Version classiqueVersion mobile

Le voile et la bannière

 | 
Christèle Dedebant

Troisième partie. Nouvelles frontières

Chapitre VII. La famille élargie

Texte intégral

Les femmes du monde entier appellent de tous leurs vœux, la paix internationale, la stabilité nationale, l’émancipation de leurs consœurs, la prospérité économique, le progrès social et l’égalité des sexes.
Discours d’introduction de la Quatrième Conférence internationale de la Femme, Beijing, 1995.

L’idiome de l’élite

  • 1 Supra, dans la section « L’adah ou l’ornement des mœurs » (pp. 39-40), nous avons vu que les usages (...)
  • 2 Gail Minault, « Introduction : The Extended Family as Metaphor and the Expansion of Women’s Realm » (...)

1Rendons tout d’abord à César ce qui lui est dû : le concept de « famille élargie », comme métaphore de l’activisme politique des femmes du sous-continent, doit être attribué à l’historienne Gail Minault. Dans une région du monde où le vocabulaire familial sous-tend l’ensemble des rapports sociaux1, explique-t-elle en substance, la notion de « famille élargie »– invoquée au sens propre comme au sens figuré – « a permis au domaine des femmes de s’étendre à la sphère publique2 ». Plutôt que de cesser d’invoquer leurs rôles traditionnels dans la cellule domestique, les femmes – ou plutôt celles d’entre elles qui se sont lancées dans le militantisme – ont entretenu la force emblématique de la féminité archétypale. Les bénéficiaires de la réforme socio-religieuse, on s’en souvient peut-être, avaient souscrit à l’idéal de l’épouse et de la mère accomplies : Bi Amman, l’héroïne du Mouvement pour le Califat, avait incarné au plus haut point le courage maternel, les agitatrices de la Ligue musulmane avaient été perçues comme les filles ou les sœurs des leaders brimés et les begam patronnesses avaient rempli les fonctions de mères secourables. Plus près de nous, il n’est pas jusqu’aux protestataires du Qanoon-i Shahadat en 1983 qui n’aient tiré parti de l’image de la féminité bafouée. De part en part de l’histoire nationale, la représentation collective de la symbolique familiale a permis aux militantes d’accéder à la représentation sociale.

Féminisme e(s)t nationalisme

  • 3 Sur l’exploitation politique du topos de la femme indigène brimée, voir par exemple Lata Mani, « Co (...)
  • 4 Le phénomène est manifeste dans les objections des musulmans à l’égard du Child Marriage Restraint (...)

2Au XIXe siècle finissant, la défense de la condition féminine s’était développée comme un mouvement de réaction aux attaques du pouvoir colonial (ou de la communauté adverse) portant sur le sort désastreux réservé aux représentantes du « sexe faible », vouées à la satî, à la polygynie, au purdah intégral, au mariage pré-pubère, au veuvage illimité, etc. Moins chargé de défendre les victimes désignées que d’instruire le procès de leurs congénères masculins – réputés obscurantistes et arriérés –, un tel discours servait au plus haut point l’argument colonialiste (ou communaliste)3. Par suite, la promotion de la condition féminine entreprise par les avocats de l’éducation et les partisans de la réforme légale devait refléter le processus de régénération politico-sociale des communautés concernées. Ces efforts d’accommodement ont pourtant été accompagnés du réflexe inverse déniant aux détracteurs de tous bords le droit de s’immiscer dans la sphère privée4.

  • 5 L’attitude changeante de Jinnah à l’égard du Child Marriage Restraint Act en fournit un exemple par (...)
  • 6 Expression extraite du poème de Hali reproduit in Gail Minault 1986 (a), p. 141.
  • 7 Les hommes ou. plutôt, la minorité d’entre eux qui. par leur classe d’âge, leur statut social et le (...)
  • 8 Sur le rôle politique du voile islamique (parmi les très nombreuses publications sur le thème), voi (...)
  • 9 C’est ce que Deniz Kandiyoti s’est attachée à souligner : « tandis que le jeu des frontières entre (...)

3En dépit de leurs divergences, avocats ou adversaires de la réforme – dont les positions respectives pouvaient d’ailleurs permuter selon les circonstances5 – s’accordaient sur un point central : tous attribuaient au statut des femmes la fonction d’emblème communautaire. Le topos de la féminité « dépositaire de la grandeur des nations6 », mère pédagogue préposée à l’édification des générations futures et/ou gardienne des traditions dressée contre les forces ennemies, n’a en effet cessé de façonner la rhétorique nationaliste. Un seul exemple, pris dans la masse des pratiques quotidiennes, entérine le symbole de la féminité comme garant naturel (c’est-à-dire « consacré par l’usage ») de l’identité de groupe : au Pakistan, tout comme dans d’autres régions du monde, le port du costume dit national, le shalwâr qamîz, est presque invariablement imposé aux femmes – quelles que soient leur classe sociale et leurs fonctions –, là où leurs compatriotes masculins s’accommodent volontiers d’une certaine hybridité vestimentaire7. Que les règles de la tenue féminine et les normes de comportement qui lui sont associées se présentent comme la simple perpétuation de la coutume, la marque d’imitation des mœurs présumées de l’élite, le témoignage d’obéissance à la propagande gouvernementale ou, comme ce fut le cas de l’Iran révolutionnaire, le désaveu de l’ancien régime et la réaction au modèle hégémonique occidental8, le rôle des femmes comme porte-étendard des valeurs jugées authentiques n’est plus à démontrer9.

  • 10 Voir S.H. Mirza 1969, pp. 45-46, traduit par nous.
  • 11 Khomeyni avait énoncé une fatwâ affirmant qu’en respectant le port du hejâh les femmes pouvaient in (...)
  • 12 Voir par exemple sur cette conclusion Valentine M. Moghadam, « Introduction and overview : Gender d (...)

4Au travers de l’histoire, le rôle des égéries nationales n’a évidemment pas été limité à ce seul pouvoir « talismanique ». Encouragées par les chefs de file du Mouvement pour le Pakistan, les représentantes de la Ligue musulmane avaient admirablement réussi leur conversion du zenâna à la sphère publique : « il est absolumment essentiel de donner aux femmes l’opportunité de lutter à nos côtés » avait déclaré Jinnah en 1938 à l’intention du All-India Muslim Women’s Central Sub-Comniittee10. Un mot d’ordre, soit dit en passant, dont les révolutionnaires iraniennes ont su amplement tiré parti quelques décennies plus tard en investissant, sur l’impulsion même de l’imam Khomeyni11, les sphères sociale, économique et politique et en tentant de conquérir pied à pied les champs religieux et juridique verrouillés par la sharî‘a. Mais l’Iran post-révolutionnaire constituerait là une quasi-exception car, si l’on en croit le verdict désabusé des féministes et/ou historiennes de l’activisme féminin au temps des luttes d’indépendance, dans le sous-continent comme ailleurs, la féminisation de la geste nationaliste n’a guère abouti à l’émancipation des femmes au lendemain de l’effort de mobilisation12. Women of Pakistan, two steps forward, one step hack de Farida Shaheed et Khawar Mumtaz inclut à son tour ce couplet désenchanté :

  • 13 Farida Shaheed et Khawar Mumtaz 1987. p. 48.

History tells us that women are called upon in times of crisis, when social norms are forgotten (...). But history also tells us that the moment the crisis is over, and the men return home, women are once again asked to take a back seat, to return to their kitchens and children13.

  • 14 B. Anderson a suggéré que le nationalisme a moins partie liée avec un système idéologique à part en (...)
  • 15 L’argument a été développé par Simone de Beauvoir dans Le Deuxième Sexe. Pour des travaux plus cont (...)
  • 16 Deniz Kandiyoti, « Identity and Its Discontents : Women and the Nation », Millennium, Journal of In (...)
  • 17 Nous paraphrasons ici le titre de Maxine Molyneux, « Mobilization Without Emancipation ? Women’s In (...)

5La question est de savoir si, comme l’affirment les auteurs, la mobilisation nationaliste a véritablement permis d’abolir les normes sociales en vigueur. Nous avons vu que la symbolique de la mère, de la sœur ou de la fille avait au contraire fermement ancré le discours politique dans le registre familial14. De fait, la rhétorique nationaliste a transcendé plutôt que pulvérisé le cadre de la tradition. Non que les femmes soient le seul point de mire d’une telle construction discursive : la symbolique familiale de la nation, qui exalte ses « pères » bâpû, tel que Gandhi était surnommé) ou ses « frères », se décline tout aussi bien au masculin. À ceci près – et c’est là toute la démonstration des gender studies – que la vision androcentrique impose le masculin comme genre universel, non marqué, là où le féminin figure le spécifique et le différencié15. En d’autres termes, les hommes peuvent s’arracher de la catégorie sexuée (et des rôles qui lui sont associés : père, frère, époux, etc.) pour incarner la condition humaine dans son ensemble, là où les femmes restent enfermées dans les particularismes de leur genre (et des fonctions qui lui sont assignées : mère, sœur, épouse, etc.). Sexe de la différence par excellence, voué à représenter le spécifique sous toutes ses formes (ethnique, religieux, culturel, etc.), le féminin, par le comportement, la mise, etc. est tenu d’arborer la marque distinctive du groupe. Or, comme le souligne Deniz Kandyoti, tant que les femmes assument cette fonction emblématique, « leur statut de citoyennes à part entière », dotées de droits idoines, « demeurera sujet à caution16 ». En renchérissant sur les rôles féminins traditionnels au sein du groupe, la métaphore de la famille élargie a sans doute permis aux femmes d’investir la sphère publique, elle ne les a pas moins maintenues dans des catégories préétablies. La voie royale était peut-être une impasse tant il est vrai que « mobilisation » ne coïncide pas toujours avec « émancipation17 ».

