Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Séoul, ville géante, cités radieuses

 | 
Valérie Gelézeau

Deuxième partie. L’histoire et les cadres. Tanji et production des paysages séouliens

Chapitre 4. Ap’at’ŭ et production du logement

Texte intégral

La croissance urbaine et le problème du logement (chut’aek munje)

Séoul, pompe démographique coréenne

  • 1 Amorcée au début des années 1920 par la baisse de la mortalité, la transition démographique de la (...)

1La croissance démographique de Séoul reflète la brutalité de la transition urbaine qui a affecté l’ensemble du pays depuis le milieu des années 1960 (voir Tableau 3). Dans un contexte de transition démographique en cours1 et d’industrialisation accélérée, le gonflement des villes, alimenté par un exode rural massif, a en effet été spectaculaire, surtout entre 1965 et 1985. La population des grandes villes de province (Chŏnju, Taegu, Kwangju, Pusan, Inch’ŏn) a augmenté en moyenne de 5 % par an et celle des nouveaux centres industriels de la côte Sud-Est, comme P’ohang, Ulsan, ou Ch’angwŏn de plus de 10 % par an. Bien que la part de la population urbaine n’ait dépassé celle de la population rurale dans la population totale qu’entre 1970 et 1975, la Corée affiche aujourd’hui un taux d’urbanisation de plus de 80 %. Cela représente une quarantaine de villes de plus de 100 000 habitants et sept agglomérations millionnaires (Séoul, Pusan, Taegu, Inch’ŏn, Kwangju, Taejŏn et Ulsan) qui à elles seules retiennent plus de 50 % de la population totale du pays.

La ville en Corée
En Corée, la population urbaine est celle des shi, c’est-à-dire des circonscriptions administratives (comparables aux communes françaises) de 50 000 habitants au moins. La population des ŭp (souvent traduit par town en anglais), communes d’au moins 20 000 habitants, est parfois prise en compte dans le calcul du taux d’urbanisation, ce qui explique les variations que l’on constate parfois d’une source à l’autre. Par ailleurs, les définitions statistiques de l’urbain en Corée ne comprenant pas la notion d’agglomération, la réalité géographique du shi ou du ŭp ne correspond pas toujours à ce que recouvre le terme français d’unité urbaine (qui correspond à une population de 2 000 habitants agglomérés au chef-lieu de la commune). La traduction par « ville » de shi ou ŭp, qui correspondent à des territoires de statut administratif urbain sans être toujours entièrement urbanisés, n’est donc pas rigoureusement exacte.

Tableau 3. Répartition de la population coréenne.

Tableau 3. Répartition de la population coréenne.
  • 2 RPL 2000.

2La population de Séoul a doublé entre 1960 et 1970 (passant de 2,45 à 5,5 millions d’habitants), puis une nouvelle fois entre 1970 et 1990, atteignant à cette date 10,6 millions d’habitants. Depuis la fin des années 1970, la croissance démographique de la capitale montre néanmoins un ralentissement régulier : au recensement de 1995, la population avait même diminué d’environ 300 000 personnes depuis 1990, affichant une croissance négative pour la première fois depuis la fin de la guerre de Corée. La déconcentration s’est poursuivie pendant la dernière période inter-censitaire (1995-2000), puisque les chiffres les plus récents fixent la population de Séoul à 9,9 millions d’habitants2.

  • 3 Cf. Population Growth and Policies in Mega-Cities, 1986, p. 5sq et Migration, Urbanization and Dev (...)
  • 4 Voir Kwŏn Yongu et al., 1998.

3Plus de 50 % de la croissance entre 1960 et 1990 est imputable aux mouvements migratoires, Séoul ayant fonctionné comme une véritable pompe démographique. De 1960 à 1966 par exemple, la capitale a absorbé plus de 80 % de la croissance urbaine du pays et plus d’un tiers de l’accroissement démographique total3. Entre 1970 et 1979, c’est presque trois millions de ruraux et de provinciaux qui ont afflué à Séoul, plus de deux millions entre 1980 et 1989. Ralenties depuis le début des années 1990 à Séoul même, ces migrations restent néanmoins importantes en direction de la province de Kyŏnggi4. Les recensements de 1995 et 2000 ont en effet montré que Séoul avait certes perdu une partie de ses habitants, mais au profit de ses villes satellites et non pas de la province plus éloignée. Rappelons enfin qu’aujourd’hui, sa région urbaine, avec environ 20 millions d’habitants, abrite plus de 40 % de la population coréenne.

  • 5 A. Delissen montre que le problème du logement (chut’aek munje) est même beaucoup plus ancien et r (...)

4C’est ainsi que, dès le début des années 1960, apparaît la cohorte des problèmes urbains (toshi munje) qui sont la rançon de la croissance urbaine : le problème du transport (kyot’ong munje), le problème de l’environnement (hwan’gyŏng munje) et le problème du logement (chut’aek munje). Ce dernier, qui affecte toutes les villes coréennes, est particulièrement aigu dans la capitale5.

Le logement à Séoul : la mesure du problème dans une « mégapole de la démesure »6

  • 6 L’expression est de F. Moriconi-Ebrard (1993).
  • 7 Voir Han’gug-ŭi toshi (Les Villes coréennes), 1999, tableau, p. 294.
  • 8 Chung Heesoo et Lee Dongsung, 1996, p. 57 ; Puschra W. et Kim Kwangyoung éd., 1993.
  • 9 Kim Kwangyoung, 1993, p. 253-279.

5À l’échelle nationale, le taux de couverture en logements, calculé en faisant le rapport du nombre de ménages sur celui des logements, qui était de 80 % en 1960, s’est constamment dégradé jusqu’en 1988, pour tomber à 70 %. Ce n’est qu’au recensement de 2000 que la Corée a retrouvé le taux de couverture en logements de 1960 (80 %), qui reste néanmoins encore inférieur à ceux de la plupart des autres pays industrialisés. En 1990, le taux pour la France et l’Italie dépassait par exemple 120 %, celui des États-Unis et du Japon s’élevait à environ 110 %, la Grande-Bretagne, avec 105 %, apparaissant à la traîne dans ce groupe7. Quant aux conditions de logement, elles étaient encore extrêmement mauvaises il y a vingt ans. Au début des années 1980, le parc de logements coréen se caractérisait ainsi par un entassement très fort et un équipement vétusté ou insuffisant. La surface disponible par personne, quoique ayant beaucoup augmenté depuis 1960, s’élevait à seulement 10 m2 en 1990 – contre plus de 40 m2 aux États-Unis, 35 m2 en France ou 20 m2 au Japon, pays où les conditions de logement sont pourtant réputées médiocres8. Surtout, l’équipement des logements laissait beaucoup à désirer : moins de 20 % des logements coréens étaient ainsi équipés de toilettes avec chasse d’eau et d’une cuisine aménagée. Cette situation globale dissimulait toutefois de grosses disparités entre les zones urbaines et les zones rurales. D’une manière générale, l’entassement était plus important en ville, mais l’équipement du logement y était souvent meilleur. À cet égard, la situation du logement reflétait la désertification des campagnes qui a accompagné l’industrialisation d’une part, et l’écart de niveau de vie existant entre les campagnes et les villes d’autre part9.

  • 10 RPL, 2000.
  • 11 RPL, 1980.

6Conséquence de la congestion urbaine particulièrement vive dans la capitale, le taux de couverture en logements à Séoul a toujours été inférieur non seulement à la moyenne nationale mais aussi à celui de l’ensemble des autres villes. C’est ainsi qu’en 2000, ce taux s’élève à seulement 64 %, contre 77 % pour l’ensemble des autres villes10. En 1980 – c’est-à-dire au milieu de la période de haute croissance économique –, ce taux n’était même que de 53 %. À la même date, l’équipement des logements était un des éléments qui rangeaient Séoul dans une ville de type « tiers monde » : en 1980, 57 % seulement des logements séouliens disposaient de toilettes avec chasse d’eau ; la moitié d’entre eux n’avaient pas de cuisine aménagée et 46 % n’avaient pas du tout d’eau courante, tandis que 21 % des logements n’avaient que l’eau froide. 60 % des logements étaient encore chauffés au charbon, et 10 % seulement bénéficiaient du chauffage central11.

  • 12 Voir Yoon Juhyun et al., 1999.
  • 13 RPL, 1990.

7Or, depuis une vingtaine d’années ces conditions de logement ont été progressivement transformées : d’après une enquête réalisée en 1999 par le KRIHS, plus de 95 % des logements coréens sont aujourd’hui équipés d’une salle de bains avec eau chaude et de toilettes avec chasse d’eau, tandis que la surface disponible par personne s’élève à environ 18 m212. À Séoul, la transformation a même été plus rapide qu’ailleurs puisque dès 1990, plus de 60 % des logements disposaient de l’eau chaude courante et presque 70 % étaient équipés de toilettes avec chasse d’eau13.

  • 14 Cf Guglielmo, 1996.

8L’amélioration des données statistiques mérite certes d’être nuancée, car les conditions de logement en Corée ne se mesurent pas encore tout à fait à celles qui caractérisent les pays industrialisés. Mais les chiffres signalent sans aucun doute qu’il y a bel et bien eu une modernisation de l’habitat. Et pour ce qui concerne Séoul, la crise du logement actuelle, latente et impossible à résoudre totalement, renvoie à des problèmes que connaissent presque toutes les très grandes villes mondiales14.

9La tendance générale à l’amélioration des conditions de logement est étroitement liée à l’intensification du mouvement des grands ensembles d’appartements sur l’ensemble de la Corée depuis le début des années 1980, dans le cadre d’une politique du logement mise en place dans les années 1960.

Les cadres et l’évolution de la politique du logement en Corée

  • 15 Phénomène lié à l’ampleur de la crise du logement qui a sévi en Corée jusqu’à la fin du xxe siècle (...)

10L’élaboration d’une véritable politique du logement (chut’aek chŏngch’aek) remonte à 1962, date où cette dernière fut intégrée dans le premier Plan quinquennal de développement économique (1962-1966)15. Un tableau chronologique récapitule selon les périodes l’organisation des structures d’encadrement de la politique du logement, les lois et principaux décrets, ainsi que les plans d’urbanisme, de logement et les principales réalisations (voir Tableau 5, p. 172-175).

  • 16 Proportion pour la Corée entière, Kim Kwang-Young, 1996, p. 272.

11C’est en 1973 que la politique du logement s’oriente résolument vers une production de masse du logement, qui s’appuie sur la loi d’encouragement à la construction de logements promulguée en 1972. 70 % des unités de logement construites dans les années 1970 l’ont ainsi été dans des tanji de plus de 2 000 logements – mouvement qui ne fera d’ailleurs que s’accentuer puisque la proportion s’élève à 90 % entre 1980 et 199016. Cette politique de logement de masse est cohérente avec les objectifs établis par le ministère de l’Équipement en faveur du logement : 800 000 unités pour la période du troisième Plan quinquennal (1972-1976), 1,2 million pour le quatrième Plan (1977-1981). À partir de 1981, un objectif à long terme de cinq millions d’unités de logements est prévu sur quinze ans (1981-1995). Cet objectif est ensuite revu à la hausse avec le plan de 1988, qui prévoit la construction de deux millions de logements sur quatre ans (1988-1992), suivi du plan en 1993, qui définit quant à lui un objectif à cinq millions de logements pour 1998. Depuis cette date, la production annuelle est fixée à 500 000 logements par an, ce qui permettra théoriquement d’atteindre un taux de couverture en logements de 100 % en 2002.

  • 17 Chut’aek konsŏl ch’ŏkchin pŏp/Housing Construction Promotion Law.
  • 18 Le COS maximum dans les secteurs résidentiels était de 1,5 jusqu’en 1983 puis de 2,2.
  • 19 Lee Kisuk et Noh Heebang, 1994, p. 96.

