dissimulant entièrement le visage à l’exception des yeux.

91 pân (H) : masticatoire à base de bétel, de noix d’arec, de chaux et de divers aromates.

92 parda (P) (transcription anglo-indienne adoptée dans cette étude : purdah) : littéralement « rideau » ; pour les femmes, règles variables (comportementales, vestimentaires et spatiales) d’évitement du sexe opposé.

93 pîr (P) : littéralement « vieux » ou « vénérable » ; titre attribué au descendant d’un saint et/ou représentant d’un ordre soufi.

94 purdah : voir parda.

95 qaum (A) : groupe d’appartenance (tribu, caste, lignage ou communauté). qawwâl (A) : musicien de bas statut qui exécute la musique mystique des soufis.

96 qazf (A) : délit d’accusation calomnieuse de relations sexuelles illicites dans le droit musulman.

97 qâzî (A) : juge chargé d’appliquer la loi islamique.

98 qisâs (A) : droit musulman : loi du talion, sanction légale dans les cas d’homicide ou de coups et blessures. Dans le texte, le terme, référant à une loi, apparaît sous la forme anglicisée « qisas ».

99 qismat (A) : destin.

100 qiyâs (A) : méthode analogique pratiquée par les docteurs de la loi, ramenant tout les cas nouveaux aux cas traditionnels analogues.

101 râj (H) ou raj (A-I) : autorité, empire.

102 rajm (A) : lapidation.

103 randî (H) : danseuse, prostituée.

104 ribâ (A) : dans le droit musulman, usure. Originellement, intérêt sur un prêt de capital. Dans la doctrine classique, néanmoins, le terme recouvre différentes formes de gains ou de profits qui résultent d’une transaction et qui n’étaient pas calculables avec précision au moment de la transaction.

105 rusûm (A) : coutumes (non entérinées par la Sunna).

106 sâdhû (H) : renonçant hindou.

107 sardâr (P) : chef de tribu, notamment au Baloutchistan.

108 sariqa (A) : vol (dans le droit musulman).

109 Satî (S) : nom de la première femme de Shiva qui s’était jetée vivante dans le bûcher de son époux ; par ext., pratique consistant dans le sacrifice volontaire (ou prétendûment volontaire) de la veuve sur le bûcher de son mari défunt.

110 shahîd (A) : martyr, mort pour l’islam.

111 shâdî (P) : cérémonie du mariage.

112 shalwâr qamîz (P+A) : pantalon bouffant et tunique.

113 sharâfat : (P) : noblesse, voir ashrâf.

114sharî‘a (A) : loi islamique.

115 sharîf (A) : voir ashrâf.

116 sharm (P) : pudeur, vergogne ; be-sharm : sans pudeur, indécent.

117 shirk (A) : associer une autre divinité à Allah, péché majeur défini par le Coran.

118 sipâhî (P) ou sepoy (A-I) : spahi, cipaye (soldat indigène).

119 silsila (A) : ordre souft.

120 sunna : litt. « sentier battu » historiquement le concept de sunna passe par trois étapes principales : pendant le Ier siècle de l’islam, le terme signifie la coutume locale ou la pratique traditionnelle ; pour les premières écoles juridiques, il signifie la doctrine généralement acceptée de l’école ; à partir de l’époque d’al-Shâfi‘i, il désigne le comportement exemplaire du Prophète, les usages que ce dernier approuva et les précédents qu’il établit.

121 swadeshî (S) : « du pays » ; terme désignant le mouvement en faveur de la consommation des produits fabriqués en Inde.

122 tafsîr (A) : commentaire du Coran.

123 talâq (A) : dans le droit musulman, répudiation unilatérale de la femme par son mari.

124 talâq-i tafwîd (A) : délégation, de la part du mari, de son pouvoir de répudier sa femme.

125 ta’duqdâr (P) : dans l’Oudh, grand propriétaire foncier.

126 taqlîd (A) : principe de stricte adhésion à la loi telle qu’elle est exposée dans les manuels juridiques faisant autorité.

127 tawâif (A) : hétaïre, courtisane.

128 tawhîd (A) : principe de l’unicité de Dieu (Allâh).

129 tawîz (A) : charme, amulette.

130 ta’zîr (A) : dans le droit musulman, châtiment non fixé par le Coran (à la différence du hadd).

131 umma (A) : communauté musulmane.

132 ustâd (A) : fém. ustânî maître, tuteur.

133 wadero (Si) : maître du sol dans la région du Sind.

134 walî (A) : personne autorisée à agir pour le compte de quelqu’un d’autre, par ex. un tuteur légal.

135 waqf (A) : plur. awâqf fondation pieuse : biens de mainmorte dédiés à Allah à perpétuité.

136 wartan bhânjî (Pu) : réciprocité rituelle des dons entre donataires et donateurs et dont le revenu sert à financer des institutions religieuses ou de bienfaisance.

137 wattâ sattâ (Pu) : alliance matrimoniale spécifique consistant à échanger une fille ou une nièce contre une épouse.

138 zakât (A) : aumône obligatoire ; l’un des cinq piliers de l’islam.

139zamîndâr (P) : initialement fermiers des impôts pour le compte du gouvernement ; par la suite propriétaire terrien héréditaire. Zamîndârî : système qui en découle.

140 zauj (A) : compagnon (masc. ou neutre) ; fém. zaujatun.

141 zenâna (P) : quartiers, appartements féminins (voir mardând).

142 zinâ (A) : dans le droit musulman, délit de fornication, relations sexuelles extra-maritales. Zinâ-bil-jabr désigne les relations sexuelles contraintes (le viol) et zina-bil-ridâ les relations sexuelles librement consenties.

143 zindabâd (P) : vive (employé pour une exclamation).

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search