  • 18 Nous faisons évidemment allusion à l’ouvrage L’origine de la famille, de la propriété privée et de (...)
  • 19 Sur l’hostilité des marxistes « orthodoxes » à l’égard de la pensée féministe, voir par exemple. Ma (...)

6L’historiographie féministe fait en effet toujours le même constat : la question féminine n’a jamais tenu qu’un rang subalterne au sein des vastes causes socio-politiques qui prétendaient l’englober. Les luttes anti-impérialistes (et/ou du Mouvement pour le Pakistan) n’y ont pas fait exception. Le phénomène a d’ailleurs été tout aussi perceptible dans l’approche marxiste, laquelle, à la suite d’Engels18, voyait l’entière résolution de la question féminine dans la généralisation du travail salarié et l’abolition du capital, quand elle ne suspectait pas le « déviationnisme » féministe d’entraver la voie de la révolution19. Une critique récurrente qui pèse encore aujourd’hui sur les ONG féminines pakistanaises, régulièrement accusées d’éluder les questions d’intérêt général. On pourrait multiplier les exemples où les exigences de la cause collective ont semblé menacer l’épanouissement du « surgeon » féministe : le WAF en est peut-être un qui, non sans provoquer certaines dissensions dans ses rangs, n’a cessé de se fondre (ou de se confondre ?) avec les programmes d’intervention les plus « généralistes ». Dans tous les cas, auprès du mouvement ouvrier, de l’indépendance des peuples colonisés ou de la restauration de la démocratie, la hiérarchie des priorités a pu opérer aux dépens des revendications féminines.

  • 20 Arlette Farge, Histoire sans qualité, Paris, Galilée, 1979.

7On objectera non sans raison que la pensée féministe, aujourd’hui nettement différenciée, ne s’imposait pas aussi distinctement par le passé : il n’est pas sûr que les militantes du Mouvement pour le Pakistan aient clairement cerné leurs propres objectifs (et par suite, le sacrifice accompli au nom de l’intérêt général). Qui plus est, la caractérisation de l’aliénation spécifique des femmes se heurte à un écueil majeur : comme on l’a déjà signalé, le féminin n’est pas enfermé dans un groupe sociologiquement délimité mais se trouve représenté à tous les étages de la société. Cette réalité démographique fait obstacle à la définition même d’une pensée politique féminine transversale : les intérêts et les acquis des unes, ne sont pas forcément ceux des autres. La lutte contre la patriarchie, si distinctement définie par les porte-parole du féminisme, ne se trouve peut-être pas au premier rang des priorités des Pakistanaises. De sorte que la conclusion, maintes fois soulignée, selon laquelle la participation des femmes au Mouvement pour le Pakistan (tout comme au MRD) n’a jamais été rétribuée à sa juste mesure, impose une certaine circonspection. Les grandes mobilisations politiques n’ont en effet peut-être pas libéré celles dont l’histoire, selon la belle expression d’Arlette Farge, a été « écrite avec de l’encre incolore20 »– entendons par là, la légion anonyme des sœurs, filles ou mères virtuelles exaltées par la rhétorique militante, lesquelles ont pâti par la suite d’un ensemble de lois discriminatoires –, mais sans doute ont-elles, sinon tout à fait émancipé, du moins favorisé l’émergence des sœurs, filles ou mères réelles des leaders nationaux. Car en termes de visibilité politique, le concept de « famille élargie » s’interprète également au sens littéral.

La grande famille politique

  • 21 Chef de file du parti du Congrès, veuve de Rajiv Gandhi (Premier ministre de l’Inde [1984-1989], mo (...)
  • 22 Premier ministre du Bangladesh (1991-1997), veuve de Ziaur Rahman (administrateur de la loi martial (...)
  • 23 Élue Premier ministre du Bangladesh (1997), fille du leader assassiné Sheikh Mujibur Rahman (Premie (...)
  • 24 Premier ministre du Sri Lanka, élue successsivement en 1960, 1970 et 1994, veuve de Solomon West Ri (...)
  • 25 Élue présidente du Sri Lanka en 1994, fille de Solomon W.R.D. Bandaranaïke et de Sirimavo Bandarana (...)
  • 26 Voir supra, p. 132 note 52.
  • 27 Chef de file du Pakistan People’s Party Shaheed Bhutto, belle-sœur de Benazir Bhutto et veuve de Mi (...)
  • 28 C’est cette pseudo-féminisation de la politique que Taslima Nasreen a stigmatisé en ces termes : «  (...)

8Les figures de proue du nationalisme – Bi Amman, Jahan Ara Shah Nawaz, Shaista Suhrawardy Ikramullah, Fatima Jinnah, Rana Liaqat Ali Khan – ont en effet incarné un concept dont le succès ne s’est pas démenti dans l’ensemble du sous-continent : celui de la légataire d’un membre familial masculin, de préférence décédé dans des circonstances tragiques. La liste est longue de ces veuves ou orphelines reprenant le flambeau de la politique : Indira et Sonia Gandhi21 (Inde), Begum Khaleda Ziaur Rahman22 et Hasina Wajeed23 (Bangladesh), Sirimavo Bandaranaïke24 et Chandrika Kumaratunga25 (Sri Lanka), Begum Nusrat Bhutto, Begum Nasim Wali Khan26, Benazir Bhutto et, plus récemment, Ghinwa Bhutto27 (Pakistan). Sans pour autant préjuger de leurs capacités et motivations individuelles, leur accession au pouvoir, en tant qu’excroissance de l’autorité masculine originelle, indique au premier chef le respect fervent accordé au lignage dans leurs sociétés respectives28. Toutes ont du reste démontré que leur « genre » ne les prédisposait pas à accorder une attention particulière à leurs compatriotes du même sexe.

  • 29 Dans sa célèbre autobiographie, Benazir Bhutto décrivait en ces termes les funérailles de son père  (...)

9Le personnage de Benazir Bhutto, tel qu’il était représenté par la vox populi au lendemain de sa disgrâce (1996), est à ce titre hautement significatif : « exécutrice testamentaire » de l’aura du shahîd Zulfikar Ali Bhutto29 et aveuglément éprise de son encombrant époux, l’ex-Premier ministre, au mépris de l’intérêt de la nation, n’aurait obéi qu’à la voix du sang et aux exhortations de la chair. Comprimée entre dévotion filiale et ferveur conjugale, sa stature a pu sembler tenir tout entière dans la seule expression du (dés) honneur familial.

10Quant aux représentantes de la société civile qui se sont hissées au premier plan, de la doctoresse Rashid Jahan aux militantes d’aujourd’hui, elles ne sont pas moins issues du gotha de la politique que leurs consœurs mandatées par le peuple. Le féminisme militant semble en effet circonscrit à quelques groupuscules autonomes généralement formés – coïncidence remarquable – au point de convergence du régime de Zia ul-Haq et de la Décennie internationale de la Femme. Si nombre de volontaires ou de salarié(e)s des community based organisations effectuent dans l’ombre un travail de terrain à l’échelle locale, une cinquantaine de personnes de stature nationale ou internationale a capté l’attention des médias. Nombre des membres fondateurs de ces organisations sont issus des milieux de l’opposition.

  • 30 AGHS est l’acronyme de Asma, Gui, Hina et Shahla. Shahla Zia est directement issue des rangs des As (...)
  • 31 Entretien personnel avec Hina Jilani à Lahore.

11Parmi les plus célèbres, les sœurs Jilani (Asma Jahangir et Hina Jilani) – militantes du WAF et fondatrices aux côtés de Gul Rukh Rehman et de Shahla Zia du centre d’aide juridique destiné aux femmes (AGHS30) en 1980 – sont les filles de Malik Ghulam Jilani31, membre de l’Assemblée nationale et adhérent de la Ligue Awami de Sheikh Mujibur Rahman, incarcéré pour insubordination sous les régimes autocratiques d’Ayub Khan, de Yahya Khan et de Zulfikar Ali Bhutto. C’est en organisant la défense de son propre père, opposé à la guerre contre le Pakistan oriental, que la jeune Asma Jahangir, alors âgée de 18 ans, a conquis une certaine notoriété jusque dans l’Inde voisine. Arguant, en 1970, auprès de la Cour suprême que la sentence à l’encontre de Malik Ghulam Jilani, passée en temps de loi martiale, ne pouvait avoir de validité constitutionnelle, elle obtint gain de cause à la faveur d’un jugement historique.

  • 32 L’organisation, tout d’abord chapeautée par le juge à la retraite Dorab Patel (décédé en 1997), fut (...)