12La loi d’encouragement à la construction du logement (promulguée en 1972)17 semble avoir été conçue tout exprès pour encourager la construction des tanji. Les directives en sont claires : il s’agit de densifier les espaces résidentiels en privilégiant la construction du logement collectif et des IGH et en facilitant les procédures de développement résidentiel de masse. Dans toutes les villes coréennes, la loi a ainsi donné lieu à la définition de « secteurs d’appartements » (ap’at’ŭ chigu), qui autorisent un COS de 3 et ne limitent pas la hauteur des bâtiments18. À Séoul, la désignation des « secteurs d’appartements » a appuyé la campagne massive d’urbanisation de Kangnam : tous les « secteurs d’appartements » correspondent au grand front d’urbanisation de la décennie des années 1970 (Panp’o, Chamshil, Apkujŏng)19.

  • 20 Cette surface plafond a augmenté avec le temps, mais pas de manière significative.
  • 21 Chut’aek ŭnhaeng/Korea Housing Bank. La Banque du logement, privatisée en 1997, est devenue la Ban (...)
  • 22 Kugmin Chut ’aek Kigŭm/National Housing Fund.
  • 23 Chut’aek pokkwon (Housing Lottery en anglais) qui fonctionne comme une sorte de loto : le tirage a (...)

13Comme le montre le tableau de la construction des appartements en Corée depuis 1961, la part du secteur public (ONCL, municipalités, logements commandités par le ministère de l’Équipement) dans la construction d’appartements en Corée dépasse celle du secteur privée de 1961 à 1977. Pendant cette période en effet, la construction des appartements se concentre essentiellement à Séoul, dans les périmètres de rénovation du centre-ville (avant 1970) et sur les grands fronts urbains lancés par l’ONCL au sud du Han (après 1970). À partir de 1977, la part du secteur public diminue progressivement, pour ne plus constituer que 13 % des appartements en 1998. En même temps, la construction des appartements se généralise à l’ensemble des villes coréennes (fin des années 1980). En sus des logements commandités par le secteur public, l’effort du gouvernement en faveur du logement se concrétise également par une aide à la pierre attribuée aux constructeurs d’unités de moins de 60 m220 par l’intermédiaire de la Banque du logement21 créée en 1969. En 1981, un amendement de la loi d’encouragement à la production du logement établit le Crédit foncier de Corée22, organisme mis sous la dépendance directe du ministère de l’Équipement et qui devient le gestionnaire de l’aide à la pierre. Avant la crise de l’hiver 1997-1998, les fonds du Crédit foncier de Corée se composaient de 10 % de subventions du ministère de tutelle et pour un volume équivalent de fonds de réserve consentis par les sociétés nationales (ONCL et ADF). Le reste du capital est fourni par la Loterie du logement23 à hauteur de 10 % environ, ainsi que par les comptes épargne des candidats au logement.

Tableau 4. La construction d’appartements en Corée depuis 1961.

Tableau 4. La construction d’appartements en Corée depuis 1961.

Source : Ap’at’ŭ chugŏ hwan’gyŏng (Statistiques sur l’environnement résidentiel des appartements), 1999, p. 34-35.

  • 24 Kim Joochul et Choe Sangchuel, 1997, p. 115.

14Enfin, toujours dans le cadre de la loi de 1972, l’État a accompagné la politique de logement de masse par deux types d’actions complémentaires. Le premier, à l’échelle locale de la ville, consiste à favoriser l’aménagement de terrains résidentiels, grâce au remembrement, opération pour laquelle le secteur public (par l’intermédiaire notamment de l’ONCL et de l’ADF) est le seul acteur solvable. Le second type d’action est orienté vers l’aide à l’industrie du BTP (standardisation des matériaux de construction, encouragement de la recherche-développement, etc.). Au total, l’intervention de l’État s’est moins manifestée par l’investissement direct en faveur du logement (toujours resté inférieur à 5 % du PNB depuis 196024) que par le contrôle et l’action indirecte, associés à la mise en place de cadres qui régissent strictement le financement et l’organisation de ce secteur, au premier rang desquels le système des punyang qui a fonctionné entre 1977 et 1998.

Les spécificités du fonctionnement de la politique coréenne du logement

Le système des punyang

  • 25 Dans ce contexte, punyang, qui est difficilement traduisible en français, est souvent rendu par «  (...)

15En 1977, un amendement de la loi d’encouragement à la construction du logement institue, pour tout ensemble neuf de plus de vingt unités de logement, le contrôle des prix de vente associé à un système d’attribution des lots par tirage au sort, dit « système des punyang » (punyang chedo25).

  • 26 Kugmin chut’aek ch’ŏngyak chŏch ’uk/National Housing Subscription Savings Deposit. « Compte épargn (...)
  • 27 Minyŏng chut ’aek chut ’aek ch’ŏngyak pugŭm, une sorte de compte épargne à terme (chŏnggi chŏkkŭm)
  • 28 Minyong chut’aek ch ongyak yegŭm (Time Deposit), qui est une sorte de dépôt à terme (chŏnggi yegŭm(...)

16Selon la procédure mise en place, le particulier désirant acheter un logement neuf doit d’abord ouvrir un compte épargne auprès de la Banque du logement qui est l’unique gestionnaire du système. Deux grands types de comptes épargne, tous alimentés par les dépôts mensuels des candidats au logement et tous limités à une somme maximum de dépôt, sont disponibles. D’abord des comptes épargne à terme26, destinés aux personnes qui désirent acquérir un logement de moins de 60 m2. Ce type de logement de petite surface, dit « logement pour le peuple » (kugmin chut’aek), est subventionné par le Crédit foncier de Corée à hauteur de 10 à 20 % du prix de revient. Recevant l’aide à la pierre, il est qualifié de « logement public » (konggong chut’aek) et s’adresse aux candidats au logement qui ne sont pas propriétaires (mu chut’aek). Les deux autres types de comptes épargne concernent des logements qui ne reçoivent aucune subvention publique et s’adressent à tous les candidats au logement, fussent-ils ou non déjà propriétaires. Ils sont destinés aux acheteurs de logements dit « privés » (minyŏng chut’aek). Le premier de ces comptes épargne concerne des logements de moins de 80 m227, le second concerne tous les autres logements neufs, sans limite de surface28.

17La souscription à ces comptes épargne donne le droit à l’inscription sur une des trois « listes » (sunwi) permettant de se porter candidat à l’achat d’un logement neuf. Il faut en général deux ans pour entrer en liste n° 1 (il sunwi ou usŏn sunwi la plus prioritaire), un an pour être sur la liste n° 2 et moins d’un an pour la liste n° 3. Une fois que le particulier figure sur une de ces listes, il peut déposer sa candidature auprès de la Banque du logement, qui procède au tirage au sort (ch’uch’ŏm) des heureux élus qui pourront acquérir un appartement neuf (punyang-ŭl patta), dans l’ordre des listes constituées. Le dépôt des dossiers de candidature et le tirage au sort a lieu environ tous les deux mois. Les ventes d’appartements neufs sont annoncées par la Banque du logement et dans les grands quotidiens nationaux (Chosŏn Ilbo, notamment). En général, le lot est attribué sur plan avant l’achèvement de la construction de l’appartement. Une période de deux à trois ans sépare alors le moment de la vente du moment de l’emménagement définitif. Pendant cette période, on achève de payer son appartement en cinq ou six paiements (traites intérim, chungdo kŭm).

18Quant au constructeur qui projette un ensemble collectif de plus de vingt unités de logements, il doit respecter les prix plafonds fixés par le gouvernement, qui sont inférieurs à ceux du marché. Ces prix dépendent à la fois du niveau des prix fonciers du site concerné (variable selon les villes et, à Séoul, selon les quartiers) et d’un prix de construction standard (p’yojun kŏnch’uk pi), invariable, fixé par le ministère de l’Équipement. Enfin, le constructeur, contraint de faire entrer les logements à construire dans ce système géré par la Banque du logement, ne peut pas vendre directement aux particuliers.

  • 29 Kuyjŏng ch ’isu, traduit en anglais par modular coordination.
  • 30 « Inscrire des bons du Trésor » se dit ch’aekkwonŭl chŏkta. Il s’agit de bons du Trésor de 2e caté (...)

19Ce système a été modifié et complété depuis sa fondation. Il a ainsi été assorti de la standardisation des matériaux de construction29, rendue obligatoire en 1982 afin de mieux contrôler les prix de production du logement. Dans le cadre des lois antispéculation mises en place en 1983, le gouvernement a également ajouté aux contraintes imposées par le principe des punyang le système des bons du Trésor (ch’aekkwon chedo) : dans la ville de Séoul, les candidats au logement doivent s’engager à acquérir des bons du Trésor s’ils sont tirés au sort, à hauteur d’une somme maximale (ch’aekkwon sang hanaek), fixée par la municipalité et qui varie selon les tanji. Cette mesure, qui équivaut en fait à une forte taxe à l’achat, permet de décourager les spéculateurs tout en augmentant les liquidités publiques. Pour les particuliers, elle rend la compétition encore plus difficile, car les candidats sont classés à l’intérieur des listes dans un ordre décroissant en fonction de la somme inscrite (plus la somme inscrite est élevée, plus les chances de recevoir un lot augmentent30).

  • 31 Bien que des unités de logement en petit collectif de moins de cinq niveaux (yŏllip) puissent parf (...)

20Dans le contexte coréen, une traduction acceptable de punyang serait donc : « logement neuf dans un ensemble de plus de vingt unités de logements31, attribué sur plan, à un prix fixé par l’État et inférieur au prix du marché, par tirage au sort en fonction de listes dont le caractère prioritaire dépend de l’ancienneté d’un plan d’épargne logement souscrit par le candidat auprès de la Banque du logement » – périphrase télescopique et peu maniable ! Le terme coréen de punyang (que j’ai traduit jusqu’ici selon le contexte par « lot » ou « appartement sur plan »), de même que l’expression « recevoir un punyang » (punyang-ŭl patta) ou « souscrire des bons du Trésor » (ch’aekkwon-ŭl chŏkta), pourront donc être conservés dans la suite du développement autant pour privilégier l’efficacité de l’expression que pour respecter le contexte coréen.

  • 32 SSY, 1995.

21C’est ainsi que la perspective de pouvoir acquérir par ce système un logement à un prix plafond a suscité une énorme demande, exacerbée par la faiblesse du taux de couverture en logements. En 1990, plus de trois millions de personnes souscrivaient des plans d’épargne-logement dans l’attente d’être tirés au sort, alors que la production annuelle de logements neufs prévue était de 500 000 unités à cette période. En 1994, ces candidats se chiffraient à presque 500 000 personnes rien qu’à Séoul, où la production annuelle de logements neufs tournait à environ 65 000 unités32. Ces deux ordres de grandeur donnent une idée de la compétition suscitée par l’établissement du contrôle des prix et de l’atmosphère qui régnait sur le marché du logement jusqu’à l’hiver 1998.

  • 33 Yoon Juhyun, 1998.

22Il reste en effet à préciser que le contrôle des prix a progressivement été supprimé depuis 1995 (d’abord dans les villes petites et moyennes de province, puis dans les grandes métropoles) pour n’être maintenu que dans la région Capitale, où la demande est restée très largement supérieure à l’offre jusqu’au déclenchement de la crise coréenne (hiver 1997-1998). Depuis février 1998, le système a été entièrement libéralisé et les prix des logements neufs se sont peu à peu ajustés à ceux du marché. Les listes de tirage au sort, qui disparaîtront à terme, continuent cependant de fonctionner33.

Les tanji ne sont pas du logement social

23Un bref retour sur les caractéristiques de la politique du logement en France permet de mesurer ce qui, d’une culture à l’autre, rapproche ou sépare les conceptions que décideurs, technocrates et intellectuels se font de la notion de « logement social », de « logement public » et du rôle que l’État doit assumer dans la production du logement.

  • 34 J.-P. Flamand, 1989, p. 11. Cette définition est reprise par J.-M. Stébé dans une petite mise au p (...)

24J.-P. Flamand donne dans son essai sur l’histoire du logement social en France la définition suivante : « le logement social est un logement qui a bénéficié pour sa réalisation du concours législatif et financier de l’État et qui est destiné à recevoir dans des conditions normales les couches les moins favorisées de la population. » Il précise quelques lignes plus bas que ce logement social vise essentiellement les familles ouvrières34.

