Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 5. Provinces égyptiennes

Le delta du Nil : un ancien front pionnier aujourd’hui fragilisé

Wahel Rashid

Texte intégral

xixe siècle 47,6 % 68 %
Passage de l’agriculture de décrue à l’irrigation pérenne de la population vit dans le Delta en 2017 (sans Le Caire ni les villes du canal) de la production agricole nationale vient du Delta
Source : CAPMAS

1Voie historique de passage fluviale, le delta du Nil est la principale zone de production agricole et le poumon économique de l’Égypte. Néanmoins, cette région traversée par de multiples canaux et ourlée au nord de lacs (les baharis) subit les effets négatifs de l’activité humaine, car il s’agit de la zone la plus en aval du fleuve. L’édification de nouveaux barrages dans le bassin du Nil diminuera un peu plus la quantité d’eau disponible, accentuant les problèmes liés à la gestion de l’eau.

Gaspillage de la terre et de l’eau

2Les efforts multiséculaires pour mettre en valeur les terres et optimiser l’eau contrastent avec le gaspillage actuel des ressources foncières et hydriques. Les aménagements hydrauliques effectués depuis le xixe siècle ont constitué des efforts inédits permettant de développer les surfaces agricoles en direction du désert (extension horizontale des cultures) et d’assurer plusieurs récoltes par an sur les mêmes terres (extension verticale). Mais les surfaces gagnées dans le Delta depuis Méhémet Ali sont de plus en plus menacées par l’explosion démographique. En effet, alors que les autorités ont cherché à accroître les surfaces agricoles dans le désert sur des terres de mauvaise qualité, les « vieilles terres » anciennement cultivées sont grignotées par une urbanisation incontrôlée.

3L’extension verticale des terres, accrue au milieu des années 1970 grâce aux travaux entrepris par le ministère de l’Eau et de l’Irrigation, est elle aussi menacée. Un vaste réseau d’irrigation et de drainage permet de réutiliser trois à quatre fois la même eau, jadis perdue par infiltration. Mais ce système hydraulique est mal entretenu et de nombreux canaux, parfois à ciel ouvert, présentent des problèmes d’étanchéité.

4Le gaspillage généralisé de l’eau surprend dans un pays au climat aride. La présence rassurante du Nil et l’absence de campagnes publiques pour une gestion raisonnée de l’eau concourent à l’euphémisation du problème de rareté de cette ressource. Les panneaux publicitaires des compounds, avec golf et piscines privées, abondent. Par-delà les problèmes de quantité, la qualité de l’eau se détériore aussi du fait de l’usage intensif d’engrais et de pesticides, des rejets industriels non maîtrisés et d’un système d’assainissement national insuffisant. Certes, les autorités affichent la volonté d’augmenter les capacités de recyclage de l’eau mais les eaux du Nil sont difficilement traitables une fois dépassé Helwan, la banlieue industrielle au sud du Caire.

Des défis écologiques

5Le débit du Nil est devenu faible dans le Delta, ce qui a conduit le ministère de l’Eau et de l’Irrigation à installer des stations de pompage pour réinjecter de l’eau dans les canaux du nord. À mesure que le débit du fleuve diminue, l’eau de mer s’infiltre de plus en plus (phénomène de biseau salé). Ce phénomène est renforcé par la montée des eaux marines, due au réchauffement climatique, et par l’érosion accrue des côtes depuis l’édification du haut barrage d’Assouan, qui retient l’essentiel du limon charrié par le fleuve lors de la crue. Selon S. Fanchette, la masse annuelle des limons charriés par le fleuve, mesurée au Caire, est passée de 57 millions de tonnes par an avant le haut barrage d'Assouan à 2,1 millions au début des années 1990. Faute de limons, le nord du delta du Nil s’affaisse. La commune rurale de Gamasa pourrait perdre plus de 11 % de sa superficie totale d’ici la fin du siècle.

6Conjuguée à l’évaporation élevée de l’eau des canaux, l’utilisation excessive des eaux du Nil accentue la salinisation de la région deltaïque, ce qui compromet la viabilité des terres agricoles. En outre, la diminution de l’eau dans le lit du Nil entraîne une remontée des eaux souterraines, or il s’agit d’eaux saumâtres. Ces eaux peuvent être mélangées avec les eaux de surface, augmentant encore le taux de salinité de l’eau, ce qui est préjudiciable aux récoltes.

7La hausse du niveau de la mer a un impact sur la pêche littorale, affectée par les changements de courants marins, par la disparition d’espèces (le pageot) alors que d’autres, venues de la mer Rouge, font leur apparition avec l’élévation des températures.

5.1 Carte schématique : raréfaction de l’eau et salinisation des terres dans le Delta

5.1 Carte schématique : raréfaction de l’eau et salinisation des terres dans le Delta

Ville moyenne à la tête d’un gouvernorat éponyme, Damiette (281 500 hab. en 2017) se situe à la pointe du delta, sur le principal bras oriental du Nil. Au cœur d’une zone lagunaire, elle reste mal reliée au Caire, dont elle fut le port d’accès historique, assiégé par les Croisés au xiiie siècle. La cité est forte d’une tradition commerciale ancrée sur la pêche, un riche hinterland agricole et la fabrication de meubles. La ville s’est industrialisée au xxe siècle (textile, plastique, gaz liquéfié en 2004), dotée d’une zone franche, d’un port moderne (1986) et d’une ville nouvelle. En 2008, une mobilisation sociale locale éclate contre le projet d’une usine d’engrais azotés du groupe canadien Agrium, au nom des risques sanitaires et environnementaux. Las, une usine d’ammoniac est inaugurée discrètement en 2015. Le projet de plateforme céréalière et agro-alimentaire décidé sous al-Sissi, l’exploitation du gaz de Zohr liquéfié dans l’usine de Damiette (contrôlée par Spanish-Egyptian Gas Company) et l’extension portuaire initiée pour l’accueil des porte-conteneurs et de vraquiers afin de désengorger Alexandrie et Port Saïd (à 70 km) augurent de nouvelles transformations orchestrées par l’État.

© Mohamed El-Shahed / AFP

5.2 Un exploitant à Kafr el-Dawwar, 2018

5.2 Un exploitant à Kafr el-Dawwar, 2018

© Mohamed El-Shahed / AFP

Table des illustrations

Titre 5.1 Carte schématique : raréfaction de l’eau et salinisation des terres dans le Delta
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37542/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 5.2 Un exploitant à Kafr el-Dawwar, 2018
Crédits © Mohamed El-Shahed / AFP
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37542/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search