12Les sœurs Jilani et leurs plus proches collaboratrices ont institué en 1982 la Punjab Women’s Lawyers Association (PWLA), cellule active du WAF et figure de proue de la campagne de protestations contre les ordonnances Hudood et le Qanoon-i Shahadat. Jusqu’en 2000, Asma Jahangir, – actuellement rapporteur des crimes extrajudiciaires auprès des Nations unies – était également la présidente en titre de la très respectée Human Rights Commission of Pakistan (HRCP, fondée en 1986)32. En 1991, les deux sœurs ont en outre établi à Lahore le centre d’hébergement et d’assistance juridique Dastak destiné aux femmes en situation de crise (violence conjugale, troubles familiaux, etc.). Chapeauté par Tahira Mazhar Ali, doyenne de l’opposition de gauche, Dastak inclut dans son conseil d’administration Salima Hashmi, ex-principale du National College of Arts (NCA) de Lahore et fille du poète d’inspiration marxiste Faiz Ahmed Faiz.

  • 33 Voir supra, p. 130.
  • 34 Avec le soutien de Shirkat Gah, Aurat et WAF, PILER s’est agrandi en 1989 d’un Wornen Workers Centr (...)
  • 35 Danse classique originaire du Tamil Nadu (Inde du Sud).
  • 36 Situé à Shershah. Entretien personnel avec Sheema Kermani à Karachi.
  • 37 Voit supra, pp. 130-131.

13À Karachi, le syndicaliste Karamat Ali, contraint à la clandestinité sous le gouvernement de Zulfikar Ali Bhutto33, a formellement établi en 1982 le centre de recherches PILER consacré à l’avancement des masses laborieuses dans le domaine socio-économique et politico-légal34. De son côté, l’ex-épouse de Karamat Ali, la danseuse de bharata nâtyam35 Sheema Kermani – fille d’un brigadier général et d’une représentante de l’APWA –, avait installé en 1980 son groupe d’action culturelle Tahrik-i Niswan dans les locaux d’un syndicat du textile36. Désormais établie dans le quartier huppé de Zamzama, la compagnie de théâtre itinérant Tahrik-i Niswan – noyau actif du WAF depuis la première heure- s’est orientée vers des projets de sensibilisation socio-politiques diffusés tant dans les zones défavorisées que dans les secteurs résidentiels de Karachi. Le co-animateur du groupe depuis 1989 n’est autre que Khalid Ahmad, l’un des sympathisants du London Group durant l’insurrection du Baloutchistan37.

  • 38 Sa sœur, l’actrice et scénariste Feryal Gauhar, a été nommée ambassadeur du United Nations Populati (...)
  • 39 Entretien personnel avec Madeeha Gauhar, Lahore, le 29-05-1998. Khadija Gauhar est l’auteur de Corn (...)

14Ajoka (punjabi : « La question du jour »), une autre troupe de théâtre d’avant-garde établie à Lahore en 1983, s’est également donné pour mission d’essaimer ses vues réformatrices (ou révolutionnaires ?) au travers de l’adaptation de Brecht et de Saadat Hassan Manto. Madeeha Gauhar38, son animatrice principale aux côtés du metteur en scène Shahid Nadeem – tous deux membres actifs du WAF – est directement issue du sérail de la gauche pakistanaise : sa mère, Khadija Gauhar39, romancière et militante du NAP (Bashani), avait été mise à l’index par Bhutto pour avoir réprouvé la répression militaire de 1971.

  • 40 Interview à Lahore de Nighat Said Khan.
  • 41 Elle fut en effet nommée directrice générale du National Book Council (1988- 1990, Islamabad) sur l (...)

15Le profil des représentantes des groupes de recherche féministes est à l’avenant : Nighat Said Khan – fille de Saeed Ahmad Khan, un général de l’armée de terre sous Ayub Khan – fondatrice en 1983 du centre de ressource et de publication Applied Socio-Economic Research (ASR [« impact »]) et directrice de l’Institute of Women’s Studies de Lahore (IWSL ; 1997) fut associée à la Democratic Women Association affiliée au parti communiste pakistanais40. Quant à la poétesse Fahmida Riaz, ancienne sympathisante de la guérilla du Baloutchistan, elle s’était un temps associée au PPP après un exil volontaire en Inde durant le régime de Zia ul-Haq41. Revenue de « l’illusion démocratique » de Benazir Bhutto, elle a formé en 1994 à Karachi l’organisation Women and Development Association (WADA ; « Promesse ») dont l’un des objectifs est de promouvoir les femmes écrivains « progressistes » auprès de la classe moyenne inférieure.

  • 42 Entretien personnel avec Neelam Hussain à Lahore.
  • 43 Mian Iftikaruddin fut également l’un des fondateurs en 1951 de l’Azad Pakistan Party sur la suggest (...)

16Mais c’est sans doute la féministe Neelam Hussain qui, aux côtés de Tahira Mazhar Ali et de la Begum Nasim Jahan, pourrait fournir le paradigme le plus abouti du militantisme « héréditaire ». Animatrice auprès de Lala Rukh (NCA), Rubina Saigol et Farida Sher du collectif d’éducation et de recherche Simorgh (1985), elle fut un membre fondateur de WAF dont elle déplorait l’affectation de neutralité politique42. Son milieu d’origine est profondément marqué par des années d’activisme : sa mère est la fille de Mian Iftikaruddin – animateur de la Ligue musulmane du Punjab avant la Partition43 –, tandis que son père, Syed Amir Hussain Shah, ex-représentant de la Ligue musulmane à la fin des années 1940, était l’un des chef de file du NAP (Wali Khan) dans les années 1970.

  • 44 Voir supra, p. 127.

17Si l’on garde en mémoire que les animatrices de Shirkat Gah (Farida Shaheed et Khawar Mumtaz) et de Aurat (Nigar Ahmad et Shahla Zia)44 ont également en commun un « passé » familial ou individuel dans le mouvement politique et syndical, on entrevoit à quel point les porte-parole des organisations féminines les plus reconnues sont les dépositaires d’une certaine mouvance de l’histoire nationale : minoritaire, contestataire et... sharîf !

  • 45 Voir supra, pp. 121-122 note 2.
  • 46 L’ancien Premier ministre de l’Inde (1984-1989), était comme on le sait, le fils d’Indira Gandhi (e (...)

18Les femmes seraient-elles donc vouées à s’inscrire dans le cadre indépassable de la famille, y compris dans leurs fonctions publiques ? L’hypothèse exige une fois de plus d’être modulée : comme nous l’avons indiqué précédemment, nombre de leurs compatriotes masculins n’ont pas été moins servis par les mécanismes de la filiation. Les trajectoires d’un Zulfikar Ali Bhutto, d’un Wali Khan45 ou d’un Rajiv Gandhi46 en témoignent clairement. Que ce lien filial soit expressément mis en avant dès qu’il opère au profit des femmes ne fait que refléter la pérennité de l’équation femme-famille dans l’opinion publique. Mais la différence est peut-être au fond plus de degré que de nature, tant il est vrai qu’au Pakistan – et bien sûr, ce pays n’est pas unique en ce domaine – le pouvoir, tout comme le contre-pouvoir institutionnalisé, demeurent l’exclusivité d’une classe très fermée.

Contre... tout contre !

  • 47 La remarque ne s’applique pas nécessairement aux programmateurs ou coordinateurs des ONG – hommes o (...)

19Contre les instances gouvernementales à maintes occasions, les représentantes des ONG et les porte-parole du WAF n’en sont pas moins également tout contre : leurs dispositions à l’égard de l’actuel gouvernement de Pervez Musharraf l’attestent pleinement. Issues des rangs de l’intelligentsia citadine et militante, les activistes des droits de la femme – ou tout au moins celles d’entre elles qui ont les honneurs des médias anglophones – ont en effet largement accès aux outils, aux institutions et aux personnalités clé de l’activité politique formelle dans une région du monde où, comme on l’a souligné, les réseaux de parenté et/ou d’influence conservent une importance prépondérante47. Ce constat est d’ailleurs à l’origine de l’allégation maintes fois formulée selon laquelle les militantes des droits de la femme, bénéficiaires des privilèges de leur rang, se saisissent du seul type de discrimination dont elles aient à pâtir : celui de l’inégalité des sexes. On reconnaît bien dans cette observation récurrente l’adhésion au principe téléologique de la hiérarchie des priorités et l’on entrevoit le procès d’intention qui en découle.

20En tout état de cause – et ce n’est certes pas au discrédit des intéressées –, les meneuses des protestations publiques, affranchies des règles du purdah et dégagées des plus lourdes contraintes des tâches domestiques et/ ou des obligations du travail salarié, ont tiré parti de leur position sociale pour braver les forces de l’ordre. Non que la brutalité du jeu politique au Pakistan puisse être minimisée outre mesure : nombre d’activistes sont régulièrement soumises à des mesures d’intimidation (insultes, écoutes téléphoniques, saccages de locaux, menaces de mort, voire attentats) et Asma Jahangir, pour ne citer qu’elle, s’est vue contrainte d’expatrier ses deux filles pour des raisons de sécurité. On se rendrait donc coupable d’une falsification et d’une injustice criantes en dépréciant le courage et l’abnégation des avocates des Droits de l’homme (et de la femme). On veut plutôt signifier ici que les figures de proue de l’activisme féminin entretiennent avec la sphère publique et le jeu du pouvoir une familiarité (tout à la fois héritée et acquise) dont leurs consœurs moins « en vue » sont loin de se prévaloir. Là où les transactions (dialogue ou confrontation) avec les instances dirigeantes constituent un seuil (psychologique, culturel, économique, social, etc.) difficilement franchissable pour le commun des femmes, les chefs de file de la contestation féminine disposent d’une capacité supérieure à l’outrepasser.

