Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 3. Société et démographie

Jeunesses égyptiennes

Rehab Sakr

Texte intégral

26,8 % 34 % 25 ans 2016
de la population a entre 15 et 29 ans en 2017 des 15-24 ans sont au chômage en 2017 Âge minimum pour se présenter aux élections parlementaires depuis 2012 « Année de la jeunesse » déclarée par al-Sissi
Sources : Banque Mondiale ; CAPMAS

1La jeunesse fait l’objet de définitions divergentes : l’ONU retient la tranche d’âge des 15-24 ans, le CAPMAS celle des 15-29 ans ; le projet Moubarak (2000) pour le logement des jeunes s’adressait aux 25-40 ans. Au‑delà d’une approche statistique restrictive, la catégorie sociale « jeune » recouvre des individus aux situations socio‑économiques et aux opinions variées. Cette catégorie focalise l’attention des acteurs politiques, des médias et des institutions politiques depuis les années 1980, en raison de sa prééminence numérique (61 % de la population a moins de 30 ans en 2017), et de l’attrait croissant exercé alors sur elle par les mouvements islamistes. Les discours dominants sur les jeunes mêlent espoir et inquiétude. Ils oscillent entre une jeunesse vectrice de changement et de progrès, et une jeunesse en crise tentée par l’émigration, la délinquance, l’activisme social ou politique, ou bien, depuis la séquence révolutionnaire de 2011, en proie aux désillusions.

Chômage et désir d’émigration

2Selon la Banque mondiale, le chômage a crû chez les 15-24 ans passant de 26,3 % en 1991 à 34,4 % en 2017. Le nombre de jeunes en âge de travailler augmente de 3,1 % par an selon le CAPMAS, contre 0,9 % pour la croissance annuelle de l’emploi. Le chômage retarde le moment du mariage, qui consacre le passage à la vie d’adulte, en raison du coût financier : en général, le marié fournit le logement équipé, la mariée apporte trousseau, vaisselle et décoration.

3Plus d’un tiers des jeunes au chômage sont titulaires d’un diplôme universitaire (37 %), ce qui renvoie aux problèmes de l’enseignement supérieur en Égypte : clarté insuffisante des objectifs d’enseignement, formation inadéquate par rapport au marché du travail local et international, faiblesse de la recherche scientifique et de l’innovation. Cette situation conduit de nombreux jeunes à poursuivre leurs études universitaires à l'étranger, mais le coût élevé du logement ou des frais universitaires reste un obstacle majeur pour ceux issus de la classe moyenne. L’obtention d’une bourse pour ces étudiants est ardue.

4Selon l’enquête réalisée par le Conseil de la population (SYPE 2015), un nombre croissant de jeunes ne visent plus un emploi dans le secteur public en raison de sa faible rémunération, et préfèrent travailler dans le privé ou lancer leur propre entreprise ; d’autres préfèrent avoir un travail à revenu fixe, en le complétant par une autre activité.

5La détérioration de la situation économique après 2011, l’absence de perspectives et la déception née de la restauration autoritaire aiguisent chez les jeunes un désir d’émigration : selon le CAPMAS (2013), 70 % des émigrés sont âgés de 20 à 39 ans, en majorité des hommes. Les politiques répressives à l’égard des jeunes militants et des membres des Frères musulmans ont stimulé les départs, notamment vers la Turquie pour ces derniers.

De l’engagement au désenchantement

6Les premiers mouvements estudiantins ont lieu en 1968 (contre le régime nassérien), puis en 1972, portés en majorité par des militants de gauche et aussi, dès les années 1980, islamistes. Si la décennie 1990 fut celle d’une mobilisation associative en faveur des droits et de la société civile, les années 2000 sont marquées par une mobilisation des jeunes en faveur d’un changement démocratique hors des deux principales formations existantes, le PND et les Frères musulmans. Le mouvement Kefaya (« Assez ») en 2004 constitue une étape dans l’affirmation d’une forme de militantisme non partisan. En 2008, le Mouvement des jeunes du 6 avril, initiateur de la grève « Restez chez vous », dénonce la restriction des libertés, la stratégie du PND pour préparer Gamal Moubarak à la succession et les choix politiques responsables de la détérioration des conditions de vie. Les nouveaux médias facilitent la mobilisation, telle la création du groupe Facebook « Nous sommes tous Khaled Saïd » après la mort en juin 2010 d’un jeune alexandrin.

7La jeunesse urbaine a joué un rôle moteur dans la révolution du 25 janvier 2011, qu’il s’agisse par exemple du Mouvement du 6 avril, des jeunes Frères musulmans, d’activistes indépendants ou des jeunes de la campagne de soutien à Mohamed al-Baradeï. L’engagement des jeunes a aussi été important hors des groupes militants et s’est parfois prolongé au sein de nombreux partis, comme le Parti de la jeunesse d’Al-Tahrir ou la Coalition de la jeunesse de la révolution.

8Cette « génération Tahrir », qui a vécu des moments d’enthousiasme et d’espérance, a vite déchanté après les politiques marginalisant les jeunes sous Morsi, puis l’évacuation violente de la place Rabaa (août 2013), la répression des voix de l’opposition dès l’automne 2013, notamment sur les campus universitaires. L’incarcération d’activistes, la rétraction de l’espace politique et des possibilités d’action ont entraîné leur éloignement de la sphère politique. Sur les campus, les étudiants s’efforcent de sauvegarder « l’esprit de Tahrir » en documentant les épisodes et en consignant les expériences révolutionnaires vécues, par méfiance envers la réécriture officielle de ce moment historique.

9Le président al-Sissi a replacé la jeunesse sur l’agenda politique et au cœur de son discours, multipliant les rencontres avec des jeunes, les congrès ou forums de la jeunesse (à Charm al-Cheikh, en décembre 2018). Face à une jeunesse perçue comme distante et force de contestation, le pouvoir s’efforce de diffuser les valeurs d’autorité, de patriotisme et de discipline, chères à l’armée, à travers la révision des manuels et du règlement scolaires.

3.15 Le président al-Sissi entouré de jeunes lors de la Conférence pour le développement économique, 2015

3.15 Le président al-Sissi entouré de jeunes lors de la Conférence pour le développement économique, 2015

© Khaled Desouki / AFP, 15 mars 2015

3.16 Jeunes dans un café du centre-ville du Caire. Au fond, une peinture du joueur de football Mohamed Salah, avril 2018

3.16 Jeunes dans un café du centre-ville du Caire. Au fond, une peinture du joueur de football Mohamed Salah, avril 2018

© Amir Makar / AFP, 4 avril 2018

Table des illustrations

Titre 3.15 Le président al-Sissi entouré de jeunes lors de la Conférence pour le développement économique, 2015
Crédits © Khaled Desouki / AFP, 15 mars 2015
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3M
Titre 3.16 Jeunes dans un café du centre-ville du Caire. Au fond, une peinture du joueur de football Mohamed Salah, avril 2018
Crédits © Amir Makar / AFP, 4 avril 2018
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37472/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,9M

Auteur

Rehab Sakr, Assistant Professor, département de science politique, faculté d’économie et de science politique, Université du Caire, post-doc au CEDEJ en 2018

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search