Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 3. Société et démographie

Les coptes, constitutifs de l’identité égyptienne

Eva Saenz-Diez

Texte intégral

5 000 000 1981-1985 Octobre 2011 Août 2016
Nombre de chrétiens recensés, le triple selon l’Église Suspension du pape Chenouda III Massacre de Maspéro* (au Caire) Adoption d’une loi censée faciliter la construction des églises
Source : CAPMAS, 2017

1Le terme copte, du grec Aegyptios (qibtî en arabe, pl. aqbât), signifie à l’origine Égyptien. Il désigne la langue copte (morte), un rite religieux et la communauté chrétienne autochtone d’Égypte. Première communauté chrétienne du monde arabe en nombre, les coptes seraient à 90 % orthodoxes, incluant une minorité de catholiques et de protestants. L’Église copte ou Église d’Alexandrie, créée par l’apôtre Saint Marc, s’est constituée en Église indépendante (autocéphale) et monophysite depuis le concile de Chalcédoine (451), dirigée par le pape d’Alexandrie et patriarche de la prédication de saint Marc.

2Alors que l’identité religieuse est mentionnée sur la plupart des documents officiels, le nombre de chrétiens ne fait pas consensus. La population copte augmente, mais sa part nationale diminue, notamment du fait des mouvements migratoires. Les conversions à l’islam sont souvent motivées pour obtenir le divorce (difficile à obtenir selon le droit personnel copte) ou se marier (dans le cas d’idylle interconfessionnelle), suscitant des affaires politico-médiatiques.

3Monastères, ermitages ou laures sont dispersés le long du Nil et dans le désert, témoins de l’expansion du monachisme aux iv-ve siècles, puis de sa renaissance dans les années 1970-1980, impulsée par Cyrille VI et Chenouda III.

4La « communauté » copte est socialement et politiquement très clivée, juxtaposant paysans pauvres ou zabbaline* à une classe moyenne de fonctionnaires ou de professions libérales, et aussi à des milliardaires industriels ou négociants (O. et N. Sawiris) et des dynasties politiques.

Marginalisation et repli communautaire

5La politique de modernisation lancée par Méhémet Ali accordait aux non-musulmans une place de choix dans la société et au sein de l’administration. Les édits de 1839 et de 1856, promulgués par le sultan de Constantinople, reconnaissent l’égalité entre musulmans et non-musulmans dans l’Empire ottoman et abolissent officiellement le statut de dhimmi*. Au début du xxe siècle, les chrétiens prennent part au développement économique, au rayonnement intellectuel et à l’effervescence nationaliste de l’Égypte. 1919 incarne l’âge d’or des relations entre musulmans, chrétiens et juifs, unis contre l’occupant britannique. Des personnalités coptes jouent un rôle clé au sein du Wafd*, établissant des familles politiques (Makram Ebeid, Boutros Ghali, Abdel Nour).

6La création des Frères musulmans (1928), l’inflexion socialiste du nationalisme égyptien, mâtiné de références islamiques, après 1952 et surtout 1956, marquent un tournant : affectés par les nationalisations, les chrétiens sont évincés de la fonction publique, des sociétés nationalisées, de la presse et des hauts postes. Dans les années 1970, la politique de l’infitah permet certes la constitution de fortunes privées coptes. Mais l’islamisation de la société et de l’enseignement sous Sadate, de pair avec l’islamisation du discours d’État et du code juridique, entraîne une hausse des tensions et des vexations ainsi qu’une confrontation entre le pape et la présidence. Après sa période d’assignation à résidence, le pape Chenouda III dépolitise son discours sous Moubarak.

7Le soulèvement du 25 janvier 2011 illustre un retour à l’action politique des coptes qui participent aux manifestations, en dépit de l’interdiction de la hiérarchie copte-orthodoxe et d’un soutien médiatisé du patriarche au raïs. Pendant quelques semaines, place Tahrir, les barrières communautaires s’estompent. Le regain des attaques anti-chrétiennes en mars 2011 génère un engagement plus communautariste des coptes à Maspéro, devant le bâtiment de la télévision publique, écrasé par l’armée en octobre. Les relations entre les communautés chrétiennes et le gouvernement des Frères musulmans sont très tendues, et les coptes soutiennent le renversement de Morsi. Si le président al-Sissi multiplie les gestes positifs (demande de réforme du discours religieux à al-Azhar, présence à la messe de Noël depuis 2015, inauguration de la cathédrale de la Nativité en 2017, etc.), la situation sécuritaire des chrétiens reste préoccupante alors que leur défense sert à justifier la politique répressive du régime.

Des violences récurrentes

8Dès les années 1970, la multiplication des agressions contre les chrétiens (églises incendiées, rackets) alimente le repli communautaire. La libération sous Sadate des Frères musulmans emprisonnés et les migrations vers le Golfe concourent à la montée en puissance des groupes islamistes qui font pression à l’université, fomentent des attaques et distillent un discours anti-chrétien (complot avec l’étranger). Querelles locales ou de voisinage acquièrent une dimension confessionnelle.

9L’entrisme des Frères musulmans et des salafistes gagne du terrain sous Moubarak et l’islamisation de l’espace public se poursuit (prières de rue, port généralisé du hijab, diffusion de prières dans les transports), perçue par les chrétiens comme une violence symbolique qui s’ajoute aux discriminations – la construction des églises et la conversion au christianisme restent très compliquées. Les références religieuses dans la vie quotidienne, les médias, la politique ou l’éducation ne se font que plus visibles.

10Les attaques directes n’ont jamais cessé, en dépit d’une répression anti-islamiste dans les années 1990, et elles resurgissent dès 2011, avec une étendue inédite. Accusés par les Frères musulmans d’être responsables de la destitution de Morsi et du massacre de la place Rabaa al-Adawiya, les coptes sont aussi ciblés par l’État islamique, en Égypte ou en Libye (otages tués en 2015). En Moyenne et Haute-Égypte, dans les villes principales, des attentats ou des heurts ont lieu régulièrement, avec une certaine réticence de la part des forces de l’ordre locales et de la justice pour les freiner.

3.17 Peinture de Chenouda III devant le monastère Anba Bishoï, Wadi Natroun, décembre 2018

3.17 Peinture de Chenouda III devant le monastère Anba Bishoï, Wadi Natroun, décembre 2018

© Karine Bennafla

3.18 Principaux lieux chrétiens et maillage ecclésiastique

3.18 Principaux lieux chrétiens et maillage ecclésiastique

3.19 Répartition des Chrétiens en Égypte

3.19 Répartition des Chrétiens en Égypte

Table des illustrations

Titre 3.17 Peinture de Chenouda III devant le monastère Anba Bishoï, Wadi Natroun, décembre 2018
Crédits © Karine Bennafla
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37477/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre 3.18 Principaux lieux chrétiens et maillage ecclésiastique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37477/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre 3.19 Répartition des Chrétiens en Égypte
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37477/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 516k

Auteur

Eva Saenz-Diez, chercheuse au Groupe d’études et de recherches sur le monde arabe contemporain (GERMAC), Université de Louvain-la-Neuve

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search