  • 48 Les féministes indiennes ont également noué des relations ambivalentes avec l’État, voir par exempl (...)
  • 49 Qui s’est produit par exemple dans la campagne anti-ONG orchestrée par Nawaz Sharif en 1998.
  • 50 Sur le danger de la « capacité d’absorption » de l’État, voir Laurie A. Brand, Women, the State, an (...)
  • 51 Estimations de 1993, voir Cynthia Abrioux 1995, p. 24.

21Cet habitus de classe socialement dominante et politiquement engagée induit donc un rapport tout particulier avec le pouvoir et ses représentants. L’État – que l’on aborde par le biais de contacts personnels et que l’on affronte à coup d’éditoriaux, de rapports officiels, de pétitions et d’activités de lobbyisme – est en effet successivement (et parfois simultanément) perçu comme un allié ou un adversaire, mais jamais comme une entité lointaine, anonyme et inaccessible48. De son côté, sauf cas particulier49, l’État oscille entre la volonté de coopter une partie du discours féministe50 (Ayub Khan, Zulfikar Ali Bhutto, Benazir Bhutto et Pervez Musharraf) et la politique délibérée de non-intervention (Zia ul-Haq, dans une certaine mesure). Il faut dire que la voix des militantes des droits de la femme et/ou des activistes laïques est avant tout répercutée par les publications de la presse anglophone. She (mensuel féminin), Herald, Newsline, Friday Times, The News, The Nation, etc. – fondés, dirigés ou alimentés par la frange dite « libérale » de la société civile- ont en effet largement ouvert leur colonnes aux militantes des organisations féminines et aux activistes des Droits de l’homme. Le mensuel Newsline notamment – dont le portrait de la fondatrice, Razia Bhatti (décédée en 1996), trône dans le hall d’entrée de Vlnstitute of Women ’s Studies de Lahore – est dominé par une équipe féminine mise au service de l’opinion publique « éclairée ». Si remarquablement frondeuse que soit cette prose, les ciseaux de la censure gouvernementale sont (d’ordinaire) relativement indulgents : dans un pays où le taux d’analphabétisme atteint 62 % (chiffres 1995), le lectorat hypothétique des publications anglophones plafonne en effet à 3 %51. Si bien que l’élite « libérale » et cosmopolite est souvent conduite à s’adresser à elle-même.

  • 52 Mais non – conséquence de l’ultra-personnalisation du pouvoir – les noms et prénoms des politiciens (...)
  • 53 Nous faisons ici allusion au célèbre ouvrage de James Scott Weapons of the Weak : Everyday Forms of (...)

22En dignes dépositaires de la tradition légaliste des Ashrâf urbains et réformés, les militantes des droits de la femme (ou plus exactement, celles d’entre elles qui ne se sont pas reconverties dans les ONG), sont absorbées au premier chef par la controverse juridique, l’alternance des partis et la dialectique laïcité/islamisation, là où les gens du commun méconnaissent les lois, n’ont aucune idée de la teneur des débats menés en haute sphère et ignorent parfois jusqu’au nom des partis52. Les effets de la crise économique et du discrédit de la classe politique (gangrenée par la corruption) conjugués à la prégnance des affiliations « horizontales » (locales, linguistiques, ethniques, sectaires, etc.) paraissent inhiber l’émergence d’une allégeance citoyenne à l’échelle nationale. Pour la cohorte des exclu(e)s de la politique de centralisation, des laissé(e)s pour compte des programmes d’éducation, l’approche des militantes des droits de la femme peut au premier abord sembler obscure. En retour, les porte-parole les mieux établi(e)s de la question féminine, défini(e)s par l’habitus de leur classe, ne perçoivent peut-être pas toujours aisément les résistances ordinaires des femmes du commun, dotées, pour paraphraser James Scott53, des armes spécifiques des faibles. « Le monde est ma représentation » avait affirmé Schopenhauer : c’est précisément vers l’élite urbaine que nous allons ramener le lecteur.

L’intelligentsia militante

  • 54 E. Mann 1996, p. 135. L’auteur s’est inspirée de I. Lapidus, « The Early Evolution of Muslim Urban (...)

23Il est temps en effet de revenir sur une ligne de partage abordée au début de cet ouvrage qui recoupe, sans toutefois les recouvrir entièrement, les différentes démarcations de classe. On veut parler ici de la distinction – à géométrie variable – entre les individus educated et leurs congénères non educated. Nous maintenons l’anglais à dessein, tant l’expression idiomatique (et le contraste définitif qu’elle suppose) ne trouve pas son équivalent en français. Pour tenter de saisir le concept dans son ensemble, on gardera tout d’abord en mémoire les différentes manifestations de la connaissance (ou du savoir) définies par Elizabeth A. Mann54 :

  • l’aptitude à lire et écrire (parhnâ-liknâ),

  • l’acquisition de l’instruction formelle,

  • la connaissance et l’application des règles de l’adab,

  • le savoir religieux (dîn-i ta’lîmî).

Les laboratoires de la sélection

  • 55 Pour une vue approfondie, Sahiba Mansoor, Punjabi, Urdu, English in Pakistan : a Sociolinguistic St (...)
  • 56 Dont l’anglais est la langue majoritaire (ou concurrentielle de l’ourdou, punjabi, etc.) dans la sp (...)

24S’agissant de la première de ces facultés, il va sans dire que – dans une région du monde où l’analphabétisme est communément placé au premier rang des maux sociaux – la distinction entre l’individu capable de lire et d’écrire et l’analphabète (jâhil âdmî, litt. : « ignorant ») est fondamentale. La langue écrite (mais aussi parlée) constitue un second facteur discriminatoire : ourdou, anglais (respectivement, langue nationale et langue officielle), punjabi, sindi, etc55. La minorité anglophone56 avoue parfois présenter certaines lacunes dans la maîtrise de l’ourdou écrit. Ces déficiences ne la disqualifient par pour autant de la catégorie « éduquée » : et pour cause, ce dimorphisme linguistique est un trait distinctif – mais non nécessairement récurrent – de l’élite de stature internationale.

  • 57 Plus de la moitié des enfants abandonnent l’école avant d’achever le cursus primaire). Voir Mahbub (...)
  • 58 Ce college ultra-huppé pour garçons situé à Lahore a entre autres accueilli Imran Khan.
  • 59 Nous avions évoqué le Queen Mary Girl’s High School de Lahore (fondé en 1906) dans le « Le zenâna d (...)
  • 60 Ce lycée pour filles de Karachi, qui est une extension de l’établissement catholique Saint Patrick (...)

25Le parcours scolaire, défini par le type d’établissement fréquenté et la nature du diplôme obtenu, entraîne à son tour un nouveau type de classification. L’instruction primaire – dont l’intégralité du cursus ne concernait en 1995 que 36 % des garçons et 25 % des filles de la classe d’âge des 5-9 ans57 – peut s’effectuer au sein des madrasa, des écoles du réseau informel établies par les comnumity based organisations, des Urdu ou English medium schools gouvernementales ou des English medium schools privées. On ne s’en étonnera pas outre mesure, c’est au sein de ces derniers établissements – et particulièrement au sein de leur subdivision nommée convent schools – que tous les chefs de file du féminisme ont été formés, de l’école primaire au lycée. Ces institutions au nom particulièrement évocateur – Aitchinson58, Queen Mary59, Saint Joseph60, etc. – ne nous sont pas inconnues : elles sont le produit direct du zèle missionnaire et/ou réformiste déployé au tournant des XIXe et XXe siècles.

  • 61 L’établissement est une expansion d’une école chrétienne fondée dans les années 1880. Voir supra, p (...)
  • 62 L’établissement compte 25 % de chrétiennes parmi les professeurs. Un chiffre éloquent comparé au po (...)
  • 63 Kinnaird College for Women, prospectus 1997-1998, p. 2. Cette fierté institutionnelle nous a été sp (...)
  • 64 À titre d’exemple, parmi les 22 clubs associés au conseil d’étudiants : the Psychology Club, the En (...)
  • 65 En 1998, l’armée s’est employée à dénicher les écoles qui engrangent les subventions de l’État sans (...)

26Le Kinnaird College for Women (lycée et établissement d’études supérieures de Lahore fondé en 191361), laboratoire in vivo de la fine fleur nationale, en constitue l’un des exemples les plus aboutis. En dépit de son origine marquée, le Kinnaird – tout comme les institutions huppées similaires, estampillées « chrétiennes »– ne s’adonne pas au prosélytisme religieux62. Dans un décor idyllique, où s’entrecroisent colonnades de briques rouges et rideaux de verdure, on se flatte de cultiver excellence, discipline et civisme dans le plus parfait anglais : « nos diplômées, affirme le prospectus de Kinnaird, apportent une contribution majeure à la vie nationale63 ». Dans la continuité du modèle britannique de la public school, les activités collectives connexes (débats publics, clubs et sociétés d’étudiants64, fêtes de charité) s’emploient à stimuler tout à la fois le sens de l’émulation et l’esprit de clan. Une atmosphère conviviale et studieuse qui contraste crûment avec la détestable réputation des établissements gouvernementaux standard : apprentissage par cœur, coercition physique, locaux dégradés ou improvisés, pénurie de matériel, examens annulés, diplômes extorqués ou falsifiés, étudiants ou enseignants « fantômes »65.11 faut dire que la fréquentation n’est pas la même : le ballet des Mercedes, BMW et autres Pajero sur les parkings des convent schools ou colleges de Lahore, Karachi ou Islamabad l’indique au premier coup d’œil.