  • 35 J.-P. Flamand, 1989 ; R. Butler et P. Noisette, 1977 ; R.-H. Guerrand, 1967 et 1979.
  • 36 J.-P. Flamand, 1989, p. 39.
  • 37 Selon les analyses marxistes de R. Butler et P. Noisette, le logement social se résume d’ailleurs (...)
  • 38 HBM : Habitation à bon marché. Voir notamment J.-P. Flamand, 1989, p. 28-84 et passim.
  • 39 J.-M. Stébé, 1998, p. 4.
  • 40 J.-P. Flamand, 1989, p. 65-74.

25Un aspect important – largement développé au demeurant par tous les auteurs qui ont traité de la naissance, de l’histoire et de l’évolution du logement social en France35 – est nourri de la pensée sociale qui s’est constituée à la fin du xixe siècle, à la suite des émeutes urbaines qui avaient éclaté dans les grandes villes françaises au milieu du siècle. J.-P. Flamand interprète ainsi la naissance des premiers débats sur le logement social par la volonté « d’une fraction éclairée de la bourgeoisie, les ‘‘républicains de progrès’’, pour chercher un nouveau consensus social susceptible de répondre à l’extension prise par l’idéologie révolutionnaire et socialiste36. » La recherche du consensus social autour de la République, focalisée notamment sur la question de l’intégration des classes ouvrières dans la nation, s’est traduite dans le domaine du logement par une solution double. Il s’agit d’une part de contrôler le logement des classes laborieuses par la production directe de son habitat : les initiatives patronales du milieu du xixe siècle, entées sur les projets du catholicisme social, comme la cité ouvrière de Mulhouse ou un peu plus tard, le familistère de Godin à Guise, relèvent selon tous ces auteurs de cette volonté de contrôle social et urbain37. Cette stratégie se double d’autre part des efforts pour mettre en œuvre des dispositifs de transfert et de redistribution des richesses, concrétisés dans le domaine du logement par l’engagement de l’État, que lance en 1892-1894 la promulgation de la loi Siegfried créant les HBM38. J.-M. Stébé insiste sur ces deux dernières idées : « C’est bien autour de ces notions de transfert et de solidarité que s’est constitué l’habitat social en France39. » Il reprend aussi l’idée, déjà abordée par d’autres auteurs, que le processus de solidarité que doit concrétiser le logement social se double d’une dimension utopique. J.-P. Flamand montre par exemple comment, influencé par les idées fouriéristes du phalanstère comme structure de base de la société, le familistère de Guise a ainsi une finalité didactique : il s’agit d’apprendre à vivre et à gérer ensemble la nouvelle société à construire40. Moins d’un siècle plus tard, on retrouvera dans le « logis nouveau » de Le Corbusier le parfum d’utopie d’une nouvelle société que l’habitat est susceptible de promouvoir.

  • 41 C’est toute la thèse de J.-P. Flamand, qui consacre son essai à l’analyse du renversement de persp (...)
  • 42 Cette année marque en effet un véritable tournant dans la politique française en matière de logeme (...)
  • 43 J.-P. Flamand, 1989, p. 288-293.

26Il convient d’ailleurs de rappeler que la grande période des ZUP et des HLM est en France le produit d’un véritable renversement41. L’idéal républicain du citoyen propriétaire et le refus de l’engagement de l’État se sont désagrégés dès la période 1906-1912, avec la publication d’une série de textes, de lois et de dispositions financières qui assureront (au moins dans l’esprit) la base des politiques successives du logement social menées jusqu’en 197742. En France, le passage d’un libéralisme intégral à un interventionnisme d’État ne s’est toutefois véritablement concrétisé qu’après la Seconde Guerre mondiale avec le plan Courant de 1953. Le lancement des LOGECOS (Logements économiques normalisés) où l’État, par le biais du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme où P. Courant avait succédé à E. Claudius-Petit en 1952, est largement engagé dans le financement par l’aide à la pierre, entraîne ainsi la politique du logement française dans deux directions nettes : la promotion du collectif et la construction des HLM, dans les ZUP essentiellement. Ce n’est qu’en 1969 qu’on feint de découvrir que les Français n’aiment pas le collectif, d’où un changement d’orientation sensible de la politique française, initié par A. Chalandon, alors à la tête du ministère de l’Urbanisme. Le programme de construction des maisons individuelles en accession à la propriété (les « chalandonnettes »), appuyé par la création des PEL en 1965, annonce ainsi le changement de cap de la décennie suivante43.

27Si l’on reprend la définition qui est donnée plus haut du logement social (logement bénéficiant d’une aide publique et destiné aux catégories modestes), il apparaît vite que le mouvement des tanji coréens n’est pas – contrairement au mouvement des grands ensembles français – vraiment lié à la question du logement social. En fait, seuls les premiers immeubles construits à Séoul entre 1960 et 1969, dont on a vu qu’ils abritaient des appartements d’à peine 60 m2 destinés aux couches défavorisées et qu’ils avaient été financés par le secteur public satisfont aux critères proposés par J.-P. Flamand ou J.-M. Stébé. À l’époque, ce « logement public » (konggong chut’aek) était donc bel et bien une forme de « logement social » – terme qui n’existe pas en Corée, la traduction littérale de « logement social » (sahoe chut’aek ou sahoe pokchi chut’aek) n’ayant aucun sens. Dans toutes les publications, dans tous les colloques concernant le problème du logement, le terme de konggong chut’aek qui désigne parfois (et parfois seulement) en effet du logement social est aussi employé pour désigner un type de logement qui, lui, n’est pas vraiment du logement social.

  • 44 Cette surface a légèrement augmenté avec le temps, mais pas de manière significative.

28Rappelons donc la définition coréenne du « logement public » (konggong chut’aek) : il s’agit soit d’un logement qui a reçu l’aide à la pierre, donc d’un logement de moins de 60 m244 ; soit du logement produit par l’ONCL, sans limitation de surface. Or l’analyse de la proportion des logements de moins de 60 m2 dans les cas d’étude sélectionnés montre bien que ces logements de petite taille ne constituent qu’un volume minoritaire du parc dans les tanji. Seul Chamshil, dont aucun des appartements ne dépasse 45 m2, pourrait être à la limite considéré comme l’équivalent d’un grand ensemble français du début des années 1960, où jeunes ménages et catégories intermédiaires emménageaient au début d’un itinéraire résidentiel ascendant. Mais on a vu que même Chamshil n’a pas connu le déclassement dont ont souffert ses homologues français et que ce tanji abrite aujourd’hui des populations dont les revenus sont plutôt supérieurs à la moyenne.

  • 45 Agence nationale des ressources hydrauliques, Agence de développement foncier, Agence nationale de (...)
  • 46 Chiffres pour 1995.

29Le « logement public » se confond aussi et surtout avec la production de l’ONCL, qui est l’une des konggsa (« société nationale » ou « agence nationale ») qui ont fonctionné comme des soutiens de la croissance dans la mesure où elles ont assuré le contrôle de l’État dans tous les domaines vitaux situés à l’amont du système économique et notamment celui des infrastructures de base45. Les konggsa sont ainsi sous la dépendance directe du ministère de l’Équipement qui nomme le président de la société et décide de la politique que suivra cette dernière –politique qui doit être cohérente avec les objectifs de croissance nationaux. Il convient également de souligner que ces kongsa sont, non pas des constructeurs (shigongja), mais plutôt des maîtres d’ouvrage : elles sont en coréen dites « sociétés intermédiaires » (shihaengja), dont la fonction est d’exécuter les directives émanant de leur ministère de tutelle. Celui-ci leur octroie en outre une aide matérielle, en leur accordant soit des dons en nature (terrains publics, bâtiments, etc.), soit des capitaux. Dans le cas de l’ONCL, les fonds publics équivalent à environ 30 % du coût total des opérations de logement dont la société assure la maîtrise d’ouvrage, les 70 % restants provenant des apports des acquéreurs individuels46. Au même titre que les autres kongsa, l’ONCL a donc été – du moins de 1960 à 1990 – bien plus un agent de la politique gouvernementale orienté vers le modèle de croissance initié par Park Chunghee qu’un organisme voué à la production de logement social au sens où on l’entend en français. Si en effet l’ONCL a commandité dans l’ensemble des appartements plus petits que les constructeurs privés (comme à Chamshil par exemple), tous ont été néanmoins destinés à des catégories sociales solvables, capables d’acquérir leur logement dans un pays où le crédit bancaire est particulièrement mal développé.

Pas d’HLM en Corée, mais une politique d’accession à la propriété

  • 47 Voir Jang Yeonghee, 1994.
  • 48 Ce qui ne signifie pas, bien sûr, que tous les Séouliens sont propriétaires. On rappelle que dans (...)

30Ces explications données, on comprend mieux pourquoi il est peu pertinent d’assimiler l’ONCL avec un OPHLM (Office public des HLM) français. De même, traduire chugong ap’at’ŭ ou chugong tanji (c’est-à-dire « immeuble/appartement de l’ONCL » ou « tanji de l’ONCL ») par « logement social » et « grand ensemble de logement social » ou pire, « HLM coréen » et « grand ensemble de HLM », relève d’un contresens achevé. Il existe certes en Corée quelques formules de logements en location, mais ces dernières n’ont pas du tout été répandues à l’échelle des HLM françaises et elles ne se sont d’ailleurs développées qu’à la fin des années 199047. Fait révélateur, sur les 210 questionnaires réalisés dans les tanji, aucun ménage n’était concerné. Et parmi les personnes qui m’ont accordé un entretien plus long, aucune d’entre elles n’avait jamais bénéficié d’une formule quelconque de logement locatif public48.

  • 49 Sŏul Toshi Kaebal Kongsa/Seoul Metropolitan Development Corporation. Cette kongsa qui dépend, non (...)
  • 50 Imdae chut’aek kŏnsŏl ch’okchin pŏp : loi d’encouragement à la construction de logement locatif, 1 (...)

31Au cours des années 1960, les « logements en location à court terme » (tan’gi imde chut’aek) gérés par les municipalités ou l’ONCL (après 1962) offraient aux catégories défavorisées la possibilité de louer un appartement pendant deux ou trois ans avec, à terme, une possibilité d’acquisition. Parmi les appartements construits à cette époque à Séoul, une faible proportion appartenait à ce type de logement social. Pendant les années 1970 en revanche, la formule des logements en location disparut complètement. Elle fut rétablie en 1982, avec la création des « logements en location à long terme » (chan’gi imde chut’aek), qui reprenaient la formule précédente, avec des baux de cinq ans minimum (et non deux ou trois ans). Enfin, ce n’est qu’en 1988 que les pouvoirs publics instituèrent le premier programme de logements locatifs véritablement comparables aux HLM françaises ou au council housing britannique. Pour les particuliers, la procédure d’obtention de ces appartements en location se fait par l’intermédiaire de la mairie (mairie d’arrondissement pour Séoul), en fonction notamment du revenu et du nombre de personnes à charge du chef de famille. Ces « logements locatifs permanents » (yŏn’gu imde chut’aek), gérés par l’ONCL ou les municipalités, ne constituent pourtant qu’une part minoritaire du parc : moins de 10 % du total des logements construits entre 1988 et 1992 par exemple. Malgré la fondation en 1989 de l’Agence de développement de la ville de Séoul49, chargée de faire construire et de gérer une partie de ces logements locatifs, ceux-ci sont rares sur le territoire de la municipalité et sont plutôt rejetés dans les villes nouvelles et les villes satellites de la capitale – qui sont peut-être les véritables banlieues de Séoul. Au total, 660 000 unités de logement locatif public ont été construites entre 1982 et 2000, mais 60 % d’entre elles ont été vendues. Si bien que, malgré la promulgation en 1993 d’une loi sur le logement locatif encourageant le secteur privé à investir, la part des logements locatifs du type HLM ne constitue en Corée que 2,3 % du stock total des logements (4,3 % à Séoul)50.

  • 51 Les logements en question sont rachetés par les sociétés à l’ONCL (l’ADVS depuis le début des anné (...)

