Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 5. Provinces égyptiennes

La péninsule du Sinaï, un espace projet

Olivier Sanmartin

Texte intégral

60 000 552 500 1994 2011
km2 habitants en 2017 Plan national de développement du Sinaï et canal de la Paix Autorité générale pour le développement du Sinaï
Source : CAPMAS, 2017

1En 2018, la population du Sinaï est loin des 3 millions d’habitants prévus en 2020 par le PNDS. Avec moins de 1 % de la population résidente, son poids démographique est marginal même si la croissance du peuplement a été remarquable au sud (multiplication par 6 entre 1986 et 2016). La région manque d’infrastructures éducatives et sanitaires.

Fragilité de l’activité touristique

2Au début des années 1990, la formulation d’un projet de développement était liée au processus de paix israélo-palestinien et aux orientations économiques libérales : des terres domaniales sont cédées aux investisseurs privés pour développer les stations balnéaires du golfe d’Aqaba, en repoussant les bédouins vers l’intérieur. Charm al-Cheikh devient un pôle touristique majeur et le second aéroport du pays, accueillant 25 % des visiteurs étrangers en 2004. Ce tourisme balnéaire est porté par la richesse des récifs coralliens en mer Rouge, protégés par le premier parc national. La ville est un symbole pour le pouvoir qui y organise, dès 1996, des sommets internationaux. En 2002, la cité reçoit le prix UNESCO « Ville pour la paix ». Mais les attentats de 2005 transforment la station en enclave clôturée. Son essor se poursuit, avec un renouvellement de la clientèle, surtout russe.

3La révolution de 2011 et la dégradation de la situation sécuritaire entraînent un brutal coup d’arrêt. Après l’attentat contre un vol charter russe (2015), de nombreuses compagnies aériennes ne desservent plus la station. Malgré une reprise du tourisme en 2017, ce développement reste vulnérable dans un contexte géopolitique tendu, avec des complexes touristiques inachevés entre Nuweiba et Taba.

Reconnecter le Sinaï

4La « reconnexion » physique du Sinaï à l’espace national est au cœur des projets dès la libération du territoire. En 1981 est ouvert le tunnel Ahmed Hamdi, seul lien terrestre pendant 20 ans. En 2001 sont inaugurés deux ponts, le Mubarak Peace Bridge et El-Ferdan. D’autres ouvrages sont en construction ou en projet, dont six tunnels. Si les liaisons avec le Sinaï et le franchissement du canal de Suez restent une priorité, les dispositifs de sécurisation du canal sont renforcés depuis son élargissement en 2015 et la création d’une zone économique spéciale jalonnée de zones franches. Les infrastructures de transport et la ligne à haute tension (1998) sont insuffisantes pour dynamiser une économie à l’écart du développement industriel, en dépit des gisements pétroliers et miniers du golfe de Suez et d’une cimenterie.

Un développement agricole et industriel incertain

5Entrepris en 1994, le canal de la Paix devait conduire les eaux du Nil jusqu’à El-Arich, pour irriguer 200 000 ha et être la pierre angulaire du développement et du peuplement. Ce projet soutenu par des fonds du Golfe est inachevé. Seules 10 % des superficies prévues sont exploitées pour l’agriculture ou la pisciculture en raison des difficultés économiques, techniques (désalinisation des sols), mais aussi des conflits fonciers et de la corruption. Cet échec est durement ressenti dans une région qui manque de tout, et singulièrement d’eau. Relancé en 2011, puis en 2017 par le président al-Sissi, le projet de développement régional bute désormais sur l’insécurité grandissante.

6Après l’attentat de Bir el-Abd (2017), le président al-Sissi a annoncé 5,6 Mrds de $ pour le développement, parallèlement à l’opération militaire « Sinaï 2018 ». Le développement du sud-est de la péninsule est programmé avec l’Arabie saoudite (au total 10 Mrds de $), en prenant appui sur un futur pont au-dessus du détroit de Tiran. La situation de guerre contre les groupes djihadistes questionne la mise en œuvre de ces projets alors qu’une large partie de la population au Nord vit sous assistance humanitaire de l’armée.

5.8 Un espace projet

5.8 Un espace projet

Table des illustrations

Titre 5.8 Un espace projet
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37557/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M

Auteur

Olivier Sanmartin, maître de conférences en géographie, département Information-Communication, IUT / Université de Tours, CITERES-EMAM

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search