  • 66 La Grammar School, qui offre ses services de la maternelle au A ’ Level (équivalent du baccalauréat (...)

27Le mode d’admission de ces institutions réputées se résume officiellement à un seul critère : la valeur des candidat(e)s. Chacune d’entre elles accueille donc son quota de boursiers et boursières, humbles mais méritants. À y regarder de plus près, la méritocratie a tout de même ses limites. L’ourdou et l’instruction de l’islam (islâmiyyât) figurent bien à titre obligatoire au programme des convent schools, mais, comme leur nom l’indique, ces private english medium schools dispensent le savoir en anglais. Or, comme nous venons de le voir, l’aptitude linguistique est l’un des critères les plus socialement marqués. Le Kinnaird, se pliant aux directives gouvernementales, dispose en outre de places réservées aux filles et sœurs des diplômées de l’enseignement supérieur, tandis que la Grammar School de Karachi, l’un des établissements mixtes les plus prestigieux (et les plus anciens) du pays66 – qui dispose de deux courts de tennis et de squash, d’une piscine olympique et d’un auditorium – s’enquiert très ouvertement du parcours scolaire et de la profession des parents du futur élève. Aux côtés des capacités de l’enfant, dûment notifiées au cours d’une séance de tests psychomoteurs, les critères familiaux sont (au moins) tout aussi déterminants : si les parents et/ou frères et sœurs sont Grammarians (anciens de la Grammar School), l’admission de l’élève est, sinon tout à fait acquise, du moins très favorablement considérée. Les frais fixes de scolarité de ces établissements huppés atteignent en moyenne 5 000 roupies par mois (99 € environ ; là où le traitement mensuel d’un fonctionnaire civil du premier échelon est de 3 000 roupies ou 58 €). La bonne société se reproduit donc au sein des plus beaux vestiges institutionnels du Raj. Le système associatif des « anciens élèves », y compris en milieux diasporiques, assure en outre la perpétuation des connexions sociales « horizontales » : « Londres ne désemplit pas de Grammarians ! », assurait l’un de ces happy few avec un étonnement de circonstance. Ingénuité feinte ? Cécité de classe ? Le monde est (décidément) ma représentation...

  • 67 Voir Mahbub ul Haq et Khadija ul Haq 1998, p. 53.
  • 68 Voir Mahbub ul Haq et Khadija ul Haq 1998, p. 167.

28Poursuivons notre chemin en compagnie de l’élite estudiantine pakistanaise en gardant bien en mémoire que, là où 21 % des 10-17 ans sont inscrits dans le secondaire, seulement 2,6 % des individus de plus de 18 ans rejoignent un établissement de l’enseignement supérieur (chiffre qui situe le Pakistan derrière l’Inde, le Bangladesh et le Népal)67. À ce niveau, les étudiantes se font encore plus rares que leurs homologues masculins : 1,5 % d’entre elles s’engagent dans la voie des études longues68. C’est en effet au cours des années qui suivent le A’ Level (équivalent du baccalauréat) que la ligne de démarcation entre femmes éduquées et très éduquées (on cherche le superlatif) se fixe définitivement. Perspectives de mariage obligent, la majorité des jeunes filles bachelières s’en tiendra à un cursus tronqué au college. C’est que ce qu’il faudrait appeler la logique de « l’hypergamie du diplôme »– selon laquelle l’époux doit être plus qualifié que l’épouse – constitue un frein aux études supérieures. On évolue ici dans un milieu où le travail féminin est plus optionnel qu’impératif. La perspective d’une carrière professionnelle dépend donc tout à la fois de la motivation des intéressées et du degré de conservatisme de la famille d’origine et d’accueil. Aujourd’hui comme autrefois, l’instruction féminine encouragée par les représentants de l’élite est avant tout chargée de façonner un modèle d’épouse et de mère ad hoc.

  • 69 Nous l’avons vu, la profession de femme médecin est extrêmement valorisée. En 1995, la catégorie so (...)

29Pour celles d’entre elles qui aspirent à suivre l’intégralité du cursus universitaire, le nec plus ultra ne sera pas l’université du Punjab ni celle de Karachi (régulièrement traversées par des vagues de violence), ni même l’université Qaid-i Azam d’Islamabad (pourtant plus paisible), mais bien les établissements étrangers situés au Royaume-Uni ou aux États-Unis. Si, portés par la mouvance internationale, les garçons ont investi la voie royale des MBA américains (Masters of Business Administration), leurs consœurs, quand elles n’ont pas embrassé la carrière médicale69, cultivent volontiers ce que la langue anglaise regroupe sous le terme générique de Arts (sciences humaines mais aussi beaux-arts). Les classes supérieures pakistanaises produisent en effet un nombre considérable de femmes peintres (qui ne sont pas toutes du dimanche) et de stylistes de mode (dont les présentations de collection agrémentent régulièrement l’atmosphère feutrée des hôtels internationaux de Karachi et de Lahore).

  • 70 On s’est systématiquement enquis de la formation universitaire des personnes interviewées. Pour com (...)
  • 71 L’Institute of Development Studies de l’université de Sussex (Royaume-Uni) et l’Institute of Social (...)

30Ce n’est pourtant pas dans cette catégorie que se situe le leadership du féminisme pakistanais, qui – comme nous l’avons vu en introduction – est avant tout détenu par des économistes, des spécialistes en sciences sociales, des journalistes et des avocates. Les statistiques sont éloquentes : près de 70 % des dirigeantes d’ONG, représentantes des instances donatrices et directrices de centres d’études70 ont obtenu leur diplôme (master [maîtrise] ou, dans une moindre mesure, PhD [doctorat]) dans une université britannique, américaine ou néerlandaise71. Pour les contempteurs de l’occidentalisation, la cible s’impose d’elle-même. Nous verrons bientôt comment la question du (re)centrage culturel est précisément au cœur de la rhétorique féministe.

Réadaptations de l’adab

  • 72 T.B. Macaulay, le promoteur de l’adoption officielle de l’anglais, avait souhaité formé une gentry (...)
  • 73 Homi Bhabha, « The Third Space », in J. Rutherford (éd.), Identity, Community, Culture, Difference.(...)

31Revenons à la classification adoptée au début de ce chapitre, laquelle, au rang des différentes manifestations du savoir, met en évidence une notion qui nous est devenue familière : le respect de l’adab. Disons-le sans ambages : au premier coup d’œil, l’observateur ne distinguera pas dans le comportement de l’intelligentsia de profil international l’héritage multiséculaire de la société sharîf. Tout dans cette assurance et amabilité mesurées semble indiquer l’extériorisation quasi « transculturelle » de l’appartenance de classe. Une sorte d’espéranto de l’attitude bourgeoise pratiqué, pourrait-on avancer, par les dignes héritiers de la « génération Macaulay72 ». Ce serait oublier un peu vite que les prescriptions de l’adab s’articulent sans peine sur les normes de comportement communément associées à la bourgeoisie occidentale. Homi Bhabha l’a bien montré : en tant que productrices de symboles et de sujets, les pratiques culturelles sont éminemment « interpellatives73 ».

  • 74 L’expression, parfois fâcheusement sarcastique, désigne l’accent anglais de la bourgeoisie du sous- (...)
  • 75 Nous désignons par là l’hexis corporelle des personnalités qui « (s’) imposent » (sans nécessaireme (...)

32On touche ici à la zone frontalière entre discours normatifs et multiples ajustements singuliers. Mais s’il fallait identifier une dominante dans l’ordre de l’hexis corporelle, c’est la notion de tempérance qui s’imposerait à l’esprit. La voix tout d’abord, parfaitement ajustée aux règles d’élocution du discours public (nombre des militantes, ne l’oublions pas, sont des conférencières chevronnées), révèle une maîtrise impeccable de l’anglais international ou laisse transparaître à l’occasion la suave altération de tempo, si caractéristique du phrasé chutney mary74. Un contrôle phonétique et linguistique qui s’associe à une aisance corporelle contrastant tout à la fois avec le laisser-aller plébéien (ou réputé tel), la gêne petite-bourgeoise et la prodigalité gestuelle des dominants locaux moins aguerris aux usages de la (grande) bourgeoisie urbaine75.

  • 76 Nighat Said Khan, c’est une exception, porte le shalwâr qamîz sans le dupattâ (ses consœurs dispose (...)
  • 77 Nous faisons évidemment référence au grand classique de Pierre Bourdieu, La distinction, critique s (...)

33Les choix vestimentaires sont évidemment à l’avenant : ils se portent de préférence sur les textiles naturels (cotonnade, lin, éventuellement soie) aux couleurs neutres ou sourdes et proscrivent les matières synthétiques aux tons criards. Sous une apparence commune, le shalwâr qamîz des représentantes des classes supérieures et inférieures (et leurs subdivisions successives urbaines/rurales, diplômées ou non, etc.) pourrait se prêter à un véritable décryptage sémiotique. Du côté des militantes des droits de la femme, la tenue oscille invariablement entre l’austérité volontaire (coton brut, khâdî, absence d’ornement, cheveux courts76) et l’élégance discrète (camaïeux, bijoux anciens de facture locale, maquillage léger). La décoration d’intérieur, bien sûr, s’offrirait également à une fructueuse « distinction » bourdieusienne77 : dépouillement contraint par la modestie du foyer (atténué par une gravure de la Mecque et/ou quelques photos de starlettes indo-pakistanaises), imitation involontairement parodique du confort des grands hôtels (moquette à perte de vue, mobilier coordonné, postes de télévision à profusion), agencement concerté à fort investissement culturel (tapis et kilims, boiseries de la vallée de la Swat, argenterie de facture locale, pièces de mobilier héritées ou acquises au hasard des voyages, etc.). C’est généralement dans cette dernière catégorie, où l’exhibition du pouvoir économique est moins prisée que l’ostentation du goût (entendu comme raffiné), que se situe la fraction « éduquée » ou « ultra-éduquée » de l’élite urbaine.

