Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Séoul, ville géante, cités radieuses

 | 
Valérie Gelézeau

Remerciements

Texte intégral

1J’ai reçu du Laboratoire Espace et Culture de Paris IV (ESA 8064, CNRS-Université Paris IV-Sorbonne) et du Laboratoire d’Études coréennes (UMR 8033, CNRS-EHESS-Paris VII-EFEO), outre les aides matérielles indispensables pour mener à bien une recherche de terrain très éloignée, un encadrement scientifique enrichi par de nombreux liens d’amitié. A Paris IV, je remercie Florence Bonnaud qui a exécuté les illustrations de l’ouvrage. Au Laboratoire d’Études coréennes, je dois beaucoup à M. Alexandre Guillemoz, qui a suivi ce travail depuis l’origine et dont les remarques et suggestions m’ont toujours été précieuses. Parmi les membres de cette équipe, je remercie aussi particulièrement Alain Delissen, pour sa relecture éclairée du manuscrit final.

2En Corée, je remercie M. Choi Wounsik, de l’Université Ehwa et M. Yu Wooik, de l’Université nationale de Séoul. Que M. Choi Jangjip, de l’Université Koryŏ, et les chercheurs de l’Asiatic Research Center, soient eux aussi remerciés pour leur accueil. Ma gratitude va également à Mme Jang Yeonghee, du SDI, Mme Park Shinyoung, de l’Office national coréen du logement, Mme Yoon Juhyun du KRIHS, ainsi qu’à MM. Kim Jeongho et Koh Chul, du KRIHS, et à M. Yim Changbok, de l’Université Sŏnggyungwan : tous n’ont jamais épargné leur temps pour m’accorder leurs conseils et les informations dont j’avais besoin. Merci enfin à Mme Kim Jinai et M. Kang Hongbin de m’avoir reçue à plusieurs reprises et d’avoir bien voulu répondre à mes questions.

3Cet ouvrage n’existerait pas sans les rencontres que m’a offertes la Corée. A ce titre, je remercie tous ceux qui, anonymes ou non, ont bien voulu participer à mes enquêtes de terrain. Je souhaite d’ailleurs exprimer ma vive reconnaissance à Mme Ch’ae, Mme Chŏn et Mme Lee pour avoir supporté mes excentricités d’ethnographe et même, pour avoir contribué à élargir considérablement le cercle d’individus susceptibles d’en faire les frais. Je dois aussi à quelques personnes un savoir sur la Corée qui ne se réduira jamais à un livre lu ou écrit - et auquel les pages qui suivent ne rendent hélas guère justice. Parmi elles, mes pensées vont tout particulièrement à Ku Yangja, Lee Hyeonjoo, Oh Keumjoo et Park Inae.

4Ma reconnaissance va également à tous ceux qui, en France ou en Corée, m’ont aidée à divers moments pendant la gestation de ce livre. Au risque d’en oublier un, je devrais peut-être n’en citer aucun. Mais je pense particulièrement à Nadia Abdelwahed, Dominique Baillet, René Barré, Frédéric Boulesteix, Nicolas Chaudron, Choi Yeongsun, Chung Jinkook, Henri Desbois, Hélène Gelézeau, Claire Hancock. Merci également à Cathy Rémy pour la photographie de couverture, entre autres choses.

5Je tiens enfin à exprimer toute ma reconnaissance à M. Jean-Robert Pitte, de l’Université Paris IV-Sorbonne, qui me fait l’honneur aujourd’hui de préfacer ce livre.

AVERTISSEMENT AU LECTEUR

6Ce livre a été achevé grâce à une subvention de recherche de la Korea Foundation (2000). Les opinions, conclusions ou recommandations qui y sont exprimées sont néanmoins celles de l’auteur et ne reflètent pas forcément les perspectives de la Korea Foundation.

Note sur les transcriptions de l’alphabet coréen en alphabet romain

7Le livre suit dans l’ensemble le système de McCune-Reischauer, qui fut le système officiel de transcription de l’alphabet coréen en alphabet romain entre 1984 et 2000. Bien qu’il ait été aboli par le gouvernement coréen, il reste le plus largement utilisé par la communauté scientifique internationale, en raison de sa rigueur et de sa facilité d’usage, notamment pour les étrangers coréanophones.

8Pour les noms propres, la transcription choisie par la personne a été systématiquement utilisée, quand on la connaissait. Si nécessaire, la transcription McCune-Reischauer des auteurs d’ouvrages et d’articles est donnée dans la bibliographie. Les noms des Coréens et Coréennes apparaissent dans l’ordre d’usage en Corée : nom, suivi du prénom. On a choisi de ne pas couper les deux syllabes des prénoms par un tiret : Park Chunghee et non Park Chung-Hee ou Park Chung-hee. Enfin, c’est la transcription commune qui a été utilisée pour les noms propres connus (Park Chunghee et non Park Chŏnghŭi), notamment pour les noms des conglomérats coréens : Hyundai et non Hyŏndae, Samsung et non Samsŏng, etc.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540