Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 6. Économie et environnement

Une économie émergente aux déséquilibres structurels

Chahir Zaki

Texte intégral

1952-1966 1967-1973 1974-1985 1991 Novembre 2016
Socialisation de l’économie Économie de guerre Politique de l’infitah* Plan de réforme économique et d’ajustement structurel Flottement de la livre et prêt FMI de 12 milliards de $

1L’Égypte est une économie émergente avec une croissance relativement volatile. Cette économie souffre de déséquilibres structurels aux niveaux interne et externe de sorte qu’elle croît, mais en deçà de son potentiel.

Un secteur de services dominant

2La croissance égyptienne dépend principalement de l'essor de la part des services (55 % du PIB en 2016), qui compense la stabilité de l'industrie (30 %) et le recul de l'agriculture (12 %). La concentration de la main-d’œuvre dans le secteur des services, notamment le domaine public, mène à un suremploi important et à une très faible productivité. L’agriculture, qui représente 36 % de l'emploi total pour seulement 11 % du PIB en 2015, affiche aussi une productivité modeste, La production industrielle représente un tiers du PIB et elle est surtout à basse valeur ajoutée : textile, habillement, produits chimiques et produits pétroliers.

6.1 Le PIB égyptien : croissance et structure (1965-2016)

6.1 Le PIB égyptien : croissance et structure (1965-2016)

6.2 Structure de l’emploi (par secteur)

6.2 Structure de l’emploi (par secteur)

Exportations à faible valeur ajoutée

3La structure de l’industrie affecte la composition des exportations dont près de 50 % sont des matières premières, des hydrocarbures (pétrole et gaz naturel) ou des produits semi-finaux (engrais et produits chimiques). Les produits finaux incluent surtout du textile, des vêtements et des produits agro-alimentaires. S’ajoutent les rentrées liées aux services (tourisme et canal de Suez). Ainsi la grande partie des exportations repose sur des secteurs vulnérables à la conjoncture internationale.

4Les partenaires commerciaux de l’Égypte sont assez stables. Le pays importe des produits de consommation en provenance de Chine et des biens d’équipement de l’UE. Les pays arabes et l’UE représentent environ 60 % des exportations égyptiennes. La structure des échanges commerciaux est déséquilibrée : les exportations égyptiennes sont très dépendantes des entrées intermédiaires, des équipements et des machines importées. Cela explique pourquoi, malgré la forte dévaluation de la livre égyptienne, qui a perdu plus de 50 % de sa valeur, les exportations ont crû seulement de 14 % entre 2016 et 2017.

6.3 Structure des exportations égyptiennes (2006-2016)

6.3 Structure des exportations égyptiennes (2006-2016)

Chômage structurel stationnaire

5Même pendant les périodes de forte croissance économique, le chômage n’a pas significativement baissé (surtout pour les femmes et les jeunes) pour trois raisons : les Investissements directs étrangers (IDE) se concentrent sur des secteurs intensifs en capital, non en main-d’œuvre (l’immobilier et les hydrocarbures), donc peu créateurs d’emploi ; l’industrie génère peu d’emplois ; enfin il y a une inadéquation entre le système éducatif et les débouchés. Alors que l’enseignement général à tous les niveaux produit des surplus de diplômés, l’enseignement technique connaît des déficits, d’où un chômage des jeunes (notamment les mieux éduqués) qui atteint 32 % en 2015.

6.4 Chômage en Égypte (2001-2015)

6.4 Chômage en Égypte (2001-2015)

Budget : peu de dépenses productives

6L’Égypte se caractérise par un déficit budgétaire structurel. Il atteint 10,9 % en 2017. Ce déficit s’explique par la masse salariale du secteur public et par la hausse continue des intérêts de la dette. Les dépenses sociales sont très modestes, la part des dépenses consacrées à la santé et à l'éducation (qui affecte le capital humain) n’ayant jamais dépassé 10 %. La majorité des dépenses publiques sont allouées aux dépenses courantes (salaires, subventions et paiements d’intérêts), une petite partie est destinée aux dépenses productives (éducation, santé et infrastructures).

7Les problèmes économiques égyptiens sont de nature structurelle. Même si les réformes conjoncturelles mises en place en 2016 avec la signature d’un Programme d’ajustement structurel (PAS) avec le FMI sont nécessaires (baisse des subventions de l’essence, flottement de la monnaie, mise en place de la TVA), elles ne sont pas suffisantes. Pour atteindre un niveau de croissance potentielle, des réformes de fond sont requises en matière de politique d’investissement, de concurrence, de promotion des PME et de production de biens high-tech.

6.5 Indicateurs budgétaires de l’État (2011-2017)

6.5 Indicateurs budgétaires de l’État (2011-2017)

Table des illustrations

Titre 6.1 Le PIB égyptien : croissance et structure (1965-2016)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37577/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre 6.2 Structure de l’emploi (par secteur)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37577/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 6.3 Structure des exportations égyptiennes (2006-2016)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37577/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre 6.4 Chômage en Égypte (2001-2015)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37577/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre 6.5 Indicateurs budgétaires de l’État (2011-2017)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37577/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

Auteur

Chahir Zaki, Associate Professor of Economics, directeur de la Filière francophone d’économie et de sciences politiques, Université du Caire

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search