Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 4. Le Grand Caire

Une extension urbaine au détriment des terres agricoles

Charlotte Malterre-Barthes

Texte intégral

11 736 ha/an 1961 83 % 2017
Perte moyenne annuelle de terre agricole en Égypte 1re loi protégeant les terres agricoles de l’habitat informel du Caire se trouve sur d’anciennes terres fertiles Campagne de récupération des terres
Sources : Attia, 2011 ; ministère du Logement et de la Reconstruction, 1977 ; Sims, 2010

1Alimentée par la croissance démographique, répondant autant au souci d’avoir un toit qu’au désir d’investir dans l’immobilier, l’expansion urbaine menace les terres arables déjà rares, faisant planer le risque de leur disparition prochaine, en dépit d’une législation protectrice qui n’a cessé d’être durcie au fil des ans : la loi no 63 de 1961 fut ainsi modifiée en 1984 et 1985 (art. 152 et 156), et les peines (amendes et prison) renforcées en 2018 (loi no 7).

Diversité et ampleur de l’habitat informel

2Près des deux tiers des Cairotes vivraient dans des logements « informels » (D. Sims), également qualifiés d’habitat non réglementaire. Celui-ci revêt des formes disparates, incluant des immeubles de plusieurs étages (achwaiyyat*, « hasardeux »), l’habitat sur les toits, et l’occupation de mausolées ou de caveaux dans les cimetières où vivent plus de deux millions de personnes.

3Les nouvelles constructions sont le plus souvent établies sur des terrains privés, en général des terres agricoles, dont l’usage est modifié de façon informelle. Ces constructions se trouvent plus rarement sur des terrains appartenant à l’État, à cause de l’insécurité foncière.

4L’habitat informel est la norme pour les citadins aux revenus faibles n’ayant pas les capacités financières d’acheter dans les quartiers planifiés par l’État. A. Deboulet parle ainsi de « quartier d’émanation populaire ». L’inadéquation des politiques de logement public avec les besoins des populations modestes éclaire la relative tolérance des autorités vis-à-vis des constructions informelles, dont l’essor est encouragé par la corruption. Les constructions s’opèrent de façon discrète, à l’abri des regards derrière une clôture ou un barrage routier, le plus souvent la nuit, le vendredi ou les jours fériés. Elles se sont intensifiées lors du moment révolutionnaire de 2011-2013, du fait de l’instabilité politique et du relâchement des contrôles officiels : les quartiers centraux du Caire se sont densifiés avec des constructions érigées dans les cours ou les interstices jusqu’alors vacants, tandis que le rythme des constructions sur les terres fertiles à la périphérie du Caire s’est accéléré.

Des terres agricoles grignotées par l’urbanisation

5L’expansion urbaine empiète sur les propriétés agricoles découpées selon des parcelles de 100 à 300 mètres de long sur 6 à 17 mètres de large, chacune entourée de canaux d’irrigation. Avec l’urbanisation, ceux-ci sont transformés en ruelles ou rues de quartier, dessinant une trame viaire régulière. Les agriculteurs et les propriétaires fonciers subdivisent leur propriété en collaborant avec des courtiers locaux dont la médiation permet de contourner les restrictions gouvernementales et de limiter les démarches bureaucratiques. Un feddan est habituellement divisé et vendu en 24 parcelles égales, la surface des lots variant entre 40 et 150 m2.

6Le changement d’usage d’une terre agricole en habitat génère un profit de 200 %, incitant les agriculteurs à revenus modestes, les propriétaires fonciers en milieu urbain ou les paysans citadinisés à vendre leurs parcelles dont la surface n’excède parfois pas un qirat (175 m2). Pour bénéficier d’un permis de construire, la terre doit être stérile, ce qui pousse parfois à l’enlèvement de la couche organique du sol, revendue à d’autres agriculteurs.

7Les acquéreurs sont des migrants ruraux, ou des citadins à faibles revenus basés au centre-ville, qui achètent un logement fini ou bien font appel à un entrepreneur local pour construire. Leurs principales sources de financement sont l’épargne, les transferts de fonds, la mise en commun de ressources collectives au sein d’une famille élargie, et les prêts personnels.

8Le processus de construction est rapide : l’ossature des immeubles est en béton armé (directement coulé sur le site), les murs sont des panneaux de brique et le bâtiment grandit d’un étage par mois. Des promoteurs-spéculateurs ou des groupes de petits investisseurs construisent ainsi des tours. La présence de piliers au dernier étage anticipe une élévation future : l’acheteur peut ainsi demander à un entrepreneur d’ériger un bâtiment à un étage, dont une pièce est occupée par l’acquéreur et les autres pièces sont louées par d’autres occupants. Après avoir économisé pendant huit à dix ans, un étage peut être ajouté, suivi d’un autre, etc., selon un processus d’auto-construction évolutive.

Des îles agricoles convoitées

9Situées en plein cœur de la capitale, les îles agricoles de Warraq, Dahab et Qoursaya illustrent à la fois une montée de la pression immobilière et l’attitude ambivalente de l’État. Dès 2005, des conflits éclatent entre les habitants et l’État, désireux d’utiliser les îles pour des projets d’aménagement de résidences à haut standing et d’espaces de loisirs (projet Cairo 2050, annoncé en 2008 par le GOPP). En 2017, c’est au contraire au nom de la protection de l’environnement, menacé par l’habitat informel, que le président al-Sissi entend récupérer les terres insulaires. L’absence de concertation avec les résidents a conduit, en 2017, à des affrontements violents sur l’île de Warraq, visée par un projet de pont connectant Choubra au périphérique qui encercle Le Caire, le Ring Road.

4.4 L’évolution du plan cadastral d’Ard el-Lewa (Imbaba)

4.4 L’évolution du plan cadastral d’Ard el-Lewa (Imbaba)

© Lorenz Bürgi

4.5 Ard el-Lewa, zone agricole résiduelle, 2015

4.5 Ard el-Lewa, zone agricole résiduelle, 2015

© Lorenz Bürgi

4.6 Constructions sur des terres agricoles, vers Gizeh, 2015

4.6 Constructions sur des terres agricoles, vers Gizeh, 2015

© Karine Bennafla

Table des illustrations

Titre 4.4 L’évolution du plan cadastral d’Ard el-Lewa (Imbaba)
Crédits © Lorenz Bürgi
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 4.5 Ard el-Lewa, zone agricole résiduelle, 2015
Crédits © Lorenz Bürgi
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37502/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre 4.6 Constructions sur des terres agricoles, vers Gizeh, 2015
Crédits © Karine Bennafla
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37502/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M

Auteur

Charlotte Malterre-Barthes, directrice du MAS Project Urbain à l’ETHZ et professeure invitée à la TU Berlin

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search