Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 7. Culture et patrimoine

Alexandrie : un patrimoine bâti en péril

Mohamed Gohar

Texte intégral

5 200 000 2006 36 2012
habitants en 2018 Loi no 144 de préservation du patrimoine datant du xixe et xxe s. Nombre de bâtiments publics démolis à Alexandrie depuis 2011 Création de l’association Save Alex
Sources : CAPMAS ; Association Save Alex 

1Logée à l’ouest, en dehors du delta du Nil, sur un mince cordon littoral, Alexandrie, bordée au sud par le lac Mariout, est la seconde ville du pays depuis le milieu du xixe siècle. Si la cité n’est plus un port majeur à l’échelle du bassin méditerranéen, Alexandrie-Dekheila est le premier port national (56 millions de t/an en 2017), jouant un rôle clé dans le commerce extérieur et l’approvisionnement du pays. Sa croissance continue pendant le xxe siècle (elle compte près d’un million d’habitants vers 1950), portée par le développement industriel, a provoqué un étalement en front de mer. Le développement urbain incontrôlé depuis trois décennies s’effectue en partie aux dépens du bâti ancien, quelle que soit sa valeur architecturale.

Le bâti, mémoire et identité d’une ville cosmopolite

2Alexandrie est un palimpseste portant les traces des différentes époques historiques, des vestiges gréco-romains aux villas art-déco de la Belle époque. L’histoire longue de la ville, fondée en 331 avant J.-C., a nourri de nombreux récits historiques, littéraires et imaginaires, qui insistent sur sa fonction de creuset réunissant différentes communautés étrangères, à l’époque romaine comme à la charnière des xixe et xxe siècles. Cette culture cosmopolite a disparu dans les années 1950, avec le départ de la majorité des étrangers (Italiens, Grecs, Français, Levantins) et des juifs. La ville actuelle offre une image différente de l’Alexandrie mythifiée avec sa corniche embouteillée, son centre-ville dégradé et un front de mer hérissé de constructions hautes. La loi sur le blocage des loyers, la réduction du budget étatique et l’absence de mécénat public expliquent la détérioration des bâtiments en centre-ville.

3Depuis les années 1990, Alexandrie est affectée par la spéculation immobilière et un boom sans précédent des constructions, pour la plupart non réglementaires. Alors que les vestiges antiques font l’objet d’une politique de protection (loi no 117 de 1983), les édifices patrimoniaux datant des xixe et xxe siècles, souvent mal entretenus, sont démolis. Ce processus s’est accéléré après 2011. Parmi les lieux emblématiques rasés figurent la villa Aghion des frères Perret (en 2014), la villa Ambron (maison du romancier Lawrence Durrell) et la villa Cicurel, toutes deux démolies en 2016. On peut citer aussi l’hôtel Majestic, le cinéma Rialto ou le théâtre Al-Salam, remplacé par un hôtel en 2016. Certaines bâtisses figuraient pourtant sur la liste des édifices classés, publiée en 2008 par le gouvernorat d’Alexandrie. Les destructions sont facilitées par l’indifférence des autorités locales, peu enclines à faire appliquer la loi de protection ou/et prompte aux expropriations, et par le manque de moyens financiers des propriétaires, dont beaucoup sont hostiles à la législation sur la conservation du patrimoine et souhaitent obtenir la dé-classification de leur bien. S’ajoutent un manque d’informations et la fragmentation des données sur ce patrimoine architectural plus récent, faute d’archives nationales. La logique de marché efface ainsi des traces matérielles de l’histoire et déstructure le tissu urbain en brisant l’unité des vieux quartiers et en isolant des bâtiments historiques, désormais cernés par des constructions modernes. Avec la destruction d’édifices chargés d’histoire disparaissent des points de repère urbains, lieux de mémoire et de souvenirs.

Une mobilisation citoyenne pour le patrimoine architectural

4Face à la détérioration ou la disparition du patrimoine bâti, plusieurs initiatives collectives sont nées au cours des années 2000 pour préserver cet héritage architectural avec des actions de documentation, d’information ou des campagnes de sensibilisation. À côté d’institutions étrangères (l’Institut suédois, le Centre d’études alexandrines) ou paraétatiques (la Bibliotheca Alexandrina) soutenant la défense du patrimoine sont apparus des mouvements citoyens, surtout après 2011. Ces associations ont bénéficié de l’implication d’anciens activistes engagés dans la révolution du 25 janvier, en quête de reconversion militante. Fédérant des personnes ayant suivi un cursus d’architecture, des avocats ou des personnes du secteur touristique, l’association Save Alex se focalise, par exemple, sur des actions de lobbying pour sensibiliser le public et interpeller les autorités sur la richesse du patrimoine afin d’empêcher des démolitions. Initié par l’architecte Mohamed Gohar, le projet de recherche Description of Alexandria vise à répertorier et documenter le patrimoine architectural et culturel, notamment en dessinant les bâtiments ou en recueillant les récits de ses occupants pour parvenir à une prise de conscience de la valeur architecturale. Cette mobilisation de la société civile pour la défense du patrimoine participe à la redéfinition d’une identité locale, ancré sur un discours mettant en exergue une spécificité culturelle alexandrine.

7.9 Monuments remarquables à Alexandrie : sélection d’images

7.9 Monuments remarquables à Alexandrie : sélection d’images

© Mohamed Gohar

Table des illustrations

Titre 7.9 Monuments remarquables à Alexandrie : sélection d’images
Crédits © Mohamed Gohar
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37642/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M

Auteur

Mohamed Gohar, architecte et chercheur, fondateur en 2013 de Description of Alexandria

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search