Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 4. Le Grand Caire

La sécurisation du centre-ville du Caire depuis 2011

Laura Monfleur

Texte intégral

1867 1871 26 janvier 1952 Janvier-février 2011 24 novembre 2011
Début du chantier du nouveau centre-ville Achèvement du pont Qasr el-Nil Incendie du Caire Occupation de la place Tahrir 1er mur érigé dans la rue Mohamed Mahmoud

Une « façade à l’Européenne » (A. Raymond)

1Le centre-ville du Caire (West el-Balad) a été aménagé à la fin du xixe siècle sous l’impulsion du khédive Ismaïl qui, au retour de Paris où il a rencontré le baron Haussmann, souhaite transformer Le Caire en ville moderne. À côté du Vieux Caire islamique, un nouveau quartier central émerge, dont les places, les perspectives et la géométrie sont d’inspiration parisienne. Sont inscrits dans l’espace les symboles du pouvoir économique, bancaire et politique. Le mythique hôtel Windsor (1893), la place Talaat Harb (fondateur de la banque Misr) côtoient encore, en 2018, le palais Abdine, le ministère de l’Intérieur, l’ancien siège du PND (le parti de Moubarak), le Majlis el-Choura ou le célèbre complexe administratif, le Mogammaa. Ce centre-ville fut incendié à l’occasion d’une manifestation contre les Britanniques le 26 janvier 1952, prélude au coup d’État des Officiers Libres en juillet.

Le théâtre du moment révolutionnaire (2011-2013)

2Les manifestations contre Moubarak et l’occupation de la place Tahrir pendant 18 jours en 2011 ont marqué la politisation des espaces publics et leur réappropriation par les citoyens qui ont affirmé un sentiment national fort et un droit à la ville. Cette réappropriation ne s’est pas faite sans conflit ni violence, avec des affrontements entre divers acteurs (révolutionnaires, partisans pro-régime, armée, police, baltageyya-s*). Les manifestations regroupant des membres des Frères musulmans et des jeunes libéraux ont été, dès le début, sécurisées et cantonnées par des cordons policiers ou militaires.

3Après les affrontements de la rue Mohamed Mahmoud (novembre 2011) entre révolutionnaires et forces de l’ordre, un mur constitué de gros blocs de ciment est construit par le Conseil suprême des forces armées. En 2012, huit murs analogues étaient répartis dans le centre-ville, afin de séparer les forces de l’ordre et les révolutionnaires, et de protéger les bâtiments gouvernementaux comme le ministère de l’Intérieur. D’autres murs sont ajoutés près des ambassades américaine et britannique à Garden City, à la suite des manifestations anti-américaines en 2013.

Pérennisation et évolution des infrastructures sécuritaires

4Si certains murs ont été démantelés par les révolutionnaires ou par les forces de l’ordre, dont le mur couvert de graffitis de la rue Mohamed Mahmoud, une dizaine de murs sont encore présents en 2015, sous le régime d’al-Sissi.

5Ces infrastructures ont une dimension fortement militarisée par leur matérialité agressive et par leur valeur stratégique et symbolique les reliant dans l’imaginaire local à la période d’affrontements révolutionnaires. Depuis 2014, certains murs ont été remplacés par des portes métalliques peintes aux couleurs du drapeau égyptien ou par de lourdes portes coulissantes. Plus flexibles, permettant un contrôle dynamique des populations et de leur circulation, ces portes restent en général ouvertes, mais sont fermées lors des commémorations des révolutions, et parfois la nuit. Le cloisonnement des espaces urbains s’accompagne d’un filtrage des circulations par la présence de checkpoints où les forces de l’ordre contrôlent l’identité des automobilistes, et d’une fortification des bâtiments à l’aide de barbelés et de blocs de béton.

6La militarisation du centre-ville est entérinée par la présence notable des militaires et de leurs tanks aux côtés des forces de police, de la sécurité centrale et de leurs véhicules blindés. Ce dispositif militaro-sécuritaire crée un centre-ville fragmenté en différents espaces où les pratiques des citadins sont contrôlées.

4.2 Un mur de cloisonnement, rue Mansour, en 2014

4.2 Un mur de cloisonnement, rue Mansour, en 2014

© Laura Monfleur

Un centre-ville sous contrôle

7Les espaces proches des institutions gouvernementales sont sanctuarisés, les circulations quotidiennes y sont filtrées, voire interdites. Dans les espaces adjacents, notamment les rues Falaky et Qasr el-Aïni, voies majeures de circulation, les déplacements peuvent être empêchés à tout moment par les portes. Si les circulations quotidiennes sont contraintes par le dispositif sécuritaire, elles sont de plus en plus rétablies avec l’installation des portes qui remplacent les murs. Ce rétablissement des circulations quotidiennes s’accompagnent d’une surveillance renforcée : des caméras de surveillance sur les feux de circulation ont été mises en place, les stationnements sont interdits dans les rues qui convergent vers la place Tahrir, et un parking construit sur cette place en 2015 est géré par une compagnie de sécurité privée.

8Ce dispositif spatial et matériel s’inscrit dans un contexte de répression des opposants au régime et de contrôle accru des pratiques militantes, en particulier depuis l’élection d’al-Sissi en 2014. Certains cafés, lieux de sociabilités et de discussions politiques, ont été fermés après 2015, de même que des librairies ou des cinémas. Les murs, les portes et les checkpoints empêchent les manifestations ou les sit-in. Ce cloisonnement est ratifié par la loi anti-manifestation de 2013 qui interdit tout rassemblement sans autorisation.

9Ce contrôle s’exerce aussi sur les appropriations informelles des espaces publics centraux. Profitant d’une confusion durant le moment révolutionnaire, les vendeurs de rue ont vu leur nombre et leur visibilité croître durant et après cette période. Une politique d’évacuation de ces vendeurs a été menée et ils ont été expulsés de la place Talaat Harb en 2014, puis de la gare Ramsès en 2015.

10Le régime d’al-Sissi entend prévenir toute reprise des contestations politiques dans les espaces publics, contrôler les pratiques dans le centre-ville et y gommer les traces de la révolution. Le projet de Nouvelle Capitale, qui prévoit un quartier gouvernemental regroupant en périphérie du Caire ministères, palais présidentiel, ambassades et Mogammaa, poursuit la même logique sécuritaire. L’éloignement des institutions des espaces centraux, ainsi que la sécurisation et la surveillance mises en place dans ce quartier, sont censés empêcher l’émergence de toute contestation.

4.3 Le dispositif sécuritaire et le contrôle des pratiques dans le centre-ville du Caire en 2015

4.3 Le dispositif sécuritaire et le contrôle des pratiques dans le centre-ville du Caire en 2015

Table des illustrations

Titre 4.2 Un mur de cloisonnement, rue Mansour, en 2014
Crédits © Laura Monfleur
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Titre 4.3 Le dispositif sécuritaire et le contrôle des pratiques dans le centre-ville du Caire en 2015
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37497/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 783k

Auteur

Laura Monfleur, doctorante en géographie, Université de Tours François-Rabelais, CITERES-EMAM

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search