32Enfin, des « logements locatifs pour les employés » (sawŏn imde), sont fournis par les grandes sociétés à leur personnel mais, là encore, ceux-ci ne constituent qu’une part très minoritaire du parc51. Quant aux « appartements pour travailleurs » (kŭlloja ap’at’ŭ), ils sont exactement accordés par l’employeur en accession à la propriété après dix ans d’ancienneté : les bénéficiaires reçoivent un punyang sans être soumis au tirage au sort national. D’autres formules de ce type, comparables aux initiatives paternalistes françaises du milieu du xixe siècle, existent : les logements fournis par les chaebŏl aux travailleurs des grands complexes industriels du pays ou les foyers (kisuksa) destinés aux jeunes salariés célibataires en début de carrière. Mais d’une manière générale, ces logements octroyés par l’employeur sont peu nombreux à Séoul.

  • 52 Kim Joochul et Choe Sangchuel, 1997, p. 117sq.
  • 53 J. Chung, 1995, p. 320-321.

33L’orientation résolue de la politique coréenne du logement vers l’accession à la propriété date de 1957 : cette date constitue un véritable tournant dans la mesure où elle officialise le principe fondateur de la politique suivie pendant les quarante années suivantes, à savoir l’idée que tous, même les plus défavorisés, doivent fournir un sacrifice matériel pour se procurer leur logement52. En l’occurrence, l’accès à la propriété des classes solvables, c’est-à-dire des catégories supérieures et moyennes, a été de facto favorisée. Comme beaucoup d’autres intellectuels, l’économiste J. Chung, dans un article sur la politique publique du logement en Corée, accuse d’ailleurs de nombreux maux cette politique du logement orientée vers les classes aisées qui a été théorisée comme un moyen de procurer un logement au plus grand nombre de Coréens : « En Corée, la politique du logement a longtemps été orientée en faveur des logements destinés aux catégories aisées. Cette orientation a été inspirée par la philosophie du “processus de filtrage” selon lequel les catégories défavorisées emménagent dans les logements libérés par les catégories plus aisées, qui ont elles-mêmes emménagé dans des logements plus neufs et plus chers53. »

  • 54 Ibid., p. 325.
  • 55 RPL, 1970 et 1995.

34Censé procurer un logement au plus grand nombre par une sorte de mobilité résidentielle, ce principe du « processus de filtrage » (filtering process) renvoie en fait à un espace urbain complètement neutre, où tous les lieux auraient la même valeur. À une ville indifférenciée, sans centre ni périphérie ; une ville totalement immatérielle, en somme. Ce principe se fonde en effet sur l’idée que le patrimoine bâti urbain ne vieillirait ni ne se transformerait, ce qui non seulement n’a guère de sens, mais ne correspond pas du tout aux processus d’évolution de Séoul, dont on a déjà évoqué le perpétuel renouvellement. Dans la réalité, la politique du logement a abouti au rejet des catégories défavorisées en périphérie et à l’embourgeoisement du centre, tout en favorisant la construction des grands appartements au détriment des appartements de petite taille54. C’est ainsi que les taux de promiscuité (nombre de personnes par logement) et de cohabitation (nombre de ménages par logement) ont décru dans les appartements et augmenté dans les maisons individuelles depuis 1970. En 1970 à Séoul, le nombre moyen de personnes par logement s’élevait à 9,5 pour les maisons individuelles et à 5,9 pour les appartements. En 1995, ces chiffres étaient respectivement de 9,8 et de 3,7. Le taux de cohabitation a connu la même évolution, puisque entre 1970 et 1995, il est passé de 1,9 à 3 ménages pour les maisons individuelles et de 1,3 à environ 1 pour les appartements55. L’accroissement de l’entassement dans les maisons individuelles directement lié à sa diminution dans les appartements reflète bien que la politique de construction des tanji a été essentiellement destinée aux classes moyennes et aux populations capables d’assumer le coût de leur logement. Les plus défavorisés, qui n’en ont pas bénéficié et qu’aucune réalisation de masse n’a pour l’instant concernés, se sont rabattus jusque-là sur d’autres types de logements (partie de maisons individuelles ou petites collectif bas de gamme).

L’idéologie de la politique du logement : croissance économique et propagande

35La faiblesse de l’investissement direct de l’État en faveur du logement s’explique beaucoup par le fait que, comme une bonne partie des secteurs qui n’étaient pas absolument prioritaires dans les premiers Plans quinquennaux de développement économique, celui-ci a été sacrifié au développement industriel. Que le plan établi au niveau national pour le logement soit intégré depuis 1962 au Plan quinquennal de développement économique n’empêche pas le logement d’être le parent pauvre des efforts financiers de l’État – malgré leur augmentation continue depuis 1960 : 1,6 % du PNB dans les années 1960, presque 4 % dans les années 1970 et environ 4,5 % depuis le début des années 1980.

  • 56 Ces trois termes sino-coréens signifient respectivement : « le vêtement », « la nourriture », « la (...)
  • 57 B. Cumings, 1997, p. 336.

36Pourtant, les discours de l’État sur le logement, soutenant la vision quantitative du problème, sa résolution par la production de masse et la promotion des appartements, sont omniprésents. Paradoxe ? Apparent tout au plus, car le logement a toujours été un élément du discours politique sur le développement – en témoigne le fameux slogan ŭi, shik, chu lancé par Park Chunghee au début des années 196056. La fourniture du logement des masses, si elle n’est pas forcément soutenue par les finances publiques est, au moins symboliquement, le signe du développement. On comprend mieux alors pourquoi les Coréens ont accepté aussi facilement l’idée de fournir eux-mêmes un effort financier pour se procurer leur toit : en réalité, cet effort fait partie des nombreux sacrifices matériels que toute une génération a consentis pour participer à la sortie du sous-développement et qui, selon l’historien B. Cumings, explique une grande partie de ce fameux miracle coréen. Pour lui en effet, il n’y a pas eu de « miracle » : la croissance est le résultat du travail forcené des classes d’âges arrivées à l’âge adulte au cours des années 196057.

  • 58 Chakchŏn signifie exactement « plan de bataille », « plan de campagne militaire ».
  • 59 Idéologie officielle de la Corée du Nord, le chuch’e repose sur les principes suivants : socialism (...)
  • 60 Cité par Jung Inha, 1997, p. 32.
  • 61 Ch’oe P’yŏngdu, 1991, p. 227-264.

37Les Coréens ont ainsi vécu pendant toute la période de forte croissance sous le principe du « quantitativisme total » (ch’ongnyang chuŭi), dans un contexte très anticommuniste d’âpre compétition avec la Corée du Nord, qu’il s’agissait de rattraper puis de dépasser sur le plan industriel. « L’économie d’abord ! » ou : « Exportations : un milliard de wons ! » scandait-on dans les usines et à la radio dans les années 1960. À l’époque de Park Chunghee, la traduction simpliste des objectifs des plans de développement économique sous la forme de slogans diffusés pour favoriser la mobilisation populaire autour d’une même cause s’est ainsi retrouvée jusque dans le domaine du logement : « Logements à construire : deux millions ! » (« Chut’aek kŏnsŏl ibaengman ho ! ») a connu son heure de gloire au milieu des années 1970. Mais l’exemple le plus frappant en est sans doute le fameux : « Opération logement : 180 jours ! » (« Chut’aek kŏnsŏl 180il chakchŏn ! »), qui a permis aux quatre premiers tanji de Chamshil de voir le jour en un temps record. Comme en témoigne la connotation explicitement militaire du terme coréen traduit ici par « opération58 », on retrouve ici à l’échelle d’un projet précis – fût-il caractérisé par son gigantisme – le rôle qu’a pu jouer, dans la croissance coréenne, l’engagement populaire conçu comme une véritable croisade contre le chuch’e nord-coréen59 et orchestré par une active propagande gouvernementale. L’établissement des records de production, le maintien d’un rythme effréné de croissance, idées qui conditionnaient la mentalité des technocrates de l’époque, est également bien évoqué par Jung Inha dans un article sur l’aménagement de Séoul dans les années 1960. L’auteur, analysant l’action sur Séoul de Kim Hyŏnok (le maire Bulldozer, proche de Park Chunghee), dont il affirme que « la personnalité [était] typique des technocrates de l’époque du développement », cite une anecdote révélatrice : quand on lui parle des risques de destruction du patrimoine culturel que fait courir à Séoul sa politique des saignées urbaines, Kim rétorque : « Je suis en train de courir un cent mètres, la vitesse est mon seul outil. Je n’ai pas le temps de penser ni aux encouragements, ni aux critiques. À quoi bon si l’on arrive le dernier60 ? » L’appartement, produit direct du système fordiste qui a dominé les années du « miracle », a été intégré dans cette idéologie de la croissance, réglée par le credo « quantité et rapidité61 ».

  • 62 Ch. Topalov, 1987.
  • 63 M.-G. Raymond, 1966.
  • 64 Lee Eun, 1997, p. 196.

38Au fond, le cas coréen répond bien à l’analyse proposée par C. Topalov : le logement est une « marchandise impossible », qui ne peut rentrer dans le cycle marchand des masses, ce qui rend nécessaire l’intervention du secteur public. Mais l’engagement de l’État se fait selon des conditions qu’il fixe lui-même, en établissant la norme sociale du logement de masse, à la fois objet et outil de son propre développement62. H. et M.-G. Raymond interprètent ainsi la politique pavillonnaire menée par l’État dans la France des années 1930 comme un moyen d’affaiblir les velléités des classes laborieuses en leur donnant des valeurs bourgeoises et en les liant au système de production capitaliste. Le pavillon en accession à la propriété a fonctionné à la fois comme le vecteur de transmission d’un mode de vie et comme un outil matériel de contrôle (l’ouvrier lié par ses traites hésitera à faire la grève63). On ne peut manquer de confronter cette analyse au fait que le lancement du mouvement des tanji initié par l’État (on rappelle le rôle fondamental de la loi d’encouragement à la production du logement de 1972) a coïncidé en Corée avec le durcissement du régime militaire et a suivi d’un an la proclamation du régime de Yushin (1971). La prolifération des appartements en Corée peut ainsi s’interpréter comme la manifestation concrète de la volonté d’un État fort de contrôler les populations et de favoriser le consensus autour du modèle de croissance adopté, au moment même où celui-ci passait à la vitesse supérieure – le début des années 1970 marquant le « grand bond en avant » vers les industries lourdes et chimiques du troisième Plan quinquennal de développement économique (1972-1976). L’affirmation de Lee Eun va bien dans le sens de cette interprétation : « l’accession à la propriété d’un appartement attribué à un prix inférieur à celui du marché est source de profit. [...] Le ménage tiré au sort bascule dans la classe moyenne, devient bénéficiaire et allié du régime64. »

  • 65 J.-P. Flamand, 1989, p. 251-256.

39Considérer la politique du logement en Corée dans sa dimension idéologique permet donc d’y retrouver certaines constantes qui caractérisent toutes les politiques de logement de masse. Mais dans une certaine mesure seulement. Si le mouvement des tanji s’inscrit en effet dans un modèle de croissance à marche forcée – comme celui des grands ensembles français s’inscrit dans le « modèle de croissance à tout crin » des Trente Glorieuses65 – les deux modèles ne sont comparables ni dans leur nature, ni dans leur mise en œuvre, ni dans les transformations socio-économiques mises en jeu et encore moins dans l’esprit. Le passage rapide (1960-1990) d’une société rurale et agricole à une société urbaine et industrielle, la mise en œuvre d’un modèle de croissance extraverti « à la japonaise » par un État dictatorial, promoteur de l’engagement populaire grâce à une propagande aux accents militaristes, donnent au cas coréen une partie de ses spécificités. D’autres particularités de la Corée tiennent au fait que le « logement social » ne s’y est pas constitué comme en France autour des notions de transfert et de solidarité – ou, en tout cas, pas de la même manière. Il y a là peut-être une attitude propre entée sur la vision particulière du « bien-être social » dans une société holiste : fonctionnant encore très largement grâce aux jeux des solidarités familiales, elle est moins portée qu’une société plus individualiste à considérer la nécessité d’une redistribution entre les individus assumée par l’État.

40Dans une certaine mesure, les tanji omniprésents à Séoul sont ainsi l’expression paysagère du modèle de croissance brutale qui a été suivi, un modèle conçu de manière collective et mené par un État fort qui, associé aux grands chaebŏl, a imposé son sceau sur l’organisation territoriale et les paysages coréens.

