Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Séoul, ville géante, cités radieuses

 | 
Valérie Gelézeau

Première partie. Les hommes et les lieux. Habiter Séoul aujourd’hui : de l’ap’at’ŭ au tanji

Chapitre 2. Les ap’atŭ tanji : clones de Sarcelles ou cités-jardins du futur ?

Texte intégral

1Omniprésent dans la réalité quotidienne des villes coréennes d’aujourd’hui, le grand ensemble d’appartements ou ap’at’ŭ tanji fait partie de ces objets urbains que l’observateur étranger juge d’autant plus facilement qu’ils font écho pour lui à des cadres familiers de lecture des paysages. À ce titre, le tanji apparaît vite comme un des lieux les moins « exotiques » des villes coréennes, voire un lieu symbole des ratés des politiques d’aménagement conçues en Occident en dehors de l’échelle humaine. Mais à l’épreuve de la ville – et de la vie à Séoul –, la comparaison tanji/grand ensemble cesse bientôt de se poser comme une évidence.

Qu’est-ce qu’un ap’at’ŭ tanji ?

Ap’at’ŭ et logement collectif à Séoul depuis 1960

  • 1 Les Coréens comptent les étages à la manière anglo-saxonne, le premier étage désignant le rez-de-c (...)
  • 2 L’usage est plus fluctuant dans le langage courant, ap’at’ŭ pouvant désigner soit l’immeuble d’app (...)
  • 3 Ces surfaces équivalent à 200 p’yŏng.

2Depuis 1990, les statistiques recensent quatre catégories de logement : les maisons individuelles (tandok chut’aek) et trois types de logements collectifs (kongdong chut’aek), les ap’at’ŭ, les yŏllip chut’aek et les tasedae chut’aek. Deux critères, le nombre d’étages et la surface totale de plancher, différencient ces trois types de logements collectifs. L’ap’at’ŭ désigne ainsi un immeuble collectif d’au moins cinq niveaux1, sans restriction ni minimum de surface habitable. Le terme, formé à partir de l’anglais apartment house par raccourci et transcription phonétique en alphabet coréen (han’gŭl), s’applique donc en principe au bâtiment lui-même et non aux logements intérieurs2. Les yŏllip chut’aek et les tasedae chut’aek comportent, quant à eux, quatre niveaux au maximum et se distinguent d’après la surface de plancher : au moins 660 m2 pour les yŏllip, moins de 660 m2 pour les tasedae3. Dans la suite du texte, on les désignera tous deux par l’expression « petit collectif », afin de bien les distinguer des immeubles d’appartements (ap’at’ŭ).

  • 4 Le Seoul Statistical Yearbook est publié depuis 1961. La section « logement » en a été dépouillée (...)

3La notion de logement collectif est si étrangère à la mentalité coréenne, qu’il a fallu une trentaine d’années pour que se fixent ces différentes catégories. Objet urbain quasi inconnu des Coréens il y a quarante ans, l’immeuble collectif est ainsi absent de l’annuaire statistique de Séoul de 19624 et du recensement de 1960, qui se contentent d’une simple distinction de forme entre les ttŏrŏjin chip et les put’ŭn chip, c’est-à-dire littéralement les « maisons indépendantes » des « maisons accolées ». Ce n’est qu’en 1970 qu’apparaît systématiquement la tripartition maison individuelle, yŏllip (moins de cinq niveaux) et ap’at’ŭ (à partir de cinq niveaux). Innovation de fin de siècle, les tasedae n’apparaissent qu’en 1990.

  • 5 Zchang Sungsoo, 1994, p. 209-212.

4Jusqu’aux années 1970, la part des logements collectifs à Séoul est restée tout à fait négligeable : 232 appartements seulement auraient été construits à Séoul avant 1960 et environ 20 000 entre 1960 et 19695. Le recensement de 1970 dénombre quant à lui 23 987 appartements, ce qui représente 4 % du parc de logements. A cette date, les maisons individuelles constituent l’essentiel du parc (88 %), la part du petit collectif (6 %) étant encore très faible.

  • 6 RPL 1970, 1975, 1980, 1985,1990, 1995 et 2000.

Tableau 1. Les différents types de logements dans le parc séoulien depuis 1970 (en pourcentage des unités de logement6).

Tableau 1. Les différents types de logements dans le parc séoulien depuis 1970 (en pourcentage des unités de logement6).
  • a Cette catégorie comptabilise les bâtiments non résidentiels (pigŏjuyong kŏnmul). Une dernière caté (...)

Note aa

5Depuis 1970, la part des maisons individuelles n’a cessé de diminuer, proportionnellement à l’augmentation de la part du collectif, appartements en tête. Un véritable renversement est même survenu entre 1985, où les maisons individuelles représentent encore plus de la moitié des logements (58 %) sur l’ensemble du territoire séoulien et 1990, où leur part est tombée à 46 %. Dès cette date, le logement collectif (appartements et petit collectif) domine. En trente ans, Séoul a donc troqué un parc de logements très largement dominé par les maisons individuelles (70 % en 1980, encore 58 % en 1985) contre un parc constitué d’une majorité de logements collectifs (plus de 70 % des unités de logements au total en 2000), dans lequel les ap’at’ŭ, c’est-à-dire les immeubles de cinq niveaux et plus, dominent nettement, constituant plus de 50 % du parc.

Les ap’at’ŭ à la conquête de la ville

6En 1970, seuls deux arrondissements situés sur la rive droite du fleuve Han se distinguent d’ailleurs par une proportion d’appartements bien supérieure à la moyenne : l’arrondissement de Chongno (Chongno-gu), le cœur initial de la ville et l’actuel quartier des affaires, ainsi que Yongsan-gu, ex-quartier colonial japonais (voir Figure 5). Dans tous les autres arrondissements, la part des maisons individuelles est largement dominante et dans une grande partie d’entre eux, ces maisons sont des maisons campagnardes. À cette date en effet, le territoire urbanisé s’étend bien en deçà des limites administratives de la ville (shi) et plusieurs arrondissements n’ont pas encore été conquis par l’urbanisation : Sondong-gu dans son ensemble et toute la partie sud de Yŏngdŭngp’o-gu, ainsi que le nord de Sŏngbuk-ku et une grande partie de Sŏdaemun-gu sont ainsi des zones encore majoritairement rurales.

7Les cartes de 1975, 1980 et 1985 mettent en évidence la forte croissance de la part des appartements au sud-est du fleuve, à Kangnam-gu, dont la moitié orientale est devenue Kangdong-gu en 1979 (voir Figures 6, 7, 8). Dès 1975, la zone se distingue par des valeurs au moins doubles de la moyenne pour Séoul (8 %), avec plus de 20 % des logements en appartements. En 1980, ces derniers constituent déjà plus de 50 % du parc dans les deux arrondissements concernés et en 1985, presque trois quarts des logements de Kangnam-gu sont des appartements. Au nord du fleuve, les appartements sont encore très minoritaires (moins de 10 %), à l’exception de Yongsan-gu, qui se distinguait déjà par des valeurs supérieures à la moyenne en 1970.

8Entre 1975 et 1985, les formes de la conquête urbaine au nord et au sud du fleuve s’opposent donc nettement. Au nord, l’extension urbaine s’est surtout effectuée par l’accroissement du parc des maisons individuelles. En revanche, la conquête des vastes terrains encore vierges de la rive sud du fleuve, lancée à Kangnam-gu et à Kangdong-gu dès le début des années 1970, puis à Kangsŏ-gu au milieu de la décennie suivante (les trois foyers d’urbanisation apparaissent sur le carton de l’extension urbaine de 1980, voir Figure 1, p. 6) s’est faite essentiellement sous la forme de grands ensembles d’appartements, entraînant d’ailleurs une redistribution de la population sur le territoire de la ville : alors que la rive sud du fleuve n’abritait qu’un quart de la population en 1970, la zone rassemble presque la moitié des Séouliens dès 1980.

9Les cartes de 1990, 1995 et 2000 mettent en évidence une double évolution : l’apparition de nouveaux foyers de conquête urbaine, et la transformation progressive du parc de logements dans les arrondissements du centre (voir Figures 9, 10, 11). En 2000, les appartements, toujours majoritaires dans les arrondissements du sud-est (en particulier à Kangnam-gu, à Songp’a-gu, à Sŏch’o-gu et à Kangdong-gu où ils constituent plus des deux tiers des logements), continuent de se multiplier au sud-ouest du fleuve, où leur part dans le parc de logements est partout supérieure à 30 % en 2000, même à Kwanak-ku, pourtant doté d’un relief vigoureux (plus de 600 m d’altitude au mont Kwanak, au sud de l’arrondissement) rendant mal aisée la construction de très grands ensembles. Au nord du fleuve, Nowŏn-gu se distingue sur la carte de 1990 par un pourcentage d’appartements supérieur à 70 % des logements. La réorganisation administrative de 1988, qui a divisé Tobong-gu en deux arrondissements, explique en partie la brutalité de cette mutation – le phénomène est en effet « effacé » sur la carte de 1985 en raison du découpage – liée à la naissance d’un nouveau foyer de conquête urbaine à cet endroit, apparent sur le carton de l’extension urbaine en 1989. Enfin, la proportion des appartements augmente progressivement dans la plupart des arrondissements centraux, notamment dans Chung-gu et dans Yongsan-gu où elle dépasse 40 % des unités de logements en 2000. Dans ces zones anciennement urbanisées, la mutation du parc de logements correspond, on le verra, à son renouvellement.