  • 78 P. Bourdieu 1979, p. 85. Citons cette remarquable formule de Luce Giard : « tout se passe comme si (...)
  • 79 Voir Norbert Elias 1973, p 168. À ce titre, l’une des rumeurs qui court sur le régime quotidien de (...)
  • 80 Voir sur cette question captivante, Delphine Roger, « The Influence of the Indo-Persian Medical Tra (...)
  • 81 Non que les excitants soient tout à fait proscrits dans les milieux féministes. Si la mastication d (...)

34On pourrait évidemment multiplier les exemples illustrant cette orientation. Qu’on nous permette d’en évoquer un dernier, le plus primordial, celui dans lequel se manifeste, selon Bourdieu, « la marque la plus forte et la plus inaltérable des apprentissages primitifs » : le goût alimentaire78. Au Pakistan, quand les plus démunis se contentent de dâl (lentilles) et de chappâtti (galettes de blé), les épices, les condiments et l’alimentation camée constituent l’ordinaire des classes aisées79. Reste que les élégantes (ou les affairées) des classes supérieures délaissent volontiers l’alimentation trop riche (ou « chaude », selon la terminologie spécifique de la médecine ayurvédique80) au profit d’un léger snack81.

  • 82 Définition du Robert citée par Pierre Bourdieu 1979, p. 227.

35Cette attitude générale, caractérisée par la coercition des manifestions corporelles, pourra certes sembler familière au lecteur européen. Mais plutôt que de l’imputer à la seule perméabilité des normes bourgeoises ou (néo-bourgeoises) occidentales, il faudrait y voir la marque de l’adaptabilité des règles de comportement édictées par l’adab, tant la tenue – au sens de « dignité de la conduite et correction des manières82 »– se donne comme l’une des prérogatives du sharâfat.

Accumulation de capitaux

  • 83 La formule est devenue un topos du discours sur les activistes religieux. Pour la retrouver à l’écr (...)
  • 84 Le salaire d’une responsable d’ONG directement rétribuée par les instances donatrices occidentales (...)

36Anglophones, formées dans des institutions prestigieuses, couvertes de diplômes, familières des arcanes du pouvoir, dotées de l’entregent nécessaire : jusque-là, les figures de proue du militantisme féminin pourraient constituer l’ultime aboutissement de l’idéal d’Aligarh. Certes – tout comme les représentants de la bourgeoisie émergeante qui avaient jadis souscrit à l’idéal de la réforme –, le « sang d’Abraham » (selon l’éloquente formule de Sir Sayyed) ne coule pas nécessairement dans leurs veines. Qu’importe au fond, puisque les avantages de l’éducation héréditaire se sont substitués aux privilèges de l’ascendance sharîf. Une généalogie du savoir qui affleure dans le discours des intéressées – fréquemment issues de deux ou trois générations de femmes éduquées – lorsqu’elles qualifient les membres féminins des partis politico-religieux (les fameuses fundamentalist women) de first generation educated83. Cumulant capital économique (coquettement entretenu par le salaire attribué aux responsables des ONG84 les plus en vue), capital symbolique dérivé de l’environnement familial et capital culturel, les égéries du militantisme n’ont guère moins d’arguments que les premiers avocats de la condition féminine.

  • 85 Cette jâhiliyya moderne se caractérise par la recrudescence du matérialisme, l’ignorance et/ou la t (...)
  • 86 Sir Sayyed, nous l’avons vu, jugeait l’éducation des femmes tout à fait prématurée.
  • 87 Voir Neelam Hussain, « Women as Objects and Women as Subjects within Fundamentalist Discourse », in(...)

37La comparaison a tout de même ses limites, notamment sur un point précis : la place accordée à l’islam. Comme on l’a souligné précédemment, à l’exception notable de Riffat Hassan, laquelle s’inscrit en droite ligne d’un Sayyid Mumtaz Ali, l’avant-garde féministe laïque ne peut guère se prévaloir d’une connaissance approfondie du corpus religieux. Il ne s’agit certes pas de la cécité morale et intellectuelle stigmatisée par l’épithète jâhil (lit. « païen » ; en référence aux temps pré-islamiques de l’ignorance : jâhiliyya), mais plutôt d’une méconnaissance relative imputable au cloisonnement du domaine religieux. Un phénomène que, soit dit en passant, Maududi et Sayyid Qutb ont précisément identifié comme l’un des aspects de la « jâhiliyya moderne85 ». Certains aspects de la réforme socio-religieuse – portant notamment sur la dénonciation des coutumes néfastes – ont été certes avalisés par les militantes des droits de la femme. Mais, dans le discours des féministes, le référent islamique n’est ni l’illustration de la régénération de l’élite, ni le ferment politique et identitaire des années 1930-1940, ni même le sésame de l’avancement socio-légal exploité dans les années 1960. Il faut dire que les représentants du camp adverse ne sont plus les compétiteurs hindous d’autrefois : ils sont, nous y reviendrons, les défenseurs du statu quo et des traditions locales (ou jugées comme telles) ; mais ils sont également, les activistes de l’islamisme et les héritiers putatifs des oulémas réformateurs. Le clivage, déjà perceptible au XIXe siècle, entre les deux segments de la population réformée – les « modernistes » et les « fondamentalistes »– n’a fait que s’approfondir. De sorte que si les militantes des droits de la femme se contentent de déplorer in petto les vue de Sir Sayyed86 sur le purdah et l’éducation des femmes, elles rejettent haut et fort l’un des best-sellers de Deoband, Bihishti Zewar, qu’elles tiennent pour un monument de conservatisme misogyne87.

  • 88 Cette précision n’est pas superflue : que certaines des activistes soient « affranchies » des liens (...)

38Tout comme ses contemporains « modernistes », le Deobandi Thanawi n’avait guère imaginé d’autre rôle pour les femmes que le fameux modèle « quatre en un » : épouse accomplie, mère dévouée, musulmane orthodoxe et Ashrâf respectable. C’est ici que le point de rupture avec les figures tutélaires de la réforme socio-religieuse est le plus manifeste. Tout d’abord, il va sans dire que l’élite des militantes formée aux gender studies – et qui inclut dans ses rangs une proportion non négligeable de divorcées88 – juge l’idéal féminin « réformé » passablement obsolète. Qu’il le soit moins dans la société qui est la leur est une autre question. Ensuite, comme nous l’avons souligné à plusieurs reprises, les ONG contemporaines marquent très explicitement leurs divergences avec l’activité de bienfaisance des begam patronnesses. Ces dernières, toujours représentées sur la scène nationale, sont désormais déclassées par les expertes du développement. Enfin, et l’évidence est telle qu’elle ne se voit pas, les champions de la condition féminine sont aujourd’hui... des championnes ! La « profession » s’est en quelque sorte féminisée...

39Ces glissements successifs – féminisation des acteurs et modification de l’angle d’approche – induisent une transformation sensible, dans l’ordre des représentations, de l’objet considéré : les femmes. Reste qu’à l’âge des médias et des programmes internationaux de développement, certains modèles éprouvés font encore recette.

Notes

1 Supra, dans la section « L’adah ou l’ornement des mœurs » (pp. 39-40), nous avons vu que les usages sociaux imposaient l’emploi dhune terminologie familliale (sœur, frère, oncle, tante, etc.) pour marquer déférence ou affection envers une personne étrangère à la famille.

2 Gail Minault, « Introduction : The Extended Family as Metaphor and the Expansion of Women’s Realm », in Gail Minault (éd.) 1981, p. 13.

3 Sur l’exploitation politique du topos de la femme indigène brimée, voir par exemple Lata Mani, « Contentious Traditions : The Debate on Sati in Colonial India », in Kumkum Sangari et Sudesh Vaid (éd.), Recasting Women : Essays in Colonial History, New Delhi, Kali for Women, 1989.

4 Le phénomène est manifeste dans les objections des musulmans à l’égard du Child Marriage Restraint Act (1929) et dans l’élan unitaire des Ashrâf contre la propagande antipurdah initiée dans les années 1920.

5 L’attitude changeante de Jinnah à l’égard du Child Marriage Restraint Act en fournit un exemple parmi tant d’autres. Voir supra, p. 106.

6 Expression extraite du poème de Hali reproduit in Gail Minault 1986 (a), p. 141.

7 Les hommes ou. plutôt, la minorité d’entre eux qui. par leur classe d’âge, leur statut social et leur degré de perméabilité aux codes vestimentaires internationaux peuvent se permettre d’exhiber les signes extérieurs de la modernité (représentés par une tenue de type occidental), réservent le port du shalwâr qamîz aux occasions dites informelles (chez soi) ou au contraire très formelles : prière collective du vendredi, mariage, célébrations religieuses, etc.

