Version classiqueVersion mobile

Le voile et la bannière

 | 
Christèle Dedebant

Introduction

Texte intégral

1Où sont les femmes pakistanaises ? Guère dans les rues, il faut en convenir, car l’espace public est avant tout investi par les hommes. C’est encore à la campagne qu’elles sont les plus visibles, où l’on croise fréquemment les processions des travailleuses agricoles. En revanche, celles qui ont la « chance » de ne pas travailler – car l’inactivité des femmes est un signe de prestige social – limitent au maximum leurs déambulations. On s’adonne aux conversations téléphoniques et aux sorties familiales, mais on se détourne des flâneries en solitaire. La chaleur, la promiscuité, la fatigue occasionnée, les regards insistants, tout, semble-t-il, plaide en faveur de l’espace domestique. Quantité d’épouses et de jeunes filles observent en effet le code moral du purdah dont les exigences varient de la simple retenue à l’égard des hommes jusqu’à la réclusion dans les pièces réservées du lieu d’habitation. Le degré d’austérité est, on le verra, fonction de l’implantation géographique, de l’âge des intéressées et du statut socio-économique de la famille.

2Si les femmes en chair et en os doivent se faire discrètes dans les rues, leurs consœurs en technicolor ne sont jamais trop voyantes sur les affiches de cinéma : lascives, fardées, girondes à souhait ; les pin-up du sous-continent ont leurs inconditionnels parmi les hommes, y compris, en doutait-on, parmi les partisans les plus farouches du purdah… Durant la dernière décennie, ces icônes plébéiennes ont du reste subi la concurrence de top models autrement plus sophistiqués, s’étalant complaisamment sur le papier glacé des magazines de luxe. Femmes des villes, femmes des champs, femmes invisibles ou femmes exhibées... Restent les femmes des faits divers dont les destins meurtris alimentent régulièrement les débats de société diffusés par les journaux.

  • 1 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales ESC, 44 (6), 1989, p. 1508.

3Infiltrée par les féministes ou les sympathisant(e)s de la cause des femmes, la presse pakistanaise – ou plutôt sa section anglophone – s’est en effet fait le porte-voix de la question féminine dans l’ensemble du pays. Grâce à l’action tenace des activistes, les pages des mensuels locaux Herald ou Newsline traitent continûment d’affaires de vendettas, de viols et d’enlèvements dont les femmes sont les victimes. Certes, le rayonnement médiatique d’un tel discours outrepasse son impact réel auprès du plus grand nombre et le principe même de solidarité sexuelle tend à camoufler l’extrême disparité des attentes et des expériences. Reste que, par les débats qu’il suscite et les institutions qu’il génère, le concept a bel et bien fondé l’identité collective des militantes et instauré une réalité, aussi polymorphe soit-elle, dans la société pakistanaise. Tant il est vrai pour citer Roger Chartier « qu’il n’est pas de pratique ni de structure qui ne soit produite par les représentations, contradictoires et affrontées, par lesquelles les individus et les groupes donnent sens au monde qui est le leur1 ».

Carte n° 2. Le Pakistan après 1971.

4Ici, il ne s’agira pas, au nom d’une élucidation épistémologique, de jauger les revendications féministes à l’aune des « preuves » anthropologiques ni déjuger de leur efficacité sur le « terrain » par probité militante, mais bien de percer à jour les conditions de leur actualisation dans une perspective historique. Plutôt que de cerner la condition de la femme pakistanaise ou même, dans l’esprit des gender studies, de se pencher sur la construction sociale des sexes au Pakistan, on s’intéressera avant tout à une mouvance minoritaire qui parle et agit au nom de la majorité silencieuse.

  • 2 Sauf indication contraire, les chiffres cités qui concernent l’année 1995 sont extraits de Mahbul u (...)
  • 3 Le seuil de pauvreté est ici défini par un revenu inférieur à 1$ par jour.
  • 4 Le Human Poverty Index, établi en 1997 par les Nations unies, permet de mesurer l’indice de pauvret (...)
  • 5 Ces deux chiffres sont extraits respectivement de Mahbul ul Haq et Kadija Haq 1998, p. 177 et du Fe (...)
  • 6 39 % selon les estimations de 1997 de Federal Bureau of Statistics 1997, p. 44 et 38 % (chiffres de (...)
  • 7 Si l’ourdou est la langue nationale dans un Pakistan multilingue, l’anglais a le statut de langue o (...)

