Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 7. Culture et patrimoine

Bibliotheca Alexandrina : le mythe renaissant

Hala Bayoumi et Ahmed Samir Habib

Texte intégral

283 avant J.-C. 1987 2002
Fondation d’une bibliothèque par Ptolémée Ier Appel de l’UNESCO pour la renaissance de la bibliothèque d’Alexandrie Inauguration de la Bibliotheca Alexandrina

1Située sur la corniche, entre la mer et l’université, la Bibliotheca Alexandrina constitue l’un des éléments repères du centre-ville d’Alexandrie, avec son disque solaire incliné vers la mer – une allusion au dieu Amon. Elle s’élève à quelques mètres de l’emplacement supposé de la bibliothèque antique, dans le port Est, là où s’étalait le quartier royal des Ptolémées. Le corps de bâtiments occupe l’extrémité orientale de la baie centrale, offrant une vue sur la citadelle de Qaitbay (xve siècle).

Sur les traces d’une bibliothèque mythique

2Le souhait d’une bibliothèque est émis dans les années 1970 par l’université d’Alexandrie, mais c’est l’implication de l’UNESCO en 1987 qui confère au projet une envergure internationale avec une référence explicite au mythe de la bibliothèque antique dont il s’agit de ressusciter l’esprit.

3Plusieurs fois détruite et reconstruite, la bibliothèque initiale disparut dans les premiers siècles pour des raisons encore débattues – les ravages de la guerre entre César et Pompée, un raz-de-marée provoqué par un séisme, les conséquences de la conquête arabe. Lieu d’érudition dans les domaines de la philosophie, des arts et des sciences, la bibliothèque antique collectait et traduisait vers le grec tous les ouvrages connus, consignant les savoirs des différents peuples et attirant les savants du monde entier : elle fut l’un des premiers centres de recherche. Dans l’imaginaire collectif, elle incarne la grandeur et surtout la part d’universalité de la cité antique, fondée en 331 avant J.-C. par Alexandre le Grand, emblème de la rencontre des peuples et des cultures, notamment entre Orient et Occident.

4Comme pour la sauvegarde des monuments de Nubie à la fin des années 1950, l’UNESCO lança une campagne internationale de collecte des fonds pour le projet de bibliothèque. La réunion d’Assouan, en février 1990, mobilise plusieurs chefs d’État, dans le Golfe et en Europe (en particulier, François Mitterrand) aboutissant à la création d’une commission internationale dédiée à la bibliothèque. Pour les autorités égyptiennes, ce grand projet d’aménagement présenté par Suzanne Moubarak comme une « une fenêtre du monde sur l’Égypte et une fenêtre de l’Égypte sur le monde » vise à redynamiser la ville comme pôle culturel et touristique du monde arabe.

Une architecture d’exception

5Le complexe de la bibliothèque actuelle comporte trois édifices reliés par souterrain et par une allée bordée d’oliviers, la Plaza : un centre de conférences (préexistant), le planétarium (en forme de sphère) et le nouveau bâtiment de la bibliothèque, en partie cerclé d’eau et hébergeant une immense salle de lecture (2000 places assises), en cascade sur sept niveaux. La majesté de cette salle, ponctuée de piliers surmontés de fleurs de lotus, tranche avec la sobriété du hall d’entrée, un contraste classique dans l’architecture mamelouke. Une passerelle traverse le complexe, de la corniche à l’université, tandis qu’un mur incurvé en granit d’Assouan, orné des lettres gravées de quelque 120 alphabets, entoure le nouveau bâtiment. D’allure futuriste, celui-ci a été imaginé par un cabinet norvégien, Snøhetta, à l’issue d’un concours international d’architecture lancé par l’UNESCO, avec le soutien du PNUD. L’accent mis par les jeunes architectes sur l’incarnation d’un pont entre passé et avenir a séduit. Le chantier dura une dizaine d’années. Il fut controversé en raison de son coût (environ 250 millions de dollars), de la proximité de l’eau, ou de la découverte, lors des travaux de fondation, de vestiges archéologiques.

7.10 Bâtiment principal de la Bibliotheca Alexandrina, 2002

7.10 Bâtiment principal de la Bibliotheca Alexandrina, 2002

© Bibliotheca Alexandrina

Une bibliothèque numérique, un centre humaniste

6La bibliothèque a d’emblée misé sur le trilinguisme (français, anglais, arabe) et sur la technologie numérique, se positionnant comme l’un des centres mondiaux d’archives sur internet et un centre de documentation numérique en réseau avec d’autres bibliothèques. Abritant quatre musées, un centre des congrès, une bibliothèque pour enfants et pour non-voyants, l’établissement culturel a redonné un certain élan à la vie culturelle alexandrine dès les années 2000. La chaîne humaine constituée en 2011 par les habitants pour protéger le bâtiment est révélatrice d’un sentiment d’appropriation et de fierté.

7L’institution, qui possède un statut de personne morale dépendant de la présidence de la République, dispose d’une certaine assurance financière grâce aux intérêts d’un compte bancaire bloqué et bénéficie des donations de mécènes. Elle affirme une mission de lutte contre les idéologies extrémistes par son rôle affiché d’ouverture, de dialogue et d’échanges, à l’opposé du discours du « choc des civilisations ».

7.11 Le réseau de soutien international de la Bibliotheca Alexandrina

7.11 Le réseau de soutien international de la Bibliotheca Alexandrina

Table des illustrations

Titre 7.10 Bâtiment principal de la Bibliotheca Alexandrina, 2002
Crédits © Bibliotheca Alexandrina
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37647/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre 7.11 Le réseau de soutien international de la Bibliotheca Alexandrina
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37647/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 724k

Auteurs

Hala Bayoumi, ingénieure de recherches CNRS en mathématiques appliquées aux sciences humaines et sociales, affectée au CEDEJ depuis 2007, où elle est responsable du pôle Humanités numériques

Ahmed Samir Habib, ingénieur en informatique, directeur du département des dépôts institutionnels et des systèmes de bibliothèques intégrés, Bibliotheca Alexandrina

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search