Figures 5 et 6. PART DES APPARTEMENTS DANS LE PARC DE LOGEMENTS À SÉOUL (1970, 1975)

Figures 5 et 6. PART DES APPARTEMENTS DANS LE PARC DE LOGEMENTS À SÉOUL (1970, 1975)

Figures 7 et 8. PART DES APPARTEMENTS DANS LE PARC DE LOGEMENTS SÉOUL (1980, 1985)

Figures 7 et 8. PART DES APPARTEMENTS DANS LE PARC DE LOGEMENTS SÉOUL (1980, 1985)

Figures 9 et 10. PART DES APPARTEMENTS DANS LE PARC DE LOGEMENTS SÉOUL (1990, 1995)

Figures 9 et 10. PART DES APPARTEMENTS DANS LE PARC DE LOGEMENTS SÉOUL (1990, 1995)

Figure 11. PART DES APPARTEMENTS DANS LE PARC DE LOGEMENTS À SÉOUL EN 2000

Figure 11. PART DES APPARTEMENTS DANS LE PARC DE LOGEMENTS À SÉOUL EN 2000

Le tanji, un périmètre autonome

  • 7 Lee Eun, 1997, p. 73.

10Le terme sino-coréen de tanji qui, associé à ap’at’ŭ, forme l’équivalent coréen de « grand ensemble d’appartements », se compose de deux caractères chinois : le premier (prononcé tan en coréen), signifie « sphère, masse, entourer » ; le second (prononcé chi en coréen) signifie « la terre, le sol ». Son étymologie renvoie donc bien plus à l’idée de « périmètre » ou de « terrain limité » qu’à l’idée d’espace résidentiel de masse contenue dans l’expression française de « grand ensemble ». Le mot a semble-t-il été introduit en Corée par les Japonais, qui avaient fait construire dans les années 1920 et 1930 des complexes industriels (kongŏp tanji)7. Les tanji industriels développés par Park Chunghee dans les années 1960 et 1970 furent conçus sur le même principe. L’exemple type d’un tanji industriel est le complexe sidérurgique de POSCO à Kwangyang, véritable petite ville qui, avec ses centres commerciaux, ses parcs, ses écoles, ses hôpitaux et même son université technique, peut fonctionner de manière parfaitement autonome.

  • 8 Chut’aek Handbook (Guide du logement), 1994, p. 440.

11Cette idée d’autonomie est également présente dans le lexique du Guide du logement de 1994, qui donne du tanji la définition suivante : « Opération dont le processus de réalisation et les modalités d’obtention du permis de construire sont fixés par la loi d’accélération de la construction du logement (1972). L’opération est réalisée sur un terrain d’un seul tenant et comprend l’aménagement du site et la construction des logements, ainsi que la construction d’équipements collectifs8. »

12Dans les plans de tous les tanji étudiés (voir Figures 12 à 18), on retrouve ainsi systématiquement l’immeuble du syndic (kwalliso), qui est l’outil essentiel de la gestion, ainsi qu’un minimum d’équipements collectifs qui assurent une certaine autonomie. Parmi les équipements de loisir, terrains de jeu pour enfants et squares sont toujours prévus, ainsi que des courts de tennis. Certains tanji jouissent d’équipements collectifs supplémentaires : un terrain de basket dans le tanji de Woosung, une piscine dans celui d’Apkujŏng, ou des terrains de badminton à Panp’o. École maternelle et maison de retraite, qui accueillent les populations non prises en charge par les systèmes scolaire ou productif, sont également présentes dans tous les cas. Enfin, tous les tanji disposent au moins d’un petit centre commercial offrant commerces et services de base.

  • 9 Chagyŏk shihŏm (terme générique). La modification récente de cette loi, qui stipule que depuis 199 (...)
  • 10 La circulaire O. Guichard, appliquée à partir de 1974 et interdisant la construction d’ensembles d (...)
  • 11 Sur les critères définissant les grands ensembles français, voir Y. Lacoste, « Un problème complex (...)

13Essentielle, cette idée d’autonomie est également liée à un seuil de population, que l’on peut fixer à 300 logements pour le cas coréen, dans la mesure où ce seuil est celui au-delà duquel le syndic doit être dirigé par un professionnel pourvu d’une licence spéciale, obtenue après un examen9. Ce seuil quantitatif est donc inférieur à celui qui définit le grand ensemble français et qui varie d’ailleurs selon la nature des sources : dans un article de 1963, Y. Lacoste semble déterminer un seuil minimal autour de 1 000 logements, mais la circulaire O. Guichard de 1973 suggère de l’établir plutôt à 500 logements10. Toutes les sources insistent néanmoins, comme pour les tanji coréens sur trois critères, un critère de forme (logement collectif), un critère quantitatif (variable, mais qui se situe entre 500 et 1 000 logements au moins) et un critère d’autonomie dans le fonctionnement et la gestion (équipements et syndic)11. Rappelons enfin qu’en Corée, tous les tanji résidentiels (chut’aek tanji) ne sont pas forcément des tanji d’appartements. Ceux qui sont étudiés ici sont les tanji d’immeubles de cinq niveaux au moins (R + 4).

Figure 12. LE DEUXIÈME TANJI DE L’ONCL À CHAMSHIL

Figure 12. LE DEUXIÈME TANJI DE L’ONCL À CHAMSHIL

Figure 13. LE TANJI DE PANP’O : ORGANISATION SPATIALE DU TANJI

Figure 13. LE TANJI DE PANP’O : ORGANISATION SPATIALE DU TANJI

Figure 14. LE TANJI DE HYUNDAI À APKUJŏNG : ORGANISATION SPATIALE

Figure 14. LE TANJI DE HYUNDAI À APKUJŏNG : ORGANISATION SPATIALE

Figure 14. LE TANJI DE HYUNDAI À APKUJŏNG : ORGANISATION SPATIALE (SUITE)

Figure 14. LE TANJI DE HYUNDAI À APKUJŏNG : ORGANISATION SPATIALE (SUITE)

Figure 15. LE TANJI DE SAMIK À PANGBAE-DONG : UN TANJI EN MINIATURE (308 logements)

Figure 15. LE TANJI DE SAMIK À PANGBAE-DONG : UN TANJI EN MINIATURE (308 logements)

Figure 16. LE TANJI DE WOOSUNG À SADANG-DONG

Figure 16. LE TANJI DE WOOSUNG À SADANG-DONG

Figure 17. LE TANJI DE HYUNDAI À TOHWA-DONG : UN TANJI DE RÉNOVATION

Figure 17. LE TANJI DE HYUNDAI À TOHWA-DONG : UN TANJI DE RÉNOVATION

Figure 18. LE TANJI DE SAMSUNG A MAP’O-GU : UN TANJI DE RECONSTRUCTION

Figure 18. LE TANJI DE SAMSUNG A MAP’O-GU : UN TANJI DE RECONSTRUCTION
  • 12 Figure établie d’après la banque de données « Neonet » (Korea Housing Institute) et Zchang Sungsoo (...)

14À Séoul, la répartition des tanji en 1995 (voir Figure 1912) montre que ce sont les arrondissements urbanisés après 1970 qui concentrent le plus grand nombre de sites. Il s’agit soit des arrondissements urbanisés massivement au cours des années 1970 (Sŏch’o-gu, Kangnam-gu, Songp’a-gu et Kangdong-gu au sud-est) ou des années 1980 (Nowŏn-gu, dans l’extrême nord). Le grand nombre de sites de l’arrondissement de Yŏngdûngp’o (plus de 60), qui n’a pas fait partie de ces grandes conquêtes urbaines, s’explique par la construction d’une multitude de petits tanji intervenue dans les années 1980 et 1990. Un nombre de sites conséquent (entre 20 et 29) dans trois arrondissements proches du centre (Sŏdaemun-gu, Yongsan-gu et Map’o-gu) reflète la vigueur de la rénovation urbaine dans cette partie de la ville.

Figure 19. NOMBRE DE TANJI À SÉOUL, PAR ARRONDISSEMENT, EN 1995

Figure 19. NOMBRE DE TANJI À SÉOUL, PAR ARRONDISSEMENT, EN 1995

Types et générations de tanji

15Si les trois critères de base qui définissent l’ap’at’ŭ tanji (immeubles collectifs d’au moins cinq niveaux, 300 logements minimum et présence du syndic dans le tanji) le distinguent clairement d’autres formes d’espaces résidentiels susceptibles d’être identifiés à Séoul (maisons individuelles ou petit collectif), d’autres critères distinguent les tanji les uns des autres.

Des tanji en miniature aux méga-tanji

16La taille du tanji en fonction du nombre de logements est un premier critère de différenciation. Les tanji de Séoul présentent des tailles extrêmement diverses, pouvant aller d’environ 300 logements – comme celui de Samik – à plus de 5 000, voire 10 000 logements, mais les trois quarts des sites sont des tanji de petite, voire très petite, taille. Sur 823 sites recensés à Séoul au milieu des années 1990, 651 comptent en effet moins de 1 000 logements, dont plus de 400 moins de 500 logements. D’où la sélection, dans les cas d’étude, d’une majorité de tanji de taille modeste (autour de 1 000 logements maximum) : Samik (308 logements), Woosung (1 080 logements), Hyundai (1 021 logements) et Samsung (982 logements).

17Le nombre des bâtiments peut également être un critère de classification des tanji, dans la mesure où la construction d’un ensemble d’une dizaine d’immeubles, d’une cinquantaine, voire d’une centaine d’immeubles (Village olympique, tanji de Chamshil), n’ont pas les mêmes effets sur les paysages et sur la morphologie urbaine. Là encore, il s’avère que les tanji comptant autour d’une dizaine d’immeubles sont largement majoritaires (plus de 70 % des 823 sites recensés). Quant aux tanji de plus de 100 immeubles d’un seul tenant, ils sont peu nombreux : 12 en tout sur Séoul (voir Figure 20).

  • 13 L’Office national coréen du logement (Taehan Chut’aek Kongsa) ou ONCL a été fondé en 1962. Il est (...)

