Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 3. Société et démographie

Distribution de la population : l’injonction du Nil

Sébastien Oliveau, Yoann Doignon et Isabelle Blöss-Widmer

Texte intégral

6 500 000 13e 8,6 % 1 394 hab/km2
Nombre d’habitants en 1882 pays le plus peuplé du monde en 2017 du territoire concentre la population résidente en 2017 Densité moyenne de l’écoumène* en 2018
Source : CAPMAS

1L’importante croissance démographique de l’Égypte dans la seconde partie du xxe siècle l’amènera prochainement à franchir le cap des 100 millions d’habitants. L’Égypte est le 3e pays le plus peuplé d’Afrique derrière le Nigéria et l’Éthiopie. Bien que sa densité moyenne soit de presque 100 habitants au km2, l’Égypte est avant tout un espace désertique.

Des densités très inégales

2Du point de vue de la répartition spatiale de sa population, l’Égypte est un pays à nul autre pareil : espace désertique comme la Libye voisine, elle connaît un climat extrêmement aride qui a toujours limité l’implantation et le développement des populations en dehors des zones irriguées par le Nil. Là où l’eau arrive, les densités augmentent, comme c’est le cas le long du Nil et dans son delta, au Fayoum, ou dans quelques oasis. Dans ces espaces, la concentration humaine est extrême : les densités rurales dépassent couramment 1000 habitants/km2, ce qui est unique hors du continent asiatique.

3Le Nil structure le peuplement. Hors de la vallée, la population est principalement répartie dans les oasis, les villes côtières de la mer Rouge et sur le littoral méditerranéen. Dans le Delta et la vallée du Nil, l’habitat est regroupé dans des villages toujours très denses et distribués régulièrement : la société a optimisé son territoire pour répondre à la contrainte du milieu. Chaque parcelle cultivable est utilisée et on limite l’étalement de l’habitat. Cette logique d’optimisation du sol a interdit le mitage des campagnes et produit, au contraire, un semis de peuplement très régulier et très dense. Pour la même raison, l’habitat se trouve de manière serrée autour des principales routes. Il en résulte une distribution très régulière de la taille des unités de peuplement. Celles-ci s’organisent de manière hiérarchique, selon leur population, en suivant une logique que les géographes qualifient de « christallérienne* ».

3.10 Densité de population en Égypte

3.10 Densité de population en Égypte

Un système de villes stable

4La régularité de l’armature urbaine est remarquable. La trame des villes se singularise par son ancienneté et son inertie, avec le rôle capital du Caire, qui concentre le pouvoir politique et économique. La hiérarchie urbaine présente une macrocéphalie prononcée : l’agglomération du Caire concentre 24,4 millions d’habitants en 2018, alors que celle d’Alexandrie, seconde ville du pays, atteint seulement 5,2 millions d’habitants, loin devant les suivantes : Port Saïd (749 371 hab.), Suez (728 180 hab.), Ismaïlia (384 351 hab.), Damiette (281 493 hab.) et Louxor (242 375 hab.).

5La carte du système urbain met en évidence cette macrocéphalie. Le Caire, même considérée de manière restrictive (seul le continuum urbain est pris en compte sur la carte), ressort à la tête du Delta. Le Nil trace un chapelet de villes dans le désert, alors que le Delta montre une organisation beaucoup plus régulière. On retrouve quelques petites villes le long des côtes et dans le désert. Ce sont essentiellement des chefs-lieux administratifs, dont certains comptent parfois moins de 5 000 habitants (Madinat Abu Sunbul, Madinat Balat).

Rural/urbain : une définition à repenser

6Le recensement égyptien semble efficace pour dénombrer et localiser la population, mais la définition du peuplement est plus compliquée. Les gouvernements successifs ont défini de manière politico-administrative le statut des communes. Il en résulte des « villages », qui peuvent compter plusieurs dizaines de milliers d’habitants, et des « villes » ne dépassant pas 10 000 habitants. Au-delà de la description, l’analyse plus approfondie des dynamiques à l’œuvre demande de reprendre les données plus finement, d’agglomérer les territoires limitrophes qui constituent des espaces urbanisés continus, et d’en questionner la réalité rurale ou urbaine.

7L’urbanisation tend de plus en plus à déborder le cadre administratif et les directives étatiques (de planification). Elle se fait surtout « par le bas », à l’échelle des villages, qui s’inscrivent toujours plus dans une continuité spatiale de peuplement. Si Le Caire demeure au centre du peuplement national, l’ensemble du pays lui est relié, dessinant un ensemble « village-ville » – illustrant le concept de Desakota* décrit par McGee. L’écoumène* égyptien est désormais continu et majoritairement urbain. La disparité avec l’occupation extensive et privative des marges désertiques, vouées à la rente (agriculture d’exportation, tourisme, hydrocarbures) ou réservées aux plus riches, n’en est que plus saisissante.

Table des illustrations

Titre 3.10 Densité de population en Égypte
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteurs

Yoann Doignon, Observatoire Démographique de la Méditerranée (DemoMed), Aix Marseille Université, CNRS, LAMES, UMR 7305, post-doc CEDEJ-FMSH en 2018

Isabelle Blöss-Widmer, Observatoire Démographique de la Méditerranée (DemoMed), Aix Marseille Université, CNRS, LAMES, UMR 7305

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search