Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 6. Économie et environnement

Crise alimentaire et subventions à la consommation

Marie Vannetzel

Texte intégral

1945 31 % 13 000 000 5 piastres*
Décret sur le système de subventions alimentaires d’adultes en état d’obésité en 2015-2017 de gens sans carte de pain, mais y ayant droit en 2018 Prix de la galette de pain baladi depuis 1989
Source : FAO, 2015-2017

1Paradoxe du « don du Nil », l’Égypte est un pays agricole confronté au problème chronique de la dépendance alimentaire : en 2016, à peine 48 % des besoins en blé du pays ont été couverts par les récoltes locales. Premier importateur mondial de blé, l’Égypte est très vulnérable aux fluctuations des cours mondiaux. Le système de subventions à la consommation (SSC) a historiquement protégé la population de ces fluctuations en maintenant à bas prix les produits alimentaires de base (pain, riz, sucre et huile), distribués par un large réseau de boulangeries et d’épiceries subventionnées.

Des subventions remises en cause

2Le SSC a vu son coût exploser pendant les grandes crises alimentaires mondiales de 1974 et 2008, lors desquelles les cours de céréales se sont envolés. Sa remise en question en 1977 provoque des révoltes massives qui font reculer le président Sadate et dissuadent son successeur, Moubarak, d’engager pareille tentative : les réformes sont marginales et discrètes.

3En 2008, la crise alimentaire se traduit par de graves pénuries, accentuées par les détournements sur le marché noir, qui entraînent des bousculades devant les boulangeries, des protestations collectives, et parfois, des suicides. Alors que le gouvernement réagit en augmentant le nombre de bénéficiaires de 38,3 à 57,7 millions, les organisations internationales (FMI, Banque mondiale, IFPRI) insistent, elles, sur les inconvénients du SSC.

4Le SSC aurait un impact négatif sur l’équilibre nutritionnel des ménages, en incitant à consommer des aliments riches en calories, mais pauvres en nutriments : il accentuerait le double phénomène de dénutrition et de surnutrition simultanées qui touche les Égyptiens. De plus, en subventionnant massivement les carburants, le gaz et l’électricité, le SSC serait peu redistributif et profiterait davantage aux ménages les plus riches consommant le plus d’énergie. Par conséquent, le SSC serait peu efficace pour lutter contre la pauvreté et devrait être remplacé par d’autres filets de sécurité (safety nets). Troisième distorsion, le SSC confère au ministère de l’Approvisionnement (MOSIT) un rôle prédominant dans la chaîne de production alimentaire : par exemple, il achète le blé à prix élevé et distribue la farine à bas prix. Selon le FMI et la Banque mondiale, cela serait une cause majeure de la qualité médiocre des produits et freinerait la libéralisation souhaitée du secteur agro-alimentaire.

2014, la refonte du système 

5Si le soulèvement de 2011 incite experts et décideurs à prendre la mesure de la pauvreté et des inégalités socio‑économiques, il ne modifie pas l’approche de la question alimentaire. Les pénuries d’huile, de sucre ou de riz qui scandent l’année 2016-2017 sont rapportées à l’épuisement des réserves en devises étrangères, ne permettant pas d’importer suffisamment. En novembre 2016, ce motif justifie la dévaluation de la livre égyptienne de 48 % et sa mise en flottement, imposée par le FMI. Cela augmente la facture des importations alimentaires et les prix quotidiens des denrées de base, y compris subventionnées – à l’exception du pain baladi (local) dont le prix est resté constant, constituant une denrée refuge.

6.6 Prix des produits subventionnés en Égypte (2011-2018)

6.6 Prix des produits subventionnés en Égypte (2011-2018)

6Le SSC est profondément modifié en juillet 2014. Mesure requise par le FMI, les subventions aux carburants et à l’électricité sont drastiquement réduites. Cette hausse des prix de l’énergie affecte les paysans qui sont, en outre, soumis en mars 2017 à l’indexation du prix du blé local aux tarifs mondiaux, soit 31,5 $ pour 150 kg de blé contre plus de 46 $ en 2016. Désormais, le prix du blé et de la farine n’est plus subventionné en amont par le MOSIT : la subvention consiste à rembourser aux boulangeries la différence entre le prix du pain subventionné et le coût de production, multipliée par le nombre de pains vendus. Le décompte des pains est rendu possible par l’introduction de cartes à puce. Cet instrument fixe un quota de pain par personne, éliminant les files d’attente et pénuries. Concernant les autres produits, cette carte à puce fait migrer le SSC vers un système de crédit monétaire que les consommateurs dépensent théoriquement dans des denrées plus variées (fromage, pâtes, sauce tomate, etc.).

7Cependant, tous les ayants droit n’ont pas reçu leur carte et sont donc privés de l’accès au pain et aux épiceries subventionnées. De plus, les produits disponibles dans ces dernières varient selon les mois et les lieux, leur approvisionnement n’étant pas uniforme ni régulier : dans les faits, le panier subventionné ne s’est pas vraiment diversifié, posant toujours la question nutritionnelle. Surtout, l’inflation a érodé le pouvoir d’achat du crédit octroyé sur la carte à puce : initialement fixé à 15 LE par personne par mois, il a été rehaussé à 50 LE en juillet 2017. Mais cette hausse ne sera pas infinie et l’on s’oriente vers une limitation du nombre d’ayants droit au SSC : la définition de ces critères d’exclusion est un enjeu délicat. Déjà trois millions de bénéficiaires ont été radiés entre janvier et mars 2019.

6.7 Schéma de la réforme 2014 du système des subventions alimentaires

6.7 Schéma de la réforme 2014 du système des subventions alimentaires

Table des illustrations

Titre 6.6 Prix des produits subventionnés en Égypte (2011-2018)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre 6.7 Schéma de la réforme 2014 du système des subventions alimentaires
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Marie Vannetzel, chercheuse CNRS, Centre universitaire de recherches sur l’action publique et le politique (CURAPP-ESS, Amiens), chercheuse associée au CEDEJ

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search