18La classification des tanji en fonction de la taille renvoie aussi dans une certaine mesure à une distinction public/privé dans la maîtrise d’ouvrage : en général, les grands et très grands tanji sont des opérations d’initiative publique (voir carte des méga-tanji, où l’Office national coréen du logement [ONCL] domine de manière écrasante13), qui ont pu fonctionner comme des tanji d’entraînement pour lancer un front d’urbanisation – Panp’o et Chamshil (environ 4 000 logements tous les deux) sont des exemples types de ces « tanji pionniers » sur lesquels s’est appuyée la conquête de la rive sud-est du fleuve Han dans les années 1970. Le secteur public ne s’est d’ailleurs pas lancé dans la construction de tanji de moins de 2 000 logements après 1970. Les tanji publics de masse sont ainsi particulièrement nombreux dans les lieux qui correspondent aux fronts d’urbanisation des décennies 1970 et 1980 : sur le front Panp’o-Village olympique et son prolongement dans Kangdong-gu (années 1970) d’une part et dans les arrondissements périphériques plus récemment conquis (années 1980), c’est-à-dire dans Kangsŏ-gu et Yangch’ŏn-gu, Nowon-gu et Tobong-gu, avec notamment la création des Cités neuves de Mok-tong et Sanggye-dong d’autre part.

Cités neuves et villes nouvelles
Les Cités neuves (shin shigaji), développées dans les grandes villes coréennes (Séoul, Pusan, Taegu) à partir de la seconde moitié des années 1980, sont l’équivalent de ZUP ; elles rassemblent des dizaines de tanji. Certaines comportent au total plusieurs dizaines de milliers de logements et parfois plus de 100 000 habitants. Le terme coréen de shin shigaji est difficilement traduisible de manière littérale en français ; il suggère l’idée d’une nouvelle extension « qui a les caractéristiques de la ville, qui ressemble à la ville ». Les « Cités neuves » (shin shigaji), développées dans Séoul même, se distinguent donc des « Villes nouvelles » (shin toshi) inspirées des villes nouvelles de l’Ile-de-France, qui sont des villes satellites développées ex nihilo en dehors de Séoul. Voir aussi chapitre 3.

19Les tanji du secteur privé sont de tailles beaucoup plus diverses : pouvant aller du tanji miniature (Samik, avec 308 logements) au méga-tanji (appartements Shiyŏng à Shinch’ŏn-dong – 6 000 logements –, ou tanji de Hanshin à Chamwŏn-dong – 9 020 logements), en passant par les petits tanji d’environ 1 000 logements (les trois tanji de rénovation, par exemple) ou encore, les tanji moyens et grands (celui de Hyundai à Apkujŏng – 3 074 logements). Tous ces tanji privés apparaissent un peu plus tardivement que les « tanji pionniers de lancement des fronts », c’est-à-dire après 1975 : c’est par exemple le cas du tanji de Hyundai à Apkujŏng, construit entre 1976 et 1979. Leur répartition obéit à une logique beaucoup moins systématique que celle de leurs prédécesseurs. On trouve en effet de grands tanji privés sur les fronts d’urbanisation massifs des années 1970 (Hyundai, Hanshin, etc. à Sŏch’o-gu et Kangnam-gu) et 1980 (Hyundai, Samsung, Woosung à Kangdong-gu, Nowŏn-gu, etc.). Quant aux tanji de taille plus modeste, ils sont présents partout dans Séoul et correspondent à deux grands types de cas : d’une part la dilution du front d’urbanisation massif vers l’intérieur ou les marges des arrondissements conquis à partir des berges du Han, qui s’accompagne d’une diversification des espaces résidentiels ; d’autre part la dispersion du front dans les niches de rénovation du centre-ville, qui s’accompagne quant à elle d’une régénération des tissus urbains préexistants.

Figure 20. LES MÉGA-TANJI À SÉOUL EN 1995

Figure 20. LES MÉGA-TANJI À SÉOUL EN 1995

20Dans une perspective d’analyse paysagère, l’époque de construction du tanji, qui détermine un degré d’avancement des techniques (influant par exemple sur la forme et la hauteur des bâtiments) et qui s’inscrit dans une période donnée de la politique urbaine est également un critère pertinent de l’élaboration d’une typologie. La génération du tanji est liée à certaines logiques dans la conduite des opérations (méthode et maître d’ouvrage dominants), ainsi qu’à l’évolution progressive des formes matérielles des tanji qui se sont progressivement fixées entre 1975 et 1990. Ce critère d’ancienneté induit enfin lié des degrés et des formes diverses de l’appropriation de l’espace par les habitants (transformation du tanji, dégradations éventuelles, etc.).

Des immeubles bas à redents...

  • 14 V. Gelézeau, 1997.

21Tanji types de lancement des fronts d’urbanisation, Panp’o et Chamshil, quoique destinés à des clientèles différentes, se caractérisent par des processus de production similaires : remembrement public assorti de l’aide étrangère. Ils sont également tout à fait comparables par leur taille (autour de 4 000 logements). Ces deux tanji sont surtout caractéristiques des formes dominantes du début de la période. Le même type d’immeuble de faible hauteur (choch’ŭng kŏnmul) a été construit dans les deux cas : des barres de cinq niveaux, avec des cages d’escalier sans ascenseur, formant des bâtiments de moyenne hauteur à redents, parfois très longs (quelques-unes des barres de Chamshil font plus de 300 mètres). Au-dessus de la cage d’escalier, un container en béton accueille un réservoir d’eau qui n’est plus utilisé aujourd’hui que comme réservoir d’urgence (en cas d’incendie par exemple). Dans les années 1970 en effet, la pression dans les conduites d’eau de la ville était insuffisante pour alimenter les robinets des immeubles au-delà du troisième étage, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, la Régie autonome des eaux de Séoul ayant amélioré le fonctionnement du réseau dont la pression permet d’approvisionner sans équipements supplémentaires (pompes ou réservoirs) les bâtiments jusqu’à cinq ou six niveaux14.

  • 15 Situation évoquée également par KJM Joochul et Choe Sangchuel, p. 88-89.

22Certains outils concrets de gestion de la population sont également typiques des années 1970, comme les haut-parleurs extérieurs destinés à la transmission des messages du syndic à la population. De même, le fait que des parkings n’ont été prévus au départ dans aucun des deux cas est caractéristique des tanji d’une période où le taux de possession des voitures particulières était encore faible à Séoul, même dans les catégories aisées de la population. Dans les deux cas, les parkings ont ainsi été gagnés peu à peu sur des espaces vides (squares et pelouses à Chamshil par exemple). Si à Panp’o, les voies de circulation internes peuvent aisément accueillir plus de quatre mille voitures d’après le syndic, il n’empêche que la situation pose de gros problèmes d’encombrement. Ces problèmes sont aggravés à Chamshil, où il n’est pas rare de voir des voitures garées en double, voire en triple file. Les propriétaires de l’extrémité de la file ne ferment pas leur porte à clé afin que les conducteurs bloqués puissent dégager leur propre véhicule en partant au travail le matin15.

23Des différences d’équipements des deux tanji sont en revanche attribuables à la différence des clientèles visées au départ. Panp’o, comme la plupart des tanji des années 1970 était équipé au départ d’une petite centrale thermique au pétrole : une haute cheminée rayée rouge et blanche (que l’on retrouve dans tous les tanji jusqu’au milieu des années 1980) signalait ce mode de chauffage central jusqu’en 1995, année où cette cheminée a été détruite. Les logements du deuxième tanji de Chamshil en revanche étaient au départ chauffés par des chaudières individuelles au charbon, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui pour une grande partie d’entre eux dont les occupants ont remplacé ce système de chauffage contraignant par des chaudières à gaz individuelles. Par ailleurs (voir le plan du tanji), tous les immeubles abritant les appartements les plus vastes (45 m2) sont chauffés depuis 1980 par une petite centrale thermique au pétrole.

24Panp’o et Chamshil font aussi partie des tanji les plus transformés, voire les plus dégradés extérieurement. À Panp’o par exemple, les toits des immeubles sont couverts d’antennes paraboliques ; des climatiseurs, visibles de l’extérieur, ont été installés dans un grand nombre d’appartements et tous les balcons ont été fermés en véranda pour agrandir la salle de séjour. À Chamshil, les habitants ont également beaucoup modifié les équipements de leur logement : des bouteilles de gaz rangées à l’arrière des immeubles et dont les tuyaux grimpent le long des murs en direction de chaque appartement témoignent par exemple de la transformation du mode de chauffage. Ailleurs, des espaces de stockage (pour conserver les jarres de condiments, notamment) ont été gagnés à partir des fenêtres, formant une petite véranda extérieure. C’est aussi à Chamshil que les immeubles paraissent les plus dégradés : traînées sombres sur les murs extérieurs, qui ont mal supporté les étés pluvieux, peinture écaillée dans les cages d’escalier, etc.

25Contrairement aux deux tanji précédents, ceux d’Apkujŏng (1979) et de Samik (1983), plus tardifs, ne sont plus des tanji pionniers, mais des tanji de continuation du front, par progression linéaire sur les berges du fleuve (Apkujŏng) ou dilution dans les marges des arrondissements du sud-est et intégration à d’autres formes d’espaces résidentiels (Samik). Malgré une grande différence de taille (grand tanji d’Apkujŏng avec plus de 3 000 logements contre tanji miniature de Samik : 308 logements), ils répondent tous deux à des processus de production presque identiques : viabilisation du terrain par les pouvoirs publics puis maîtrise d’œuvre de l’opération entièrement privée.