5Disons-le sans ambages, la fraction de l’élite urbaine anglophone qui est au centre de cette étude ne représente qu’une infime partie de la population. Quelques indicateurs2 suffiront à s’en persuader : le Pakistan compte plus d’un tiers d’individus vivant au-dessous du seuil de pauvreté3 (40 % selon le Human Poverty Index et 47 % selon le Poverty of Opportunity Index4), un taux moyen d’urbanisation de 32 %, un taux de fécondité oscillant entre 5,2 et 5,4 enfants par couple5, un accès aux facilités sanitaires concernant 47 % des foyers, un taux d’alphabétisation plafonnant à 38 %6 et une proportion de locuteurs d’anglais (langue de l’élite et de 1 ’ État7) située autour de 3-4 %.

  • 8 Chiffres de 1995 extraits de Mahbul ul Haq et Khadija Haq 1998, pp. 166-167 et p. 182. De son côté, (...)

6Les chiffres concernant la population féminine parlent d’eux-mêmes : les statistiques nationales continuent d’indiquer un rapport entre les sexes défavorable aux femmes (100 hommes pour 93 femmes), tandis que le taux d’alphabétisation de ces dernières (24 %) demeure deux fois moindre que celui des hommes (50 %)8. De fait, là où 25 % des filles de 5-9 ans accomplissent l’intégralité du cursus scolaire (contre 36 % des garçons), 1,5 % d’entre elles (contre 3,6 % des garçons) poursuivent leur formation dans un établissement de l’enseignement supérieur. Enfin, au sein d’une population active estimée à 32,9 % en 1995, la participation des femmes est située à 8,6 % (contre 24,3 % pour les hommes).

  • 9 On s’en voudrait ici de caricaturer à l’extrême un ensemble de notions extrêmement galvaudées. Par (...)
  • 10 Jean-François Sirinelli, « Les élites culturelles », in Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinell (...)
  • 11 En simplifiant outrageusement, l’histoire « vue d’en bas » s’applique au xxe siècle aux travaux por (...)

7Lorsque l’on sait que le leadership du féminisme pakistanais est détenu par des politologues, des économistes, des sociologues, des journalistes et des avocates ayant communément obtenu leurs diplômes à l’étranger (licence, maîtrise ou doctorat), on mesure combien « l’échantillon humain » ici réuni se situe à la marge du plus grand nombre. Un élitisme que l’on pourrait en effet qualifier « d’aggravé » si l’on considère que ce sont les « figures de proue » laïques ou modernistes9 de l’activisme féminin qui sont ici prises en considération : non les militantes de base mais bien les personnalités les plus médiatiques. La minorité de la minorité en quelque sorte. On a bien conscience ici de mettre en avant ce que Jean-François Sirinelli appelle « une intelligentsia au carré » : tout à la fois « présélectionnée » et « surdimensionnée par effet mécanique10 ». Notre titre délibérément limitatif ne laisse pas d’ambiguïtés sur la question. Pourquoi donc aller a contrario des fructueuses investigations de l’histoire « vue d’en bas » ou des préoccupations des Subaltern Studies11 ? Plus exactement, pourquoi avoir donné la parole à celles qui l’ont déjà prise ? Précisément, au risque de s’enfermer dans la circularité, parce que cette fraction de la population propulsée au-devant de la scène médiatique – nationale et internationale – est particulièrement prolixe. C’est elle qui est à l’origine du Women Action Forum, le front féminin d’opposition au régime militaro-islamiste de Zia ul-Haq (1977-1988). C’est elle qui forme un groupe cohérent, lié par des solidarités (parfois des inimitiés) familiales et générationnelles, des appartenances de classe, des traditions éducatives et des pratiques issues du militantisme. C’est elle enfin qui est engagée dans un singulier rapport de force avec l’État.

