Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 4. Le Grand Caire

Le ramassage des déchets au Caire

Pierre Desvaux et Jamie Furniss

Texte intégral

23 000 t 247,8 kg 65 %
de déchets produits par jour en 2013 (Grand Caire) de déchets produits par an et par habitant en 2014 (Égypte) Taux de ramassage pour le Grand Caire en 2013

1La collecte des déchets au Caire est l’affaire de chiffonniers depuis au moins le xvie siècle. Au cours du xixe siècle, elle devient l’apanage des wahiya (oasiens) issus de l’immigration vers la capitale. Ils sont peu à peu remplacés, à partir des années 1930, par les zabbaline*, en majorité coptes et originaires de Haute-Égypte. C’est seulement au cours des années 1980 que sont déployées des actions publiques de grande ampleur pour ramasser les déchets au Caire. Le système de gestion des déchets au Caire inclut ainsi une grande diversité d’acteurs, d’infrastructures et de sites.

Les zabbaline, acteurs historiques

2Depuis le milieu du xxe siècle, les déchets ménagers et commerciaux du Caire sont ramassés de porte-à-porte par les zabbaline, suivant des parcours et des découpages territoriaux largement héréditaires. Leur économie consiste à élever des cochons sur les déchets organiques dans des enclos appelés zarayeb* et à trier pour la revente les matières premières recyclées : plastique, carton, cannette, verre. Acteurs du secteur « informel », les zabbaline privilégient les quartiers aisés tout en collectant directement, pour certains, les déchets auprès d’entreprises pourvoyeuses des déchets les plus rentables (restaurants, hôtels, commerces).

3Le rôle des zabbaline a évolué depuis les années 1980 en raison de plusieurs facteurs : la croissance et la complexification de leurs activités de recyclage (broyage, lavage et extrudage du plastique) ; l’abattage, en 2009, de leur cheptel de cochons ; les recompositions provoquées par l’arrivée d’entreprises étrangères de gestion des déchets dans les années 2000.

4Depuis les années 1970, avec les premières actions humanitaires de sœur Emmanuelle dans les bidonvilles des chiffonniers (voir l’encadré), les zabbaline font l’objet de nombreuses interventions de la part des acteurs du développement. Ceux-ci ont souvent mis l’accent sur les taux élevés de recyclage et sur le fait que les zabbaline fournissent un service sophistiqué à très faible coût.

5Les autorités étatiques, pour leur part, considèrent que les zabbaline donnent à voir une image peu flatteuse de l’Égypte et de ses conditions sanitaires. La charrette à âne, dont l’usage a été interdit à de nombreuses reprises (sans effet), est emblématique de ce débat. Ce mode de transport, utilisé par les zabbaline, est désormais minoritaire en comparaison des pickups customisés. Malgré l’importance des zabbaline, le système de gestion des déchets au Caire ne se résume pas à ces seuls acteurs.

Le recours à des entreprises sous contrat

6Au début des années 2000, l’État égyptien conclut une série de contrats d’une durée de quinze ans avec des entreprises privées de gestion des déchets. Ces sociétés sous contrat de délégation, rémunérées grâce à une taxe appliquée aux factures d’électricité, se concentrent sur les espaces publics, les quartiers pauvres et les déchets sans valeur commerciale. Peu préparées aux réalités urbaines et sociales égyptiennes, deux d’entre elles ont rompu prématurément leurs contrats. La société espagnole ENSER déclencha, par exemple, une polémique en apposant sur ses bennes le logo de la ville du Caire avec des minarets : elle fut obligée de gommer cette représentation associant un lieu de prières aux ordures.

7Avec la mise en place du système de délégation, un certain nombre de zabbaline travaillent en sous-traitance pour ces entreprises internationales, progressivement remplacées par des entreprises nationales : ils assurent la collecte et ils rapportent les déchets dans leurs quartiers pour y extraire les matières recyclables, puis ils déposent le surplus non recyclé dans les points de transfert gérés par l’entreprise.

Un système de ramassage imparfait, mais fonctionnel 

8En 2012, la production quotidienne de déchets municipaux solides (entreprises et ménages) pour le Grand Caire est estimée à 23 000 tonnes, dont près des deux tiers seraient ramassés. Les taux de valorisation des matières recyclables par les entreprises délégataires n’excèdent pas 10 à 15 % (moyenne nationale). Ces chiffres et les amoncellements visibles de déchets en ville donnent l’impression d’une prise en charge insuffisante et d’une crise continue.

9Ce portrait doit toutefois être nuancé à la lumière des volumes de déchets produits et des taux de valorisation par le secteur « informel ». En effet, la production de déchet par habitant en Égypte, d’environ 300 kg/an, est faible comparée aux pays riches – les pays de l’Europe de l’Ouest produisent en moyenne environ 600 kg/hab/an. Les taux de recyclage et de valorisation des déchets pris en charge par les zabbaline sont très élevés : ils sont évalués à 80 %, principalement dans les quartiers aisés où la valeur des déchets en tant que matières premières est importante.

Manchiet Nasser abrite le plus célèbre et le plus visité des quartiers de zabbaline. Comme Ezbet el-Nakhl, il ne regroupe pas uniquement des activités de tri, mais est de plus en plus « industrialisé » avec des ateliers et des micro-usines de recyclage. Parfois appelé Moqattam ou Garbage City par les étrangers, il abrite d’impressionnantes églises troglodytes et près de 60 000 personnes qui travaillent dans des métiers liés aux déchets y résident. Le quartier n’est cependant pas représentatif des zabbaline dans leur ensemble, trop souvent assimilés de façon systématique à des citadins originaires de Haute-Égypte et aux chrétiens. De fait, dans d’autres quartiers de zabbaline, la proportion de musulmans peut atteindre jusqu’à 50 %.

4.16 La gestion des déchets au Caire : quelques dates

4.16 La gestion des déchets au Caire : quelques dates

© Jamie Furniss

4.17 Géographie simplifiée de la gestion des déchets au Caire 

4.17 Géographie simplifiée de la gestion des déchets au Caire 

© Jamie Furniss

Table des illustrations

Titre 4.16 La gestion des déchets au Caire : quelques dates
Crédits © Jamie Furniss
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre 4.17 Géographie simplifiée de la gestion des déchets au Caire 
Crédits © Jamie Furniss
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteurs

Pierre Desvaux, chercheur associé au laboratoire PACTE, Université de Grenoble Alpes

Jamie Furniss, Lecturer in International Development, Université d’Édimbourg

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search