26Tanji de transition dans la dynamique de la conquête urbaine, ils le sont aussi sur le plan formel et architectural. Tous deux sont constitués d’immeubles de plus de onze niveaux avec ascenseurs, obligatoires à partir de six niveaux. Hormis l’exception des six bâtiments de cinq niveaux d’Apkujŏng, les bâtiments de treize et seize niveaux de Chamshil, ceux de douze, quatorze et quinze niveaux d’Apkujŏng illustrent ainsi la généralisation de 1TGH (Immeuble de grande hauteur, koch’ŭng kŏnmul en coréen). La limite de quinze niveaux s’explique essentiellement par l’obligation d’intégrer des équipements spéciaux d’évacuation en cas d’incendie à partir de seize niveaux, ce qui augmente considérablement le coût de la construction. Si le doublement de la hauteur des bâtiments marque l’entrée dans une nouvelle période, d’autres éléments marquants du paysage perdurent. Certains disparaîtront à la génération suivante, comme les grands cylindres aux rayures rouges et blanches des cheminées de la centrale thermique au pétrole intégrée. D’autres persisteront, comme les grosses verrues parallélépipédiques qui coiffent les cages d’ascenseur. L’élévation des bâtiments entraîne en effet le maintien du réservoir localisé au-dessus des cages d’escalier, la pression du réseau d’adduction d’eau restant insuffisante pour alimenter des immeubles de plus de six niveaux. Ces coffres de béton érigés à intervalles réguliers sur les toits des immeubles, tels les saillants de monstrueux cubes de Lego prêts à recevoir la pièce complémentaire, sont une des signatures les plus caractéristiques des IGH coréens.

27Apkujŏng et Samik intègrent bien sûr des équipements nouveaux, mais leur conception est significative d’une période transitoire. À Apkujŏng par exemple, les parkings ont été conçus pour accueillir deux mille véhicules seulement, ce qui ne représente même pas une voiture par logement. Or tous les ménages interrogés ont déclaré posséder une voiture, voire deux dans plus d’un dixième des cas. Au cours des entretiens, le directeur du syndic a beaucoup insisté sur ce problème qui force les habitants d’Apkujŏng à procéder de la même manière qu’à Chamshil en remplissant les parkings au maximum. En ce qui concerne les haut-parleurs de diffusion des messages du syndic, c’est Apkujŏng seulement qui innove, en intégrant des haut-parleurs dans chaque appartement (naebu pangsong) ; Samik, quoique achevé trois ans plus tard, a conservé le système des haut-parleurs extérieurs (oebu pangsong).

28Ces deux cas sont enfin représentatifs de la fixation progressive des règles d’organisation des tanji, qui correspondent également à des normes formelles, comme l’opposition entre immeubles à coursives (poktoshik kŏnmul) /immeubles à cages d’escalier (kyedanshik kŏnmul) Présente dans le cas du premier tanji construit à Mapo-gu en 1964, cette mixité formelle avait eu tendance à disparaître pendant la première moitié des années 1970, la plupart des tanji se composant d’un même type d’immeubles. À la fin des années 1970, le mélange cages d’escalier/coursives se généralise dans tous les sites, systématisant une ségrégation au sein même des tanji en fonction de la taille des appartements. À Samik, comme à Apkujŏng (voir plans des tanji), les immeubles à coursives sont ceux qui accueillent les logements les plus « petits ». Cette partition systématique ne semble liée ni à des différences de prix ni à des contraintes techniques. Pour les habitants en tout cas, cette distinction formelle est normative, dans le sens où, comme la différence de taille des appartements selon les immeubles, elle renvoie à des différences de niveau de vie.

29Dans ces deux cas enfin, transformations et dégradations des bâtiments et des espaces extérieurs sont moins importantes qu’à Panp’o et à Chamshil. Certains changements sont liés à la modernisation du quartier : en 1996, la zone d’Apkujŏng était en cours de raccordement au réseau du gaz de ville, ce qui se soldera à terme par l’abandon de la centrale thermique au pétrole intégrée et la destruction de la cheminée. D’autres changements sont le fait des habitants eux-mêmes : les balcons, livrés ouverts par le constructeur, ont été fermés par des portes coulissantes de verre teinté. À Samik, une des coursives du bâtiment n° 3 a même été entièrement close.

...aux ITGH rose bonbon

30Les trois tanji de rénovation enfin (Woosung à Sadang-dong, Hyundai et Samsung à Tohwa-dong) sont représentatifs de la production du logement des années 1990. En effet, même s’ils ne répondent pas du tout aux mêmes processus de production que les tanji qui ont été développés à la même période dans les Cités neuves, ils se rapprochent pourtant de leurs homologues plus vastes sur bien des points. Entre mini-tanji de rénovation et méga-tanji des Cités neuves, les différences tiennent en effet plus à l’échelle du grand ensemble (des dizaines de milliers de logements contre un millier environ) et aux procédures de l’opération (type ZUP contre rénovation urbaine) qu’à la forme, aux principes d’organisation spatiale ou au fonctionnement du tanji.

  • 16 Lee Eun, 1997, p. 102.

31On retrouve bien sûr dans les trois cas les IGH, le tanji de Samsung (dernier né) annonçant avec ses immeubles de seize et dix-sept niveaux la généralisation des ITGH (immeuble de très grande hauteur, ch ’o koch’ŭng kŏnmul en coréen) de la fin des années 1990. Et depuis deux ou trois ans, les bâtiments de près de trente niveaux sont apparus dans les tanji. La multiplication des immeubles de plus de vingt niveaux qui représentaient déjà en 1995 plus de 90 % des constructions neuves (contre 1 % en 198016) s’explique par la rentabilisation des équipements spéciaux contre les incendies grâce à l’ajout de cinq ou six niveaux supplémentaires, autorisés par le progrès des techniques de construction et l’utilisation des nouveaux matériaux. Équipés de cages d’ascenseur en saillie sur les façades, tous ces IGH et ITGH sont en outre coiffés des inévitables excroissances géométriques bétonnées abritant les réservoirs d’eau. Mais, signe de progrès et d’un meilleur raccordement aux réseaux urbains, les cheminées ont disparu, car tous ces tanji sont chauffés au gaz de ville. Enfin, ces trois tanji disposent de parkings extérieurs et souterrains, dont la capacité est presque équivalente au nombre de logements : environ 800 voitures peuvent déjà se garer dans le tanji de Woosung et des agrandissements sont prévus. Le tanji de Hyundai, avec ses quelque 700 places, sans extension prévue, apparaît comme le parent pauvre. Inversement, l’hypertrophie des parkings dans le tanji de Samsung (avec 1 000 places de parking pour 982 logements) signale l’assimilation des leçons des époques précédentes et l’anticipation d’une forte augmentation de la possession des voitures particulières.

32Une même signalétique caractérise tous ces tanji, dont les immeubles portent, tatoué sur la tranche, le logo de l’entreprise de construction, en caractères chinois (Hyundai, vétéran dans la profession) ou en han’gŭl (pour Woosung et Samsung, chaebŏl plus récents). Sous le marquage du constructeur est inscrit en chiffres géants le numéro du bâtiment, parfois visible depuis le quartier voisin. Dans le tanji, les frontons des entrées d’immeubles portent les numéros des rangées d’appartements et une carte d’orientation exposée à l’entrée des tanji, voire de petits panneaux indicateurs dans certains cas, permettent aux visiteurs de se repérer. On retrouve par ailleurs dans l’organisation spatiale des trois tanji les éléments normatifs de la ségrégation définis par la génération transitoire, c’est-à-dire l’opposition immeuble à cages d’escalier/immeubles à coursives (kyedanshikl/poktoshik) qui renvoie à une partition systématique entre les surfaces des logements (voir les plans des tanji). Seul le tanji de Samsung, avec des immeubles à cages d’escalier uniquement, ne respecte pas cette opposition.

  • 17 Dans le tanji de Woosung, le plus ancien des trois (commencé en 1990), ces logements comptent moin (...)

33La structure du parc de logements se caractérise elle aussi par une normalisation aboutie, puisqu’on retrouve dans les trois cas une fourchette de surfaces équivalente (de 45 à 145 m2 environ) et une proportion semblable d’appartements de taille similaire. Si plus de 80 % des appartements font plus de 60-80 m2, avec une majorité d’entre eux autour de 90-120 m2, les logements de 45-60 m2 existent dans les trois tanji, quoiqu’en beaucoup plus faible proportion. Ceux-ci représentent la part minima obligatoire de logements subventionnés par l’aide à la pierre que doit comprendre une rénovation urbaine17.

34D’autres éléments de normalisation tiennent au fonctionnement et au mode de gestion des tanji. À l’entrée de chaque immeuble est ainsi prévue la loge d’un gardien en uniforme – intermédiaire entre costume et bleu de travail, avec casquette au logo du syndic. Toutes les loges sont pourvues de télévisions de contrôle des parties communes (couloirs, coursives, parkings souterrains), montées en CCTV (closed circuit television). La vidéosurveillance s’ajoute aux moyens de communication du syndic vers les résidents développés dans la génération transitoire, à savoir les haut-parleurs dans les appartements, qui sont bien sûr conservés. Barrage systématique des entrées et surveillance des populations deviennent ainsi des principes fondamentaux du fonctionnement des tanji. On y reviendra.

35Quant à l’habillage des bâtiments de cette dernière génération, on est bien loin aujourd’hui des mornes blanc cassé, beige et marron des tanji du début des années 1970 (Panp’o, Chamshil). À la fin des années 1970, le revêtement en simili brique des immeubles d’Apkujŏng était d’ailleurs un signe extérieur de luxe. Au début des années 1980, le petit tanji de Samik, avec ses bordures roses et bleues, annonçait déjà la tendance de la décennie suivante.