8Abordant avant tout le groupe par la parole et la représentation, on a toutefois pris garde de ne pas sombrer dans le nominalisme. En tentant de cerner la gestation, l’expression et l’évolution d’un discours – à l’égard de la question féminine, de l’islam et du pouvoir –, on s’est aussi efforcé de montrer à quoi il renvoit : aux variations du contexte historico-politique bien sûr, mais aussi à certains aspects de la condition féminine. Les femmes pakistanaises apparaîtront donc en filigrane dans cette étude entièrement consacrée aux féministes ou aux activistes des droits de la femme. À ce propos, hâtons-nous de lever une autre ambiguïté.

Féministes ou militantes des droits de la femme ?

9Nombre des porte-parole des organisations féminines et/ou animatrices du Women Action Forum (WAF) la principale plate-forme militante fondée en 1981, substituent l’expression « mouvement de femmes » au label « féminisme » jugé repoussant et réducteur. À dire vrai, le slogan votif « mouvement de femmes »– voire la locution encore plus œcuménique « femmes en mouvement »– ne reflète guère le caractère partiellement institutionnalisé et non réellement coercitif du militantisme féminin au Pakistan, lequel s’articule communément sur des revendications politiques de type « généraliste » : restauration de la démocratie, dénonciation de la militarisation, etc. Reste que pour une entité sociale qui prétend formuler les intérêts du plus grand nombre, le vocable « féminisme » semble immédiatement hors de propos, tout à la fois historiquement daté et géographiquement localisé.

  • 12 Voir Nighat Said Khan, « The Women’s Movement Revisited : Areas of Concem for the future », in Nigh (...)

10L’argument est d’ordinaire téléologique, culturaliste et « intégrationniste ». Le mouvement féminin est ainsi souvent considéré comme une propédeutique nécessaire à l’accomplissement de la phase féministe rejetée dans un futur indéfini12. On reconnaît ici le concept polémique de la révolution graduelle.

  • 13 L’histoire du féminisme occidental est évidemment bien antérieure aux années 1970 : c’est néanmoins (...)
  • 14 Voir Farida Shaheed, « The Cultural Articulation of Patriarchy », in Fareeha Zafar (éd.), Finding o (...)
  • 15 Voir Maria Mies, Patriarchy and Accumulation on a World Scale : Women in the International Division (...)
  • 16 Voir Fauzia Gardezi, « Islam, Feminism, and the Women’s Movement in Pakistan : 1981-1991 », South A (...)

11Plus généralement, la pensée féministe est regardée comme un courant allogène – ancré dans l’Europe et les États-Unis des années 197013 – dont le propos est irrecevable dans le contexte pakistanais14. Le phénomène n’est pas nouveau : à l’occasion de la première Conférence internationale de la Femme tenue à Mexico (1975), les délégations des pays africains, sud-américains et asiatiques ont en effet expressément tenu à prendre leur distance vis-à-vis de leurs homologues occidentales15. Au Pakistan, la littérature féminine issue du Ministry of Women’s Affairs est d’ailleurs précédée d’avertissements ad hoc déniant toute parenté avec les « vues outrancières » des féministes euro-américaines16.

  • 17 Farida Shaheed and Khawar Mumtaz, Women of Pakistan : Two Steps Forward, One Step Back ? Londres, Z (...)
  • 18 Ibid. L’événement s’est produit à Lahore au milieu des années 1980.
  • 19 Kamla Bhasin et Nighat Said Khan, Some questions on Feminism and its Relevance in South Asia, New D (...)
  • 20 Nom de la première femme de Shiva qui s’était jetée vivante dans le bûcher de son époux ; par exten (...)
  • 21 Nighat Said Khan, « Theories of Feminism : A Review », in Fareeha Zafar (éd.) 1991, P- 272.

