Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Séoul, ville géante, cités radieuses

 | 
Valérie Gelézeau

Introduction. Les paysages d’un « miracle sur le Han »

Texte intégral

  • 1 Sur le développement économique, voir notamment en français J.-R. Chaponnière, 1985 et 1982 ; M. L (...)

1Capitale de la Corée du Sud, classée dans les quinze premières villes du monde par son poids démographique (environ dix millions d’habitants en 2000), Séoul est reconnue comme métropole internationale depuis plus d’une décennie. Son entrée en scène sur le théâtre des nations remonte aux jeux Olympiques de 1988 et la récente Coupe du monde de football a de nouveau porté à l’attention du monde entier son étonnante destinée : située à une trentaine de kilomètres de la Corée du Nord, non loin d’une des frontières les plus fermées et les plus instables du globe, la ville a fonctionné comme le centre névralgique d’une exceptionnelle croissance économique1. Moteur principal du développement qui a fait passer le PNB par an et par habitant de moins de 80 dollars à plus de 10 000 dollars entre 1960 et 1995, Séoul en a donc concentré les effets, voire les déséquilibres : c’est d’ailleurs pendant cette période que s’est effectuée la majeure partie de l’extension urbaine (voir Figure 1). Ainsi, pour les Coréens comme pour les observateurs étrangers, Séoul reste le miroir de la croissance : un « miracle sur le fleuve Han » qui, aujourd’hui, s’enorgueillit de plus de six cents ans d’histoire.

Figure 1. EXTENSION DE LA TACHE URBAINE DE SÉOUL AU xxe SIÈCLE

Figure 1. EXTENSION DE LA TACHE URBAINE DE SÉOUL AU xxe SIÈCLE

De Hanyang à Séoul

  • 2 La Corée du Sud est divisée en huit to (ou do), qui correspondent aux régions administratives fran (...)

2Correspondant à l’actuelle province de Kyŏnggi (Kyŏnggi-do2), la région de Séoul, située au cœur d’une plaine bordière de la mer Jaune, se présente comme un ensemble topographique de 300 à 400 mètres d’altitude moyenne, mollement ondulé et découpé par des rivières affluentes du fleuve Han. A l’ouverture maritime de cette région (l’embouchure du fleuve se trouve à une vingtaine de kilomètres en aval) s’ajoutent des facilités de communication vers le nord-est et vers le sud-est, non négligeables dans un territoire largement montagneux. Ces avantages de situation ne sont pas étrangers au choix que fit Yi Sŏnggye d’y installer en 1394 la capitale de son royaume.

  • 3 Voir Seoul, Twentieth Century, 2000, p. 18-19.

3Séoul, alors connue sous le nom de Hanyang, apparaît à l’origine comme une ville fortifiée d’influence chinoise. Son site (un écrin de collines à quatre kilomètres au nord du fleuve) a été choisi en fonction des préceptes de la géomancie et son plan en damier reproduit le modèle de la capitale des Tang, Ch’angan (aujourd’hui Xian). Pendant environ cinq cents ans, Hanyang, lieu du pouvoir très centralisé de la dynastie des Yi (1392-1910), resta une ville contrôlée par les fonctionnaires d’un royaume tributaire de la Chine et fermé au monde extérieur – Chosŏn, ancien nom de la Corée, était aussi connu en Occident comme le « Royaume ermite ». À la fin du xixe siècle, Séoul, grosso modo limitée aux 16,5 km2 de la cité de 1394, apparaît un peu comme une bourgade rurale malgré sa population d’environ deux cent mille habitants : sur les photographies de l’époque, les palais du nord de la ville dominent le moutonnement des toits plus souvent en chaume qu’en tuiles (couverture réservée aux demeures aristocratiques), et bien des rues sont encore des chemins de terre3. En 1876, la signature du traité de Kanghwa avec le Japon entraîne l’ouverture forcée de la Corée et un début de modernisation, qui se concrétise dans la capitale par de grands travaux d’urbanisme menés entre 1896 et 1898 par le maire de l’époque, Yi Ch’aeyŏn.

