Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Séoul, ville géante, cités radieuses

 | 
Valérie Gelézeau

Prologue

Texte intégral

1Découvrant Séoul aujourd’hui, le voyageur tant soit peu sensible à la forme des villes ne peut manquer d’être frappé par les paysages de la capitale coréenne : partout, des grands ensembles, tels ceux qui furent construits dans les banlieues françaises aux plus beaux jours des ZUP. D’immenses cités intra-urbaines forment comme un mur de béton le long du fleuve Han et bien des collines proches du centre ou plus périphériques sont hérissées de barres d’immeubles. Étonné, voire horrifié par ce spectacle, notre voyageur en conclura que les leçons de l’histoire, une fois de plus, n’ont pas été écoutées : les Coréens reproduisent, quarante ans plus tard, les erreurs commises dans les villes européennes. En pire.

2Mais vivre à Séoul brouille la vision univoque et européocentriste, instruite des leçons de l’urbanisme technocratique pratiqué pendant les vingt glorieuses, selon laquelle aujourd’hui les grands ensembles riment avec laideur urbaine, logement social, déclassement. Au contraire — et comme dans d’autres pays en croissance rapide —, ceux-ci jouissent auprès de la majorité des Coréens d’une image plutôt positive, où la question de l’esthétique urbaine le cède aux antiennes tant de fois entendues au cours de mes recherches.

  • 1 Terme qui provient de l’anglais apartment house, par simplification et transcription phonétique de (...)

3Il y a d’abord l’affirmation « qu’on ne peut pas faire autrement » : fondé sur un calcul sommaire de densité (trop de monde, pas assez de place), cet argument, qui fait figure d’évidence, érige la construction des grands ensembles (tanji) au rang de nécessité. L’autre raison invoquée est celle qui consiste à opposer l’appartement (ap’at’ŭ1) à la maison individuelle « traditionnelle » pour critiquer les archaïsmes et les inconvénients de celle-ci tout en parant celui-là de toutes les vertus du confort et de la modernité.

4Cet argumentaire, dont on a bien conscience que son extrême simplicité relève autant de la rhétorique adressée à l’interlocuteur étranger que de la réalité des faits ou des opinions sur le sujet, est loin de tout expliquer. Il passe sous silence le fait que, jusqu’en 1970, les appartements, pourtant pourvus des mêmes avantages de confort et de modernité qui sont censés expliquer aujourd’hui leur succès, souffraient à Séoul d’une mauvaise image. Il tend à confondre ce qui procède de la nécessité et ce qui relève d’un choix. Surtout, il évacue l’originalité du mouvement des grands ensembles coréens sur la période 1970-2000 : son ampleur. Au Japon par exemple, pays pourtant confronté aux mêmes contraintes territoriales que la Corée, l’urbanisation massive de la Haute Croissance n’a pas entraîné la construction de grands ensembles à une telle échelle. Quant aux cités des banlieues françaises, leur taille est sans commune mesure avec celle de certains grands ensembles qui ont surgi en Corée depuis la fin des années 1970 : Sarcelles comprend un peu moins de 60 000 habitants, alors que des cités de plus de 100 000, voire 200 000 personnes, sont aujourd’hui des objets courants du paysage des grandes villes coréennes: plus de 100 000 personnes à Chamshil et à Sanggye (Séoul), presque 300 000 à Chisan (Taegu), plus de 100 000 à Haeundae (Pusan).

5Pourquoi en Corée ce mouvement s’est-il développé à cette échelle inimaginable du temps de la charte d’Athènes ? Comment expliquer l’engouement des Coréens pour l’appartement, qui constitue une rupture majeure avec les formes d’habitat plus traditionnelles ?

  • 2 V. Gelézeau, 1999.
  • 3 J.-R. Pitte, 1983, p. 23.
  • 4 J’entends ici « culture » au sens anthropologique, qui tend à identifier « culture » et « civilisa (...)

6Ce livre, qui fut naguère une thèse2, ne s’éloigne pas des préoccupations classiques des sciences humaines à l’égard du formidable développement asiatique et, au-delà de ces interrogations concernant la spécificité du mouvement des grands ensembles en Corée, une question simple s’est trouvée à l’origine de mes recherches : comment le développement économique a-t-il transformé l’espace et le mode de vie des citadins ? Autrement dit, qu’en est-il de la ville dans une société en croissance rapide, qui a vu son environnement matériel changer de manière considérable en moins de cinquante ans ? La réflexion proposée ici se fonde sur une analyse des paysages que je considère, avec J.-R. Pitte, comme une « pellicule de la réalité géographique », c’est-à-dire comme un signe susceptible d’être interprété3. Je m’en tiendrai donc à une approche cognitive du paysage, considéré comme médiation dans l’intelligence de la ville. Une explication des formes urbaines, de leur genèse, de leur utilisation passée ou présente peut en effet apporter un éclairage original sur le développement coréen – ses facteurs, ses manifestations, ses conséquences – et la relation de celui-ci à la culture coréenne4. Dans ce livre, c’est l’analyse géographique d’un type d’habitat, le grand ensemble d’appartements (ap’at’ŭ tanji), qui permettra d’aborder ces questions.

Notes

1 Terme qui provient de l’anglais apartment house, par simplification et transcription phonétique de l’alphabet coréen ou han’gŭl.

2 V. Gelézeau, 1999.

3 J.-R. Pitte, 1983, p. 23.

4 J’entends ici « culture » au sens anthropologique, qui tend à identifier « culture » et « civilisation », notion affranchie de tout jugement de valeur.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540