12Dans un pays où « la vaste majorité des femmes est soumise à la double oppression de classe et de sexe17 », nombre des activistes du WAF réprouvent en outre l’angle jugé réducteur de ce qu’elles nomment le « féminisme radical ». L’une de leurs premières autocritiques tint précisément à l’incapacité initiale du front féminin à soutenir les revendications d’un petit groupe d’ouvrières licenciées sous prétexte qu’elles n’avaient pas été victimes de discrimination sexuelle stricto sensu18. Curieusement, là où les « modérées » condamnent dans la perspective féministe une pensée littéraliste s’exerçant à l’exclusion de tout autre objectif politico-social, les militantes réputées « radicales » se donnent comme objectif ultime d’atteindre « une société juste et équitable pour les femmes comme pour les hommes19 ». Dès lors, la lutte anti-coloniale, le mouvement ouvrier et paysan, la mobilisation contre les coutumes oppressives (la satî20, la dot), la propagande en faveur de l’éducation féminine, etc. entrent collectivement dans cette vaste sphère d’action21. Ni circonscrit à un cadre spatio-temporel défini, ni confiné aux strictes questions féminines, le féminisme se donnerait donc comme une pensée globale, flexible et multiforme.

  • 22 Voir pour une élaboration de la théorie du genre, Joan W. Scott, Gender and the Politics of History(...)

13Du reste, la ligne de démarcation entre les activistes dites « libérales » – réformatrices et/ou légalistes, marxistes (proclamées politiquement révolutionnaires) ou radicales (avocates du « différentialisme » féminin) – devient singulièrement caduque dans un pays où le factionnalisme dogmatique ne concerne qu’une poignée de militantes. À dire vrai, chacun(e) semble puiser généreusement dans le bagage théorique immédiatement disponible. Les thèmes de l’exploitation économique, de la subordination idéologique, du genre ou construction sociale des sexes22 et de la remise en question des frontières culturellement instituées – entre l’objectif et le subjectif, le personnel et le politique, le privé et le public etc. – sont ainsi libéralement sollicités, divulgués et altérés au gré des circonstances. On le verra, l’analyse critique de certains traits récurrents (tels le programme nucléaire, la militarisation, l’État autoritaire, l’exploitation de la religion à des fins politiques, etc.) s’articule fréquemment sur la dénonciation du patriarcat comme paradigme de toute forme d’oppression. Les termes de la proposition peuvent être inversés : toute évocation du patriarcat aboutit à un réquisitoire contre certains aspects de la société pakistanaise.

  • 23 La citoyenne paradoxale : les féministes françaises et les droits de l’homme, Paris, Albin Michel, (...)
  • 24 Paradoxe justifié par nombre d’activistes des droits de la femme qui considèrent que la notion de n (...)

14De surcroît, tout en insistant sur les soubassements socioculturels de la construction des sexes et en rejetant – dans la perspective des gender studies – l’enfermement de l’opposition principielle du masculin et du féminin à l’intérieur des catégories biologiques, la rhétorique féministe (ou simili-féministe) tend simultanément à affirmer la différence sexuelle et à retracer les contours du « spécifiquement féminin ». Ce paradoxe apparent, mis en évidence récemment par Joan W. Scott pour le contexte français23, s’explique par la volonté qu’ont les actrices d’investir le champ politique en réclamant leurs droits en tant que femmes – misant pour le coup sur la catégorie générique biologiquement différenciée – plutôt qu’en tant qu’individues-citoyennes. Cette position stratégique24 finit donc par réactiver, mais à des fins différentes, les classifications précédemment remises en question par l’élaboration théorique. En soutenant le principe des sièges réservés, la formation de stations de police féminines et le maintien de la banque des femmes, les activistes pakistanaises – à l’instar de leurs homologues françaises militant pour la parité – plaident en faveur de ces « correctifs ».

15On conviendra que le choix du patriarcat comme outil analytique prioritaire couplé à la dialectique égalité/essentialité puissent constituer les critères déterminants de l’approche féministe lato sensu. Que le courant qui nous occupe ne présente pas tous les critères distinctifs du féminisme occidental – notamment le thème de la liberté sexuelle de type hétéro ou homosexuel, refoulé au Pakistan dans les productions ultra-confidentielles de certaines artistes – semble insuffisant pour l’exclure définitivement de la catégorie. On nous autorisera donc à exploiter les commodités d’un certain flottement terminologique alliant dans une même analyse féministes et avocat(e)s des droits de la femme.