La gestion par l’État de la chaîne de production du logement

41Il existe bien aujourd’hui à Séoul des « Cités de l’arc-en-ciel » (Mujige Ap’at’ŭ), appellation dont l’ironie a été souligné par Cho Sehŭi, dans son célèbre recueil de nouvelles, dont « La petite balle lancée par un nain ». Mais ces noms poétiques un tantinet décalés dans la mégapole le cèdent à ceux, beaucoup plus pragmatiques, qui sont tatoués sur la tranche des immeubles : Hyundai, Hanshin, Samsung... Les « Village des étoiles » (Pyŏl pit Maŭl) et autre « Résidence des azalées » (Chindallae Ap’at’ŭ) sont d’ailleurs plus nombreuses dans les villes nouvelles qu’à Séoul même où l’on habite la cité Hyundai, la cité Samsung, la résidence Samik ou la résidence Woosung... Or ces tanji sont, de A à Z, les émanations des chaebŏl qui pourraient presque y livrer toute leur production, du ciment aux meubles du salon, en passant par les encadrements de porte, le réseau de vidéosurveillance, le réfrigérateur et le magnétoscope. Produits des conglomérats qui ont été au cœur du développement coréen, les tours marquées Hyundai, Samsung ou Daewoo, apparaissent ainsi parfois comme de gigantesques publicités urbaines érigées par les grandes marques de la « SARL Corée ».

La « SARL Corée » et le secteur de la construction

  • 66 Selon A. Amsden, la croissance coréenne montre des caractéristiques communes avec celles d’autres (...)
  • 67 L’expression d’État « état-major » est d’A. Delissen (A. Delissen, 1994, p. 137).
  • 68 A. Amsden, 1989, p. 136.

42Le lien entre la croissance économique sud-coréenne et la gestion par l’État du système de production a déjà suscité de nombreuses recherches en histoire ou en économie66. Au rang des raisons qui expliquent l’extraordinaire succès de la Corée, se trouve la spécificité de l’alliance qui s’est établie entre les grandes entreprises privées et l’État – alliance fondée autant sur l’existence d’intérêts communs aux deux partis que sur le contrôle des chaebŏl par 1’« état-major » public67. Ainsi A. Amsden affirme-t-elle qu’« en Corée, les grands groupes ont été le produit d’une harmonie d’intérêts entre l’État et l’entreprise privée. [...] Cette harmonie s’est tenue au cœur de la “SARL Corée” (Korea Inc.)68 ». Dans le secteur du logement, l’importance de la part du secteur privé a déjà été soulignée. Bien plus, l’analyse des liens entre la croissance économique et l’émergence des grands groupes du BTP d’une part et celles des relations entre l’État et ces chaebŏl d’autre part, illustre bien les modalités du fonctionnement de la « SARL Corée ».

  • 69 B. Cumings, 1997, p. 322sq.
  • 70 Han’guk chut’aek hyŏphoe 15 nyŏnsa (15 ans d’histoire de l’Association coréenne du logement), 1995 (...)
  • 71 Cf Han’guk chut’aek hyŏphoe 15 nyŏnsa (15 ans d’histoire de l’Association coréenne du logement), 1 (...)

43C’est le « grand bond en avant » vers les industries lourdes et chimiques du troisième Plan quinquennal, annoncé par Park Chunghee en janvier 1973, qui a véritablement lancé la constitution des grands conglomérats coréens. Cette orientation économique s’est conjuguée au retour des troupes coréennes du Vietnam au cours de la même année69. Forcées de retourner au pays, les grandes firmes du BTP, qui s’étaient enrichies grâce aux contrats obtenus au Vietnam par l’intermédiaire de l’armée américaine, ont réorienté leurs activités sur le territoire national d’une part et, à l’international, sur de grands travaux d’infrastructures, au Moyen-Orient, notamment. Au début des années 1980, l’instabilité politique et économique dans cette région du globe a provoqué une deuxième vague de repli des grandes entreprises du bâtiment sur le territoire national. Les années 1970 sont ainsi celles de la prolifération des sociétés de bâtiment et de l’apparition de quelques grands noms dans la production des tanji. Entre 1971 et 1974, Hyundai, Hanshin, Hanyang et Samik se partagent les principales opérations de construction d’appartements. À partir de 1975, des noms aujourd’hui célèbres, comme Life, Taerim, Samho, Kyŏnghyang se joignent aux pionniers du secteur. Woosung et Shindonga apparaissent plutôt à la fin des années 197070. La deuxième période d’émergence se situe au milieu des années 1980 (Samsung et Daewoo, notamment). Parmi les cas étudiés, toutes les opérations privées sont le fait de filiales des grands chaebŏl classées parmi les vingt premières entreprises du bâtiment en 1995 : Hyundai (2 cas), Samik (1 cas), Woosung (1 cas) et Samsung (1 cas)71.

  • 72 Ces types se conforment dans une certaine mesure à la typologie établie par B. Cumings, fondée à l (...)
  • 73 Han’guk chut’aek hyŏphoe 15 nyŏnsa (15 ans d’histoire de l’Association coréenne du logement), 1995 (...)
  • 74 Shin Kwangyoung, 1998, p. 3-31.

44Ces tendances générales qui ont influé sur la constitution des grands groupes du bâtiment n’empêchent pas néanmoins d’individualiser différents types de constructeurs72. Les deux tanji de la deuxième génération (le tanji d’Apkujŏng et la résidence Samik de Pangbae-dong) sont le fait de deux sociétés déjà présentes sur le marché du logement avant 1970 et dont la spécialité d’origine est la construction. L’arrivée plus tardive de Woosung (rénovation de Sadang-dong) s’explique parce que le bâtiment correspond à une diversification des activités de la firme. Quant à Samsung (reconstruction des appartements Map’o), pourtant apparue pendant la période coloniale, sa discrétion dans le secteur du logement en Corée jusqu’à la fin des années 1980, reflète la spécialisation de ce groupe dans d’autres domaines (électronique notamment), ainsi que l’orientation des activités de la branche construction à l’étranger (Irak, Arabie Saoudite)73. La société Hyundai, dont le développement s’est fondé sur le BTP et qui est encore aujourd’hui le leader dans ce secteur, est par ailleurs représentative de l’évolution d’un « champion national ». L’affectation d’une ou deux entreprise(s) moteur dans chacun des secteurs vitaux de l’économie a fait partie d’une des stratégies de développement adoptées par l’État74.

  • 75 Le conglomérat Hyundai a en fait donné naissance à deux compagnies de construction. Hyundai Constr (...)

45Hyundai, dont l’expansion a vraiment démarré en 1947, lorsque son fondateur Chŏng Chuyŏng créa une petite compagnie de construction, se spécialisa d’abord dans la construction d’équipements pour l’armée américaine. La guerre de Corée, puis la reconstruction, qui occupèrent une grande partie des années 1950 favorisèrent l’expansion de la compagnie. La société participa d’ailleurs à la construction des appartements Map’o entre 1962 et 1964, ce qui contribua à consacrer son prestige dans la profession. Par la suite, Hyundai fut le principal entrepreneur à travailler pour les forces américaines engagées dans la guerre du Vietnam (baraquements, routes, etc.). Dès 1972, la société avait déjà marcotté et donné naissance à six autres compagnies. Au moment du retrait des troupes américaines, Hyundai fut forcé de rentrer au bercail et de compenser la perte de ses activités à l’étranger, ce qui coïncida donc avec le « grand bond en avant » d’une part et avec la politique de logement de masse d’autre part. Forte de ses expériences dans le secteur, Hyundai fut, avec la société Hanshin, une des premières à se lancer dans l’aventure de Kangnam : c’est elle qui mena à bien le programme d’Apkujŏng, une des opérations phares de la politique de développement du sud-est de Séoul75.

Les relations entre l’État autoritaire et les constructeurs

46Le secteur du logement est également un excellent exemple de l’attitude fondée sur l’association encouragement/contrôle/répression, qui a été adoptée par l’État autoritaire à l’égard des chaebŏl dans le processus de développement.

  • 76 Constructeur désigné : chijŏng ŏpch’eldesignated builder ; constructeur enregistré : tŭngnok ŏpch’ (...)
  • 77 Han’guk Chut’aek Hyop’oe/korea Housing Association. Pour être désigné par l’État, un constructeur (...)

47Dans le secteur de la construction comme dans les autres secteurs économiques, l’application de ce principe repose d’abord sur une organisation rigide de la profession. Les entreprises de construction sont en effet réparties en deux types : les constructeurs dits « désignés » et les constructeurs dits « enregistrés »76. Les constructeurs désignés (sous-entendus, « par le gouvernement ») bénéficient de l’autorisation de participer aux opérations de masse, ainsi qu’aux appels d’offre publics. Ceux-ci correspondent aux cent quinze plus grosses entreprises du bâtiment déjà mentionnées et sont regroupés dans l’Association coréenne du logement, qui entretient des liens étroits avec le ministère de l’Équipement77.

  • 78 A. Amsden, 1989, p. 8 et passim. La stratégie connue du link import-export, qui consiste à accorde (...)
  • 79 Han’guk chut’aek hyŏphoe 15 nyŏnsa (15 ans d’histoire de l’Association coréenne du logement), 1995 (...)

48Le sens de l’honneur dans le service public ainsi que l’esprit militaire qui a imprégné pendant trente ans l’ensemble du système productif sont étroitement liés au développement de la méritocratie qui a régné dans le secteur de la construction comme dans tous les secteurs de l’industrie. L’attribution de médailles et de récompenses aux entreprises les plus performantes fait partie des stratégies mises en œuvre par le gouvernement pour discipliner les grands groupes et en faire des agents efficaces de la croissance. Ces stratégies ont consisté notamment à imposer des standards de performance, à pénaliser les entreprises qui ne les atteignaient pas et à récompenser les plus compétitives (par des prêts, des licences d’exportation, ou des dons de terrains)78. L’analyse du descriptif des cent quinze entreprises désignées qui figure dans la compilation réalisée pour les quinze ans de l’Association coréenne du logement fait apparaître que la plupart d’entre elles ont obtenu des « médailles » (susang) pour différentes réussites. Ainsi Hyundai a-t-il reçu en 1984 la « médaille du mérite industriel » (sanŏp p’ojang susang) dispensée par le président, puis une deuxième en 1992 et enfin une troisième, en 1994. En 1982, Samsung s’est vu, quant à lui, gratifié de la médaille « du milliard de dollars en contrat de construction à l’étranger » (haeoe kongsa suju 10 ŏk pult’ap susang). Enfin Woosung a décroché en 1987 une « médaille d’excellence pour la gestion de l’énergie » (enŏji kwalli usu ŏpch’ero susang)79. Bien sûr, l’attribution de ces récompenses, assortie de primes variées, représente autant un titre de gloire pour les constructeurs, qu’elle constitue pour l’État une manière d’orienter la nature des constructions réalisées et, par-là même, le profil urbain. Au début des années 1990, l’attribution de médailles et de primes de technicité aux constructeurs d’immeubles de plus de vingt niveaux est ainsi nettement liée à l’élévation des bâtiments dans les villes nouvelles et les périmètres de rénovation du centre-ville.

  • 80 Voir par exemple les pages particulièrement vivantes que B. Cumings consacre à ce thème dans Korea (...)
  • 81 T. Hattori, 1997. Dans la quatrième section de son article, « Personal connections between governm (...)

49Si les chaebŏl sont liés à l’État par des principes alliant contrôle, encouragement et répression, les relations entre les deux partis fonctionnent moins sur le mode conflictuel que sur le mode consensuel. L’alliance entre le pouvoir politique et le grand capital n’est certes pas exceptionnelle à la Corée. Mais cette alliance prend là-bas un caractère particulier dans la mesure où elle y est en quelque sorte instituée comme une règle de fonctionnement normal du système80. En Corée, le bon fonctionnement du système de production repose beaucoup sur l’importance des relations interpersonnelles tissées entre les agents du gouvernement et les grands patrons et fondées sur le clan, la région d’origine ou l’université dont on est issu81. Ce principe des relations interpersonnelles, initiées en général par un intermédiaire (chungmae) qui met en présence deux partis susceptibles de s’entendre, est une des normes réglant les relations, qui fonctionne encore à tous les niveaux du corps social et dans presque tous les domaines. Il est admis et accepté. En fait, c’est le contraire qui semblerait étrange et « anormal ». La fréquentation de la société coréenne m’a permis de faire, directement ou non, l’expérience de ce mode de fonctionnement : « avoir été présenté par l’intermédiaire de quelqu’un » (nugu-rŭl t’ong-esŏ soger-rŭl padatta) constitue souvent le « sésame ouvre-toi » d’un contrat ou d’un accord.