8 Sur le rôle politique du voile islamique (parmi les très nombreuses publications sur le thème), voir, par exemple, Helen Watson 1994, ainsi que Juliette Minces, La femme voilée, Paris, Calmann-Lévy, 1990. Dans le contexte iranien, pour une apologie du voile comme le symbole de la féminité régénérée s’élevant contre la politique de dévoilement du Shah, voir le célèbre traité de la féministe islamique iranienne Zahra Rahnavard, Beauty of concealment and concealment of beauty, Islamabad, Cultural Consulate of Iran, 1987.

9 C’est ce que Deniz Kandiyoti s’est attachée à souligner : « tandis que le jeu des frontières entre islam et nation est soumis à certaines variations, la vocation des femmes à garantir l’intégrité des deux concepts est permanente ». Deniz Kandiyoti, « Introduction », in Deniz Kandiyoti (éd. J, Women, Islam and the State, Londres, Macmillan, 1991, p. 7, traduit par nous.

10 Voir S.H. Mirza 1969, pp. 45-46, traduit par nous.

11 Khomeyni avait énoncé une fatwâ affirmant qu’en respectant le port du hejâh les femmes pouvaient investir l’université et l’univers du travail, y compris quand la ségrégation des sexes n’était pas respectée. Voir Nouchine Yavari-d’Hellencourt 1999, pp. 102- 103.

12 Voir par exemple sur cette conclusion Valentine M. Moghadam, « Introduction and overview : Gender dynamics of nationalism, revolution and Islamization », in Valentine M. Moghadam (éd.) 1994, pp. 1-17. Voir également sur l’Amérique latine, Maxine Molyneux, « Mobilization Without Emancipation ? », in Richard R. Fagen, Carmen Diana Deere, and José Luis Coraggio (éd.), Transition and Development : Problems of Third World Socialism, New York, Monthly Review Press, 1986, pp. 280-302. Le cas d’école en la matière est illustré par l’Algérie, voir par exemple, Khadidja Abada, « Les femmes : histoire d’une manipulation », Les Cahiers de TOrient 39/40, 1995, pp. 227-240 et Boutheina Cheriet, « Gender, Civil Society and Citizenship in Algeria », Middle East Report, 26 (1), 1996. pp. 22-31.

13 Farida Shaheed et Khawar Mumtaz 1987. p. 48.

14 B. Anderson a suggéré que le nationalisme a moins partie liée avec un système idéologique à part entière qu’avec l’univers de la parenté (ou de la religion) (1996, p. 5).

15 L’argument a été développé par Simone de Beauvoir dans Le Deuxième Sexe. Pour des travaux plus contemporains, voir par ex. Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998 et Françoise Héritier 1996.

16 Deniz Kandiyoti, « Identity and Its Discontents : Women and the Nation », Millennium, Journal of International Studies, 20 (3). 1991, p. 435.

17 Nous paraphrasons ici le titre de Maxine Molyneux, « Mobilization Without Emancipation ? Women’s Interests, State, and Révolution » 1986.

18 Nous faisons évidemment allusion à l’ouvrage L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État (1884), dans lequel Engels fait remonter la subordination des femmes (et des travailleurs) à l’extension de la propriété privée, laquelle se trouverait renforcée par la coercition de l’État et de la famille patriarcale. L’émancipation conjointe des femmes et des prolétaires passerait donc par la suppression de la propriété privée. Cette perspective matérialiste (que nous avons outrageusement simplifiée) ignore le soubassement idéologique de l’oppression. C’est précisément ce que le féminisme post-marxiste s’est attaché à cerner.

19 Sur l’hostilité des marxistes « orthodoxes » à l’égard de la pensée féministe, voir par exemple. Maria Mies 1986, pp. 29-30. Voir également pour un « état des lieux » en Inde, Gail Omvedt, Nous démolirons cette prison : des femmes indiennes, Paris, Des femmes, 1982 (éd. originale, We will smash this prison : Indian women in struggle, Londres, Zed Press, 1980).

20 Arlette Farge, Histoire sans qualité, Paris, Galilée, 1979.

21 Chef de file du parti du Congrès, veuve de Rajiv Gandhi (Premier ministre de l’Inde [1984-1989], mort assassiné).

22 Premier ministre du Bangladesh (1991-1997), veuve de Ziaur Rahman (administrateur de la loi martiale et président de la République [1975-1981], mort assassiné).

23 Élue Premier ministre du Bangladesh (1997), fille du leader assassiné Sheikh Mujibur Rahman (Premier ministre [1972-1975] et président de la République [1975]).

24 Premier ministre du Sri Lanka, élue successsivement en 1960, 1970 et 1994, veuve de Solomon West Ridgeway Dias Bandaranaïke (Premier ministre, [1956-1959], mort assassiné).

25 Élue présidente du Sri Lanka en 1994, fille de Solomon W.R.D. Bandaranaïke et de Sirimavo Bandaranaïke.

26 Voir supra, p. 132 note 52.

27 Chef de file du Pakistan People’s Party Shaheed Bhutto, belle-sœur de Benazir Bhutto et veuve de Mir Murtaza Bhutto, fondateur du Pakistan People’s Party Shaheed Bhutto (1995), mort assassiné en 1996.

28 C’est cette pseudo-féminisation de la politique que Taslima Nasreen a stigmatisé en ces termes : « dans le Tiers-Monde, une femme ne peut pas diriger un parti politique si elle n’est pas la fille ou la femme d’un homme politique de premier plan. Femmes du Tiers-Monde, si vous êtes des êtres humains, si vous êtes courageuses, créez votre propre parti politique, vous n’irez pas loin si vous dépendez de votre mari ou de votre père » : Nirbachito Column, Dacca, 1991 ; éd. française Femmes, manifestez-vous ! Paris, Des femmes, 1994, p 102.

29 Dans sa célèbre autobiographie, Benazir Bhutto décrivait en ces termes les funérailles de son père : « quatorze à quinze cents personnes du village forçaient les barrages pour approcher le cercueil et voir le visage rayonnant du martyr. Leurs lamentations vous déchiraient le cœur » (1988, p. 37). Voir Salman Rushdie (Shame, Londres, Cape, 1983) pour son portrait de Benazir, idolâtre de la mémoire paternelle.

30 AGHS est l’acronyme de Asma, Gui, Hina et Shahla. Shahla Zia est directement issue des rangs des Ashrâf urbains acquis aux thèses marxistes (voir supra, p. 127 note 22).

31 Entretien personnel avec Hina Jilani à Lahore.

32 L’organisation, tout d’abord chapeautée par le juge à la retraite Dorab Patel (décédé en 1997), fut fondée peu après qu’un collectif d’avocats « progressistes » eut obtenu la libération de l’activiste communiste Jam Saqi. Entretien avec Hina Jilani à Lahore.

33 Voir supra, p. 130.

34 Avec le soutien de Shirkat Gah, Aurat et WAF, PILER s’est agrandi en 1989 d’un Wornen Workers Centre chargé d’encadrer le secteur informel (emplois sporadiques et non protégés par le droit du travail qui concernent près de 90 % de la masse laborieuse féminine) et de disséminer l’expertise légale et médicale.

35 Danse classique originaire du Tamil Nadu (Inde du Sud).

36 Situé à Shershah. Entretien personnel avec Sheema Kermani à Karachi.

37 Voit supra, pp. 130-131.

38 Sa sœur, l’actrice et scénariste Feryal Gauhar, a été nommée ambassadeur du United Nations Population Fund en 1999.

39 Entretien personnel avec Madeeha Gauhar, Lahore, le 29-05-1998. Khadija Gauhar est l’auteur de Corning Seasons Yield situé au lendemain de la deuxième guerre indo-pakistanaise de 1965 et décrivant les conséquences de l’offensive sur la vie des paysans dans les zones frontières.

40 Interview à Lahore de Nighat Said Khan.

41 Elle fut en effet nommée directrice générale du National Book Council (1988- 1990, Islamabad) sur la propre décision de Benazir Bhutto. Interview à Karachi de Fahmida Riaz.

42 Entretien personnel avec Neelam Hussain à Lahore.

43 Mian Iftikaruddin fut également l’un des fondateurs en 1951 de l’Azad Pakistan Party sur la suggestion du communiste Sajjad Zaheer.

44 Voir supra, p. 127.

45 Voir supra, pp. 121-122 note 2.

46 L’ancien Premier ministre de l’Inde (1984-1989), était comme on le sait, le fils d’Indira Gandhi (elle-même Premier ministre en 1966-1977 et 1980-1984) et le petit-fils de Nehru.

47 La remarque ne s’applique pas nécessairement aux programmateurs ou coordinateurs des ONG – hommes ou femmes de terrain peu représentés dans les conférences internationales – dont la classe sociale est sensiblement inférieure à celle des dirigeantes.

48 Les féministes indiennes ont également noué des relations ambivalentes avec l’État, voir par exemple Nandita Gandhi et Nandita Shah 1991, pp. 329-331.

49 Qui s’est produit par exemple dans la campagne anti-ONG orchestrée par Nawaz Sharif en 1998.

50 Sur le danger de la « capacité d’absorption » de l’État, voir Laurie A. Brand, Women, the State, and Political Liberalization. Middle Eastern and North African Expériences, New York, Columbia University Press, 1998.