16Pour mener à bien cette réflexion située dans la longue durée, le premier volet de l’ouvrage, – « L’héritage inventorié »–, s’efforce tout d’abord de brosser à grands traits le contexte historico-discursif du militantisme féminin (émergence, développement et mutations), depuis la mobilisation du Mouvement d’Aligarh au tournant du XIXe et du XXe siècle jusqu’aux premières organisations féminines fondées au Pakistan. La deuxième partie – « Chassés-croisés » –, cherche ensuite à montrer dans quel contexte politique le rapport triangulaire entre l’État, les femmes et l’islam s’est mis en place. « Nouvelles frontières », enfin, tend à examiner la somme d’images et de symboles qui instruisent le discours militant contemporain en ménageant de nombreux jeux de miroirs avec le passé.

17On remarquera sans doute que les musulman(e)s d’avant la Partition et les Pakistanais(e)s d’après 1947 (ou même d’après 1971 ; date de la sécession du Bangladesh) sont, sinon les seuls acteurs considérés, du moins les plus largement représentés. Il aurait pu en être tout autrement, notamment pour la période qui précède l’indépendance, car ce choix « séparatiste » semble redoubler la rhétorique du Mouvement pour le Pakistan. En son temps, ce même discours a pourtant contribué à l’émergence d’une figure féminine archétypale, militante et patriote, sur laquelle s’articule aujourd’hui l’argumentation rétroactive des activistes pakistanaises. L’Inde et le Bangladesh, comme points incontournables de référence et de comparaison, apparaîtront cependant maintes fois dans l’évocation du rapprochement sud-asiatique entrepris par les réseaux fémininistes transnationaux.

  • 25 J’ai tout de même systématiquement demandé à mes interlocuteurs d’évoquer leur milieu d’origine et (...)

18Au final, Le voile et la bannière se propose de rassembler certains matériaux – littérature savante et militante, rapports d’ONG, revues et reportages, sites internet, entretiens, etc. – pour inscrire le discours sur l’amélioration de la condition féminine dans un contexte historique couvrant environ un siècle. Par discours, on entendra ici non seulement la phraséologie des militantes des droits de la femme telle qu’elle se déploie dans les allocutions officielles et la masse volumineuse des publications, mais aussi, ponctuellement, les expressions multiples d’un texte non-verbal inscrites dans les codes vestimentaires, les manifestations de l’hexis corporelle, l’adoption d’un décor et d’un décorum, etc. L’ensemble des interviews ont été réalisées avec une soixantaine d’individus issus principalement de la mouvance des ONG (dirigeant(e)s et coordinatrices), des groupes de pression féministes, de la presse écrite et du milieu artistique (peintres, acteurs et danseurs). En privilégiant dès le départ la méthode de l’entretien non dirigé25, on a encouragé, autant que faire se peut, l’éclosion de récits spontanés.

19Ici, on aimerait raconter l’histoire d’une bataille menée sur plusieurs fronts au travers de textes de lois, d’exégèses sacrées, de romans édifiants, de pamphlets politiques, de décrets gouvernementaux, d’éditoriaux de magazines et de rapports de la Commission des droits de l’homme. Une bataille engagée depuis plus d’un siècle, au temps où l’épouse, la sœur ou la fille réformée devenait l’emblème de la gentry éclairée, jusqu’à l’époque contemporaine où l’inconnue voilée est devenue le symbole de la religion obscurantiste. Une bataille de représentations dont la femme est (peut-être ?) l’enjeu.

