Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Lexique

Texte intégral

Achwaiyyat : en arabe, « aléatoire », « spontané ». Ce terme générique désigne des zones d’habitat informel diverses et hétérogènes, non planifiées. Elles sont construites par les habitants sur des parcelles dont ils sont propriétaires ou sur des parcelles appartenant à l’État, mais sans autorisation officielle.

Accord des « Quatre libertés » : cet accord, signé en 2004 entre l’Égypte et le Soudan, confère aux Soudanais le droit de circuler, de résider, de travailler et de devenir propriétaires en Égypte, avec un accès à l’éducation et aux soins publics.

Baltageyya (sing. baltagi) : hommes de main, voyous au service de tiers ou non. Lors de la révolution du 25 janvier 2011, le ministère de l’Intérieur en mobilisa pour semer le chaos en ville, et aussi face aux manifestants anti-Moubarak, notamment lors de « l’épisode des chameaux », place Tahrir, le 2 février 2011.

Bekia : acheteur ambulant d’objets encombrants.

Blue bra ou « épisode de la fille au blue bra » : en référence au soutien-gorge bleu d’une manifestante sauvagement passée à tabac par la police militaire, place Tahrir, en décembre 2011.

Capitulations : accords passés entre plusieurs grandes puissances européennes et l’Empire ottoman visant à régler le statut des étrangers dès le début du xvie siècle, à la chute de l’Empire byzantin.

Cataracte : rapide interrompant le cours moyen du Nil. Il y en a six, entre Assouan et le nord de Khartoum. La Nubie s’étend au sud de la première cataracte qui marquait, durant l’Antiquité, la limite méridionale de l’Égypte sous l’ancien Empire. La deuxième cataracte a été ennoyée par le lac Nasser en 1970.

Christallérien : l’adjectif fait référence à la théorie des lieux centraux du géographe allemand Walter Christaller (années 1930), qui explique la distribution spatiale des villes et leurs inégalités de taille par leurs fonctions économiques, notamment la distribution de biens et de services.

Climatope : microclimat corrélé aux propriétés des matières du terrain (asphalte, herbe, terre, béton, eau, terre cuite ou autre) et à l’agencement des volumes bâtis.

Compound : quartier résidentiel privé à l’intérieur des villes nouvelles. Leur accès, plus ou moins restreint, est contrôlé.

Conseil national des femmes (CNF) : cette fondation pour la promotion des droits des femmes fut créée en 2000, sous l’égide de Suzanne Moubarak. Le CNF est considéré comme une quango (quasi non-governemental organisation). Il participe, dès 2000, à marginaliser les associations féministes indépendantes, d’une part en accaparant tous les budgets (surtout étrangers) et d’autre part, en imposant un agenda des luttes à mener.

Deir : monastère.

Desakota : ce concept (litt. « village-ville »), proposé par T. C. Mc Gee en 1991, vise à caractériser des formes rurales de peuplement, souvent invisibles du point de vue des autorités, mais qui présentent comme caractéristiques une mixité des activités agricoles et non agricoles dans des espaces densément peuplés et où la mobilité des populations est localement importante. 

Dhimmi : « tributaire », en référence aux non musulmans croyant en un seul Dieu (gens du Livre) pouvant conserver leur religion, moyennant le versement d’une capitation, impôt portant sur chaque individu (et non sur les biens).

Écoumène : espace habité par l’homme, par opposition aux déserts.

Fellah : paysan travaillant directement la terre.

Feddan : unité de surface en milieu rural, utilisée en Égypte, au Soudan et en Syrie. Elle est équivalente à 60 m x 70 m, soit 0,42 ha, ou bien encore à 24 kirat.

Hara (pl.) : lieux comportant les casiers et les armoires des étudiants résidant dans les riwaq de la mosquée d’al-Azhar. Ces lieux ont été actifs jusqu’à l’inauguration de la cité universitaire d’al-Azhar en 1959.

Infitah : politique d’ouverture économique initiée sous Sadate.

Jabal : mont, montagne.

Khédive : titre conféré en 1867 à Ismaïl, 5e successeur de Méhémet Ali, et à ses descendants. Équivalent de vice-roi d’Égypte.

Karish (ou qarish ou arish) : fromage blanc et mou, aujourd’hui souvent élaboré à partir de lait écrémé. Il est consommé frais, salé, et il constitue un produit d’exportation.

Loi Jihane : promulguée en 1979, cette loi (du prénom de la femme du président Sadate qui en a soutenu l’initiative) révise le Code du statut personnel. Cette loi accorda de nouveaux droits aux Égyptiennes en termes de mariage, de divorce, de garde des enfants et de polygamie. Elle fut déclarée anticonstitutionnelle en 1984, sous la pression des conservateurs religieux.