4Blessure encore vive dans le cœur des Coréens, la colonisation japonaise (1910-1945) ouvre la première grande phase de transformation de Séoul, rebaptisée Kyŏnsŏng-bu. L’expansion commerciale et industrielle de la ville (création du complexe industriel de Yŏngdŭngp’o) entraîne une importante croissance démographique, qui portera la population de la ville à un million d’habitants en 1945. L’extension urbaine, qui suit le dessin des lignes de tramway mises en place par les Japonais, déborde ainsi rapidement du site initial, notamment en direction du sud-ouest où, à côté de la nouvelle gare de Séoul, ont été aménagés les principaux quartiers d’habitation destinés aux résidents japonais. Pendant cette période, le centre historique de la ville, où les principales artères de l’ancien damier de Hanyang ont été élargies, reçoit d’importants bâtiments de l’administration coloniale.

5Dans le contexte politique incertain de la libération (1945) et de la partition de la péninsule en deux zones sous contrôle étranger, Séoul, capitale de la zone sud, reçoit un brusque afflux de population : aux migrations rurales qui s’intensifient s’ajoute le retour des expatriés coréens qui avaient fui en Chine ou qui avaient été déportés en Mandchourie et au Japon pendant la période coloniale. En 1949, date à laquelle la ville prend officiellement le nom de Séoul, qui signifie « capitale », la population s’élève à 1,6 million d’habitants et les bidonvilles apparaissent sur les franges ou dans les interstices du tissu urbain. La guerre de Corée déclarée le 25 juin 1950 par l’invasion des troupes nord-coréennes entraîne alors la fuite d’une grande partie des citadins : en 1951, Séoul ne comptait plus que 650 000 habitants. La ville ne retrouva son poids démographique d’avant-guerre qu’en 1957 (1,6 million d’habitants), grâce à l’énorme afflux de population provoqué après la fin de la guerre (1953) par le retour des Séouliens qui avaient quitté la ville pendant le conflit et l’arrivée des réfugiés fuyant le régime communiste qui s’était installé au nord.

  • 4 Kim Joochul et Choe Sangchuel, 1997, p. 10.

6Séoul fut durement affecté par le conflit, le déplacement du front l’ayant placé quatre fois sur le passage des armées antagonistes. S’il est difficile de chiffrer exactement l’étendue des destructions sur les infrastructures et le patrimoine urbain, certaines sources les évaluent à environ 50 % du bâti4. Compte tenu de l’état de délabrement de la ville et du contexte d’instabilité politique qui caractérise la période 1953-1960, ces années d’après-guerre furent celles d’un chaos urbain difficile à maîtriser pour les édiles, celles de la pauvreté et des expédients pour une grande partie de la population.

7Le coup d’État de 1961 amenant au pouvoir la junte militaire du général Park Chunghee constitue un moment charnière dans l’histoire coréenne. En 1962, le premier Plan quinquennal de développement économique lance la phase d’industrialisation rapide du pays : l’exode rural s’accélère, notamment en direction de la capitale dont la population atteint environ cinq millions d’habitants en 1969. La majeure partie de la croissance urbaine reste toutefois essentiellement limitée pendant cette période au nord du fleuve Han, dont la largeur (entre 600 m et 1 km) constitue une véritable barrière à l’urbanisation.

  • 5 Voir B. Cumings, 1997, p. 358sq.

8Le début des années 1970, caractérisé sur le plan politique par un durcissement du régime avec la mise en place du régime de Yushin (1972)5, se conjugue avec le « grand bond en avant » vers les industries lourdes et chimiques lancé par le troisième Plan quinquennal de développement économique (1972-1976). Dans la région de Séoul, se dessine un axe industriel lourd vers le port d’Inch’ŏn et la mise en service de l’autoroute Séoul-Pusan au début des années 1970 entraîne l’installation d’industries chimiques au sud-ouest, autour de Suwŏn. La croissance de la capitale se poursuit à un rythme rapide (plus de huit millions d’habitants en 1970) : l’aménagement de l’île de Yŏŭi ainsi que la conquête de la rive sud-est du fleuve, restée jusque-là largement agricole, commandent l’extension urbaine de cette période. En 1974, l’ouverture de la première ligne de métro concrétise les efforts de la municipalité pour améliorer la circulation intra-urbaine, qui ne cesse pourtant de se détériorer.