20Enfin, bien qu’il soit difficile de faire l’impasse sur « l’axe militaro-islamiste » dès que l’on évoque le Pakistan, régulièrement régi par la loi martiale, disposant de l’arme nucléaire et fréquemment dépeint sous les couleurs du fanatisme religieux, on a cherché à montrer un autre versant de l’histoire – celui de l’activisme féminin ou féministe – qui jusque-là n’a guère été abordé que par les militantes elles-mêmes. Tant il est vrai que ce pays négligé par la recherche française ne doit pas rester un simple poste d’observation géostratégique.

Notes

1 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales ESC, 44 (6), 1989, p. 1508.

2 Sauf indication contraire, les chiffres cités qui concernent l’année 1995 sont extraits de Mahbul ul Haq et Khadija Haq, Human Development in South Asia 1998, Karachi, Oxford University Press, 1998, pp. 177-185.

3 Le seuil de pauvreté est ici défini par un revenu inférieur à 1$ par jour.

4 Le Human Poverty Index, établi en 1997 par les Nations unies, permet de mesurer l’indice de pauvreté en combinant plusieurs variables (mortalité au-dessous de l’âge de 40 ans, pourcentage d’illettrés, malnutrition infantile, accès à l’eau potable et aux installations sanitaires). Le Poverty of Opportunity Index (POPI) ajoute aux composantes précitées le pourcentage des enfants ne bénéficiant pas d’une instruction primaire et la définition d’un revenu inférieur à 1 $ par jour. Voir Mahbul ul Haq et Khadija Haq 1998, pp. 17-18.

5 Ces deux chiffres sont extraits respectivement de Mahbul ul Haq et Kadija Haq 1998, p. 177 et du Federal Bureau of Bureau of Statiscis, Pakistan Integrated Household Survey, Islamabad, Government of Pakistan, 1997, p. 100 (estimations 1997).

6 39 % selon les estimations de 1997 de Federal Bureau of Statistics 1997, p. 44 et 38 % (chiffres de 1995) selon Mahbul ul Haq et Khadija Haq 1998, p. 177.

7 Si l’ourdou est la langue nationale dans un Pakistan multilingue, l’anglais a le statut de langue officielle et demeure, notamment, la lanque privilégiée de la loi et de l’administration.

8 Chiffres de 1995 extraits de Mahbul ul Haq et Khadija Haq 1998, pp. 166-167 et p. 182. De son côté, le Federal Bureau of Statistics annonce pour l’année 1997 : 51 % (hommes) 28 % (femmes). Le rapport indique la répartition suivante : – zones urbaines : 65 % (hommes) 50 % (femmes) – zones rurales : 44 % (hommes) 17 % (femmes). Voir Federal Bureau of Statistics 1997, p. 44. Il va sans dire que ces résultats apparaissent quelque peu optimistes !

9 On s’en voudrait ici de caricaturer à l’extrême un ensemble de notions extrêmement galvaudées. Par souci de clarté, posons dès à présent certains jalons.
Le vocable « laïc » est la traduction approximative de l’anglais secular ou secularist. On s’étendra ultérieurement sur la signification de ces deux termes. Nous désignons sous cette expression l’attitude qui consiste à promouvoir la neutralité confessionnelle de la sphère publique (dans le domaine juridique et politique notamment). Le qualificatif « moderniste » désignera tout au long de l’ouvrage l’attitude qui préconise une nouvelle interprétation des croyances et des doctrines traditionnelles, en accord avec l’exégèse moderne, et sans nécessairement recourir à l’autorité des oulémas. L’épithète s’applique à la lignée des réformateurs (et de leurs héritiers) qui cherchent un compromis avec l’Occident sur le plan intellectuel, politique et théologique.
Le terme « fondamentaliste » dénotera au cours du texte la volonté de revenir aux textes fondateurs de la religion en remettant en question l’apport de l’histoire et de (Suite de la note n° 9, page 14).
la tradition. L’expression ne s’applique évidemment pas aux seuls courants de l’islam et renvoie initialement aux sectes protestantes américaines (voir J. Barr, Fundamentalism, Londres, SCM Press, 1977). En accord avec la terminologie d’Olivier Roy nous désignons par « islamisme », l’idéologisation de l’approche fondamentaliste, laquelle tente de réformer l’ensemble de la vie sociale à partir d’un projet politique maximaliste. Voir O. Roy, Généalogie de l’islamisme, Paris, Hachette, 1995.

