Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 4. Le Grand Caire

Plusieurs générations de villes nouvelles

Elise Braud

Texte intégral

1979 Moins de 5 % 35 3 à 30 %
Création de la NUCA Part des Égyptiens résidant dans les villes nouvelles villes nouvelles en 2019 Taux d’occupation moyen des villes nouvelles
Sources : NUCA, 2018 ; Tadamun, 2015 ; Sims, 2014

1Face aux problèmes de saturation urbaine, et aussi pour protéger les terres agricoles et juguler l’habitat « informel », l’État a créé, dès les années 1970, des villes nouvelles dans un contexte de forte croissance démographique. Leur lancement coïncide alors avec la politique d’infitah* et il s’accompagne d’un discours de renouveau urbain et sociétal. S’inspirant des initiatives européennes, le programme égyptien est l’un des plus ambitieux au monde.

2Dix villes nouvelles naissent entre 1977 et 1982 pour constituer des pôles industriels et résidentiels indépendants sur des sites périphériques inexploités. Au sein du ministère de la Reconstruction, la New Urban Communities Authority (NUCA) planifie leur développement selon un zoning fonctionnel. Elle coordonne les programmes de logement social, les investissements publics en matière d’infrastructures, et l’attribution des terrains aux investisseurs privés. Mais la distance aux agglomérations existantes freine l’attractivité des sites, qui ne réduisent pas la crise du logement.

3Dans les années 1980, des new settlements sont planifiés : ces cités-dortoirs aux marges du Caire sont regroupées en deux conglomérats : Cheikh Zayed et New Cairo. Une dizaine de villes nouvelles sont aussi créées en province, en dédoublement de villes moyennes (à Louxor, Assouan, Qena, Menia, Sohag), ou comme pôles agro-industriels dans le désert (New Toshka, East Oweinat).

4Mais le bilan est décevant : beaucoup de logements restent vides et la population escomptée n’est pas atteinte. Les distances intra- et inter-urbaines, l’absence de transports publics et le manque d’aménités locales rendent le coût de la vie trop élevé pour les ménages modestes. Au cours des années 1990, avec les réformes du programme d’ajustement structurel, l’État se désengage partiellement de son rôle de bâtisseur et se replie sur un simple, mais coûteux, rôle d’investisseur dans les infrastructures (routes, eau, électricité), ce qui facilite l’aménagement ultérieur des villes nouvelles par des promoteurs privés, encouragés par le faible coût du foncier et les exemptions de taxes.

4.13 Quatre générations de villes nouvelles

4.13 Quatre générations de villes nouvelles

© Karine Bennafla

L’essor des compounds

5Les compounds*, quartiers résidentiels fermés et gérés par une société privée, ont fleuri autour de la capitale (New Cairo, Cheikh Zayed et 6 Octobre) et sur la côte méditerranéenne. Ils constituent les lieux privilégiés d’une stratégie d’investissement, lucrative pour les promoteurs privés et attractive pour des ménages aisés qui considèrent le foncier plus sûr et plus rentable que les placements bancaires.

6Les compounds des années 1990 proposaient des résidences luxueuses, tel Katameya Heights à New Cairo, prisé par de hauts responsables politiques, des cadres expatriés ou des hommes d’affaires. L’offre immobilière s’est depuis démocratisée et attire une portion plus large des classes moyennes-supérieures. Des panneaux publicitaires géants vantent les facilités de paiement (sur plusieurs années), la modernité et le confort d’un cadre de vie verdoyant. La ville privée de Rehab, construite par le groupe Talaat Moustafa à New Cairo pour 200 000 habitants, illustre les caractéristiques de ces compounds de deuxième génération : l’hétérogénéité résidentielle (de l’appartement aux villas), l’accès des zones commerciales et récréatives aux non-résidents, et une fréquentation par des catégories sociales variées grâce à une desserte par des bus privés.

4.14 Rehab, ville privée à New Cairo

4.14 Rehab, ville privée à New Cairo

Une urbanité néolibérale

7Ces quartiers résidentiels privés incarnent un mode de fabrication urbaine où les promoteurs privés font et gèrent la ville. Alors que les mahalleyat*, conseils politiques locaux décriés pour leur inefficacité, ont été dissous en 2011 dans les zones urbaines centrales, la gestion des affaires locales est assurée dans les compounds des villes nouvelles par des centres (gehaz), contrôlés par les promoteurs selon un modèle technico-commercial et non politique.

8Les villes nouvelles coûtent néanmoins beaucoup à l’État qui finance des infrastructures au profit d’une minorité d’habitants déjà aisée, et d’un secteur privé à l’origine d’une spirale spéculative. Selon l’ONG Tadamun, les investissements de la NUCA destinés aux villes nouvelles dépassent 33 milliards de LE (3,9 millions €) en 2016, soit plus de cinq fois ceux consacrés à la santé. La durabilité environnementale des villes nouvelles et le modèle de société sous-jacent sont rarement questionnés. Leur programme reste une priorité gouvernementale, attestée par les annonces régulières de contrats prévoyant la vente de terrains à des investisseurs privés, ou des créations, comme le mégaprojet de Nouvelle Capitale administrative (2015).

Table des illustrations

Titre 4.13 Quatre générations de villes nouvelles
Crédits © Karine Bennafla
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 4.14 Rehab, ville privée à New Cairo
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k

Auteur

Elise Braud, normalienne diplômée en géographie et en sciences sociales, chercheuse indépendante basée au Caire

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search