9Conjuguée aux troubles politiques de la fin des années 1970 (assassinat de Park Chunghee en octobre 1979 et prise de pouvoir par le général Chun Doohwan en mai 1980), l’approche des échéances olympiques (jeux Asiatiques de 1986 et jeux Olympiques de 1988) institue un nouveau contexte de croissance urbaine, où se mêlent la ferveur du développement et une volonté d’ostentation. Jusqu’en 1990, date où Séoul atteindra son maximum démographique de 10,6 millions d’habitants, les pouvoirs publics œuvrent pour présenter au monde entier l’image la plus léchée et la plus impressionnante du « miracle sur le Han » : Séoul apparaît ainsi comme la vitrine d’une modernisation réussie et la preuve de la réussite du modèle sud-coréen par rapport au « Kim Ilsungisme » du Nord. L’aménagement d’un vaste quartier olympique dans le sud-est de la ville s’accompagne ainsi de la mise en œuvre d’un ambitieux programme d’embellissement des berges du fleuve Han, auquel la ville avait jusque-là tourné le dos ; un nouveau quartier des affaires se développe non loin des sites olympiques. Entre 1982 et 1986, la mise en service de cinq nouvelles lignes de métro, dont une ligne circulaire, améliore considérablement la circulation intra-urbaine.

10La période de forte croissance de la ville est aujourd’hui achevée puisque Séoul a perdu plus de 600 000 habitants depuis 1990. Actuellement, les zones principales de conquête urbaine se situent en périphérie, dans les villes satellites de la capitale et dans les cinq villes nouvelles développées depuis la fin des années 1980. À l’échelle de la nation coréenne, Séoul domine ainsi la région Capitale (Sudokkwŏn), entité administrative qui couvre tout le territoire de la province du Kyŏnggi, c’est-à-dire environ 11 000 km2, et compte au total plus de 20 millions d’habitants. L’ensemble, qui abrite environ 45 % de la population coréenne (estimée à 47,7 millions d’habitants en 2001), comprend d’autres grandes villes, dont le port Inch’ŏn, quatrième ville de Corée avec 2,5 millions d’habitants, deux villes de presque un million d’habitants (Suwŏn et Sŏngnam) et quatre autres de plus de 500 000 habitants (Anyang, Puch’ŏn, Ansan et Koyang).

11Séoul, qui s’étend sur environ 600 km2, est aujourd’hui responsable de plus d’un quart du PNB coréen. 25 % des établissements industriels, notamment dans le vêtement, la mécanique et l’imprimerie, y sont localisés. Ces industries légères sont surtout concentrées à Yŏngdŭngp’o (héritage du complexe industriel développé par les Japonais) et à Wangshimni, c’est-à-dire à l’est du centre historique qui abrite lui aussi un grand nombre d’ateliers (voir Figure 2). Le secteur tertiaire de haut niveau, particulièrement puissant (plus de 80 % des sièges sociaux des entreprises coréennes sont installés à Séoul), s’organise autour de trois principaux pôles d’activités. Au nord du Han, le centre historique circonscrit à la ville d’avant 1920, qui reste un des lieux majeurs du pouvoir politique (résidence du président, mairie de Séoul), est aussi le premier quartier des affaires : les buildings des sièges sociaux des conglomérats coréens (les chaebŏl) jouxtent les monuments historiques (palais royaux et bâtiments de la période coloniale). L’île de Yŏŭi abrite le deuxième quartier où se sont installées, à côté du Parlement et de la Bourse, de grandes sociétés des médias et de la finance. Enfin, le troisième quartier des affaires, qui s’organise au long de l’avenue de Téhéran, non loin des installations olympiques, accueille de nombreux sièges sociaux d’entreprises coréennes et étrangères.

