Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 7. Culture et patrimoine

Cinéma : de l’âge d’or au déclin

Thomas Richard

Texte intégral

1897 2014 295 25
Première salle de cinéma à Alexandrie Ouverture de la salle d’art et d’essai Zawya salles soit 4 pour 1 million d'habitants en 2017 films et 48 productions (avec les séries) en 2017
Sources : Elcinema et IMDb, 2017 ; North Western University in Qatar, 2016 ; Shafik, 2007

Une industrie jadis renommée

1Dès l’époque monarchique, l’Égypte développe un cinéma, devenant un pays phare dans le monde en matière de production, notamment des années 1950 jusqu’aux années 1970. Les studios Misr sont créés en 1935, puis nationalisés en 1961. Grâce à ces studios et à l’Institut supérieur de cinéma du Caire, né en 1959, l’industrie cinématographique est un vecteur de l’influence culturelle et politique égyptienne sous Nasser et Sadate : comédies, drames et films musicaux mettant en scène les vedettes de la chanson (Oum Kalsoum, Abdel Halim Hafez) ou de la danse (Samia Gamal) sont diffusés dans tout le monde arabe, et voisinent avec des œuvres valorisant la figure nassérienne (Saladin, de Youssef Chahine, 1963), l’anti-impérialisme et la lutte contre Israël. Ce cinéma se veut moderniste, critique des hiérarchies de l’ancien régime, et porteur d’un message. Il dénonce la corruption et les blocages sociaux, puis sous Sadate, les dérives des politiques de libéralisation économique.

7.1 Affiche du film Lutte sur le port, 1956

7.1 Affiche du film Lutte sur le port, 1956

© Collection Fatiha Bouzidi

Crise et concurrence

2Au cours des années 1990, le désengagement de l’État fragilise une industrie amenée à rechercher des partenariats de coproduction. Le lancement des chaînes satellitaires panarabes attire les techniciens dans le Golfe et laisse la production égyptienne exsangue, avec moins d’une vingtaine de films par an à la fin des années 1990, contre 55 en 1960 et 70 en 1992. Certes l’Égypte se prévaut encore d’un star-system autochtone, mais celui-ci pèse lourd sur des budgets limités, affectant la production en termes de qualité.

3Dans un contexte marqué par la séparation entre cinémas intellectuel et commercial, le public national demeure fidèle, dictant une production dominée par les films d’action, les comédies et les mélodrames. Cette exigence contraint le cinéma à proposer des œuvres dédiées aux spectateurs de la classe moyenne aisée, qui fréquentent les multiplexes. La majorité des 295 salles est aujourd’hui concentrée au Caire et à Alexandrie. La consommation de films, massive via la télévision, évolue avec la diffusion illégale des films sur internet, laquelle représente un manque à gagner en même temps qu’une occasion de visibilité accrue.

4Depuis les années 2000, certains films sont tournés en décors naturels à l’étranger. Les effets spéciaux numériques restent rares et l’environnement régional est devenu très concurrentiel : blockbusters et séries turcs ou indiens rivalisent avec les productions égyptiennes, les studios de Ouarzazate se sont affirmés, le Festival du Caire doit compter avec ceux de Marrakech et de Tunis, ou avec les États du Golfe, qui sont l’un des principaux marchés d’exportation des films égyptiens. Ceux-ci représentent désormais une part très réduite des films diffusés au Maghreb (6 à 8 % des exportations de films égyptiens contre 60 à 70 % dans le Golfe). La majorité des films égyptiens sont mal diffusés dans les réseaux européens et américains, à l’exception de quelques réalisateurs primés, tels Yousry Nasrallah (Après la bataille, 2012) ou Mohammed Diab (Les Femmes du bus 678, 2010 ; Clash, 2016). Même une production aussi importante que La Porte du soleil (Nasrallah, 2004) est restée assez confidentielle.

7.2 Le cinéma égyptien au Machrek entre 2011 et 2016

7.2 Le cinéma égyptien au Machrek entre 2011 et 2016

Entre censure et cinéma engagé

5Une relève est apparue ou s'est confirmée, davantage liée aux réseaux internationaux avec des thèmes appréciés du public occidental. Marwan Hamed, qui adapte le best-seller L'Immeuble Yacoubian (2006), en est une illustration. Les sujets sociaux et politiques attirent toujours l’attention (The Night of the baby doll de Adel Adeeb, 2008). Le moment révolutionnaire de 2011, malgré une crise de la production, a marqué un retour vers le cinéma engagé, avec des films comme Nawara (Hala Khalil, 2015) ou 18 Jours, effort collectif de représentation des événements de 2011. Des cinéastes et acteurs comme Khalid Abdallah, impliqué dans le projet Mosireen de diffusion des images de la révolution, ont été au premier rang des manifestants de Tahrir.

6Les autorités soutiennent cette industrie de prestige national par des lois protégeant la production et l'organisation de festivals : celui du cinéma méditerranéen à Alexandrie depuis 2006, celui du film africain à Louxor depuis 2012. Toutefois, la censure, organisée depuis 1954 et soumise aux exigences du pouvoir militaire, est un trait majeur du paysage cinématographique. Très sensible aux enjeux de mœurs, aux questions religieuses et à l'image du pays, elle limite l'espace critique des films en imposant des coupures (Dunia de Jocelyne Saab, 2005). Elle a rendu impossibles le tournage, puis l’exploitation en Égypte du film Le Caire confidentiel (Tarik Saleh, 2017).

7.3 Affiche du film Le Caire confidentiel (2017)

7.3 Affiche du film Le Caire confidentiel (2017)

Table des illustrations

Titre 7.1 Affiche du film Lutte sur le port, 1956
Crédits © Collection Fatiha Bouzidi
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37627/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre 7.2 Le cinéma égyptien au Machrek entre 2011 et 2016
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37627/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 897k
Titre 7.3 Affiche du film Le Caire confidentiel (2017)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37627/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M

Auteur

Thomas Richard, docteur en science politique, Université Clermont-Auvergne, chercheur associé au Centre Michel de l’Hospital

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search