Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 4. Le Grand Caire

Quartiers précaires et citadins oubliés : les cas de Izbat Khairallah et de Mit Oqba

Agnès Deboulet et Kareem Ibrahim

Texte intégral

63 % 2008 75 %
des habitants du Grand Caire vivent dans des quartiers « informels » en 2010 119 morts à Duweiqa suite à un éboulement (Manchiet Nasser) de la masse bâtie en Égypte sont des « secteurs non planifiés »
Sources : ISDF, 2013 ; Sims, 2010

1La croissance des quartiers dits informels ou achwaiyyat* (litt. « aléatoire ») a suivi la courbe de l’urbanisation au cours du xxe siècle. Cette tendance ne s’est pas inversée depuis que l’agence gouvernementale ISDF (Informal Settlements Development Fund), née en 2008, a décidé d’en traiter une partie comme des slums (taudis, bidonvilles) à détruire, en relogeant les habitants en périphérie, et l’autre partie comme des « zones non planifiées » à améliorer ou à restructurer. Bien que cette dernière formulation soit moins stigmatisante, aucune des deux catégories ne rend compte de la grande diversité des peuplements et des modes d’urbanisation, créant un risque réel de solution standardisée. Si les interventions publiques se multiplient depuis la fin des années 2000, elles restent l’exception. L’ignorance des mécanismes réels de production de l’espace et des rapports sociaux dans ces quartiers « informels » contribue à leur négligence et à leur marginalisation.

2Izbat Khairallah et Mit Oqba sont deux quartiers précaires de l’agglomération du Caire : le premier, situé au sud du site archéologique Fustat et à proximité de Dar al-Salam, est aujourd’hui traversé par le boulevard périphérique. Ce mégaquartier sous-équipé est né d’un squat de terrains publics et il compte plus d’un demi-million d’habitants. De taille plus modeste, avec 80 000 habitants, Mit Oqba est situé sur la rive gauche du Nil, au-delà de Mohandessine, et il est emblématique de l’urbanisation non réglementaire sur des terrains privatifs, largement agricoles, dans le gouvernorat de Gizeh.

4.7 Localisation des deux quartiers précaires étudiés

4.7 Localisation des deux quartiers précaires étudiés

© Amina Salama

4.8 Izbat Khairallah, 2016

4.8 Izbat Khairallah, 2016

© Amina Salama

Des quartiers contournés

3En dépit de modes de formation très différents, à partir du milieu du xixe siècle pour Izbat Khairallah et à partir des années 1960 pour Mit Oqba, la consolidation de ces quartiers a fait l’objet d’une ignorance systématique par la puissance publique : les nouveaux tracés les ont évités, ou au pire divisés ; les investissements sont restés absents ou sont à peine plus présents pour Mit Oqba. Aucun transport public n’est disponible, de sorte que l’accessibilité externe comme la circulation interne sont très problématiques, laissées aux transports collectifs informels et aux triporteurs (touk touk) depuis les années 2000.

4Ce contournement systématique a pour corollaire l’absence de données statistiques fiables sur ces quartiers, morcelés par des découpages administratifs sans correspondance avec l’espace urbanisé et vécu. Si la population de ces quartiers est largement sous-estimée, la cartographie néglige la représentation de ces entités, figurées comme des espaces blancs dans de nombreux documents. Cet oubli public favorise les promoteurs immobiliers, qui peuvent revendiquer la propriété de ces terrains en faisant fi de l’occupation existante, telle la compagnie de Maadi pour Izbat Khairallah.

4.9 L’extension de Mit Oqba (1932 et 2016)

4.9 L’extension de Mit Oqba (1932 et 2016)

Une diversité sociale et politique

5L’histoire du peuplement de ces quartiers diffère : Izbat Khairallah fut à l’origine peuplé par des résidents mal-logés des quartiers centraux, descendants des communautés paysannes locales ou issus des migrations de Haute-Égypte ; Mit Oqba a accueilli majoritairement des migrants du Delta. Ces vastes quartiers ont connu plusieurs vagues d’urbanisation, ce qui constitue l’un des facteurs de diversité spatiale et sociale.

6La relation au lieu et la difficulté à faire localité ne sont pas identiques : Izbat Khairallah a connu plusieurs leaderships locaux, mais morcelés, tandis que Mit Oqba se singularise par une présence dominante de notabilités villageoises, relayées par plusieurs députés, ce qui joue un rôle dans la reconnaissance de fait du quartier. À l’inverse, le déficit de représentation de Izbat Khairallah est fort avec aucun député, sauf sur l’une de ses franges. Le niveau de pauvreté est beaucoup plus fort à Izbat Khairallah, comme dans tous les quartiers de squatt, qui connaissent une plus forte vulnérabilité (risque d’éviction).

Des économies invisibilisées

7L’activité manufacturière est développée à Izbat Khairallah, avec la constitution d’un cluster du bois situé le long d’un des principaux axes, très accidenté et étroit. Ces ateliers ont un débouché métropolitain, mais l’absence de régulation soulève des risques d’incendie qui inquiètent les riverains. La présence des ONG est devenue importante. Elles agissent en substitution à l’État, en exploitant des crèches, des écoles privées et des centres de formation pour enfants.

8L’échec des régulations étatiques entraîne la non-reconnaissance de l’existant, le sous-équipement des quartiers, la méconnaissance des conditions de vie de millions d’individus, et les qualités de sous-marché du logement et de l’économie qui rendent possible de vivre en ville, malgré l’absence de production publique. Ainsi en est-il de la location, qui permet de loger la majorité des habitants, sans pouvoir offrir des garanties et des protections légales. Pourtant, ces citadins ordinaires des quartiers précaires ont aussi droit à habiter la ville et à obtenir une sécurité d’occupation. De plus en plus, ils revendiquent un droit à se voir reconnaître un passé en ville et un ancrage. Le recours à l’histoire orale est l’un des moyens de coproduire une histoire partagée pour ces citadins d’aujourd’hui et, qu’on le veuille ou non, de demain.

Table des illustrations

Titre 4.7 Localisation des deux quartiers précaires étudiés
Crédits © Amina Salama
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre 4.8 Izbat Khairallah, 2016
Crédits © Amina Salama
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37507/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Titre 4.9 L’extension de Mit Oqba (1932 et 2016)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37507/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 858k

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search