La mutation des paysages urbains depuis 19606

  • 6 C’est à l’histoire qu’on doit jusqu’ici les quelques travaux fondateurs fournis sur Séoul et ses p (...)
  • 7 In ’gu mit chut’aek sensŏsŭ (Recensement de la population et du logement), 2000. Dans la suite du (...)
  • 8 RPL, 1960 et 1990.

12De Hanyang, il ne reste donc guère aujourd’hui à Séoul que quelques quartiers reliques nichés contre les anciens palais royaux du centre historique. Depuis 1960, la surface urbanisée a littéralement explosé, passant la barrière du fleuve, grimpant à l’assaut des collines qui limitaient le noyau d’origine et s’attaquant aux reliefs plus éloignés. En même temps, le bâti résidentiel de la ville s’est profondément transformé et diversifié : en 2000, moins de 5 % des logements de la ville ont été construits avant 19607. Quant aux vestiges de Séoul qui datent d’avant la guerre de Corée, ils sont extrêmement rares, puisqu’à peine 3 % des logements remontent à une période antérieure. Ces chiffres particulièrement faibles s’expliquent par l’étendue de la conquête urbaine. Mais cette conquête a été et est encore souvent une reconquête, selon la méthode de la table rase : plus des deux tiers du patrimoine résidentiel de Séoul de 1960 avaient disparu en 1990, remplacés par de nouveaux logements8.

Figure 2. SÉOUL AU xxe SIÈCLE L’extension de la ville et les grandes dynamiques urbaines

Figure 2. SÉOUL AU xxe SIÈCLE L’extension de la ville et les grandes dynamiques urbaines

13Il s’est donc opéré dans la ville une véritable mue paysagère, dont les grands ensembles d’appartements (ap’at’ŭ tanji) ont été à la fois les symptômes et les instruments. En 1970, les quelques ensembles d’appartements construits, principalement sous initiatives publique, ne dépassaient pas une vingtaine de sites de taille modeste, tous situés sur la rive droite du Han. À l’échelle de la ville, les ap’at’ŭ (appartements) ne représentaient que 4 % des unités de logement. Aujourd’hui, aucun quartier de Séoul n’est exempt de grand ensemble (tanji) et la proportion des appartements dans le parc de logement s’élève à 51 %. Le développement des grands ensembles, qui a accompagné l’urbanisation pendant trente ans (1970-2000), a ainsi modifié de manière saisissante les paysages d’une ville qui se caractérisaient jusqu’à la fin des années 1970 par une ligne d’horizon plutôt basse.

14Omniprésents dans la réalité quotidienne de Séoul en ce début du xxie siècle, les grands ensembles ont aussi et surtout entraîné la transformation profonde de l’environnement quotidien pour une fraction non négligeable de la population. Chaque tanji constitue un véritable petit univers où gravitent, à côté des résidents, les employés du syndic, les gardiens d’immeubles, les jardiniers, les ouvriers de maintenance, les commerçants des galeries marchandes, les vendeurs ambulants, etc. La population concernée par ces nouveaux espaces de vie est donc loin d’être réduite aux seuls habitants des immeubles. Pour ceux qui n’en auraient pas l’expérience vécue, il suffit de se plonger dans la lecture des grands quotidiens nationaux pour être sollicité par les publicités vantant tel ou tel grand ensemble en cours de réalisation ou tout juste achevé.

Les ap’ap’ŭ tanji, la production de la ville, l’habiter

  • 9 .P Bourdieu, 1980 ; J. Pezeu-Massabuau, 1983 et 1981 ; A. Rapoport, 1972.

15Les grands ensembles coréens posent problème dans la perspective de ce livre qui entend faire le lien entre hommes et paysages urbains. La géographie humaine insiste en effet aujourd’hui sur le rôle des valeurs propres à chaque société dans la production de l’espace et l’utilisation qu’elle en fait. Au même titre que la ville dans sa globalité, il convient de ne pas seulement considérer le logement comme une « machine » apportant des réponses fonctionnelles à des besoins, mais aussi comme représentatif des valeurs de la société qui cherche à les satisfaire9.