Mahaliyyat : conseils politiques locaux. Décriés pour leur inefficacité, ils sont dissous en 2011.

Mariage urfi (« traditionnel ») : mariage contracté devant deux témoins. Il est conforme à la loi islamique, mais non enregistré auprès des autorités publiques. Souvent clandestin, il est socialement mal vu.

Markaz : entité administrative rurale composant un gouvernorat. Un markaz peut englober une ou plusieurs madina-s (ville) de taille moyenne ou petite. Un markaz est au même niveau administratif qu’un qism.

Massacre de Maspéro : répression par l’armée d’une manifestation le 7 octobre 2011, non loin de la place Tahrir, devant le bâtiment de la télévision et de la radio d’État. Les activistes, la plupart coptes, exigeaient la dissolution du CSFA et l’arrêt des attaques contre la communauté chrétienne, notamment la destruction d’une église en Haute-Égypte, construite sans autorisation. Le bilan fut d’une vingtaine de morts et d’au moins 300 blessés.

Mish : produit élaboré à la maison à partir de fromage karish, fermenté et stocké dans des pots en terre cuite. Parfois pimenté, il constitue un pilier de l’alimentation paysanne et est consommé comme entrée par les citadins.

Mogamaa : ensemble administratif dépendant du ministère de l’Intérieur égyptien. Il est le lieu de travail de plusieurs dizaines de milliers de fonctionnaires.

Nahda : en arabe, « essor ». Mouvement de renaissance intellectuelle arabe au xixe siècle, notamment dans les domaines littéraire et politique. Lié aux contacts accrus avec l’Occident, ce mouvement était ouvert aux idées de réforme et de modernisation.

Nakba : en arabe, « catastrophe ». Le terme fait référence à la création d’Israël, lors de la guerre de 1948, et à l’exil forcé d’environ 700 000 Palestiniens.

Piastre : un centième de livre égyptienne.

Qanat : système d’irrigation ancien par des galeries souterraines drainantes. Le tunnel, accessible et entretenu par une série de puits alignés à la surface, conduit l’eau par gravité jusqu’à sa sortie en surface.

Qism : entité administrative urbaine composant un gouvernorat. Un qism est de même niveau qu’un markaz.

Rouz bi laban : riz au lait, servi en accompagnement et parfois agrémenté de poivre, ou bien consommé sucré en dessert.

Riwaq (pl.) : couloirs dans la mosquée d’al-Azhar, destinés à la fois à l’enseignement et à l’habitation des étudiants étrangers et égyptiens. On en comptait, jadis, près d’une trentaine.

Sarrih : ramasseurs itinérants.

Statut personnel (loi ou code) : la loi sur le statut personnel n'est pas unifiée en Égypte, car chaque communauté religieuse (musulmane, orthodoxe, catholique, protestante, juive) a ses propres lois, qui remontent aux années 1920 et qui ont été revues (pour le droit musulman) en 1985 et en 2000. Les codes, qui désavantagent les femmes, règlent entre autres les modalités de mariage, de divorce et, pour les musulmans, de répudiation et de polygamie. En cas de litige entre citoyens de communautés différentes, le droit musulman prévaut en tant que droit commun. En vertu de ce dernier, les femmes héritent de la moitié de ce qu’héritent les hommes. Alors que le mari musulman peut répudier sa femme de façon unilatérale, à l’inverse, celle-ci ne peut initier une procédure de divorce que devant le juge.

Tamarrod : en arabe, « rébellion ». Ce mouvement de protestation fut fondé en avril 2013 par des jeunes membres de Kefaya, afin de collecter au moins 15 millions de signatures contre le président Mohamed Morsi et d’obtenir des élections présidentielles anticipées. Le mouvement appela à manifester le 30 juin 2013, fédérant les mécontentements face au gouvernement des Frères musulmans.

Wadi : vallée.

Wafd : en arabe, « délégation ». Ce parti politique est né de la délégation constituée en 1918 par le leader nationaliste Saad Zaghloul pour participer à la conférence de Versailles, afin de défendre l’indépendance de l’Égypte. Le parti remporta les premières élections législatives en 1924. Il fut dissout par Nasser en 1952, avant de renaître en 1978.

Waqf : bien de mainmorte en droit islamique, donation à perpétuité d’un particulier à des fins charitables ou d’utilité publique. Le bien, confié en usufruit, devient inaliénable.

Zabbaline : chiffonniers du Caire, en charge du ramassage, du tri et du recyclage des déchets ménagers et commerciaux.

Zarayeb : enclos d’élevage.

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search