Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 4. Le Grand Caire

La Nouvelle Capitale administrative : un projet ambitieux

Hala Bayoumi

Texte intégral

2015 700 km2 6 500 000 45 milliards de $ Janvier 2019
Lancement du projet Superficie annoncée d’habitants prévus Coût de la 1re phase Inauguration de la cathédrale et de la Grande mosquée

1En mars 2015, à Charm al-Cheikh, lors d’une conférence sur le développement économique de l’Égypte, le président al-Sissi annonçait le lancement du projet de Nouvelle Capitale administrative, à 45 km à l’est du Caire. Cette création ex-nihilo dans le désert, à mi-chemin entre Le Caire et la mer Rouge, fait partie des grands chantiers nationaux. Elle vise l’affirmation d’une capitale mondiale et d’un centre d’activité économique sur une superficie équivalente à celle de l’État de Singapour. Officiellement, cette planification doit permettre de décongestionner une mégapole surpeuplée, et aussi de créer des emplois (deux millions) et des activités dans une zone d’investissement attractive. Cet ensemble résidentiel et politico-administratif accueillera des industries de haute technologie et une « ville du savoir ».

2Certaines voix s’interrogent sur la pertinence du projet, compte tenu du bilan mitigé des villes nouvelles bâties depuis cinquante ans et des tentatives similaires avortées de centralité administrative dans le désert (Sadat City dans les années 1970, Future City dans les années 1990). D’autres voient, derrière le transfert des organes du pouvoir, des préoccupations sécuritaires et une volonté de s’éloigner d’une foule dense, au potentiel contestataire. En dépit des réserves qu’il suscite sur son opacité, son coût, le modèle de ville néo-libérale suivi, ou ses objectifs réels, le projet avance, à marche forcée.

Un projet urbain présidentiel

3Déclinée en trois phases sur une durée de sept à douze ans d’après les communiqués, la future capitale inclut, selon un principe de zonage fonctionnel, un district gouvernementa – comportant un palais présidentiel, des bâtiments ministériels, un parlement, un quartier diplomatique et un aéroport international –, 21 quartiers résidentiels (plus d’un million de logements et 40 000 chambres d’hôtel) couvrant les deux-tiers de la ville, un parc de loisirs quatre fois plus grand que Disneyland, ainsi qu’une zone consacrée à la technologie et à l’innovation, avec au moins six universités étrangères.

4Desservie par des autoroutes, cette ville gigantesque est dépeinte comme une ville verte, durable et intelligente (smart city), fonctionnant à partir d’une énergie renouvelable et devant être reliée aux villes voisines via des modes variés de transport en commun : un monorail depuis Nasr City, un bus depuis New Cairo, un futur TGV entre Aïn Sokhna et Alexandrie, un train express (Light Rail Transit) depuis la station Salam City via la ville Dix de Ramadan. Une coulée verte, longue de 25 km, est prévue à travers les quartiers résidentiels curvilignes, qui serait la plus longue du monde. La communication officielle autour du projet manie les superlatifs sur le modèle doubaïote : la mosquée al-Fattah al-Alim est la plus grande d’Égypte ; la cathédrale de la Nativité est la plus grande du Proche-Orient ; la plus haute tour d’Afrique (385 m) est construite par la China State Construction Engineering Corporation (CSCEC) dans le quartier d’affaires.

5La planification de la Nouvelle Capitale a été confiée à un groupe d’architectes principalement égyptiens, Urban Design Consortium (UDC 5+), et le plan a été révisé en 2017 par une société d’ingénierie libanaise. La mise en œuvre de la phase 1 du projet est conduite par l’Administrative Capital Company for Urban Development (ACUD), une société publique dont le capital (6 milliards de LE) est partagé entre les forces armées (51 %) et le ministère du Logement – représenté par une agence, la New Urban Communities Authority (NUCA). L’ACUD est responsable de la majorité des terrains et de leur vente aux enchères auprès des promoteurs immobiliers dont les affiches publicitaires parsèment les rues du Caire.

6La rapidité de construction des voies routières par l’armée et l’implication de sociétés chinoises, par exemple pour l’édification du quartier d’affaires ou la connexion ferroviaire depuis Salam City, sont les faits remarquables, en l’absence de plan directeur détaillé communiqué.

Des interrogations multiples

7L’une des critiques récurrentes à l’égard du projet est le montant alloué à des réalisations fastueuses, jugées d’apparat, quand une majorité de citadins vivent au quotidien dans des conditions médiocres, requérant des améliorations urgentes en matière de services urbanistiques, sociaux et sanitaires. Une inquiétude entoure la participation des investisseurs privés, notamment étrangers, participation sur laquelle mise le gouvernement. La fragilité du marché immobilier et le possible effondrement de la bulle spéculative sont évoqués. La longueur du trajet jusqu’au centre-ville du Caire et le montant redouté du prix des transports en commun jusqu’à la Nouvelle Capitale – dont les infrastructures nécessitent des investissements lourds – génèrent une incertitude sur les perspectives d’habitation : à part les fonctionnaires et les employés des bâtiments transférés, ainsi que le personnel des ambassades étrangères, qui seront les autres citadins ? S’achemine-t-on vers une ville-fantôme à la fonction de dortoir pour les ménages les plus riches qui cumulent deux ou trois résidences ? La durabilité du projet reste à démontrer, alors qu’une centrale thermique au gaz a été achevée sur le site par Siemens. La place dévolue à la voiture individuelle semble centrale, au vu de l’étalement spatial et de l’emprise au sol des autoroutes, qui préfigurent une ville à l’américaine. Le seuil de pénurie d’eau absolue sera franchi avant 2030 en Égypte, si bien que la multitude des plans d’eau et des espaces verts, prévue dans un environnement désertique, paraît peu viable à moyen terme. L’approvisionnement en eau est censé reposer sur deux canaux dérivés du Nil (pour la coulée verte), sur des nappes souterraines d’eau non renouvelable et sur des conduites d’eau désalinisée provenant d’Aïn Sokhna et de Suez. Le scenario est osé.

4.15 Situation de la Nouvelle Capitale et plan officiel de la phase 1

4.15 Situation de la Nouvelle Capitale et plan officiel de la phase 1

Table des illustrations

Titre 4.15 Situation de la Nouvelle Capitale et plan officiel de la phase 1
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

Auteur

Hala Bayoumi, ingénieure de recherches CNRS en mathématiques appliquées aux sciences humaines et sociales, affectée au CEDEJ depuis 2007, où elle est responsable du pôle Humanités numériques

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search