16Or les liens entre la forme de l’habitat et ces valeurs sont plus ténus, donc plus difficiles à saisir quand des spécificités matérielles disparaissent apparemment au profit de normes internationales comme dans le cas des grands ensembles coréens. A première vue, peu de choses en effet les distinguent d’un grand ensemble français, d’un danchi de la périphérie de Tôkyô ou même, des barres de l’architecture stalinienne qui marquent les grandes villes de l’ex-URSS. Il est vrai que, dans une mégapole telle que Séoul, comme dans toutes les grandes villes du monde, les contraintes liées à la rapidité de la croissance urbaine, associées à l’industrialisation et à la standardisation de la construction sont sans doute plus déterminantes de la forme de l’habitat que les valeurs ou les structures sociales. Mais jusqu’à quel point ? Et qu’en est-il alors du mode de vie des habitants ? Qu’en est-il, justement, de l’habiter ?

  • 10 De nombreux chercheurs ont, dans diverses disciplines, travaillé sur l’habitat et l’habiter. Voir (...)

17Les grands ensembles coréens posent ainsi de manière aiguë la question de l’articulation entre les mécanismes de production de la ville et l’habiter, qui s’exprime dans les pratiques spatiales et les représentations des habitants10.

  • 11 H. Lefebvre, 1968, p. 106.

18Cette constatation invite à réfléchir sur ce qui relie la ville matérielle à ses acteurs : les urbanistes et les architectes, qui souhaitent construire à l’échelle humaine, les administrateurs du secteur public, qui s’emploient à développer la ville de manière rationnelle – en excluant facilement l’homme -, et enfin les promoteurs, motivés par la recherche du profit11. Comment les grands ensembles coréens s’inscrivent-ils dans ce complexe de relations ?

  • 12 S. Rimbert, 1973, p. 10 et p. 13. P. Sansot 1973, p. 9.

19Mais n’oublions pas que les formes urbaines sont aussi indissociables des représentations que les hommes se forgent de leur habitat et des usages qu’ils en font que des mécanismes de la production du logement. La ville, en effet, n’existe pas sans les habitants qui, à l’échelle individuelle, contribuent aussi à la faire en fonction justement de ce qui leur est proposé par les décideurs. Rentrent alors en compte leurs choix résidentiels, leurs rêves, les moyens qu’ils ont à leur disposition pour les réaliser, l’idée qu’ils se font du logement qu’il convient d’habiter et des lieux qu’il est nécessaire d’éviter12. Tout est lié, et c’est d’ailleurs ce tissu de liens qui permet d’expliquer une des principales originalités du mouvement des grands ensembles coréens.

  • 13 Lee Hyojae dir., 1971, Life in Urban Korea. Les auteurs de cet ouvrage ont enquêté dans trois quar (...)

20Il y a en effet, dans le succès des tanji, un mouvement qui dépasse les seuls mécanismes de la production du logement, qui concerne les Coréens eux-mêmes et leur relation à l’appartement et à la ville. En 1971, un groupe de sociologues coréens concluait, à l’issue d’une enquête menée dans un petit tanji de Séoul, que moins de 2 % des résidents avaient déclaré qu’ils aimaient vivre dans un appartement13. Lors de mes propres enquêtes de terrain, toutes réalisées à la fin des années 1990, j’ai constaté que la majorité de mes interlocuteurs résidents des tanji étaient satisfaits de leur cadre de vie et ne souhaitaient pas en changer. Ce retournement d’opinion intervenu en moins de trente ans, qui est indissociable de l’ampleur du mouvement des grands ensembles coréens et qui a constitué pour les décideurs un enjeu important de la maîtrise de la ville, s’éclairera à la lecture des pages qui suivent.

  • 14 Les principales enquêtes de terrain ont été réalisées pendant la thèse de doctorat, au cours de pl (...)

