Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 6. Économie et environnement

Le pari des zones franches

Hala Bayoumi, Karine Bennafla et François Bost

Texte intégral

1974 1997 2002 2005 2015
1res zones franches Loi sur les public free zones Création de deux zones économiques spéciales Création des zones industrielles qualifiées La zone du canal de Suez devient ZES

1Une zone franche (ZF) est un périmètre délimité dans lequel les entreprises sont soustraites au régime commun en vigueur dans les domaines douanier et fiscal. En contrepartie, l’État attend des entreprises agréées qu’elles accroissent les exportations nationales, créent des emplois et diversifient l’économie. Les premières ZF sont initiées sous Sadate dans la logique de l’infitah* et dans un contexte de reconstruction de la région du canal de Suez après la guerre de 1973. Face au défi du chômage, la politique de ZF est relancée au milieu des années 1990 pour améliorer l’attractivité du pays auprès des investisseurs étrangers. Cette orientation est poursuivie depuis les années 2000, de Moubarak à al-Sissi, pour développer des ZF industrielles visant l’exportation, car beaucoup d’investisseurs, égyptiens et étrangers (comme la Chine), utilisent avant tout les ZF pour accéder au vaste marché égyptien.

2Les secteurs les plus représentés sont le textile, le cuir, l’agroalimentaire, les produits chimiques, l’électronique grand public, les médicaments et les équipements médicaux, ainsi que la construction navale, l’assemblage automobile, la logistique, le stockage et les services marchands. Rares sont les délocalisations industrielles dans le secteur high-tech en raison du niveau de formation insuffisant de la main-d’œuvre.

3Le président al-Sissi mise sur les ZF et les capitaux étrangers pour renforcer l’économie nationale : simplifications administratives (guichet unique), incitations, construction d’infrastructures de qualité. La loi sur les investissements de 2017, qui remplace celle de 1997 (amendée en 2015), définit des domaines d’investissements et prévoit des réductions fiscales de 30 % à 50 % des coûts d’investissement (dans la limite de 80 % du capital initial versé) pendant une durée maximale de sept ans. La palette juridique des zones d’exception s’est complexifiée entre ZF publique et ZF privée (environ 200), ZES, zone d’investissement et zone technologique.

Une multiplication des zones franches

4Neuf public free zones (loi no 8 de 1997) dépendent de la General Authority for Investment and Free Zones (GAFI) ; elles emploient en 2018 environ 100 000 personnes et accueillent plus de 1000 entreprises, principalement industrielles, pour moitié sous forme de joint-ventures. Leur localisation privilégie les plus grosses villes, les ports méditerranéens et le canal de Suez. Dix autres ZF sont planifiées ou en projet, notamment à Nuweiba (2018) et à Assouan (2019), dans des régions en mal de développement.

5Le Grand Caire compte trois ZF publiques : Nasr City (70 ha), instituée en 1974 (assemblage automobile, électronique, confection), Chebine el-Kom (28 ha) et la Media City (200 ha), implantée depuis 2000 dans la ville du 6 Octobre.

6Sur le littoral méditerranéen, la ZF de Amreya-Alexandrie (industries chimiques, services para-pétroliers, confection, entreposage) s’étale sur 600 ha près du port et de l’aéroport international. La ZF de Damiette (80 ha) a été marquée par la polémique autour de l’installation d’une usine polluante d’engrais du groupe canadien Agrium (2008), reprise depuis par la société publique MOPCO (Misr Oil Processing Company).

7Les ZF du canal de Suez ont une vocation avant tout commerciale, logistique (stockage, transbordement et redistribution des marchandises) et de services : celle de Port Saïd fut créée en 1975 dans la foulée de la réouverture du Canal ; les ZF d’Ismaïlia et de Suez sont ouvertes au trafic avec les pays arabes, l’Afrique orientale, l’Asie et l’océan Indien.

Zone industrielle qualifiée et ZES

8Depuis 2005, des zones industrielles qualifiées (ZIQ) sur le modèle jordanien sont disséminées sur le territoire égyptien avec la perspective de créer 300 000 emplois : les articles fabriqués sur place avec une valeur ajoutée en provenance d’Israël (10,5 % depuis 2007) accèdent au marché américain sans quota ni taxe douanière. En 2018, les ZIQ abritent environ 1000 entreprises (textiles à 90 %) et leurs exportations dépassent 850 millions de dollars selon le ministère égyptien du Commerce. Ce dispositif s’est étoffé en 2002 via deux vastes zones économiques spéciales (ZES) à Aïn Sokhna : l’Economic Zone Northwest Gulf of Suez (20,4 km2) et la TEDA Suez Economic and Trade Cooperation. Celle-ci, inspirée du modèle chinois de Tianjin, s’étend depuis 2008 sur 10 km2 et est gérée en joint-venture par une société égypto-chinoise.

9En 2015, un décret présidentiel transforme l’axe du canal en zone économique du Canal de Suez (460 km2), placée sous une Autorité générale en lien direct avec le président al-Sissi. Censée devenir un centre mondial logistique, industriel et de services, cette ZES, inscrite dans une politique de grand projet, doit créer un million d’emplois d’ici 2030 et drainer 100 milliards de dollars d’investissements. Chinois et Russes ont déjà pris des concessions.

10Le pari des ZF comme levier du développement économique est osé : en termes d’emplois et d’impôts, les apports restent modestes. Soumises aux aléas politiques et à une logique de profit, les ZF sont lancées au niveau central de l’État sans réflexion apparente sur les besoins et sur les enjeux de développement local.

6.8 Les zones franches en Égypte

6.8 Les zones franches en Égypte

Table des illustrations

Titre 6.8 Les zones franches en Égypte
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search