Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 3. Société et démographie

Instruction et marché scolaire

Chiara Diana et Annalaura Turiano

Texte intégral

24 % 48 % 1/5 Milieu xixe s.
d’analphabètes parmi les plus de 10 ans en 2017 de filles parmi les enfants scolarisés en 2017 (hors université) des inscrits (6-20 ans) abandonnent l’école Rifaa Tahtawi défend l’éducation des filles
Source : CAPMAS, 2017

L’éducation, pilier de l’Égypte moderne

1Dès les années 1920, l’éducation constitue l’un des enjeux majeurs de l’Égypte « indépendante ». Le dispositif éducatif est mis au service de la construction nationale et de la formation des citoyens. La scolarisation progresse à un rythme différent selon les sexes. En 1922, les garçons sont quatre fois plus scolarisés que les filles et deux fois plus en 1954, à ratio de sexe quasi égal. Le paysage scolaire se caractérise dès le début par la coexistence de plusieurs systèmes : public/privé, égyptien/étranger, communautaire, missionnaire. Le réseau étranger et missionnaire joue un rôle clé dans la fabrique des élites avec, en 1939, plus de 400 établissements et près d’un quart de la population scolaire.

2Le régime issu de la révolution de 1952 fait de la généralisation de l’éducation une priorité. Les politiques éducatives nassériennes visent à renforcer l’école publique au sein d’un système très centralisé. La loi no 160/1958 supprime officiellement l’enseignement étranger et assure l’arabisation. Soutenue par des investissements publics considérables, l’instruction scolaire s’étend. En 1960, 66 % des enfants sont inscrits à l’école primaire. La gratuité est étendue à tous les niveaux. En 1961, la loi 301 qui « nationalise » al-Azhar aligne les programmes du primaire et du secondaire sur ceux du ministère de l’Éducation et créé des facultés d’enseignement « civil » (ingénierie, commerce, médecine, pharmacie, agriculture, école de formation des maîtres, etc.). Réservée jusque-là à une élite, l’université connaît une plus grande ouverture : l’université du Caire compte plus de 50 000 étudiants en 1970. Fort de son système éducatif, l’Égypte envoie alors ses enseignants dans les pays arabes et africains pour assurer l’enseignement de l’arabe.

3.11 Scolarisation des filles tous cycles confondus (1910-1989)

3.11 Scolarisation des filles tous cycles confondus (1910-1989)

Une globalisation du marché scolaire

3La crise économique et les politiques de libéralisation économique des années 1970-1980 affectent le système éducatif, confronté à des cohortes croissantes. À partir des années 1990, le secteur scolaire public se dégrade malgré les interventions des organisations internationales (UNESCO, Banque Mondiale, PNUD) et les financements étrangers (USAID, pays européens, Japon…) pour le développement d’une éducation de qualité pour tous. Les méthodes d’enseignement traditionnel – pédagogie passive et apprentissage par cœur – participent à la crise du système éducatif, désormais caractérisé par des classes surchargées et des enseignants mal payés et mal formés.

4Le recours aux cours particuliers est fréquent. Souvent dispensés par les enseignants réguliers des élèves, ces leçons privées sont un passage obligé pour obtenir un diplôme. En 2012, 43 % des enfants dans les écoles primaires suivent de tels cours, 61 % dans le cycle préparatoire et 73 % dans les établissements secondaires. Cette pratique onéreuse, surtout répandue en ville, concerne toutes les classes sociales.

5La course à la privatisation s’accélère et l’offre des écoles privées se diversifie. En plus des écoles privées islamiques ou de celles gérées par un personnel religieux chrétien, il existe des écoles aux pédagogies et aux méthodes nouvelles, avec un enseignement en arabe et/ou en langue étrangère (language schools). En 2012, les frais de scolarité annuels en école privée s’élèvent à 3457 LE contre 50 LE dans les écoles publiques. La privatisation concerne aussi l’enseignement supérieur. Quinze nouvelles universités privées voient le jour entre 1992 (année de la loi no 101 donnant l’autorisation de fonder des universités privées) et 2006. Leurs coûts sont élevés, les frais d’inscription pouvant atteindre 100 000 LE par an. Les 22 universités privées présentes sur le territoire en 2016 accueillent une minorité d’étudiants, 94 % d’entre eux fréquentant les universités publiques.

3.12 Cours particuliers et universités privées

3.12 Cours particuliers et universités privées

Des problèmes persistants

6À l’échelle nationale, une progression scolaire a eu lieu dans les dernières décennies. Le nombre d’écoles maternelles publiques passe de 100 en 1998 à 5910 en 2008. Le taux de scolarisation dans le primaire atteindrait 98 % en 2003 (contre 63 % en 1970) et 87 % dans le secondaire contre 28 % en 1970. La scolarisation des filles est encouragée par les politiques de développement et la création d’écoles « favorables aux filles », surtout en zone rurale. Les femmes sont nombreuses à être inscrites à l’université (3,7 millions de filles et 4,7 millions de garçons en 2016).

7D’importantes disparités spatiales persistent dans l’accès à l’éducation. En 2012-2013, dans certains gouvernorats du Delta et de la Haute-Égypte (Assiout, Beni Souef, Menia, Matrouh, Sohag), le taux d’enfants non scolarisés dans l’enseignement de base (6-14 ans) est nettement supérieur à la moyenne nationale (5,7 %). Dans le gouvernorat de Beni Souef, près de 11 % des enfants ne sont pas scolarisés (15 % pour les filles), soit près du double de la moyenne nationale. Au Sinaï, l’état de guerre depuis 2013 empêche le bon déroulement des cours.

8La croissance de la scolarisation s’accompagne d’une réduction lente de l’analphabétisme (5,7 millions dans la tranche d’âge 10-34 ans en 2017). Signe d’un système éducatif en crise, le phénomène d’abandon scolaire, surtout entre 16 et 20 ans, s’amplifie en lien avec une situation d’échec ou des raisons financières.

9Marqué par un prisme islamique dominant et une valorisation de l’héritage musulman au détriment de l’histoire copte, le contenu des manuels scolaires véhicule une représentation sectaire de la citoyenneté.

3.13 Nombre d’élèves inscrits dans les cycles scolaires

3.13 Nombre d’élèves inscrits dans les cycles scolaires

3.14 Taux de non scolarisation par gouvernorat (2012-2013)

3.14 Taux de non scolarisation par gouvernorat (2012-2013)

Table des illustrations

Titre 3.11 Scolarisation des filles tous cycles confondus (1910-1989)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre 3.12 Cours particuliers et universités privées
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37467/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre 3.13 Nombre d’élèves inscrits dans les cycles scolaires
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37467/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre 3.14 Taux de non scolarisation par gouvernorat (2012-2013)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37467/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k

Auteurs

Chiara Diana, chercheuse post-doctorante, Université Aix-Marseille, IREMAM, OMAM-MSH, Université libre de Bruxelles, LabexMed

Annalaura Turiano, chercheuse post-doctorante, Berlin Graduate School of Muslim Culture and Societies (BGSMCS), associée à l’Institut de recherche et d’étude sur le monde arabe et musulman (IREMAM)

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search