36Le tanji de Hyundai, avec ses bâtiments blanc cassé et simplement tatoués de noir au logo de Hyundai, est peut-être le seul où aucune touche de fantaisie ne vient détourner – ne fût-ce que symboliquement –l’austère raideur de l’urbanisme fonctionnel. Les immeubles Woosung associent par exemple une base crème et des cages d’ascenseur bleu ou rose pâle. Non loin de là, le tanji de Shindonga arbore d’étonnants motifs abstraits et multicolores – mi-bulles mi-nuages rouges, jaunes ou bleus –sur la tranche des bâtiments. Sur le site de Samsung, on retrouve le rose et le bleu tendre. Les tanji de Séoul s’habillent ainsi d’ocre, de saumon, de vert feuillage, de bleu tendre ou de rose bonbon, en nuances pastel, qui semblent décidément être la grande tendance des années 1990. Si les Cités neuves ne s’embarrassent pas toujours de ce maquillage, celui-ci est courant dans les tanji plus petits et systématique dans le cas des tanji de rénovation. Ce peinturlurage plus ou moins discret s’accompagne parfois d’autres fantaisies, sonores cette fois, comme ces sonnettes qui reproduisent des pépiements d’oiseaux (à Chamshil et à Woosung). La palme du kitsch revient toutefois au tanji de Samsung, où l’école maternelle se présente comme un curieux manoir au revêtement de pierres, flanqué de quatre tours rondes aux toits pointus surmontés de girouettes. Une fresque bucolique de style naïf aux grosses fleurs acidulées orne les murets devant le porche. Dans la cour de récréation, un énorme Mickey débonnaire paressant à côté des traditionnels agrès (balançoires, toboggans, etc.) semble sorti tout droit de Disneyland. Un peu plus loin, sur les terrains de jeu, des poules jaune citron et des lapins rose tendre montés sur ressorts accueillent les cavalcades des marmots à la sortie de l’école.

  • 18 Cl. Chaline, 1997, p. 73 et J.-M. Stébé, 1998, p. 113-117.

37Ces trois sites illustrent bien la manière dont la normalisation du cadre de vie s’accompagne de sa dissimulation à coups de peinture ou d’ornements. Mutatis mutandis, ce maquillage fonctionne un peu sur le même principe que le replâtrage des cités HLM françaises décidé par le plan urbain de 1977 afin de « réhabiliter » l’environnement résidentiel. Cette entreprise, vivement critiquée, a été considérée à juste titre par ses détracteurs comme une forme de mystification motivée par des impératifs économiques18. Il est en effet moins coûteux de repeindre les cages d’escalier et d’habiller les murs lépreux de fresques que de travailler en profondeur pour la réintégration dans la ville d’un quartier en difficulté. En Corée, il ne s’agit pas, comme en France, de dissimuler l’échec d’une politique urbaine. Si les peintures des immeubles ne sont pas vraiment les cache-misère du béton armé, qui loge plutôt la classe moyenne et la bourgeoisie urbaine, elles n’en restent pas moins les maquillages de la pauvreté des solutions urbaines et architecturales qui ont été apportées au problème du logement.

38Dans une certaine mesure donc, le cas de la Corée rappelle d’autres expériences. Mais dans une certaine mesure seulement, car l’adoption massive du nouveau modèle de logement par les catégories aisées de la population et la confirmation actuelle de la tendance distinguent radicalement les tanji des cités des grands ensembles français.

Le contenu social des tanji : quelle diversité ?

  • 19 Hong Tusŭng et Yi Tongwon montrent, à partir d’enquêtes réalisées dans différents tanji datant des (...)
  • 20 Yoon Juhyun et al., 1999.

39Comme on l’a déjà suggéré dans le chapitre précédent, il existe un décalage entre l’image des tanji (qui est survalorisée, dans la mesure où le tanji est assimilé au logement de la bourgeoisie urbaine) et leur réalité sociale : ceux-ci, qui abritent des catégories sociales issues de l’ensemble des classes moyennes (dont sa frange supérieure), ont un contenu social plus divers qu’il ne l’est sur le plan symbolique pour la majorité des Coréens. La composition sociale distingue donc les tanji les uns des autres, certains abritant une population aux revenus très élevés comme Panp’o, d’autres logeant des ménages plus modestes, comme Chamshil19. Les catégories populaires et défavorisées restent exclues de ce mode de logement : trois quart d’entre elles habitent dans des maisons individuelles partagées entre plusieurs ménages, ou dans du petit collectif de faible standing20.

Tanji et ségrégation sociospatiale

40Précisons tout d’abord que le traitement des questionnaires soumis aux habitants des sept tanji étudiés a mis en évidence le fait que la grande majorité des ménages concernés fait au moins partie des classes moyennes (anciennes ou nouvelles), au sens classique du terme. Aucun enquêté n’a en effet déclaré que le chef de famille exerçait une profession dans les domaines suivants : « petit commerce, artisanat », « ouvrier, chauffeur » ou « travail temporaire, journalier ». Dans les 5 % des cas où « sans profession » (mujik) a été coché, le chef de famille était toujours une femme. En revanche, il n’est pas possible de considérer tous les ménages des tanji étudiés comme faisant partie de la bourgeoisie urbaine.

41En effet, d’après les questionnaires, il s’est avéré que les revenus moyens des ménages de Chamshil (de 1,5 à 2 millions de wons par mois pour les ménages interrogés) étaient inférieurs à ceux des ménages résidant dans les six autres tanji (3 millions de wons de revenus par mois en moyenne). Le tanji de Panp’o, avec ses duplex de 190 m2 et celui de Hyundai à Apkujŏng, offrant des appartements de plus de 240 m2, se distinguent par une population aux revenus très élevés, de même que le tanji de Samik : dans ces trois tanji, plus de 35 % des ménages disposaient d’un revenu mensuel dépassant 3 millions de wons. De même, si tous les chefs de famille des ménages enquêtes de Chamshil exercent, comme dans les autres tanji, des professions dans le secteur tertiaire avec une majorité de salariés de sociétés (35 %), aucun des gérants d’entreprise recensés (10 %) n’y résidait et la proportion de personnes exerçant une profession libérale (6 %) y était moins importante qu’à Apkujŏng (13 %) ou à Samik (12 %). Enfin, les ménages de Chamshil sont en général des ménages plus jeunes : la majorité des chefs de famille a moins de quarante ans, alors que c’est le contraire dans les autres tanji.

42Par rapport à la bourgeoisie urbaine étudiée en détail par D. Lett, la population des sept tanji étudiés est donc plus diversifiée. Certains tanji (celui de Hyundai à Apkujŏng, le tanji de Panp’o, le tanji de Samik) sont des tanji qui correspondent au stéréotype du logement de la bourgeoisie urbaine – un appartement à Kangnam. D’autres, comme les trois tanji de rénovation sont peuplés d’une population mixte : soit effectivement des membres de la bourgeoisie urbaine dans les grands appartements, soit des ménages en situation transitoire (jeunes ménages en ascension sociale par exemple) dans les appartements plus petits. Enfin, le tanji de l’ONCL à Chamshil représente le type même d’un tanji de la classe moyenne coréenne, en situation transitoire ou non. Le fait que Chamshil paraît ainsi constituer une exception parmi les sept cas d’étude analysés n’est pas un hasard et est à nuancer. D’autres tanji qui abritent des appartements de petite taille (45 m2 au maximum) destinés à de jeunes ménages ou à des ménages modestes existent dans Séoul – à Tunch’ŏn-dong par exemple – et il s’agit toujours d’opérations publiques. Reste à savoir ce que l’on entend par « ménage modeste »... Les ménages de Chamshil sont certes d’un niveau social moins élevé que ceux d’Apkujŏng, mais ils ne font partie de catégories populaires ou défavorisées. C’est la perspective inverse qu’il faut adopter et considérer plutôt que les ménages d’Apkujŏng appartiennent à la grande bourgeoisie urbaine. Les enquêtes ont ainsi confirmé que, dans l’ensemble, les catégories les plus modestes ne résident pas – ou pas encore – dans les tanji, la politique de logement de masse ayant été orientée jusque-là vers les classes moyennes solvables.

  • 21 Cf. Lee Eun, 1997, p. 101 et 192-193.

43Il convient à cet égard de souligner l’étroite correspondance entre la surface des logements proposés et la composition sociale des tanji, correspondance systématique qui s’explique par les particularités d’attribution de l’aide à la pierre (voir chapitre 4). À Chamshil, les logements ne dépassent pas 45 m2, tandis que dans tous les autres cas, cette surface correspond aux logements les plus petits, la majorité des appartements tournant autour de 80 à 100 m2 (voir la proportion des logements en fonction de leur taille, représentée sur les plans des différents tanji). La normalisation des espaces habités s’est donc accompagnée d’une ségrégation sociospatiale particulièrement stricte. En effet, d’un grand ensemble à l’autre, les tanji types de la bourgeoisie urbaine se distinguent des tanji mixtes et des tanji réservés aux populations plus modestes. Au sein d’un même tanji, la taille des appartements distingue les immeubles « bourgeois » des immeubles de moindre standing21. L’uniformisation du cadre de vie est donc relative et elle doit être envisagée, là encore, dans le contexte local où les différences de rang social sont affirmées peut-être moins par la forme des biens matériels que l’on possède que par le style de vie que l’on mène et les valeurs auxquelles on adhère. La standardisation du cadre de vie n’empêche donc pas, bien au contraire, la ségrégation sociospatiale qui se manifeste à différents degrés et différentes échelles (entre les tanji et au sein même des tanji).

  • 22 Moon Okpyo qualifie cette attitude de « comportement conformiste » (Moon Okpyo, 1992, p. 114).
  • 23 En 1970, J.-C. Chamboredon et M. Lemaire montraient dans un article devenu célèbre depuis que dans (...)

