Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 4. Le Grand Caire

Quartiers chauds. Les climats du Caire

Dalila Ghodbane

Texte intégral

19 % 106 0,33 m2 23,4 ºC
Part des ménages urbains équipés d’un climatiseur en 2015 décès en août 2015 (pic à 47 ºC) d’espace vert par habitant en 2009 (9 minimum recommandés par l’OMS) moyenne annuelle des températures
Sources : CAPMAS, 2016 ; Amer Hegazy, Attia, 2009 ; Meteoblue ; Al-Arabiya

1Si les atlas corrèlent d’ordinaire le climat d’une ville à sa topographie, la croissance urbaine et les modes de vie contemporains complexifient le paysage météorologique du Caire. La densité et l’étalement aboutissent à créer un climat urbain (stadtklima) de plus en plus difficilement habitable : l’air est plus chaud, plus sec et plus pollué, les vents dominants Nord-Sud y soufflent moins vite et la pluie y est plus rare qu’en milieu non urbain. D’ailleurs, cette rareté éclaire en partie l’insuffisance du système d’écoulement des eaux pluviales, à l’origine d’inondations lors de fortes averses. La masse bâtie stocke la chaleur accumulée en journée et la restitue la nuit. C’est ainsi que se constitue un îlot de chaleur urbain qui contraste avec la campagne environnante. Dans les quartiers non planifiés, où vivent la majorité des Cairotes, le tissu urbain dense et resserré empêche de ventiler la ville. La relative rareté d’espaces plantés (comme le parc al-Azhar ou le zoo de Gizeh) prive la plupart des quartiers d’un moyen de tempérer l’air.

4.18 Diagramme ombrothermique du Caire

4.18 Diagramme ombrothermique du Caire

4.19 Répartition des températures des surfaces bâties dans le Grand Caire, août 2018

4.19 Répartition des températures des surfaces bâties dans le Grand Caire, août 2018

Une variété de microclimats

2Les microclimats urbains du Caire sont des artefacts humains. Les usines dispersées dans la ville, le trafic motorisé ou l’usage abondant de l’air conditionné produisent de la chaleur et de l’air vicié. Ainsi, on évalue à 67 % (± 7 %) la part des facteurs anthropogéniques dans les causes de la vague de chaleur d’août 2015 en Égypte.

3Plutôt qu’un îlot de chaleur urbain homogène, certains préfèrent le terme d’archipel, qui souligne la variété des climatopes* au Caire.

4Entourée du désert, la mégapole s’étend sur ces marges arides depuis les années 1950. Les lotissements les plus socialement désirables se situent en lointaine périphérie, sans congestion ni exiguïté, où l’air est plus pur, tels Cheikh Zayed ou Rehab. Cette prise de distance dans ces lieux a priori inhospitaliers suppose de créer un microclimat adéquat aux modes de vie domestique contemporains. C’est d’ailleurs dans ces villes satellites que les architectes exercent pour la plupart. Mais l’attention qu’ils portent au contrôle thermique, souvent dicté par le cahier des charges des entrepreneurs, excède rarement l’installation d’air conditionné et le doublement des murs extérieurs séparés d’une lame d’air. Il n’en reste pas moins que l’environnement des compounds* est plus propice à réguler la chaleur, grâce aux faibles densités de bâti et à la présence d’espaces d’agrément végétalisés. Par contraste, le cœur de la ville est abandonné à ses problèmes d’infrastructures et de surpopulation, incarnant un repoussoir des imaginaires de la ville vivable.

Précarité énergétique et alternatives

5La chaleur rythme la vie des Cairotes, mais elle ne les affecte pas de la même manière s’ils habitent un quartier cossu de Maadi ou celui d’Imbaba, plus populaire. Envisager les réalités climatiques aux échelles du quartier ou du bâtiment permet d’appréhender les inégalités environnementales en contexte, au prisme des pratiques d’ajustement et d’accommodement.

6Au Caire, la précarité énergétique désignerait l’incapacité des ménages à se protéger d’une chaleur extrême, en particulier avec l’augmentation des vagues de chaleur liées au réchauffement climatique global. Le confort thermique des logements repose beaucoup sur des équipements électriques énergivores. Les ménages aux revenus moyens, dont la consommation moyenne mensuelle est estimée à 215 kW/h, ont vu leur facture mensuelle d’électricité passer de 23 à 79 LE entre 2013 et 2017. La perspective d’une suppression des subventions de l'énergie pose la question des alternatives. Parmi elles, l’amélioration des bâtiments existants, par l’isolation thermique et l’ajout de protections solaires, semble une solution efficace, mais difficile à anticiper au regard des dépenses prioritaires des ménages. Il existe, notamment dans Le Caire médiéval, un patrimoine architectural urbain démontrant différents moyens d’habiter dans la chaleur par le contrôle des ouvertures, des masses bâties et des volumes vides pour ménager la ventilation et l’ensoleillement. Comment employer ces principes de climatisation passive dans les constructions actuelles, dans un environnement souvent pollué, poussiéreux et bruyant ? L’étude des pratiques socio-thermiques existantes est essentielle afin de mitiger les effets du climat urbain au Caire à l’échelle de ses microclimats.

4.20 Vente de climatiseurs et ventilateurs en Égypte (1999-2009)

4.20 Vente de climatiseurs et ventilateurs en Égypte (1999-2009)

4.21 Une façade au Caire, 2019

4.21 Une façade au Caire, 2019

Des ajustements thermiques sont visibles : auvents, clôture d’un balcon avec du verre coloré et des filtres mobiles, climatiseurs, traces d’anciens climatiseurs sous les fenêtres.

© Dalila Ghodbane

Table des illustrations

Titre 4.18 Diagramme ombrothermique du Caire
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 4.19 Répartition des températures des surfaces bâties dans le Grand Caire, août 2018
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37532/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre 4.20 Vente de climatiseurs et ventilateurs en Égypte (1999-2009)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37532/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 4.21 Une façade au Caire, 2019
Légende Des ajustements thermiques sont visibles : auvents, clôture d’un balcon avec du verre coloré et des filtres mobiles, climatiseurs, traces d’anciens climatiseurs sous les fenêtres.
Crédits © Dalila Ghodbane
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37532/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9M

Auteur

Dalila Ghodbane, architecte et urbaniste, doctorante à l'Académie d’architecture de Mendrisio, Université de la Suisse italienne

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search