Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 4. Le Grand Caire

Le Caire : comment composer avec la démesure

Hala Bayoumi et Karine Bennafla

Texte intégral

24 400 000 1979 1987 2008 2020
Nombre d’habitants en 2018 Classement du Vieux Caire par l’UNESCO 1re ligne du métro Helwan/El-Marg Stratégie « Le Caire 2050 » Ouverture du Grand Musée égyptien
Source : CAPMAS

1Première ville du monde arabe et du continent africain, le Caire rassemble près d’un quart des Égyptiens. Depuis 25 ans, sa population a doublé et sa superficie a triplé. La mégapole devrait dépasser 30 millions d’habitants en 2050, contre 4 millions en 1966. Si ce gigantisme est décrié (congestion, pollution, saleté, insuffisance des transports publics, etc.), pour autant la ville parvient à fonctionner, comme le note David Sims, en partie grâce aux ressorts de l’informalité et aux sociabilités de quartier. Elle est épargnée par le chaos ou la délinquance criminelle observés dans d’autres villes multimillionnaires. Cependant la dégradation de la situation environnementale, en particulier la pollution du Nil, a de lourds impacts sanitaires.

2La ville est éclatée entre trois gouvernorats (Le Caire, Gizeh, Qalioubiya) et, à défaut de structure politico-administrative coiffant l’ensemble de l’agglomération, les contours du Grand Caire varient selon les institutions : le CAPMAS définit comme « zone urbaine » le gouvernorat du Caire et les villes de Gizeh et Choubra el-Khaïma. En charge depuis 2008 de la planification urbaine, la General Organization for Physical Planning (GOPP) y adjoint, pour définir un « Grand Caire », une zone périurbaine comportant neuf districts des gouvernorats de Gizeh et de Qalioubiya, ainsi que huit villes nouvelles plantées dans le désert, au-delà du boulevard périphérique : 6 Octobre, 15 Mai, Al-Obour, El-Chorouk, Cheikh Zayed, New Cairo, Badr et 10 de Ramadan.

Une métropole débordante

3Occupé par la capitale pharaonique Memphis, le site du Caire à l’apex du delta est exceptionnel. La ville des conquérants arabes (Fustat en 642, puis la fatimide Al-Qahira en 969) a été bâtie en rive droite et reste une centralité historique avec le Khan al-Khalili, la citadelle ayyoubide et l’université-mosquée al-Azhar. Au fil des siècles, la ville s’est étalée vers l’ouest, partiellement bloquée à l’est par la falaise du Moqattam. À la fin du xixe siècle, le khédive Ismaïl dessine au nord du Caire islamique (le Vieux Caire) un quartier européen (West el-Balad), puis l’île de Zamalek est aménagée dans les années 1930 et le Nil enjambé, avec l’extension des quartiers de Gizeh, Dokki, Mohandessine et Imbaba. Aujourd’hui, la vague urbaine englobe les pyramides de Gizeh et s’étale indifféremment en direction du désert et de la vallée, mal contenue par les quartiers d’habitat planifié et les villes nouvelles ceinturant la capitale. Si Le Caire a été à l’avant-garde de la planification urbaine dans la région arabe, le tissu urbain reste caractérisé par sa compacité, sa verticalité et par l’ampleur de l’informalité dans la production de l’espace comme dans le fonctionnement quotidien.

4L’habitat populaire dans le Vieux Caire s’est dégradé, en dépit de son classement au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO et des actions ponctuelles de restauration. Le bruit, l’hyperdensité, puis les affrontements autour de la place Tahrir ont éloigné en périphérie l’université américaine du Caire (à New Cairo depuis 2008) et les ménages aisés de West el-Balad, un quartier visé par des opérations publiques de rénovation depuis 2011. Le Caire apparaît comme une mégapole en morceaux, avec des mondes sociaux encore entremêlés dans les quartiers (péri)centraux, mais davantage dissociés dans les compounds aisés périphériques. Sur les marges désertiques, les centres commerciaux structurent l’extension urbaine, avant d’être englobés dans un continuum urbain.

5Alors que le logement est un problème central, les dizaines de milliers de logements vacants font figure de paradoxe, attesté par les immeubles fantômes : ce phénomène est dû à une législation qui protège les locataires (blocage des loyers par une loi de 1947) et à une méfiance envers les banques, qui incite à placer l’épargne dans l’immobilier.

Une logique top-down de grands travaux

6Contenus dans la stratégie Le Caire 2050, les projets d’aménagement ont été repris sous la présidence d’al-Sissi (plan Egypt 2030), avec les mêmes buts : délester les quartiers centraux au profit de nouveaux ensembles dans le désert, telle la capitale administrative ; régénérer le centre-ville pour promouvoir une image de ville moderne et durable selon des standards internationaux de ville-modèle néolibérale, à des fins d’attraction touristique. Les opérations majeures sont l’édification du Grand Musée égyptien près de Gizeh (fin prévue en 2020), où sont transférées les pièces du musée de Tahrir, ainsi que l’aménagement du triangle Maspéro, au bord de la corniche, pour bâtir un quartier résidentiel et commercial de haut standing. Le corollaire de ces opérations est la démolition des habitats et des lieux d’activités taxés d’informels, de sales ou polluants pour libérer des espaces à haute valeur foncière : en ont fait les frais les habitants du quartier Maspéro, les tanneries du Vieux Caire (délocalisées dans la ville nouvelle de Badr), les habitants chiffonniers de Batn el-Baqara, délogés à partir de 2016. L’achèvement de la ligne 3 du métro (entre Imbaba et l’aéroport) et l’aéroport Sphinx à l’ouest sont les autres réalisations phares, pour promouvoir une image de marque de la capitale à l’international. Et toujours, le choix de construire du neuf plutôt que d’améliorer l’existant. Ces aménagements, qui reposent sur des investissements privés, sont initiés d’en haut, mis en œuvre par les gouverneurs et les agences gouvernementales, et ce en l’absence de municipalité élue ou de pouvoirs locaux, représentatifs des citoyens.

4.1 La croissance du Caire : 1960-2017 

4.1 La croissance du Caire : 1960-2017 

Table des illustrations

Titre 4.1 La croissance du Caire : 1960-2017 
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37492/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search