44La distribution systématique des appartements par immeuble en fonction de la surface, qui est une particularité des grands ensembles coréens (voir les plans des tanji étudiés), ne s’explique pas uniquement par des impératifs techniques ou économiques. Elle est bien acceptée, sinon revendiquée de manière plus ou moins directe, par les habitants eux-mêmes. « J’apprécie que les gens de mon immeuble soient semblables à moi. Ils ont des moyens économiques similaires, il y a beaucoup d’habitants de mon âge... La plupart ont un niveau de vie semblable au mien », affirme par exemple Mme Chang à laquelle fait écho Mme Yi : « Dans les très grands tanji, il est nécessaire de séparer les tailles des appartements selon les immeubles. Sinon, cela crée des inconvénients : les gens n’ont pas le même niveau de vie. » La recherche de l’adéquation de son niveau de vie avec celui des voisins22 – qui correspond à des comportements réglés par les valeurs d’une société plus holiste qu’individualiste – trouve donc à s’exprimer dans un cadre de vie moderne, fut-il apparemment très uniformisé23.

Ambiance des tanji

45De ces différences de composition sociale découlent des différences dans le style de vie et l’ambiance des tanji. J’ai pu en faire l’expérience concrète pendant les enquêtes. Dans les tanji d’Apkujŏng et de Samik, la pratique du porte-à-porte pour présenter les questionnaires a débouché sur des résultats particulièrement décevants. À Apkujŏng, j’ai pu par exemple passer des journées entières à parcourir systématiquement les cages d’escalier des immeubles en sonnant aux portes sans aucun succès. Depuis l’intérieur de l’appartement, une voix féminine me criait : « Pas maintenant, je suis occupée » ou : « Je fais le ménage, je n’ai pas le temps » ou encore, « La propriétaire est sortie, je ne suis pas au courant de tout ça. » J’ai appris par la suite, grâce à de longs entretiens avec quelques habitants du tanji, que la plupart des familles disposaient d’une employée de maison ou d’une femme de ménage. La réponse : « La propriétaire est sortie » ne signifiait donc pas, comme je l’avais cru tout d’abord, que j’étais renvoyée par un locataire résident, mais que : « Madame était sortie. » Dans un certain sens, l’échec même du porte-à-porte dans les tanji d’Apkujŏng et de Samik a été une confirmation de ce que j’avais appris au bureau du syndic sur le niveau social des résidents.

46Au contraire, le porte-à-porte a très bien fonctionné à Chamshil. D’abord parce que les résidentes, moins occupées à l’extérieur par leurs loisirs ou leur travail que celles des deux tanji précédents, étaient plus souvent chez elles dans la journée. Ensuite parce que les femmes de Chamshil semblaient avoir développé des relations de voisinage particulièrement actives. En général, quand je commençais une cage d’escalier, quelqu’un m’envoyait bientôt de sa part chez telle ou telle voisine et m’accompagnait d’ailleurs, ce qui se terminait par une grande réunion chez l’une ou chez l’autre, autour de fruits, de biscuits et de café.

  • 24 C’est par exemple l’opinion des auteurs de Chip’ap chut’aeg-ŭi kyehoek (La Planification des logem (...)

47Chamshil se distingue aussi des autres tanji par la pénétration particulièrement forte du commerce informel : voitures de marchands de quatre saisons, commerces ambulants et commerces de rue dans les allées principales, qui reproduisent la manière dont sont investies bien des rues commerçantes dans Séoul, quels que soient les quartiers. Sur ce point, plusieurs auteurs ont d’ailleurs interprété la pénétration de ce type de commerce mobile dans les quatre premiers tanji de Chamshil comme le signe d’un échec urbanistique, celui de la structure groupée, avec les équipements au centre des tanji et les immeubles formant des cours (voir le plan du tanji)24. Mais la simple comparaison des plans des cas d’étude montre que la localisation des commerces au centre se retrouve dans plusieurs tanji (Panp’o, Apkujŏng, tanji de rénovation Hyundai à Tohwa-dong), et que la disposition des immeubles en cour n’est pas non plus exceptionnelle à Chamshil (voir à Apkujŏng par exemple, les deux groupes d’immeubles près du fleuve). Inversement, on retrouve une pénétration importante du commerce ambulant dans d’autres grands ensembles des années 1970 à l’organisation spatiale différente, comme celui de Tunch’on-dong, où les immeubles sont disposés en rangs parallèles, avec le centre commercial à l’entrée du tanji. Plus qu’à un quelconque déterminisme des formes urbaines, j’attribuerais quant à moi le développement du commerce mobile dans le tanji de Chamshil à des facteurs tenant peut-être à l’ancienneté du tanji, aux comportements des habitants, à leur style de vie et à leur mode de consommation plus orienté vers ce type de commerce mobile. C’est moins le désintérêt des habitants de Chamshil pour les équipements commerciaux de cœur d’îlot que la présence d’une clientèle massive qui aurait ainsi suscité dans ce cas l’installation de ce type de commerce.

Tanji, cité, grande ensemble

Cités et grands ensembles français : l’exclusion urbaine

48Les expressions de « grand ensemble » ou de « cité » que j’ai parfois employées jusqu’ici pour désigner les tanji ne correspondent que de très loin à la réalité coréenne.

49En France, les grands ensembles sont associés à une période révolue de l’histoire urbaine sur laquelle on lance aujourd’hui l’anathème, comme en témoigne la définition qui figure dans le glossaire d’un manuel récent sur les grandes métropoles du monde.

  • 25 R. Guglielmo, 1996, p. 265.

Grand ensemble : groupe de grands bâtiments (barres et tours), appelé souvent aussi « cité », construit au cours des années 60 et 70 dans les banlieues des grandes villes françaises. Les grands ensembles ont été bâtis à la hâte, sur des terrains désignés par la procédure des ZUP (zones à urbaniser en priorité, 1958) pour résorber la grave crise du logement d’après la Deuxième Guerre mondiale. Ils sont le plus souvent situés à la périphérie des territoires communaux, c’est-à-dire loin des grands axes de communication et des noyaux de centralité banlieusards. Cet isolement et leur dégradation rapide en a fait peu à peu le refuge de populations pauvres, « captives ». Ils se caractérisent aujourd’hui par une forte proportion de jeunes, d’immigrés, un taux particulièrement élevé de chômage. Aussi certains d’entre eux sont-ils devenus des « quartiers à problèmes » ou « en difficulté » ou encore « îlots sensibles » où se déroulent de plus en plus fréquemment des émeutes de jeunes. Ce sont ces grands ensembles qui font plus particulièrement l’objet, depuis quelques années, d’une “politique de la ville” dont l’efficacité ne paraît pas évidente25.

  • 26 R. Guglielmo recense huit émeutes avant 1990 et cent entre octobre 1990 (Vaulx-en-Velin) et décemb (...)
  • 27 . H. Vieillard-Baron, 1992. Sur la diversité des banlieues françaises – et dans le monde –, voir ég (...)
  • 28 Il s’agit ici des représentations attachées en France au grand ensemble à la fin du xxe siècle – d (...)

50Inutile d’insister sur les termes que j’ai fait apparaître en italiques et qui dressent un tableau assez sombre des grands ensembles français, associés à la crise urbaine et à la violence des banlieues. Tableau à nuancer, il est vrai, car certains d’entre eux n’ont pas connu le destin de ceux qui se sont rendus tristement célèbres pour les émeutes qui y ont éclaté depuis le début des années 199026. H. Vieillard-Baron donne une illustration concrète de cette diversité en comparant une ZAC de Chanteloup-les-Vignes, véritable îlot d’exclusion sociale avec le grand ensemble de Gif-sur-Yvette habité par des populations issues des classes moyennes et supérieures (cadres)27. Les grands ensembles de Parly-II et de Vélizy-II dans les Yvelines, construits comme celui de Gif en accession à la propriété, sont eux aussi des exemples d’opérations de masse qui n’ont pas évolué comme Sarcelles ou La Courneuve, parangon des grands ensembles en HLM des années 1950 et 1960 devenus aujourd’hui les « cités » qu’on stigmatise. L’extrême simplification des images associées au grand ensemble français masque donc bel et bien une diversité de cas aussi large que celle des banlieues qui les ont accueillis. Mais si l’on s’en tient aux représentations qui sont communément associées en France au grand ensemble, il est clair que celui-ci incarne l’exclusion urbaine, dans tous les sens du terme28, ce que ne représentent pas du tout les tanji de Séoul.

Les tanji coréens : l’intégration à la ville et à la société urbaine

51Cette intégration des tanji séouliens découle d’abord naturellement de leur localisation même à l’intérieur du territoire administratif de la capitale. De surcroît, en dépit même de l’ampleur de ce territoire (plus de 600 km2, c’est-à-dire six fois Paris intra muros), rares sont les sites qui restent à l’écart des grandes dynamiques et des principaux réseaux de communication intra-urbains, comme l’illustre le cas du tanji de Chamshil, le plus « périphérique » des cas d’étude sélectionnés.

  • 29 Dans son analyse de la transformation de l’avenue de Téhéran entre 1986 et 1995, M.-H. Fabre souli (...)

