Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 6. Économie et environnement

La filière du lait et ses produits dérivés

Véronique Alary, Christian Corniaux, Pascal Bonnet, Slim Saidi, Mona Osman, Mohammed Radwan et Sherif Abdelghany

Texte intégral

6,9 kg/an 14-16 LE 61 %
Quantité de fromages consommée par personne en 2013 Prix du litre de lait de vache pasteurisé en 2018 (8-9 LE en 2014) Part du marché de lait pasteurisé détenue par Juhayna en 2016
Sources : Al-Ahram, 2018 ; FAOSTAT, 2013 ; FAO, 2017

1Si l’approvisionnement en céréales et en huiles végétales est la priorité de l’État, la consommation de produits laitiers retient depuis les années 2010 l’attention des pouvoirs publics par son rôle dans l’équilibre nutritionnel des enfants et dans le développement rural et agro-industriel. Le pays a en effet enregistré une hausse du retard de croissance des enfants au cours des années 2000. Depuis janvier 2015, le lait et les fromages blancs font partie de l’offre au sein du panier alimentaire subventionné.

Croissance des filières laitières artisanales

2Le lait et ses produits dérivés, tels les fromages traditionnels (mish*, karish*, gebna roumi, gebna bida) ou le riz au lait (rouz bi laban*), font partie de la ration quotidienne des Égyptiens. La consommation de fromages en Égypte est l’une des plus élevées de la région et du continent : elle est proche de 7 kg/an/habitant contre 1 kg/an/personne en Afrique en 2013. Répondant à la hausse démographique nationale, la production de fromages a crû d’environ 170 000 tonnes dans les années 1990.

3En 2011, l’Égypte se classe parmi les 15 premiers pays exportateurs de fromages, approvisionnant surtout les marchés du Moyen-Orient. Les filières laitières concernent au premier chef les petits paysans.

4La croissance de la production du lait de vache témoigne de l’intérêt du secteur agro-industriel pour ce marché, même si l’Égypte reste un importateur important de lait en poudre (24 % de la demande en équivalent lait). Les firmes Juhayna (Égypte) et Danone détiennent environ deux tiers du marché égyptien de lait pasteurisé et de yaourt.

5Le lait frais de bufflesse constitue 48 % de la production de lait en 2016 ; sa valorisation reste l’apanage d’un secteur artisanal, souvent informel et organisé en filières courtes reliant des milliers de producteurs aux consommateurs citadins.

6.26 Production de beurre et de fromages en Égypte de 1961 à 2014

6.26 Production de beurre et de fromages en Égypte de 1961 à 2014

6.27 Évolution de la production de lait (bufflesse et vache) et de la population en Égypte de 1961 à 2014

6.27 Évolution de la production de lait (bufflesse et vache) et de la population en Égypte de 1961 à 2014

6.28 Principales parts de marché égyptien détenues par des firmes laitières nationales et multinationales en 2013

6.28 Principales parts de marché égyptien détenues par des firmes laitières nationales et multinationales en 2013

La filière laitière artisanale au Caire

6Approvisionner le Caire est un défi pour les autorités publiques en termes de sécurité alimentaire et de sûreté sanitaire, comme le montre la polémique autour du blé contaminé par l’ergot en 2016-2017. Avec plus de 500 000 nouveaux habitants en 2017, la croissance de la capitale est une aubaine pour les secteurs agricole et agro-alimentaire. Les 23 millions de Cairotes représentent une demande de 3,5 à 4 millions de litres de lait par jour.

7Selon une enquête réalisée en 2013-2014 au Caire (quartiers de Choubra, Sayyeda Zeinab et Talbia) par une équipe du CIRAD et de l’université du Caire, les citadins des quartiers populaires ont une consommation plus élevée en lait frais et en fromages artisanaux ; la demande en lait frais de bufflesse est, elle, généralisée. L’approvisionnement de la capitale en lait frais exige un acheminement et des transactions rapides, bâtis sur des liens de confiance : près de 60 % des fournisseurs de lait enquêtés ont un lien familial avec le gérant du point de vente, mais dans les quartiers moins populaires, les gérants de boutiques ont aussi des contrats d’approvisionnement avec des commerçants de lait. Dans les boutiques, l’offre des produits artisanaux, non couverte par le secteur industriel, reste diversifiée et riche d’un savoir-faire transmis entre générations. Les quartiers enquêtés abritent 9 à 17 détaillants de lait par km2.

8Les filières artisanales d’approvisionnement en lait sont emblématiques du maintien des liens entre les milieux urbain, péri-urbain et rural. Elles génèrent des milliers d’emplois au Caire et ont bénéficié du développement des moyens de transport à bas prix : pickup, motos, touk touk.

6.29 Flux de lait des producteurs aux intermédiaires. Le cas du centre de collecte de Réka au sud du Caire

6.29 Flux de lait des producteurs aux intermédiaires. Le cas du centre de collecte de Réka au sud du Caire

Les défis de la filière artisanale

9Avec l’essor du secteur industriel agro-alimentaire depuis les années 2000, les classes moyennes et aisées tendent à délaisser les produits artisanaux pour des biens conditionnés et standardisés, à moindre risque sanitaire, tels les produits Juhayna, Danone ou Lactel. En effet, certains consommateurs urbains ont conscience des risques véhiculés par les produits laitiers artisanaux du fait de leur conservation, des conditions de propreté lors de la traite et des modes d’acheminement.

10En 2016, la dévaluation de la livre égyptienne a engendré une hausse du prix des aliments pour le bétail et le quasi-doublement du prix du litre de lait entre 2014 et 2018. Ce contexte fragilise les filières laitières artisanales, par ailleurs affectées par l’érosion du pouvoir d’achat.

11Aujourd’hui, lutter contre la malnutrition et maintenir une équité alimentaire en s’adaptant à la demande variée des différentes classes sociales sont un enjeu majeur. Cela requiert des politiques adaptées aux attributs et aux fonctions complémentaires des filières industrielles et artisanales, afin de favoriser une coexistence raisonnée des offres.

Table des illustrations

Titre 6.26 Production de beurre et de fromages en Égypte de 1961 à 2014
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37617/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre 6.27 Évolution de la production de lait (bufflesse et vache) et de la population en Égypte de 1961 à 2014
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37617/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre 6.28 Principales parts de marché égyptien détenues par des firmes laitières nationales et multinationales en 2013
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37617/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre 6.29 Flux de lait des producteurs aux intermédiaires. Le cas du centre de collecte de Réka au sud du Caire
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37617/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 711k

Auteurs

Véronique Alary, économiste, CIRAD, UMR SELMET (Systèmes d’élevage méditerranéens et tropicaux), affectée à l’International Center for Agricultural Research in Dry Areas (IRCADA), département RALS (Resilient crop-livestock farming systems)

Christian Corniaux, chercheur en zootechnie, CIRAD-SELMET, basé à l’ISRA à Dakar (Sénégal), animateur du Pôle Pastoralisme et Zones Sèches

Pascal Bonnet, géographe, CIRAD, directeur adjoint du département « Environnements et Sociétés »

Slim Saidi, écologue-géomaticien, Geomatics & Range Ecology Consulting, consultant international 

Mona Osman, professeure en élevage et génétique animale, chef du département de recherche sur les ovins et les caprins (2019), Animal Production Research Institute, Agriculture Research Center

Mohammed Radwan, Assistant Professor, département de Production animale, faculté d’agriculture, Université du Caire

Sherif Abdelghany, associate Professor of Animal Husbandry, département de Production animale, faculté d’agriculture, Université du Caire (depuis 2018)

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search