Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 6. Économie et environnement

L’économie de recyclage au Caire

Pierre Desvaux et Jamie Furniss

Texte intégral

80 000 000 de tonnes Années 1980 2007 2018
de déchets produits par an en Égypte Premières machines de recyclage Taxe à l’exportation sur le plastique broyé Réglementation chinoise sur l’importation de matières premières
Source : ministère de l’Environnement in Lettre éco, janvier 2019

1Les taux de valorisation des déchets en Égypte sont remarquables au regard du désinvestissement des pouvoirs publics dans ce domaine. Les pratiques de récupération, de réemploi et de recyclage alimentent une économie réelle, branchée sur des circuits mondialisés. Cette économie portée par des initiatives privées implique les ramasseurs de déchets (zabbaline*), les acheteurs ambulants d’objets encombrants (bekia*), les recycleurs des déchets industriels ou issus de la démolition d’immeubles (voir l’encadré).

2Les zabbaline sont les acteurs incontournables pour l’enlèvement et le retraitement des déchets ménagers et commerciaux au Caire. La principale filière de valorisation a longtemps été celle des déchets organiques, utilisés pour nourrir les élevages de cochons. Lors de l’abattage de ce cheptel en 2009, lié à la grippe H1N1 (« porcine »), cette filière connaissait déjà un net recul.

3En effet, l’évolution des modes de consommation des Cairotes modifie les matières contenues dans les poubelles. La part des produits manufacturés, notamment les emballages en plastique, carton et aluminium, est en augmentation, même si les déchets organiques représentent encore la majorité des déchets récupérés.

6.13 Composition des déchets en Égypte

6.13 Composition des déchets en Égypte

© David Degner

Le ramassage des objets encombrants appelés bekia ou ruba békia (de l’italien roba vecchia, « vieilles choses ») est effectué par des acheteurs ambulants. Soit ces déchets sont réparés et réemployés, soit ils sont recyclés via des filières distinctes des ateliers des zabbaline. Les objets récoltés sont triés et démontés dans des quartiers comme Ezbet Abou Hachich au Caire. Les objets réparés et les pièces détachées sont redirigés vers des espaces de revente comme le souk el-Gomaa (« marché du vendredi »), proche de Kobri el-Abageyya, dans un cimetière. Les objets non réparables ou réutilisables, souvent des métaux, sont vendus dans des quartiers dédiés au recyclage, tel Abou Zaabal, au nord du Caire. Ce site abrite des fonderies où le métal, récupéré des békia et des immeubles démolis, est retransformé en matière « première secondaire », par exemple en fils de cuivre, ou sert à fabriquer des bouches d’égout en fonte, des portails et des barreaux en fer forgé.

6.14 Le souk el-Gomaa, Le Caire, 2014

6.14 Le souk el-Gomaa, Le Caire, 2014

© David Degner

6.15 Vente de produits de seconde main au souk el-Gomaa, 2014

6.15 Vente de produits de seconde main au souk el-Gomaa, 2014

© David Degner

Mécanisation et industrialisation du recyclage

4Depuis les années 1980, les moyens techniques des zabbaline pour valoriser les nouvelles matières se sont diversifiés. Dans le cas du plastique, des ateliers de broyage, de lavage, d’essorage et d’extrudage ont été créés qui permettent désormais aux zabbaline d’effectuer des opérations à valeur ajoutée sur les matières triées, jusqu’alors revendues à l’état brut. Ces machines de recyclage ont d’abord été importées depuis l’Europe et l’Asie de l’Est (Chine, Taïwan), puis remplacées par des machines locales, grâce à l’expertise acquise par les réparateurs lors de l’entretien. Ces machines made in Egypt sont à leur tour exportées vers des pays arabes voisins (Libye, Soudan). Moins chères, ces machines locales peuvent être modifiées afin d’être mieux adaptées aux besoins et plus facilement réparables.

6.16 Extrudeuse made in Egypt à Manchiet Nasser, Le Caire

6.16 Extrudeuse made in Egypt à Manchiet Nasser, Le Caire

© David Degner

6.17 Recyclage de fonte au Caire, 2016

6.17 Recyclage de fonte au Caire, 2016

© David Degner

L’internationalisation de la filière du plastique

5Au cours des années 2000, certains recycleurs de déchets au Caire établissent des contacts directs avec des importateurs basés en Chine et leur expédient par containers du plastique sous forme de balles compactées ou de granulés (broyés et lavés sur place en Égypte). Le plastique étant un dérivé pétrochimique indexé sur le cours du pétrole, ce circuit bénéficie de l’augmentation du prix du baril et les exportations vers la Chine se développent rapidement. Cependant, les industriels plasturgistes égyptiens organisent un lobbying auprès du gouvernement qui aboutit à l’instauration, en 2007, d’une taxe à l’exportation sur la tonne de déchets plastiques broyés (1000 LE/t soit environ 200 $US), augmentée depuis.

6La taxe freine l’exportation du plastique vers la Chine, dans un premier temps au bénéfice des industriels égyptiens, qui peuvent acheter à prix réduit sur le marché national. À partir des années 2010, des investisseurs chinois ouvrent des usines de recyclage en Égypte pour profiter du bas prix du plastique recyclé égyptien. Ces usines chinoises deviennent les partenaires de prédilection des zabbaline en raison des facilités de paiement offertes (en espèces à la livraison).

7Cette « période dorée » de l’exportation du plastique vers la Chine prend fin avec la chute du prix du baril en 2008-2009 et la crise économique mondiale : la vente de plastique recyclé égyptien est depuis suspendue. Son avenir est rendu incertain par la mise en place, en janvier 2018, de nouvelles réglementations chinoises exigeant des seuils de pureté élevés pour l’importation de matières premières secondaires, afin de favoriser le recyclage domestique. Cette décision bouleverse la circulation internationale des déchets et prive les recycleurs égyptiens de débouchés non contrôlés par les industriels locaux.

Table des illustrations

Titre 6.13 Composition des déchets en Égypte
Crédits © David Degner
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre 6.14 Le souk el-Gomaa, Le Caire, 2014
Crédits © David Degner
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6M
Titre 6.15 Vente de produits de seconde main au souk el-Gomaa, 2014
Crédits © David Degner
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Titre 6.16 Extrudeuse made in Egypt à Manchiet Nasser, Le Caire
Crédits © David Degner
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37597/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 7,6M
Titre 6.17 Recyclage de fonte au Caire, 2016
Crédits © David Degner
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37597/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,9M

Auteurs

Pierre Desvaux, chercheur associé au laboratoire PACTE, Université de Grenoble Alpes

Jamie Furniss, Lecturer in International Development, Université d’Édimbourg

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search