52Chamshil-dong, fondé lors du découpage administratif de 1975, s’étend dans la partie nord de Songp’a-gu et borde le fleuve Han. Quartier pionnier et excentré par rapport au centre originel de la capitale au moment de son développement, Chamshil est aujourd’hui totalement intégré à la ville, un tissu urbain dense et continu couvrant les trois quarts de l’arrondissement de Songp’a. Une bonne desserte par les transports en commun, et notamment par la ligne de métro circulaire (n° 2), témoigne de cette intégration. Du point de vue des dynamiques urbaines, Chamshil est d’ailleurs loin d’être en situation périphérique puisqu’il est localisé à deux stations de métro du quartier des affaires de l’avenue de Téhéran, en expansion rapide29. Surtout, l’arrondissement de Songp’a ayant accueilli les sites des jeux d’Asie (1986) et des jeux Olympiques (1988), Chamshil profite de la proximité des aménagements réalisés à cette occasion, notamment le vaste Parc olympique et l’Asian Park. Entre ces deux poumons verts pourvus de belles installations sportives, l’immense complexe commercial et de loisirs construits à la fin des années 1980 par le chaebŏl Lotte (Lotte World) a également contribué à donner de Chamshil l’image d’un quartier au cadre de vie agréable. Dans les questionnaires proposés aux habitants du 2etanji, l’accessibilité du quartier et les agréments du cadre de vie sont, par exemple, les deux raisons le plus fréquemment citées comme motif principal de l’installation. Chose remarquable compte tenu de l’importance accordée à l’éducation des enfants, ces deux raisons sont même plus souvent mentionnées que l’intégration du tanji au 8e district scolaire (p’al hakkun), qui est le plus coté de la capitale. Quant au jugement sur le cadre de vie, là encore, facilités de transport et environnement figurent parmi les avantages les plus fréquemment mentionnés.

  • 30 Litt. « bus de village ». De maŭl, le village et pŏsŭ, le bus (transcription phonétique de l’angla (...)

53De fait, tous les tanji étudiés sont situés à moins de dix minutes à pied du métro. La plupart d’entre eux disposent également d’un service de navette (maŏl pŏsŭ30) qui relie la résidence à la station de bus ou de métro la plus proche. C’est le cas notamment de tous les tanji de rénovation, que leur situation en hauteur rend parfois difficiles d’accès pour les enfants, les personnes âgées ou les femmes enceintes. Précisons d’ailleurs que l’accessibilité des tanji n’est pas une caractéristique particulière des cas étudiés : d’une manière générale, même les tanji plus périphériques comme ceux de Mok-tong ou de Sanggye-dong sont accessibles par les grands réseaux de transports en commun (bus et métro), tandis que les maŭl pŏsŭ sillonnent les résidences. C’est également le cas des grands ensembles des villes nouvelles de Pundang et d’Ilsan. N’oublions pas enfin que la plupart des résidents des tanji font partie des populations qui disposent aujourd’hui d’une voiture.

54On pourrait cependant se demander si l’autonomie de fonctionnement, fondement du concept de tanji, n’aboutit pas à les isoler du reste de la ville et il est vrai que les habitants de tous les cas d’étude – hormis à Samik dont le centre commercial est réduit au strict minimum – pourraient presque vivre sans jamais franchir les portes du périmètre, hormis pour se rendre à leur travail ou pour des achats et des sorties exceptionnels. Vu sous un autre angle, on peut remarquer au contraire que l’on retrouve dans les centres commerciaux des tanji au moins tous les commerces et services de proximité qui existent dans n’importe quel quartier de la capitale et au mieux la grande diversité et l’animation de quartiers mixtes résidentiels et commerciaux de Séoul. L’analyse du centre commercial du tanji de Hyundai à Tohwa-dong, comparé aux rues commerçantes proches du tanji de Woosung, fournit sur ce point matière à réflexion. Trois grands types de commerces dominent dans le centre commercial du tanji (voir Figure 21) : alimentation, dont le supermarché toujours présent ; équipement de la personne (vêtements, chaussures, etc.) et équipement de la maison (décoration, meubles et équipement électroménager). La pharmacie, la banque et le pressing sont également présents ainsi que quelques boutiques de location de vidéo pour les distractions. Le centre commercial du tanji abrite donc tous les commerces et services d’un quartier de Séoul bien pourvu, des boutiques d’alimentation de base (riz, condiments dont le kimch’i, autres produits coréens – gâteaux de riz, nouilles, poissons séchés, algues – et produits frais – viande, fruits et légumes) à certains services médicaux courants (médecine générale, dentiste) en passant par le pressing, le salon de coiffure et bien sûr, le bain public. Les établissements de ce centre commercial se distinguent de ceux des rues commerçantes proches de la cité de Woosung (voir Figure 22) surtout par une proportion plus importante de boutiques « à l’occidentale », comme le supermarché ou la boulangerie (pang kage). Pourtant, dans la plupart des cas, les habitants des tanji continuent à fréquenter un marché traditionnel – et il y en a presque toujours un à proximité. Plusieurs résidentes du tanji ont ainsi insisté lors des entretiens sur l’avantage que représentait la proximité du marché de Sadang (Sadang shijang), bien approvisionné et bon marché. Des habitantes du tanji de rénovation Hyundai à Tohwa fréquentent également le marché tout proche de Kongdŏk (Kongdŏk shijang) pour la même raison : « C’est moins cher au marché. » À cet égard, les résidents des tanji ont une pratique de leur quartier qui ne se distingue pas vraiment des résidents d’autres espaces résidentiels (maisons individuelles, petit collectif).

Figure 21. LE CENTRE COMMERCIAL DU TANJI DE HYUNDAI À TOHWA-DONG (état au mois de juin 1996)

Figure 21. LE CENTRE COMMERCIAL DU TANJI DE HYUNDAI À TOHWA-DONG (état au mois de juin 1996)

Figure 22. LES COMMERCES ET LES SERVICES PRÈS DU TANJI DE WOOSUNG À SADANG-DONG

Figure 22. LES COMMERCES ET LES SERVICES PRÈS DU TANJI DE WOOSUNG À SADANG-DONG

55La pénétration dans les tanji de certains commerces et des services mobiles qu’on retrouve également ailleurs dans Séoul reflète également leur intégration à la vie urbaine. Comme dans bien d’autres quartiers, des camionnettes offrent différents produits ou services annoncés aux haut-parleurs : « Koch u karu ! Koch ’u karu ! Manŭl ! Manŭl ! » (« Poudre de piment ! Ail ! ») ou : « Posu ! Posu ! » (« Réparations ! » – vêtements, chaussures, selon les cas...). À la demande des résidents, livreurs de journaux, vendeuses de yagurŭt’ŭ (minuscules bouteilles de lait fermenté et sucré parfois consommé en guise de dessert) en uniforme et gants blancs parcourent les cages d’escalier – pourvu que le gardien les ait autorisées à pénétrer dans l’immeuble. Cette intégration est si poussée que c’est parfois même le tanji qui attire à lui les résidents des quartiers voisins. À Panp’o et à Apkujŏng, le succès des voies commerçantes centrales – que les résidents d’Apkujŏng appellent fièrement le « strip » – est tel que les employés du syndic se sont plaints lors des entretiens que l’affluence d’une clientèle venue de l’extérieur provoquait un surcroît d’encombrements. Un résident du tanji d’Apkujŏng a également formulé la même remarque : « Dans la journée, c’est parfois difficile de garer sa voiture, à cause de tous les gens qui viennent faire des courses sur le “trip” commercial ».

Conclusion : l’irréductibilité des lieux

56Grands ensembles français et tanji coréens semblent aussi avoir connu une destinée opposée.

  • 31 M. Pinçon, 1976, p. 344 ; P. Merlin, 1998.
  • 32 J.P. Flamand, 1989, p. 242-249 ; J.-M. Léger, 1990, p. 39.
  • 33 H. Vieillard-Baron, 1996, p. 64-82.

57Dans une analyse de la composition sociale des HLM (majoritairement regroupées dans les grands ensembles) de l’agglomération parisienne, M. Pinçon soulignait ainsi au début des années 1970 que les catégories sociales les plus défavorisées étaient exclues de ce type de logement, habité plutôt par des jeunes ménages aux revenus moyens ou par des travailleurs qualifiés, mais aux ressources assez faibles. Il soulignait également la très minime proportion de travailleurs immigrés présents dans les HLM étudiées31. Comme le rappellent J.-P. Flamand et J.-M. Léger, les grands ensembles ont eu au départ un certain succès et ont attiré notamment des jeunes ménages désireux de connaître de meilleures conditions de logement32. C’est seulement au milieu des années 1970 que ces populations se sont massivement détournées des grands ensembles (qui n’étaient qu’une étape de leur itinéraire résidentiel) pour s’orienter plutôt vers des pavillons individuels. Aujourd’hui, la composition sociale des grands ensembles en crise, où la part des chômeurs et de la population d’origine immigrée est très importante, ne correspond plus du tout aux conclusions auxquelles aboutissait vingt ans plus tôt M. Pinçon, confirmées par P. Merlin33. En Corée, le mouvement des tanji semble avoir jusqu’ici répondu à un mécanisme presque inverse. Dotés d’une mauvaise image de marque jusqu’au début des années 1970, ils ont au contraire été adoptés massivement par les classes moyennes et les catégories aisées de la population depuis.

  • 34 A. Berque, 1993, p. 220.

58Comme A. Berque le souligne à propos des « barres » japonaises, les formes (urbaines, architecturales) n’ont de sens que dans la singularité des lieux : « Une barre de logements collectifs à La Courneuve n’a pas le même sens qu’à Takashima-daira. Quand bien même la forme serait identique, on ne l’habite pas de la même façon et l’effet social n’en est pas le même. La malvie des uns n’est pas celle des autres, et d’ailleurs, “malvie” n’existe pas en japonais. Au Japon, la banlieue ne "descend" pas en ville, sinon pour travailler et pour faire des achats, pas la baston ; cela pour de multiples raisons, dont l’une est excellente : [...] c’est qu’il n’y a pas à proprement parler de banlieues dans ce pays. [...] La singularité d’une ville ne se livre en définitive que dans l’expérience de cette ville34. »

59La traduction de tanji par « ZUP » ou « grand ensemble » est ainsi loin d’être fidèle à la réalité coréenne. Si l’expression de « grand ensemble » exprime de manière satisfaisante la massivité des tanji de Panp’o, de Chamshil ou d’Apkujŏng, les connotations négatives dont elle est imprégnée en français en commandent une utilisation prudente. Car pour le lecteur français, certaines associations d’idées sont immédiates : que de fois n’ai-je pas dû expliquer à mes interlocuteurs français que ma recherche ne portait ni sur les HLM coréennes (la formule n’existe d’ailleurs pas en Corée) ni sur les banlieues de Séoul ; et que mon terrain d’étude se situait bel et bien au cœur même de la ville, dans des quartiers plutôt bourgeois...

