Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 6. Économie et environnement

L’énergie : un enjeu interne et international

Wahel Rashid et Karine Bennafla

Texte intégral

1956 85 % 2008 2018
Création de l’Egyptian General Petroleum Co. Part des hydrocarbures dans la production d’électricité en 2015 Accord de coopération avec la Russie sur le nucléaire civil Exploitation du champ gazier de Zohr
Sources : IRENA

1L’Égypte dispose d’importantes ressources en hydrocarbures, mais sans rivaliser avec les principaux producteurs mondiaux. Le pays est très dépendant des hydrocarbures pour sa production d’électricité, la part de l’hydroélectricité étant devenue modeste – 7 % en 2016 contre plus de 63 % dans les années 1970. Le gaz est devenu la première source d’énergie primaire depuis 2016, grâce aux nouvelles centrales thermiques.

2010-2015 : une crise énergétique

2Dès 1975, les hydrocarbures ont permis à la population d’avoir accès à une énergie peu chère, avec la restitution du Sinaï (puits pétroliers du golfe de Suez) et l’exploitation du gaz dans le delta du Nil. Les subventions d’État sur les carburants et l’électricité ont encouragé l’utilisation extensive de la voiture et les industries consommatrices d’énergie, telles les cimenteries. Jusqu’en 2011, les exportations d’hydrocarbures, entre autres vers Israël, garantissaient une rente à l’État.

3La situation énergétique se crispe à la fin de la décennie 2000 avec la baisse de la production pétrolière (depuis le pic de 1996), puis gazière (dès 2011), alors que la consommation intérieure croît avec la hausse démographique et celle du parc automobile. L’Égypte devient importatrice nette de pétrole au cours des années 2000, puis de gaz naturel liquéfié en 2012 par manque d’investissements dans l’exploration et l’exploitation de champs gaziers. Signes d’une pénurie, les coupures de courant se multiplient dès 2012, pendant les pics estivaux, concourant au mécontentement contre le gouvernement des Frères musulmans. En 2014, une baisse des subventions sur l’électricité est engagée (suppression totale prévue en 2026), puis sur les carburants. En 2017, une loi encadre la libéralisation du marché gazier, mettant fin au monopole de la société étatique Egyptian Natural Gas Holding Company (EGAS).

Nouvelles perspectives avec le champ de Zohr

4En 2015, la découverte par la société italienne ENI, dans les eaux territoriales égyptiennes, du plus grand gisement gazier de Méditerranée orientale, Zohr, change la donne. Ce gisement (850 milliards de m3 selon ENI) doit permettre à l’Égypte de redevenir autonome pour sa production d’énergie durant trois décennies. Le pays a stoppé ses importations de gaz pour être exportateur en 2019. Les autorités égyptiennes espèrent transformer le pays en hub énergétique régional en mettant ses infrastructures sous‑utilisées à disposition des pays voisins : Chypre (champ d’Aphrodite) et Israël (champs de Léviathan et Tamar) pourraient utiliser les usines égyptiennes de liquéfaction du gaz pour exporter vers le Proche-Orient (Jordanie) et l’Europe ; les raffineries de pétrole égyptiennes sont en cours de modernisation (premières capacités de raffinage d’Afrique) et, grâce à sa position stratégique, l’Égypte entend exporter des produits pétroliers à forte valeur ajoutée à partir de pétrole brut importé.

Un plan de diversification des sources d’énergie

5En 2014, le gouvernement lance une stratégie nationale pour diversifier son mix énergétique d’ici 2035. Il autorise l’importation de charbon pour la génération d’électricité par l’industrie en dépit des critiques (effets nocifs sur la santé et l’environnement), puis la construction de centrale à charbon alimentant le réseau national.

6D’autres sources énergies alternatives sont encouragées. Suspendu après la catastrophe de Tchernobyl, le projet de centrale nucléaire à Dabaa est relancé avec l’agence russe Rosatom et une mise en service partielle est programmée en 2026 (quatre réacteurs d’une puissance de 1200 mégawatts chacun), grâce à un prêt russe de 25 milliards de dollars. La localisation littorale de la centrale nucléaire et des centrales à charbon risque de nuire à l’attractivité touristique des côtes.

7Les projets de développement d’énergie renouvelable (éolienne et solaire) sont encouragés pour porter à 20 % leur part dans la production d’électricité en 2022. L’État table sur l’investissement privé et étranger, se posant en régulateur pour garantir des services de qualité aux consommateurs. Ce redéploiement du rôle de l’État dans le secteur énergétique laisse place à de nouveaux acteurs aux logiques et aux objectifs parfois divergents.

6.18 L’énergie en Égypte

6.18 L’énergie en Égypte

Table des illustrations

Titre 6.18 L’énergie en Égypte
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search