50Enfin, les grandes entreprises ont largement bénéficié de la politique de logement de masse lancée au début des années 1970... Le choix des pouvoirs publics de favoriser la construction des appartements est par ailleurs remarquablement cohérent avec la logique de profit qui anime les constructeurs : l’empilement des cellules d’habitation permet de diminuer la part du prix du terrain dans le prix du logement – part considérable dans une ville comme Séoul où les prix fonciers sont extrêmement élevés. Au milieu des années 1980, la part du prix du terrain représentait par exemple 39 % du prix d’un appartement, contre 70 % de celui d’une maison individuelle. Enfin et surtout, l’existence d’une énorme clientèle captive, soumise au processus du tirage au sort et attirée par les prix planchers des appartements, a permis aux constructeurs de proposer un logement tout à fait standard, dont l’unique critère de différenciation est la taille des appartements.

La soumission de la politique urbaine aux objectifs de l’État

51La politique du logement fixe un cadre général dans lequel s’inscrit l’action des producteurs, tandis que cette action sur le plan local, est, sinon déterminée, du moins contrainte et orientée, par les règles établies de l’aménagement urbain – qui impose pour ainsi dire la mise en page de la signature que les chaebŏl apposent sur Séoul par les tanji qu’ils y construisent.

L’urbanisme local soumis au contrôle de l’État jusqu’en 1995

52Séoul, qui jouissait depuis 1949 du statut de « Ville spéciale » (t’ŭkpyŏl shi) lui assurant une relative autonomie de gestion, fut placée en 1962 sous le contrôle direct du Premier ministre. Jusqu’en 1995, date de la régionalisation qui a consacré l’élection des maires au suffrage universel, le maire de Séoul a été nommé par le gouvernement et responsable devant lui. L’importance vitale du pôle séoulien dans le territoire national, conjuguée à la proximité de la DMZ, sont sans doute des facteurs importants qui expliquent la volonté du gouvernement central de conserver des moyens d’action étendus sur la capitale. Du reste, il n’est guère surprenant de constater que les périodes de crispation du régime (pendant la période de Yushin, ou pendant la présidence de Chun Doo-Hwan) soient marquées par un renforcement du contrôle exercé sur Séoul par le pouvoir politique. La dépendance de Séoul par rapport au gouvernement central se concrétise aussi par l’attribution des compétences étendues accordées au ministère de l’Équipement dans les mécanismes de la gestion urbaine.

  • 82 Les Japonais instituèrent le premier Code de la construction en Corée en 1913, code qui sera révis (...)
  • 83 Sur le système de zonage coréen, voir M.-H. Fabre, 1997, p. 50-54.
  • 84 M.-H. Fabre, 1995 et 1997. Voir aussi Sŏul Toshi Kyehoek, 1991.

53On a vu dans le chapitre précédent que l’ensemble du système permettant de gérer l’utilisation du sol en Corée est en place dès 1962. Héritage de la période japonaise et notamment du premier décret sur l’urbanisme publié par les autorités coloniales en 193482, le Code de l’urbanisme a institué le monopole du secteur public, seul acteur solvable, pour les opérations de développement foncier (remembrement et viabilisation). La loi d’expropriation foncière, publiée en même temps que le Code de l’urbanisme et qui permet au secteur public de contraindre les propriétaires fonciers à céder leurs parcelles pour la réalisation de grands travaux d’aménagement, est un outil privilégié de l’application de ce monopole. Sur le plan réglementaire, le Code de l’urbanisme, qui s’applique aux villes (shi), est fondé sur le principe du zonage grâce à la définition de trois types d’espaces : les zones (chiyŏk) portent sur la fonction (résidentielle, commerciale ou industrielle) ; les secteurs (chigu) portent sur des réglementations spécifiques concernant des activités et l’orientation du profil urbain (appartements) ; les périmètres (kuyŏk) sont des territoires d’intervention spécifique (rénovation urbaine, par exemple)83. Ces trois types de zones d’intervention peuvent se chevaucher sur le territoire urbain, c’est-à-dire s’appliquer en un même endroit84. Les réglementations concernant chacune de ces zones d’intervention (activités autorisées, limitées ou interdites ; physionomie du bâti urbain comme l’emprise au sol et le COS ; restrictions spécifiques, etc.) peuvent donc s’accumuler sur une même portion de terrain.

  • 85 M.-H. Fabre, 1997, p. 49.
  • 86 Kim Joochul et CHOE Sangchuel, 1997, p. 153.
  • 87 Sŏul Toshi Kyehoek, p. 20.

54Dans ce cadre général, l’octroi de compétences étendues au ministre de l’Équipement est un des symptômes les plus criants de la soumission de la planification locale aux desiderata du gouvernement national. L’urbaniste M.-H. Fabre affirme d’ailleurs clairement que « le pouvoir municipal n’est qu’un pouvoir déconcentré de l’État, qui reste dominant. [...] Nombre de décisions doivent émaner ou recevoir l’approbation du gouvernement central85 ». Certes, le SDAU de Séoul de 1988, conçu par l’Association des planificateurs coréens, a été présenté au public avant sa publication définitive. Mais il ne faut pas se méprendre sur le terme de « présentation », qui ne suppose pas vraiment de participation populaire86. En réalité, le plan est largement imposé par le gouvernement central. C’est en effet le ministre de l’Équipement qui donne l’approbation finale du SDAU de la ville et qui décide des allocations budgétaires87. Il a aussi le pouvoir de désignation des périmètres (kuyŏk) sur le territoire de la ville de Séoul – secteurs (chigu) et zones (chiyŏk) étant désignés par la municipalité elle-même.

55Point essentiel, des pouvoirs supplémentaires ont été transférés de la ville au ministère de l’Équipement par les deux lois fondamentales sur lesquelles s’est appuyée la progression du front des tanji, c’est-à-dire la loi d’encouragement à la construction du logement de 1972 et la loi de rénovation urbaine de 1976. La révision en 1976 de la loi d’encouragement à la construction du logement accorde ainsi au ministre de l’Équipement la possibilité de désigner dans Séoul des périmètres d’appartements (ap’at’ŭ chigu), alors que la compétence de désignation des secteurs (chigu) est en principe réservée à la municipalité. De même, l’approbation finale d’une opération de rénovation urbaine doit, selon la loi de rénovation, émaner de ce ministre.

  • 88 Depuis le début des années 1990. Jusqu’alors, il était limité dans ces zones à 1,5 (Lee Eun, 1997, (...)

56Enfin et surtout, ces lois sont des « lois spéciales » (t’ŭkpyol pŏp) qui, comme en France, l’emportent sur le cadre général donné par le droit commun – ici, le Code de l’urbanisme. Cela signifie concrètement que, sur les terrains qui y sont soumis, les réglementations entraînées par leur application l’emportent sur celles qui sont normalement définies par le Code de l’urbanisme. L’application de la loi de rénovation urbaine permet par exemple un changement de zonage. Le périmètre passe automatiquement dans la catégorie « résidentiel général » (ilban chugŏ chiyŏk), qui admet un COS de 3 et où la hauteur des bâtiments n’est pas limitée à cinq niveaux. Or, ces périmètres appartiennent avant leur désignation soit à des zones « exclusivement résidentielles » (chŏnyong chugŏ chiyŏk), où le COS est limité à 2,288 et la construction des appartements prohibée, soit à des zones vertes (nokchi chiyŏk). Les dérégulations du milieu des années 1970 (dérégulation de l’utilisation du sol et relâchement de certains standards de design permettant de densifier) correspondent en fait en partie à la publication de ces deux lois spéciales, qui sont les outils d’application de la politique de logement de masse lancée à la même époque par le ministère de l’Équipement. La normalisation du cadre bâti des ap’at’ŭ est donc liée aux règles imposées dans la construction des tanji par la loi d’encouragement à la construction du logement de 1972 : emprise au sol, COS, distance entre les bâtiments, pourcentage de la surface réservée aux équipements collectifs, nature de l’équipement des immeubles en fonction du nombre de niveaux, etc.

57D’où, dans le bâti urbain, l’existence de seuils significatifs contribuant à la standardisation des paysages ou, du moins, à la reproduction régulière de produits similaires. Ainsi, le petit collectif (yŏllip et tasedae) présente-il toujours le maximum de niveaux autorisés, c’est-à-dire quatre. Les tasedae, le maximum de la surface permise (660 m2) ; les yŏllip, qui échappent à cette limite de surface, comportent souvent entre quinze et dix-neuf appartements, ce qui les porte à la limite du quota de logements permis, sans que le constructeur soit soumis au contrôle des prix. Les constructeurs des grands ensembles, forcément soumis à ce contrôle, appliquent bien sûr de manière encore plus systématique ce principe de rentabilité maximale : les immeubles de cinq niveaux correspondent à la limite de l’élévation autorisée sans que la construction de l’ascenseur ne soit obligatoire. De même, une hauteur de quinze niveaux permet de rentabiliser les ascenseurs sans avoir à installer de coûteux équipements spéciaux d’évacuation contre les incendies, imposés à partir de seize niveaux, etc.

58L’existence de ces seuils, produits par le jeu des relations entre la logique de profit des constructeurs d’une part et les règles d’urbanisme édictées par les pouvoirs publics d’autre part, n’est certes pas spécifique aux villes coréennes. En revanche, la mise en place du système des punyang et le contrôle des prix du logement sont, tout en étant des expressions concrètes du contrôle imposé par l’État aux chaebŏl, des facteurs importants de l’extrême normalisation des tanji. Au cours des entretiens, les constructeurs ne manquaient d’ailleurs pas de se plaindre du dispositif régulateur et coercitif émanant du ministère de l’Équipement, tenant celui-ci pour seul responsable de l’uniformité du cadre bâti.

Et les architectes ?

  • 89 Ibid., p. 102.

59La désaffection des architectes coréens sur la question du logement est d’abord la conséquence du pouvoir faible qu’ils exercent sur la maîtrise d’œuvre. L’attribution du permis de construire à un constructeur n’est certes accordée que si le projet porte la signature d’un architecte licencié. Mais par la suite, c’est le constructeur qui assure le suivi des travaux. Par ailleurs, la plupart des grandes compagnies possèdent leur propre bureau de conception (solgye samuso) qui, en raison du contrôle des prix, n’a pas toujours les moyens financiers de réaliser les études nécessaires concernant non seulement le design, mais aussi les équipements de confort (chauffage, évacuation des ordures, éclairage, etc.). Le bureau de conception du chaebŏl a surtout pour fonction l’obtention de l’indispensable signature de l’architecte licencié. En réalité, la conception des appartements se fait par ordinateur, ce qui ramène son prix à moins de 300 F par appartement89.

  • 90 A. Delissen, 1997, p. 297 et 208. A. Berque note au Japon la même répartition des tâches entre les (...)

