Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 6. Économie et environnement

La face réelle de l’économie

Rehab Sakr

Texte intégral

40 % du PIB 45-70 % 1971 2015
Part de l’économie informelle en 2018 Part estimée de l’emploi dans le secteur informel Sadate rétablit le ministère de la Production militaire Création de la Military Production Co. for Engineering Projects
Sources : Banque africaine de développement, 2012 ; ministère du Plan ; Reuters, 2018

1Au delà des chiffres officiels, l’économie égyptienne se distingue par deux traits originaux : l’ampleur de l’économie « informelle », classique d’un pays en développement, et l’implication forte de l’armée qui a investi tous les secteurs, y compris civils, bâtissant un vaste empire économique.

L’économie « informelle » florissante

2L’économie « informelle » désigne des activités légales et socialement tolérées, en général non enregistrées afin d’échapper, même partiellement, aux taxes officielles. Elle concerne en majorité des activités de services (commerce de rue ou dans le métro, cours et tutorats privés, gardiennage, ménage, etc.), y compris des emplois non déclarés au sein d’entreprises officielles. Elle inclut aussi des ateliers de production ou des usines − environ 45 000 usines seraient non enregistrées en 2015.

3Si l’économie informelle est la norme en Égypte et innerve la vie quotidienne, elle s’est amplifiée depuis les années 1990 en raison du chômage et de la contraction des emplois. Elle a connu un boom après 2011 passant d’environ 30% du PIB en 2010 à 40% en 2018, selon les déclarations du gouvernement. Selon les statistiques de la Banque africaine de développement, l’informel représenterait entre 45 et 70 % de l’emploi en Égypte en 2012. Cet essor post-2011 tient à plusieurs facteurs : la crise économique (perte d’emplois, hausse du coût de la vie) pousse au travail individuel, en complément ou non d’une activité existante (tels les chauffeurs Uber ou Careem) ; l’utilisation intensive d’internet et des réseaux sociaux élargit le champ de diffusion des services ou des projets privés ; le desserrement temporaire du contrôle dans les espaces publics, à la suite du retrait des forces de police en janvier 2011, a permis l’occupation des rues et des trottoirs par des vendeurs, notamment au centre-ville et dans le métro du Caire. Leur éviction à partir de 2014-2015 est inégale selon les lieux.

4Opportunité d’emploi ou de survie, en particulier pour les femmes, l’informel est l’objet de tentatives régulières de formalisation de la part de l’État à la fois pour des raisons fiscales − la valeur des impôts impayés est estimée à 150 milliards de LE en 2012 −, pour des raisons d’hygiène et de santé publiques (alimentation de rue), ainsi que pour garantir une meilleure protection sociale et juridique aux travailleurs. Tels sont les arguments avancés. En avril 2018, une loi adoptée au Parlement oblige les commerces alimentaires de rue à acquérir une licence dont le coût annuel peut atteindre 10 000 LE (500 euros).

5L’économie informelle se distingue de la black economy qui concerne des activités illégales, souvent cachées ou souterraines, à caractère criminel ou non (trafic de drogues, d’armes, d’êtres humains, rapts d’enfants, etc.). Cependant, dans un contexte socio-économique dégradé, des trafics divers s’entremêlent, spécialement dans les ports ou les régions frontalières. Au Sinaï, la contrebande de biens ordinaires (cigarettes, produits alimentaires, médicaments, etc.) côtoie les trafics humains vers Israël (migrants, prostituées, organes) et s’ancre sur des réseaux historiques de commerce. La géographie particulière de la péninsule, le sous‑développement et la conflictualité avec l’État concourent à une recrudescence des trafics mafieux depuis les années 2000.

6.9 Vente de pain dans la rue, Le Caire, 2018

6.9 Vente de pain dans la rue, Le Caire, 2018

© Karine Bennafla

L’armée, au cœur de l’économie

6L’armée constitue un acteur incontournable de l’économie nationale depuis les années 1980, même si son poids est difficile à chiffrer faute de données (25 % du PIB selon certaines sources). Son implication dans la production de biens civils débute sous le régime Moubarak dans un contexte de libéralisation économique et d’une diminution de sa prééminence en matière politique et sécuritaire au sein de l’État. L’institution militaire met à profit une main-d’œuvre bon marché (les conscrits) et un régime d’exemption de taxes pour bâtir un vaste empire dans tous les secteurs : agro-alimentaire, construction, immobilier, textile, hôtellerie, distribution de carburant, cimenterie, pétrochimie… L’armée assure également la distribution de produits de base subventionnés aux plus nécessiteux. De nombreux officiers et généraux à la retraite sont à la tête d’entreprises et d’autorités publiques (port, zone franche, canal de Suez, etc.).

7Cette emprise de l’armée sur l’économie s’est accentuée sous la présidence d’al-Sissi, notamment dans le domaine des mégaprojets présidentiels (élargissement du canal de Suez, nouvelle capitale), dans le contrôle de la télévision (rachat des chaînes privées) et dans la construction de routes, de ponts, d’hôpitaux et de logements. Une douzaine de nouvelles compagnies sont apparues depuis 2014, détenues par le ministère de la Défense, le ministère de la Production militaire ou l’Organisation arabe pour l’industrialisation (un organe gouvernemental). Assorti d’un discours patriotique et de soutien au développement, cette intervention de l’armée laisse peu de place à la concurrence.

6.10 L’armée et les exemptions fiscales

6.10 L’armée et les exemptions fiscales

© Ezzedine Ahmad

6.11 Lait en poudre importé et distribué par l’armée, 2018 : la boîte porte l’inscription Tahiya Misr (« Vive l’Égypte ») à côté du drapeau national.

6.11 Lait en poudre importé et distribué par l’armée, 2018 : la boîte porte l’inscription Tahiya Misr (« Vive l’Égypte ») à côté du drapeau national.

© Ezzedine Ahmad

6.12 Distribution d’aide alimentaire à Port Fouad par l’armée, 2017

6.12 Distribution d’aide alimentaire à Port Fouad par l’armée, 2017

© Karine Bennafla

Table des illustrations

Titre 6.9 Vente de pain dans la rue, Le Caire, 2018
Crédits © Karine Bennafla
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 986k
Titre 6.10 L’armée et les exemptions fiscales
Crédits © Ezzedine Ahmad
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre 6.11 Lait en poudre importé et distribué par l’armée, 2018 : la boîte porte l’inscription Tahiya Misr (« Vive l’Égypte ») à côté du drapeau national.
Crédits © Ezzedine Ahmad
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre 6.12 Distribution d’aide alimentaire à Port Fouad par l’armée, 2017
Crédits © Karine Bennafla
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

Rehab Sakr, Assistant Professor, département de science politique, faculté d’économie et de science politique, Université du Caire, post-doc au CEDEJ en 2018

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search