21Le livre commencera par la présentation des habitants et des lieux qu’ils habitent. Le lecteur se familiarisera ainsi progressivement avec les sept grands ensembles qui ont fait l’objet d’une étude approfondie et où se sont déroulées toutes les enquêtes (voir Figure 3)14. Sur ces sept tanji, deux – celui de Chamshil et de Panp’o – sont des grands ensembles de masse (plus de 4 000 logements) construits par le secteur public au milieu des années 1970. Deux autres, construits par des entreprises privées, datent de la fin des années 1970 ou du début des années 1980. Ils se distinguent par leur taille : plus de 3 000 logements pour le tanji de Hyundai à Apkujŏng, mais seulement 308 pour celui de Samik à Pangbae. Les trois derniers sont des tanji de rénovation urbaine, tous achevés après 1990 et de taille comparable (environ 1 000 logements).

22Après la première partie, qui vise à éclairer la notion même de tanji, notamment par rapport aux grands ensembles français, une deuxième partie montrera comment le mouvement des tanji a contribué à la (transformation des paysages de Séoul depuis 1960. La troisième partie enfin se propose d’analyser l’un des enjeux majeurs de cette mutation des paysages et de l’habitat urbains : le lien entre les tanji et la modernité coréenne.

Figure 3.LES TANJI ÉTUDIÉS

Figure 3.LES TANJI ÉTUDIÉS

Notes

1 Sur le développement économique, voir notamment en français J.-R. Chaponnière, 1985 et 1982 ; M. Lanzarotti, 1992 ; K. Grijol, 1998. En anglais, Alice Amsden, 1989 et N. Jacobs, 1985.

2 La Corée du Sud est divisée en huit to (ou do), qui correspondent aux régions administratives françaises. En raison de la continuité historique de ces régions et de l’importance des anglicismes dans la traduction en coréen, le terme de to est ici traduit par « province ».

3 Voir Seoul, Twentieth Century, 2000, p. 18-19.

4 Kim Joochul et Choe Sangchuel, 1997, p. 10.

5 Voir B. Cumings, 1997, p. 358sq.

6 C’est à l’histoire qu’on doit jusqu’ici les quelques travaux fondateurs fournis sur Séoul et ses paysages par la recherche européenne : voir notamment la thèse d’A. Delissen, 1994. En anglais, voir Kim Joochul et Choe Sangchuel, 1997, ainsi que Lee Kisuk, 1977.

7 In ’gu mit chut’aek sensŏsŭ (Recensement de la population et du logement), 2000. Dans la suite du texte, cette source sera noté RPL, suivi de la date. Les recensements de la population et du logement ont eu lieu tous les cinq ans depuis 1960.

8 RPL, 1960 et 1990.

9 .P Bourdieu, 1980 ; J. Pezeu-Massabuau, 1983 et 1981 ; A. Rapoport, 1972.

10 De nombreux chercheurs ont, dans diverses disciplines, travaillé sur l’habitat et l’habiter. Voir en particulier H. Raymond et al., 1966, sur l’habitat pavillonnaire en France ; J. BEL, 1980, sur l’habitat pavillonnaire au Japon ; V Grimaud, 1986, sur l’habitat indien moderne.

11 H. Lefebvre, 1968, p. 106.

12 S. Rimbert, 1973, p. 10 et p. 13. P. Sansot 1973, p. 9.

13 Lee Hyojae dir., 1971, Life in Urban Korea. Les auteurs de cet ouvrage ont enquêté dans trois quartiers de Séoul à la fin des années 1960 et produit une première étude sociologique en langue occidentale sur le style de vie et les valeurs des citadins.

14 Les principales enquêtes de terrain ont été réalisées pendant la thèse de doctorat, au cours de plusieurs longues missions (de trois mois à un an) entre 1994 et 1998. Elles ont été complétées et mises à jour par trois missions complémentaires, de février à septembre 1999, en novembre 2000 et en novembre 2001.

Table des illustrations

Titre Figure 1. EXTENSION DE LA TACHE URBAINE DE SÉOUL AU xxe SIÈCLE
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3774/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Titre Figure 2. SÉOUL AU xxe SIÈCLE L’extension de la ville et les grandes dynamiques urbaines
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3774/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 982k
Titre Figure 3.LES TANJI ÉTUDIÉS
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3774/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 591k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540