60Par ailleurs, les architectes et les urbanistes qui font partie de l’élite de la profession (professeurs d’université ou architectes connus) affichent actuellement un grand dédain pour la question du logement en général et celle des appartements en particulier. Ainsi en est-il de l’architecte Kim Jinai et de l’urbaniste Kang Hongbin, qui jouissent tous deux dans la profession d’une certaine notoriété. Kim Jinai avoue par exemple qu’elle répugne à parler des tanji, considérant la période de prolifération des appartements comme appartenant déjà au passé et contre laquelle il n’est plus possible d’agir : « Parler des grands ensembles d’appartements en Corée ne m’intéresse pas. De toute façon, il y avait trop de contraintes imposées par le gouvernement dans la construction du logement. On n’y pouvait rien. » Kang Hongbin tient à peu près le même type de discours : « Le logement n’est pas un thème intéressant, ni motivant. » Le « on » de Kim Jinai renvoie bien sûr à une frange de la profession, les « intellectuels » (dont elle fait partie), ceux qui s’opposent aux « architectes-techniciens » employés dans les bureaux de conception des chaebŏl. C’est bien sûr pour eux que, selon Kang Hongbin, la question du logement n’est ni motivante ni intéressante. Cette dichotomie de la profession est d’ailleurs évoquée par A. Delissen qui souligne dans sa thèse consacrée à Kim Sugŭn le mépris de la revue Konggan (Espace) à l’égard des grandes agences d’architecture attachées aux chaebŏl. Dans la revue, l’architecture et les problèmes de l’espace domestique sont traités par un petit nombre d’auteurs qui établissent une séparation nette entre les « vrais architectes » et les « vulgaires ingénieurs »90. D’où le silence de la revue Konggan à l’égard du développement de Kangnam.

  • 91 A. Delissen, 1997, p. 538. Le retrait de Kim Sugŭn pendant la décennie a été déclenché par un désa (...)
  • 92 Kim Jinai, 1994a et 1994b.
  • 93 Voir A. Delissen, 1997, p. 637-639.

61Pourtant, tout en vilipendant le mouvement moderne en urbanisme, Kim Sugŭn n’a pas véritablement développé de contre-modèle91. Lorsque, devenu l’architecte « officiel » du gouvernement, il participera dans les années 1980 aux grands projets olympiques, ses propositions le porteront même à prôner la densification du bâti et l’élévation du profil urbain. Quant à Kim Jinai, elle a certes publié en 1994 sur le logement deux ouvrages dont le propos sous-entend une critique nette des tanji92 ; mais elle a, comme beaucoup d’autres architectes, loué le Village olympique qui, malgré ses particularités formelles précédemment décrites, n’en est pas moins un tanji93.

62La position des grands architectes vis-à-vis de la question du logement du plus grand nombre n’est donc pas exempte d’ambiguïtés. Dans une certaine mesure, ces contradictions elles-mêmes reflètent l’exclusion des intellectuels de la production du logement, chaîne tenue par l’association entre l’État autoritaire et les grands groupes, mais contre laquelle il n’a pas été possible, pendant longtemps, d’opposer des critiques directes dans le contexte sociopolitique des années 1970 et 1980.

63Bien que les mécanismes qui viennent d’être décrits correspondent à une époque partiellement révolue, ils sont des facteurs d’explications essentiels des paysages actuels de la capitale coréenne, notamment dans ses espaces résidentiels. À cet égard, le tournant que constitue la régionalisation de 1995, qui clôt une période de l’histoire urbaine, permet de considérer dans leur cohérence les trente années passées. Apparus comme un élément moteur de la gestion de l’explosion urbaine, de l’occupation de l’espace et des populations, les tanji sont ainsi l’émanation du système politico-économique qui a sous-tendu le développement coréen.

Conclusion : tanji modernisation, modernité

64Les spécificités de la politique coréenne du logement (politique de logement de masse et d’accession à la propriété), l’organisation particulière de la filière de production (relations étroites entre l’État et les chaebŏl constructeurs, contrôle de la chaîne de production par l’État autoritaire dirigeant l’industrialisation rapide du pays), ainsi que la soumission de l’urbanisme de Séoul aux objectifs nationaux de la croissance économique, expliquent pourquoi le mouvement des grands ensembles a pris en Corée une ampleur qu’il n’a eu nulle part ailleurs. Les tanji reflètent ainsi, dans les formes urbaines, les processus qui ont permis le « miracle » économique sud-coréen et le passage, en trente ans, d’une société rurale et agraire à une société urbaine et industrielle. Le système des punyang, associant contrôle et possibilité de profit – à la fois pour les constructeurs et pour les candidats au logement – est une émanation parfaite de ces processus.

65Dans l’entreprise de la production du logement et de la ville, les habitants apparaissent ainsi comme un agent collectif fondamental. À Séoul, ceux-ci ont constitué d’abord une force de résistance à l’appartement. Mais lorsque les stratégies mises en place par l’État pour diffuser le nouveau modèle de logement dans la population se sont appliquées à une grande échelle, incluant une redistribution des dynamiques urbaines à Kangnam, un véritable renversement d’opinion s’est amorcé.

66Ce renversement n’est toutefois pas seulement le fruit de l’autoritarisme d’État. Des spécificités coréennes tenant aux attitudes mentales (la manière de revendiquer son rang social, notamment) expliquent en effet pourquoi l’appartement est peu à peu devenu l’un des signes caractéristiques de l’appartenance à la bourgeoisie urbaine, alors qu’il représentait à la fin des années 1960 le type même du logement destiné aux catégories défavorisées. De même, les conditions matérielles et économiques caractérisant, pour les individus, l’accès au marché du logement et de la location éclairent les mécanismes qui ont permis à la grande majorité des classes moyennes de participer au développement massifs des tanji. Le système traditionnel de la location en chonse, combiné au principe des punyang mis en place par le gouvernement, rend en effet le statut de locataire économiquement absurde pour cette frange de la population. Enfin, l’objet « appartement » est apparu comme un moyen de l’enrichissement.

67Si la prolifération des tanji coréens rappelle de loin en loin la politique de logement de masse pratiquée en France dans les années 1960 et 1970, elle se comprend aussi et surtout dans un contexte local. Une conception particulière de la ségrégation sociospatiale, ajoutée à une certaine indifférence pour les formes matérielles, peut ainsi éclairer le fait que plus d’un tiers de la population séoulienne a aujourd’hui effectué un choix résidentiel conforme à la nécessité pour l’État de gérer l’accroissement démographique et de contrôler les populations actives salariées sur lesquelles a, en grande partie, reposé le développement.

  • 94 Voir P. Claval, 1995, chap, xii, p. 270-295, « Cultures et niveaux de développement ».

68La « boucle des tanji » est ainsi une boucle complexe, fonctionnant sur la rencontre de ces intérêts divers qui ont été analysés ici (voir Figure 32). Permise par l’industrialisation du secteur du bâtiment (techniques, fonctionnement, etc.), la prolifération des appartements à Séoul a donc accompagné et dirigé la conquête urbaine en pleine période de « miracle » économique et de transition socio-économique. Le mouvement des tanji coréens peut à cet égard être considéré comme un des produits les plus caractéristiques de la modernisation coréenne – telle que la définit P. Claval qui, analysant les liens entre civilisations, niveaux de développement et évolution des techniques, identifie les sociétés modernes aux sociétés industrialo-urbaines94.

69Mais dans une perspective anthropologique, il convient également de se demander sur quoi reposent les liens systématiquement établis par mes interlocuteurs coréens (acteurs de la ville ou habitants) entre la « modernité » (chargée de toute la polysémie et de l’imprécision qui fait sa nature), l’ap’at’ŭ et les tanji.

  • 95 Voir par exemple A. Berque, 1993, p. 22-26 et G. Balandier, 1985.
  • 96 Cf. H. Janne, 1985, p. 67.

70Or, ce que dégage une analyse critique des concepts de « modernité » et de « modernisation » en sciences humaines, c’est, au fond, leur relativité dans une situation de changement95. L’étude des sociétés extra-occidentales en croissance rapide débouche ainsi sur un double enjeu. Le premier est le problème du « progrès », autrement dit du sens qui est donné aux changements par les cultures qui les reçoivent. Le « sens » est entendu à la fois comme « direction » (le mouvement est-il perçu comme avancée ou comme recul ?) et comme « signification » (le changement est-il valorisé ou non ?)96. Le second concerne la place de l’« occidentalité » dans le processus. Avec la question de l’influence, directe ou indirecte de ce qui provient de l’Occident (du Coca-Cola au blue-jean, en passant par d’éventuels modèles urbains, des modèles de logements ou des comportements), se pose en effet le problème de savoir en quoi les sociétés extra-occidentales perçoivent tout cela comme « moderne » et en quoi l’occidentalité » est liée au « sens du changement ».

71La dernière partie est donc tout entière consacrée à cette question de la modernité : pourquoi, en quoi, est-elle l’essence même du tanji ?

Figure 32. LA BOUCLE DES TANJI

Figure 32. LA BOUCLE DES TANJI

Tableau 5. La politique du logement en Corée et les principales réalisations à Séoul depuis 1941 (suite).

Tableau 5. La politique du logement en Corée et les principales réalisations à Séoul depuis 1941 (suite).

Tableau 5. La politique du logement en Corée et les principales réalisations à Séoul depuis 1941 (suite).

Tableau 5. La politique du logement en Corée et les principales réalisations à Séoul depuis 1941 (suite).

Tableau 5. La politique du logement en Corée et les principales réalisations à Séoul depuis 1941 (suite)

Tableau 5. La politique du logement en Corée et les principales réalisations à Séoul depuis 1941 (suite)

Tableau 5. La politique du logement en Corée et les principales réalisations à Séoul depuis 1941 (suite)

Tableau 5. La politique du logement en Corée et les principales réalisations à Séoul depuis 1941 (suite)

Notes

1 Amorcée au début des années 1920 par la baisse de la mortalité, la transition démographique de la Corée est aujourd’hui achevée. Encore relativement élevé en 1995 pour un pays industrialisé (0,95 %), le taux de croissance naturel de la population s’élève en 2000 à environ 0,6 %.

2 RPL 2000.

3 Cf. Population Growth and Policies in Mega-Cities, 1986, p. 5sq et Migration, Urbanization and Development in the Republic of Korea, 1980, p. 20-24.

4 Voir Kwŏn Yongu et al., 1998.

5 A. Delissen montre que le problème du logement (chut’aek munje) est même beaucoup plus ancien et remonte à la période coloniale. Cf. A. Delissen, 1997.

6 L’expression est de F. Moriconi-Ebrard (1993).

7 Voir Han’gug-ŭi toshi (Les Villes coréennes), 1999, tableau, p. 294.

8 Chung Heesoo et Lee Dongsung, 1996, p. 57 ; Puschra W. et Kim Kwangyoung éd., 1993.

9 Kim Kwangyoung, 1993, p. 253-279.

10 RPL, 2000.

11 RPL, 1980.

12 Voir Yoon Juhyun et al., 1999.

13 RPL, 1990.

14 Cf Guglielmo, 1996.

15 Phénomène lié à l’ampleur de la crise du logement qui a sévi en Corée jusqu’à la fin du xxe siècle, les sources sur la politique du logement en Corée sont pléthoriques. Voir par exemple Sŏul yŏn’gu (Études sur Séoul), 1993, Kim Yongch’ang, « Sŏul t’oji munje » (« Les problèmes fonciers à Séoul », p. 297-330 et SŎ Chonggyun et al, « Chut’aek munjewa chut’aeg-ŭi chŏnch’ihak » (« Le problème du logement et la politique du logement »), p. 331-358 ; Lee Gunyoung et Kim Hyunsik dir., 1995, Cities and Nation. Planning Issues and Policies of Korea : III partie, « Housing Market and Housin Policy », p. 315-406 ; Lim Gillchin et Chang Wook dir., 1990, Dynamic Transformation : Korea, NICs and Beyond, IVe partie, « Housing and Social Well-Being », p. 295-370. Deux ouvrages récents en anglais sont entièrement consacrés à la question du logement : Chung Heesoo et Lee Dongsung, 1996, Globalisation and Housing Industry et Puschra W. et Kim Kwangyoung éd., 1993, Housing Policy in the 1990s : European Experiences and Alternative for Korea. Enfin, de très nombreux rapports du KRIHS (Korean Research Institute for Human Settlement) et du SDI (Seoul Development Institute) sont consacrés au logement ou à des problèmes connexes (problèmes fonciers notamment).

16 Proportion pour la Corée entière, Kim Kwang-Young, 1996, p. 272.

17 Chut’aek konsŏl ch’ŏkchin pŏp/Housing Construction Promotion Law.

18 Le COS maximum dans les secteurs résidentiels était de 1,5 jusqu’en 1983 puis de 2,2.

19 Lee Kisuk et Noh Heebang, 1994, p. 96.

20 Cette surface plafond a augmenté avec le temps, mais pas de manière significative.

21 Chut’aek ŭnhaeng/Korea Housing Bank. La Banque du logement, privatisée en 1997, est devenue la Banque commerciale et du logement.

