Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 4. Le Grand Caire

Les marchés populaires du Caire : l’exemple de Matariya

Agnès Deboulet, Sarah Eldefrawi et Dina Shehayeb

Texte intégral

2008 1 103 2015
Création de l’Informal Settlements Development Fund (ISDF) marchés « informels » officiellement répertoriés en 2015 Début du programme d’éradication des marchés « informels »
Source : ISDF

1« On y trouve de tout », c’est-à-dire « min al-ebra lil saroukh » (litt. « de l’aiguille au missile »). Cette expression utilisée par les commerçants et les usagers du souk Al-Khamis (marché du jeudi) à Matariya, au nord-est du Caire, rend compte de la centralité des marchés de rue pour ces clients d’un vaste quartier populaire. Malgré la diversification des pratiques commerciales et de loisirs avec la multiplication, depuis la fin des années 1990, des malls à destination des classes sociales moyennes et supérieures, la majeure partie des Cairotes continue à s’approvisionner sur les marchés populaires (souk al-Ahali). Depuis des siècles, ces marchés populaires constituent l’épine dorsale de l’urbanité dans la capitale. Ils font l’objet d’une diversification de l’offre et d’une créativité dont témoigne le quartier de Matariya. Les édiles tentent de reprendre le contrôle de la rue depuis bientôt un demi-siècle, et plus encore depuis la révolution de 2011. Ils s’opposent ainsi aux signes extérieurs de l’informalisation de l’économie et de la ville, ainsi qu’à « l’empiètement silencieux » des couches populaires (A. Bayat).

À Matariya : des marchés complémentaires

2Dans le quartier Matariya, tous les marchés sont des émanations populaires, à la différence du district adjacent de Helmiet al-Zaitoun. Les souks populaires déploient une large variété d’activités et ciblent à peu près tous les besoins et tous les prix accessibles aux consommateurs majoritaires. Ces souks font preuve de flexibilité économique et spatiale, en lien avec les contingences locales et métropolitaines. Ainsi, à côté des trois principaux marchés, Al-Akad, Semeika et Al-Khamis, on relève neuf extensions, pour la plupart assez récentes.

3Si Al-Akad et Semeika sont catégorisés comme des marchés (semi-)couverts journaliers, ils se situent dans une complémentarité économique, avec des spécialités marquées, plutôt que dans la concurrence : Al-Akad est seulement approvisionné en produits frais, et ce marché est réputé dans tout le nord du Caire pour son poisson. Ses prix bas attirent une clientèle à l’échelle régionale. L’aire de chalandise de Semeika est, elle, limitée à quelques îlots et s’adresse plutôt à une clientèle locale. Si les prix sont considérés comme étant encore trop élevés par de nombreux clients qui souffrent de l’inflation, certains commerçants s’en sortent mieux en pratiquant aussi la vente en gros en soirée. Toutefois, la création récente de noyaux concurrents dans les rues adjacentes pèse lourdement sur le chiffre d’affaires des commerçants initiaux de Semeika, issus du quartier de Izbat al-Limoun, confirmant la concurrence accrue entre vendeurs de rue. La taille du marché Semeika a, par conséquent, diminué.

4La densification du peuplement à Matariya dynamise le commerce, mais la situation économique tendue et la concurrence sur certaines gammes de produits alimentaires montrent la limite de l’informalisation des marchés : sans régulation, nombre de commerçants de Semeika, en particulier des femmes, voient leur clientèle se raréfier. Le marché Al-Khamis témoigne, quant à lui, de l’expansion récente des marchés.

Des souks populaires en ligne de mire ?

5La législation égyptienne n’a jamais précisément défini les marchés, ni leur forme de gestion. Seule la loi no 140 de 1956 caractérise les souks comme l’acte individuel de vente occupant des espaces publics, mais non le fait collectif. Dans les années 1990, les souks populaires se sont vus qualifiés de « achwaiy » ou informels, un terme aujourd’hui utilisé par l’ensemble des acteurs extérieurs à ce monde. Les souks se sont, dans l’ensemble, maintenus en ville moyennant des arrangements financiers avec les collectivités locales (certaines taxes peuvent être prélevées) et du fait de pratiques de corruption. Le développement de ces marchés, et plus généralement l’explosion de la vente de rue ont été stimulés par le vide sécuritaire et la précarité économique entre 2011 et 2014.

6L’action publique a beaucoup varié à leur égard. En 2008, une institution gouvernementale en charge de la gestion des quartiers informels, l’Informal Settlements Development Fund (ISDF), qualifia ces marchés de « non officiels » et entama un recensement de 660 d’entre eux en vue de leur réhabilitation. Cet objectif fut abandonné après 2011. À l’instar de la vente de rue, les marchés populaires sont à nouveau pointés du doigt, à cause de leur aspect « informel » et « chaotique », et à cause du risque d’incendie. C’est dans ce contexte de retour à l’ordre avec le recours à l’expulsion, dès l’été 2014, que l’ISDF a listé, en 2015, 79 marchés devant faire l’objet d’une éradication dans 22 gouvernorats.

7À Matariya, le souk Al-Khamis est l’un des espaces marchands centraux du Caire : des dizaines de milliers de personnes le fréquentent chaque jeudi depuis des décennies. Une déambulation au milieu de ses 3000 étals fait passer parmi des espaces urbains denses, le long des rues fermées pour l’occasion et de rares parcelles vacantes. Outre la présence d’un marché aux puces, on y trouve tout pour l’équipement de la personne et de la maison, le long d’étals installés pour une journée, mais parfois avec un sens de la décoration et une technicité qui démentent une vision de l’informalité comme désordre. Malgré son succès et son urbanité incontournable, les responsables locaux ont essayé de déplacer ce marché en 2014. Celui-ci s’est reformé et même dédoublé. Les édiles espèrent aujourd’hui encore fermer ce marché en raison de sa non-conformité à l’esthétique du centre commercial, de son aspect irrégulier, de sa foule et de l’impact sur la circulation automobile. Mais cet hymne à l’ordre bute sur la réalité d’un marché considéré comme une source de revenus pour le district, puisque les 3000 commerçants paient pour les 24 heures de présence, sans aucun service en retour, sauf le nettoyage. Parions que la raison économique et sociale prendra le pas sur cette volonté normalisatrice qui contredit les pratiques des acteurs locaux.

4.10 Le grand marché hebdomadaire (souk Al-Khamis) de Matariya, 2018

4.10 Le grand marché hebdomadaire (souk Al-Khamis) de Matariya, 2018

© Julie Lavayssière

4.11 Les souks au Caire : quelques repères

4.11 Les souks au Caire : quelques repères

4.12 Marchés populaires au Caire, Alexandrie et Gizeh

4.12 Marchés populaires au Caire, Alexandrie et Gizeh

Table des illustrations

Titre 4.10 Le grand marché hebdomadaire (souk Al-Khamis) de Matariya, 2018
Crédits © Julie Lavayssière
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre 4.11 Les souks au Caire : quelques repères
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37512/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre 4.12 Marchés populaires au Caire, Alexandrie et Gizeh
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37512/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

Auteurs

Sarah Eldefrawi, doctorante à l’Université Paris 8, UMR 7218 LAVUE, assistante de recherches au Housing and Building National Research Center (HBRC) en Égypte

Dina Shehayeb, Professor and Program Director, Architecture & Urban Design Program, School of Engineering & Applied Sciences, Nile University

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search