51 Estimations de 1993, voir Cynthia Abrioux 1995, p. 24.

52 Mais non – conséquence de l’ultra-personnalisation du pouvoir – les noms et prénoms des politiciens. Cette opinion a été exprimée à plusieurs reprises au cours de nos entretiens avec les programmateurs et coordinateurs d’ONG ; notamment à l’occasion de l’interview de Salman Abid et d’Ata-ur-Rehman Sheikh (Aurai) à Lahore. Elle est également formulée par F. Shaheed 1998, pp. 143-164.

53 Nous faisons ici allusion au célèbre ouvrage de James Scott Weapons of the Weak : Everyday Forms of Peasant Resistance, New Haven, Yale University Press, 1985.

54 E. Mann 1996, p. 135. L’auteur s’est inspirée de I. Lapidus, « The Early Evolution of Muslim Urban Society », Comparative Studies in Society and History 15, 1973, pp. 21-50.

55 Pour une vue approfondie, Sahiba Mansoor, Punjabi, Urdu, English in Pakistan : a Sociolinguistic Study, Lahore, Vanguard, 1993.

56 Dont l’anglais est la langue majoritaire (ou concurrentielle de l’ourdou, punjabi, etc.) dans la sphère familiale.

57 Plus de la moitié des enfants abandonnent l’école avant d’achever le cursus primaire). Voir Mahbub ul Haq et Khadija ul Haq 1998, pp. 51-53 et p. 166.

58 Ce college ultra-huppé pour garçons situé à Lahore a entre autres accueilli Imran Khan.

59 Nous avions évoqué le Queen Mary Girl’s High School de Lahore (fondé en 1906) dans le « Le zenâna d l’étude » au chapitre 2 (Partie 1).

60 Ce lycée pour filles de Karachi, qui est une extension de l’établissement catholique Saint Patrick (fondé en 1861), a accueilli et formé la plus célèbre des Pakistanaises : Benazir Bhutto. Entretien personnel avec Sheema Kermani de Tahrik-i Niswan, qui fut sa camarade de classe.

61 L’établissement est une expansion d’une école chrétienne fondée dans les années 1880. Voir supra, p. 61 note 50. H. Jilani, A. Jahangir, M. Gauhar et N. Hussain y ont été formées.

62 L’établissement compte 25 % de chrétiennes parmi les professeurs. Un chiffre éloquent comparé au pourcentage de chrétiens au niveau national (environ 2 %).

63 Kinnaird College for Women, prospectus 1997-1998, p. 2. Cette fierté institutionnelle nous a été spontanément exprimée par Nashid Syed, docteur en langue française, et responsable du département de français au Kinnaird.

64 À titre d’exemple, parmi les 22 clubs associés au conseil d’étudiants : the Psychology Club, the Environment Society, the Literacy Club, the Islande Society, the Christian Fellowship, the French Club, etc.

65 En 1998, l’armée s’est employée à dénicher les écoles qui engrangent les subventions de l’État sans fonctionner : 4 000 des 56 000 écoles publiques ont été découvertes. Voir Ian Talbot, Pakistan. A Modem History, Londres, Hurst, 1998, p. 364.

66 La Grammar School, qui offre ses services de la maternelle au A ’ Level (équivalent du baccalauréat), a été fondée en 1847 à Clifton (ancien quartier résidentiel de l’élite locale qui jouxte le très huppé quartier de Defence), dans le but d’accueillir les enfants des Européens et de l’élite locale. Sur les établissement scolaires de Karachi au tournant des XIXe et XXe siècles, voir Yasmeen Lari et Mihail S. Lari, Karachi during the Raj, Karachi, Oxford University Press, 1997, pp. 108-109 et 179-180.

67 Voir Mahbub ul Haq et Khadija ul Haq 1998, p. 53.

68 Voir Mahbub ul Haq et Khadija ul Haq 1998, p. 167.

69 Nous l’avons vu, la profession de femme médecin est extrêmement valorisée. En 1995, la catégorie socio-professionnelle professional and related jobs (regroupant les professions libérales mais aussi les métiers de l’enseignement) incluait 20 % de femmes. Dans ce secteur, les doctoresses et les enseignantes continuent de dominer. Chiffres du Ministry of Women Development and Youth Affairs, Pakistan National Report for Beijing, Government of Pakistan, 1995.

70 On s’est systématiquement enquis de la formation universitaire des personnes interviewées. Pour compléter ce who’s who des personnalités les plus en vue de l’activisme féminin, les très utiles « notes sur les contributeurs » (placées à la fin des ouvrages publiées) et « présentation de l’équipe » (mentionnée dans les fascicules d’ONG) nous ont été fort secourables. Le pourcentage que nous évoquons ne concerne que les personnalités les plus médiatiques : une cinquantaine d’individus.

71 L’Institute of Development Studies de l’université de Sussex (Royaume-Uni) et l’Institute of Social Studies de la Haye (Pays-Bas) disposent d’un département d’études féminines. Nombre d’activistes (leaders d’ONG et représentantes des instances donatrices), souvent boursières, y ont suivi ou donné des séminaires dans le cadre de leur master.

72 T.B. Macaulay, le promoteur de l’adoption officielle de l’anglais, avait souhaité formé une gentry locale « indien[ne] par le sang et la couleur de peau, mais anglais[e] par [ses] goûts, [ses] opinions, [ses] idées morales et [ses] conceptions intellectuelles », voir Claude Markovits (éd.) 1994 p. 401. Voir également, D. Kopf 1969, pp. 253-272.

73 Homi Bhabha, « The Third Space », in J. Rutherford (éd.), Identity, Community, Culture, Difference. Londres, Lawrence & Wishart, 1990, p. 210.

74 L’expression, parfois fâcheusement sarcastique, désigne l’accent anglais de la bourgeoisie du sous-continent peaufiné au sein des couvent schools (« Mary »).

75 Nous désignons par là l’hexis corporelle des personnalités qui « (s’) imposent » (sans nécessairement se conformer à l’idéal de répression des affects). Ces démonstrations passent, entre autres traits, par la manifestation physique du pouvoir (claquements de doigts en direction des serviteurs, marques de libéralité ostensiblement soulignées à l’intention des « invités », etc.).

76 Nighat Said Khan, c’est une exception, porte le shalwâr qamîz sans le dupattâ (ses consœurs disposent le dupattâ sur les épaules, en écharpe ou en étole).

77 Nous faisons évidemment référence au grand classique de Pierre Bourdieu, La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Les éditions de Minuit, 1979.

78 P. Bourdieu 1979, p. 85. Citons cette remarquable formule de Luce Giard : « tout se passe comme si un régime alimentaire précis disait un ordre du monde ou plutôt postulait dans son acte même l’inscription possible d’un tel ordre sur le monde », in Michel de Certeau, Luce Giard et Pierre Mayol, L’invention du quotidien, t. II., Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard, 1980 ; nouvelle éd. Paris, Gallimard, coll. Folio, 1994, p. 253.

79 Voir Norbert Elias 1973, p 168. À ce titre, l’une des rumeurs qui court sur le régime quotidien de Nawaz Sharif (et naturellement colportée par ses détracteurs) n’est sans doute pas indifférente : l’ex-Premier ministre, doté, dit-on, d’une voracité exceptionnelle, engloutirait un poulet entier au petit déjeuner. On entrevoit une fois de plus combien ce qui est perçu comme un excès peut contribuer à déprécier l’image de l’individu.

80 Voir sur cette question captivante, Delphine Roger, « The Influence of the Indo-Persian Medical Tradition on Muslim Cookery in Hyderabad, India », in Françoise Delvoye (éd.), Confluence of Cultures. French Contributions to Indo-Persian Studies, New Delhi, Manohar, 1994, pp. 217-236.

81 Non que les excitants soient tout à fait proscrits dans les milieux féministes. Si la mastication du pân (chique) s’est raréfiée, la consommation du tabac a fait l’objet d’une véritable polémique dans le rang du WAF. Les fumeuses ont en effet été priées d’allumer leur cigarettes en privé, tant la vision repoussoir de la féministe occidentalisée était susceptible de ternir l’image du front féminin.

82 Définition du Robert citée par Pierre Bourdieu 1979, p. 227.

83 La formule est devenue un topos du discours sur les activistes religieux. Pour la retrouver à l’écrit voir, par exemple, Khawar Mumtaz 1994, p. 233.

84 Le salaire d’une responsable d’ONG directement rétribuée par les instances donatrices occidentales peut atteindre 50 000 roupies par mois (environ 1 020 € : 14 fois plus que le revenu d’un fonctionnaire civil du premier échelon). Les figures de proue du féminisme se situent, selon leurs propres évaluations, entre la middle class (bourgeoisie) et l’upper middle class (grande bourgeoisie). Autant qu’on a pu en juger, il n’y a pas de fortunes colossales parmi les activistes.

85 Cette jâhiliyya moderne se caractérise par la recrudescence du matérialisme, l’ignorance et/ou la transgression du message coranique, l’injustice du système capitaliste et la dégradation morale de l’individu. Le Frère musulman égyptien « radical » Sayyid Qutb (1906-1966) a exposé cette théorie dans Signes de piste (1954).

86 Sir Sayyed, nous l’avons vu, jugeait l’éducation des femmes tout à fait prématurée.

87 Voir Neelam Hussain, « Women as Objects and Women as Subjects within Fundamentalist Discourse », in N.S. Khan, R. Saigol et A.S. Zia (éd.) 1994.

88 Cette précision n’est pas superflue : que certaines des activistes soient « affranchies » des liens conjugaux est fréquemment avancé comme l’explication de leur liberté de mouvements.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search