22 Kugmin Chut ’aek Kigŭm/National Housing Fund.

23 Chut’aek pokkwon (Housing Lottery en anglais) qui fonctionne comme une sorte de loto : le tirage a lieu une fois par semaine, en direct à la télévision. La Loterie du logement est gérée par la Banque du logement. Dans les années 1970, pour l’achat d’un ticket (100 wons) on pouvait gagner jusqu’à 10 millions de wons, ce qui permettait de s’acheter un logement. Avant la crise asiatique, un ticket de 500 wons permettait de gagner un gros lot de 100 millions de wons.

24 Kim Joochul et Choe Sangchuel, 1997, p. 115.

25 Dans ce contexte, punyang, qui est difficilement traduisible en français, est souvent rendu par « lotissement » ou « vente de lots ». D’origine sino-coréenne, ce mot signifie en effet littéralement : « partager (des lots) et les distribuer ».

26 Kugmin chut’aek ch’ŏngyak chŏch ’uk/National Housing Subscription Savings Deposit. « Compte épargne à terme » se dit en fait chŏnggi chŏkkŭm. Les ch’ŏngyak chŏch’ûk sont plutôt les « bons d’épargne » correspondants.

27 Minyŏng chut ’aek chut ’aek ch’ŏngyak pugŭm, une sorte de compte épargne à terme (chŏnggi chŏkkŭm).

28 Minyong chut’aek ch ongyak yegŭm (Time Deposit), qui est une sorte de dépôt à terme (chŏnggi yegŭm).

29 Kuyjŏng ch ’isu, traduit en anglais par modular coordination.

30 « Inscrire des bons du Trésor » se dit ch’aekkwonŭl chŏkta. Il s’agit de bons du Trésor de 2e catégorie (che 2 chong kugmin chaekkwon) émis par la Banque du logement. Le système n’existe qu’à Séoul, ville où la spéculation est la plus vive. Depuis la régionalisation (1995), les collectivités locales peuvent également l’établir, mais cela ne s’est pas produit.

31 Bien que des unités de logement en petit collectif de moins de cinq niveaux (yŏllip) puissent parfois rentrer dans le système des punyang (quand il y a plus de vingt unités de logements), la majeure partie d’entre elles concerne bien sûr les ap’at’ŭ, en immeubles d’au moins cinq niveaux.

32 SSY, 1995.

33 Yoon Juhyun, 1998.

34 J.-P. Flamand, 1989, p. 11. Cette définition est reprise par J.-M. Stébé dans une petite mise au point synthétique récente sur la question (J.-M. Stébé, 1998, p. 3-5).

35 J.-P. Flamand, 1989 ; R. Butler et P. Noisette, 1977 ; R.-H. Guerrand, 1967 et 1979.

36 J.-P. Flamand, 1989, p. 39.

37 Selon les analyses marxistes de R. Butler et P. Noisette, le logement social se résume d’ailleurs à l’idée qu’une classe sociale en loge une autre (R. Butler et P. Noisette, 1977).

38 HBM : Habitation à bon marché. Voir notamment J.-P. Flamand, 1989, p. 28-84 et passim.

39 J.-M. Stébé, 1998, p. 4.

40 J.-P. Flamand, 1989, p. 65-74.

41 C’est toute la thèse de J.-P. Flamand, qui consacre son essai à l’analyse du renversement de perspective qui a fait passer l’État du refus de toute intervention dans la solution du logement des classes laborieuses à son intervention massive (voir ibid.).

42 Cette année marque en effet un véritable tournant dans la politique française en matière de logement avec la promulgation de la loi Barre (janvier 1977) qui stipule le passage de l’aide à la pierre à l’aide à la personne (ibid., p. 308-316).

43 J.-P. Flamand, 1989, p. 288-293.

44 Cette surface a légèrement augmenté avec le temps, mais pas de manière significative.

45 Agence nationale des ressources hydrauliques, Agence de développement foncier, Agence nationale des chemins de fer, Agence nationale des autoroutes.

46 Chiffres pour 1995.

47 Voir Jang Yeonghee, 1994.

48 Ce qui ne signifie pas, bien sûr, que tous les Séouliens sont propriétaires. On rappelle que dans la capitale coréenne, la proportion est d’environ 40 % de propriétaires et 60 % de locataires.

49 Sŏul Toshi Kaebal Kongsa/Seoul Metropolitan Development Corporation. Cette kongsa qui dépend, non pas du ministère de l’Équipement, mais de la mairie de Séoul. Les relations entre la mairie et l’ADVS sont les mêmes que celles entre le ministère et l’ONCL : la mairie nomme le président de l’ADVS et subventionne l’agence par des dons en nature ou en capital.

50 Imdae chut’aek kŏnsŏl ch’okchin pŏp : loi d’encouragement à la construction de logement locatif, 1993 ; Jang Yeonghee, 2001.

51 Les logements en question sont rachetés par les sociétés à l’ONCL (l’ADVS depuis le début des années 1990).

52 Kim Joochul et Choe Sangchuel, 1997, p. 117sq.

53 J. Chung, 1995, p. 320-321.

54 Ibid., p. 325.

55 RPL, 1970 et 1995.

56 Ces trois termes sino-coréens signifient respectivement : « le vêtement », « la nourriture », « la maison ».

57 B. Cumings, 1997, p. 336.

58 Chakchŏn signifie exactement « plan de bataille », « plan de campagne militaire ».

59 Idéologie officielle de la Corée du Nord, le chuch’e repose sur les principes suivants : socialisme proprement coréen et autonomie de la nation.

60 Cité par Jung Inha, 1997, p. 32.

61 Ch’oe P’yŏngdu, 1991, p. 227-264.

62 Ch. Topalov, 1987.

63 M.-G. Raymond, 1966.

64 Lee Eun, 1997, p. 196.

65 J.-P. Flamand, 1989, p. 251-256.

66 Selon A. Amsden, la croissance coréenne montre des caractéristiques communes avec celles d’autres pays qui, comme le Brésil, la Turquie, l’Inde ou le Mexique, ont aussi connu une industrialisation tardive (late industrializatiori) : une forte intervention de l’État et le développement de conglomérats puissants, dont les managers et les ingénieurs salariés apprennent, appliquent et transmettent la technologie étrangère (A. Amsden, 1989, p. v). B. Cumings, dans Korea’s Place in the Sun (1997), apporte son point de vue d’historien à ces analyses connues.

67 L’expression d’État « état-major » est d’A. Delissen (A. Delissen, 1994, p. 137).

68 A. Amsden, 1989, p. 136.

69 B. Cumings, 1997, p. 322sq.

70 Han’guk chut’aek hyŏphoe 15 nyŏnsa (15 ans d’histoire de l’Association coréenne du logement), 1995, p. 102-107. Pour un aperçu en français du développement des chaebŏl depuis le début des années 1950, voir la première partie de la thèse de Lee Hyeonjoo sur l’expansion des chaebŏl à l’étranger (Lee Hyeonjoo, 2000).

71 Cf Han’guk chut’aek hyŏphoe 15 nyŏnsa (15 ans d’histoire de l’Association coréenne du logement), 1995, p. 1041-1045.

72 Ces types se conforment dans une certaine mesure à la typologie établie par B. Cumings, fondée à la fois sur l’ancienneté des chaebŏl et le processus de diversification de leurs activités (B. Cumings, 1997, p. 322-330).

73 Han’guk chut’aek hyŏphoe 15 nyŏnsa (15 ans d’histoire de l’Association coréenne du logement), 1995, p. 676.

74 Shin Kwangyoung, 1998, p. 3-31.

75 Le conglomérat Hyundai a en fait donné naissance à deux compagnies de construction. Hyundai Construction (Hyŏndae kŏnsŏl), fondée en 1947 et à l’origine du groupe, fut le constructeur des appartements Map’o. En 1976, une autre branche fut créée : Han’guk Toshi Kaebal, qui devint rapidement Hyŏndae Sanŏp Kaebal, spécialisée dans le développement urbain. C’est cette branche qui a construit le tanji d’Apkujŏng. Cf Han’guk chut’aek hyŏphoe 15 nyŏnsa (15 ans d’histoire de l’Association coréenne du logement), p. 98 et p. 729-730.

76 Constructeur désigné : chijŏng ŏpch’eldesignated builder ; constructeur enregistré : tŭngnok ŏpch’e/registrated builder.

77 Han’guk Chut’aek Hyop’oe/korea Housing Association. Pour être désigné par l’État, un constructeur doit répondre à certains critères de taille et de compétence. Un capital de plus de cinq milliards de wons, un personnel de plus de dix personnes, munies de diplômes spécifiques, ainsi qu’un quota de plus de trois cents logements construits dans les trois dernières années font partie des critères essentiels.

78 A. Amsden, 1989, p. 8 et passim. La stratégie connue du link import-export, qui consiste à accorder aux entreprises des licences d’importations de matières premières ou intermédiaires (alors que les importations sont en principe strictement contrôlées), en fonction des performances réalisées à l’exportation est un exemple canonique de ce principe.

79 Han’guk chut’aek hyŏphoe 15 nyŏnsa (15 ans d’histoire de l’Association coréenne du logement), 1995, p. 626-736.

80 Voir par exemple les pages particulièrement vivantes que B. Cumings consacre à ce thème dans Korea’s Place in the Sun (B. Cumings, 1997, p. 316sq).

81 T. Hattori, 1997. Dans la quatrième section de son article, « Personal connections between government and business », l’auteur analyse le parcours de certains membres de l’élite, p. 471-474.

82 Les Japonais instituèrent le premier Code de la construction en Corée en 1913, code qui sera révisé en 1934.

83 Sur le système de zonage coréen, voir M.-H. Fabre, 1997, p. 50-54.

84 M.-H. Fabre, 1995 et 1997. Voir aussi Sŏul Toshi Kyehoek, 1991.

85 M.-H. Fabre, 1997, p. 49.

86 Kim Joochul et CHOE Sangchuel, 1997, p. 153.

87 Sŏul Toshi Kyehoek, p. 20.

88 Depuis le début des années 1990. Jusqu’alors, il était limité dans ces zones à 1,5 (Lee Eun, 1997, p. 129-130).

89 Ibid., p. 102.

90 A. Delissen, 1997, p. 297 et 208. A. Berque note au Japon la même répartition des tâches entre les architectes et les « constructeurs » (qu’ils soient charpentiers ou general constructors). Les architectes se sont désintéressés du logement et se sont cantonnés aux bâtiments de prestige publics ou privés (A. Berque, 1993, p. 166).

91 A. Delissen, 1997, p. 538. Le retrait de Kim Sugŭn pendant la décennie a été déclenché par un désaccord survenu à propos de l’aménagement de Yŏŭido.

92 Kim Jinai, 1994a et 1994b.

93 Voir A. Delissen, 1997, p. 637-639.

94 Voir P. Claval, 1995, chap, xii, p. 270-295, « Cultures et niveaux de développement ».

95 Voir par exemple A. Berque, 1993, p. 22-26 et G. Balandier, 1985.

96 Cf. H. Janne, 1985, p. 67.

Table des illustrations

Titre Tableau 3. Répartition de la population coréenne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3780/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Tableau 4. La construction d’appartements en Corée depuis 1961.
Légende Source : Ap’at’ŭ chugŏ hwan’gyŏng (Statistiques sur l’environnement résidentiel des appartements), 1999, p. 34-35.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3780/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 674k
Titre Figure 32. LA BOUCLE DES TANJI
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3780/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Tableau 5. La politique du logement en Corée et les principales réalisations à Séoul depuis 1941 (suite).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3780/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Titre Tableau 5. La politique du logement en Corée et les principales réalisations à Séoul depuis 1941 (suite).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3780/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 630k
Titre Tableau 5. La politique du logement en Corée et les principales réalisations à Séoul depuis 1941 (suite)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3780/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Titre Tableau 5. La politique du logement en Corée et les principales réalisations à Séoul depuis 1941 (suite)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3780/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 601k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540