10 Jean-François Sirinelli, « Les élites culturelles », in Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (éd.), Pour une histoire culturelle, Paris, Le Seuil, 1997, p. 296.

11 En simplifiant outrageusement, l’histoire « vue d’en bas » s’applique au xxe siècle aux travaux portant non plus sur les élites (qui ont longtemps été au centre de la pratique historiographique) mais sur les « dominés » (paysans, ouvriers, « cultures populaires », etc.). Les Subaltern Studies, qui ont vu naissance en Inde dans les années 1970, témoignent d’un intérêt analogue pour les anonymes. Voir V. Das, « Subaltern as a perspective », in Subaltern Studies VI, Delhi, 1989, pp. 310-324.

12 Voir Nighat Said Khan, « The Women’s Movement Revisited : Areas of Concem for the future », in Nighat Said Khan et Aftya Sherbano Zia (éd.), Unveiling the issues, Lahore, ASR, 1995, p. 188. La féministe Nighat Said Khan ne souscrit pas pour sa part à cet argument.

13 L’histoire du féminisme occidental est évidemment bien antérieure aux années 1970 : c’est néanmoins durant cette décennie que la « vulgate » féministe a durablement marqué l’opinion publique.

14 Voir Farida Shaheed, « The Cultural Articulation of Patriarchy », in Fareeha Zafar (éd.), Finding our way : readings on women in Pakistan, Lahore, ASR, 1991, pp. 135-158. De leur côté, les « féministes islamiques » se proposent de réinterpréter les sources écrites de l’islam, tenues comme les seuls fondements légitimes de l’amélioration de la condition féminine. Nous nous étendrons ultérieurement sur ce courant de pensée.

15 Voir Maria Mies, Patriarchy and Accumulation on a World Scale : Women in the International Division of Labour, Londres, Zed Books, 1986, pp. 7-8.

16 Voir Fauzia Gardezi, « Islam, Feminism, and the Women’s Movement in Pakistan : 1981-1991 », South Asia Bulletin, 10 (2), 1990, p. 19.

17 Farida Shaheed and Khawar Mumtaz, Women of Pakistan : Two Steps Forward, One Step Back ? Londres, Zed Books, 1987. p. 150, traduit par nous.

18 Ibid. L’événement s’est produit à Lahore au milieu des années 1980.

19 Kamla Bhasin et Nighat Said Khan, Some questions on Feminism and its Relevance in South Asia, New Delhi, Kali for Women, 1986, p. 3.

20 Nom de la première femme de Shiva qui s’était jetée vivante dans le bûcher de son époux ; par extension, pratique consistant dans le sacrifice volontaire (ou prétendûment volontaire) de la veuve sur le bûcher de son mari défunt. Nous reviendrons sur ce sujet.

21 Nighat Said Khan, « Theories of Feminism : A Review », in Fareeha Zafar (éd.) 1991, P- 272.

22 Voir pour une élaboration de la théorie du genre, Joan W. Scott, Gender and the Politics of History, Columbia, New York, 1988.

23 La citoyenne paradoxale : les féministes françaises et les droits de l’homme, Paris, Albin Michel, 1998 (éd. originale Only Paradoxes to Offer. French Feminists and the Rigths of Man, Cambridge, Harvard University Press, 1996).

24 Paradoxe justifié par nombre d’activistes des droits de la femme qui considèrent que la notion de neutralité républicaine, brandie par les « universalistes », est demeurée discriminatoire (sexuée et sexuante, en faveur de l’individu masculin) jusqu’à ce jour.

25 J’ai tout de même systématiquement demandé à mes interlocuteurs d’évoquer leur milieu d’origine et leur formation, d’identifier les facteurs décisifs (y compris personnels) de leur engagement et de décrire leur propre évolution (principes directifs, convictions et acquis professionnels) dans le domaine.

Table des illustrations

Légende Carte n° 2. Le Pakistan après 1971.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search