60Que dire aussi des plus petits tanji, dont celui de Samik, qui peut difficilement être qualifié de « grand ensemble » avec ses 308 logements... Le terme de « résidence » convient ainsi beaucoup mieux pour ces tanji d’environ mille logements au plus et je pourrais parler à l’avenir de la « résidence Samik » ou de la « résidence Woosung » afin de varier le vocabulaire – le français tendant à éviter les lourdes répétitions. Pour la même raison, il pourra m’arriver de développer sur le « grand ensemble » de Panp’o, de Chamshil, ou d’Apkujŏng, et d’évoquer la « cité » Hyundai de Tohwa-dong ou celle de Samik à Pangbae-dong.

61Au lecteur alors de se transposer à Séoul-même, de se dire que le grand ensemble (ou la cité) y est exactement le contraire de ce qu’il représente en France : que le grand ensemble (la cité) de Séoul symbolise au fond une forme d’intégration sociale et à la ville, preuve, s’il en était besoin, qu’il n’existe pas vraiment de fatalité dans les formes urbaines et que tout dépend du sens et de la valeur des lieux, dans un contexte historique et socioculturel donné.

Notes

1 Les Coréens comptent les étages à la manière anglo-saxonne, le premier étage désignant le rez-de-chaussée français, le deuxième étage le premier étage français et ainsi de suite. Pour mieux rendre la réalité coréenne, on a conservé dans l’ensemble du texte le terme de « niveau » (5 niveaux = 4 étages ou R + 4).

2 L’usage est plus fluctuant dans le langage courant, ap’at’ŭ pouvant désigner soit l’immeuble d’appartements, soit l’appartement lui-même, ou même encore le grand ensemble.

3 Ces surfaces équivalent à 200 p’yŏng.

4 Le Seoul Statistical Yearbook est publié depuis 1961. La section « logement » en a été dépouillée jusqu’en 2000. Dans la suite du texte, cette source est notée SSY, suivi de la date.

5 Zchang Sungsoo, 1994, p. 209-212.

6 RPL 1970, 1975, 1980, 1985,1990, 1995 et 2000.

7 Lee Eun, 1997, p. 73.

8 Chut’aek Handbook (Guide du logement), 1994, p. 440.

9 Chagyŏk shihŏm (terme générique). La modification récente de cette loi, qui stipule que depuis 1997, tout gérant d’un immeuble collectif de plus de vingt ménages devra posséder cette licence, ne change pas ce seuil, car l’amendement de la loi, motivé par la généralisation du petit collectif, ne s’applique pas aux tanji.

10 La circulaire O. Guichard, appliquée à partir de 1974 et interdisant la construction d’ensembles de plus de 500 logements, a entériné a posteriori l’arrêt de la construction des ZUP (la dernière fut créée en 1969). De fait, selon J. Brun, un seuil n’a de signification qu’au plan juridique et administratif. Voir chapitre « Nouvelles approches », in Histoire de la France urbaine, 1985, tome V, La Ville aujourd’hui, p. 333.

11 Sur les critères définissant les grands ensembles français, voir Y. Lacoste, « Un problème complexe et débattu : les grands ensembles », cité dans M. Roncayolo et Th. Paquot dir., 1992, p. 497-502 ; B. Lamy, 1971 : les critères de définition du cadre de vie des habitants en grands ensembles sont proposés dans une « Note de synthèse », p. 2-41 ;P. Clerk, 1967.

12 Figure établie d’après la banque de données « Neonet » (Korea Housing Institute) et Zchang Sungsoo, 1994, p. 209-257.

13 L’Office national coréen du logement (Taehan Chut’aek Kongsa) ou ONCL a été fondé en 1962. Il est la principale entreprise publique de production du logement. Voir chapitres 3 et 4.

14 V. Gelézeau, 1997.

15 Situation évoquée également par KJM Joochul et Choe Sangchuel, p. 88-89.

16 Lee Eun, 1997, p. 102.

17 Dans le tanji de Woosung, le plus ancien des trois (commencé en 1990), ces logements comptent moins de 45 m2, particularité qui s’explique par le relèvement de la surface standard des logements subventionnés en 1991.

18 Cl. Chaline, 1997, p. 73 et J.-M. Stébé, 1998, p. 113-117.

19 Hong Tusŭng et Yi Tongwon montrent, à partir d’enquêtes réalisées dans différents tanji datant des années 1970 et 1980, que ceux-ci diffèrent par leur composition sociale, tout en excluant les catégories les plus défavorisées (Hong Tusŭng et Yi Tongwon, 1993 ; voir également Hong Inok, 1997).

20 Yoon Juhyun et al., 1999.

21 Cf. Lee Eun, 1997, p. 101 et 192-193.

22 Moon Okpyo qualifie cette attitude de « comportement conformiste » (Moon Okpyo, 1992, p. 114).

23 En 1970, J.-C. Chamboredon et M. Lemaire montraient dans un article devenu célèbre depuis que dans les grands ensembles français, le cadre de vie uniforme et la proximité spatiale exacerbent la distance entre les classes (J.-C. Chamboredon et M. Lemaire, 1970).

24 C’est par exemple l’opinion des auteurs de Chip’ap chut’aeg-ŭi kyehoek (La Planification des logements collectifs), Kang Pusŏng et al., 1993, p. 19.

25 R. Guglielmo, 1996, p. 265.

26 R. Guglielmo recense huit émeutes avant 1990 et cent entre octobre 1990 (Vaulx-en-Velin) et décembre 1995 (Ris-Orangis). R. Guglielmo, 1996, p. 144.

27 . H. Vieillard-Baron, 1992. Sur la diversité des banlieues françaises – et dans le monde –, voir également H.Vieillard-Baron, 1996 et 2001.

28 Il s’agit ici des représentations attachées en France au grand ensemble à la fin du xxe siècle – dont le petit texte de R. Guglielmo est caractéristique –, mais qui donnent un raccourci sommaire de la situation actuelle (diversité des grands ensembles) et qui négligent le succès qu’ont eu, dans un premier temps, les grands ensembles auprès des classes moyennes. P. Merlin montre bien en effet que dans les années 1960, les ménages français installés dans les grands ensembles exprimaient dans leur grande majorité une satisfaction pour leur nouveau cadre de vie. Sur ce point, on se reportera à l’ouvrage de P. Merlin, Les Banlieues des villes françaises (P. Merlin, 1998, chapitre IV en particulier).

29 Dans son analyse de la transformation de l’avenue de Téhéran entre 1986 et 1995, M.-H. Fabre souligne le « renforcement du caractère de centre d’affaires » (M.-H. Fabre, 1995, p. 30-54 et, en particulier, p. 49 et p. 54).

30 Litt. « bus de village ». De maŭl, le village et pŏsŭ, le bus (transcription phonétique de l’anglais bus).

31 M. Pinçon, 1976, p. 344 ; P. Merlin, 1998.

32 J.P. Flamand, 1989, p. 242-249 ; J.-M. Léger, 1990, p. 39.

33 H. Vieillard-Baron, 1996, p. 64-82.

34 A. Berque, 1993, p. 220.

Notes de fin

a Cette catégorie comptabilise les bâtiments non résidentiels (pigŏjuyong kŏnmul). Une dernière catégorie, celle des unités de logement en hôtels ou en résidences (kisuksa), existe dans les recensements. Elle n’est pas prise en compte ici.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les différents types de logements dans le parc séoulien depuis 1970 (en pourcentage des unités de logement6).
Légende Note aa
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Figures 5 et 6. PART DES APPARTEMENTS DANS LE PARC DE LOGEMENTS À SÉOUL (1970, 1975)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Titre Figures 7 et 8. PART DES APPARTEMENTS DANS LE PARC DE LOGEMENTS SÉOUL (1980, 1985)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 703k
Titre Figures 9 et 10. PART DES APPARTEMENTS DANS LE PARC DE LOGEMENTS SÉOUL (1990, 1995)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Figure 11. PART DES APPARTEMENTS DANS LE PARC DE LOGEMENTS À SÉOUL EN 2000
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 12. LE DEUXIÈME TANJI DE L’ONCL À CHAMSHIL
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Titre Figure 13. LE TANJI DE PANP’O : ORGANISATION SPATIALE DU TANJI
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 14. LE TANJI DE HYUNDAI À APKUJŏNG : ORGANISATION SPATIALE
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Figure 14. LE TANJI DE HYUNDAI À APKUJŏNG : ORGANISATION SPATIALE (SUITE)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Figure 15. LE TANJI DE SAMIK À PANGBAE-DONG : UN TANJI EN MINIATURE (308 logements)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Figure 16. LE TANJI DE WOOSUNG À SADANG-DONG
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Figure 17. LE TANJI DE HYUNDAI À TOHWA-DONG : UN TANJI DE RÉNOVATION
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 746k
Titre Figure 18. LE TANJI DE SAMSUNG A MAP’O-GU : UN TANJI DE RECONSTRUCTION
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 774k
Titre Figure 19. NOMBRE DE TANJI À SÉOUL, PAR ARRONDISSEMENT, EN 1995
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Figure 20. LES MÉGA-TANJI À SÉOUL EN 1995
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 723k
Titre Figure 21. LE CENTRE COMMERCIAL DU TANJI DE HYUNDAI À TOHWA-DONG (état au mois de juin 1996)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 942k
Titre Figure 22. LES COMMERCES ET LES SERVICES PRÈS DU TANJI DE WOOSUNG À SADANG-DONG
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3777/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540