Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 3. Société et démographie

Fécondité, nuptialité et sexualité

Hala Bayoumi et Karine Bennafla

Texte intégral

68 % À 22 ans 87 % 2017
Part de la population mariée en 2017 45 % des femmes ont déjà eu un 1er enfant de femmes excisées (15-49 ans) Programme Itnein Kefaya (« deux enfants, c’est assez »)
Sources : CAPMAS, 2017 ; EHIS, 2015

3.5 Caricature du journal Al-Ahram, 12 juin 1979

3.5 Caricature du journal Al-Ahram, 12 juin 1979

« Croissance démographique. Ce n’est pas notre faute si la médecine a progressé et que les enfants ne meurent plus. »

3.6 La situation matrimoniale en Égypte en 2017

3.6 La situation matrimoniale en Égypte en 2017

Fécondité : des déterminants complexes

1Le baby-boom observé depuis 2010 réactive un discours politique alarmiste qui doit concilier l’impératif de maîtrise de la fécondité avec des normes sociales conservatrices en matière de genre et qui accordent à la famille une place centrale.

2L’évolution de la fécondité est complexe. On note une reprise générale des mariages aux âges jeunes. La réaffirmation d’une masculinité éprouvée par la fatigue, la pollution et la hausse du coût de la vie est une hypothèse. Chez les femmes instruites, la remontée de l’indice synthétique de fécondité (ISF) peut être liée aux difficultés d’accès au marché de l’emploi ou au manque d’épanouissement au travail ; elle est encouragée dans les milieux aisés par le recours aux nourrices étrangères.

3Le manque de conseil sur la santé sexuelle et reproductive peut être avancé : en 2015, 67 % des femmes mariées (15-49 ans) n’ont jamais vu ou entendu un message de planning familial (EHIS 2015). La pratique contraceptive reste en majorité une affaire de femmes et elle stagne depuis la décennie 2000 autour de 60 % chez les femmes mariées (EDHS 2014). La suspension sous Morsi des initiatives de planning familial amorcées en 2008, et leur relative atonie depuis 2013 contrastent avec les politiques des années 1960. Si le stérilet est la contraception privilégiée, les problèmes de distribution des contraceptifs subventionnés (pilules, pilules du lendemain) sont à considérer, en raison de l’instabilité politique (2011-2013), puis de la dévaluation monétaire (2016). Le mariage précoce rehausse la fécondité : en 2017, le nombre moyen d’enfants par femme mariée avant 18 ans s’élève à 3,7 enfants contre 2,7 pour celles mariées après 22 ans.

3.7 L’âge moyen au premier mariage (1976-2017)

3.7 L’âge moyen au premier mariage (1976-2017)

Le mariage, rituel social majeur

4Dans une société patriarcale où la sexualité féminine est associée au rôle de reproduction et contrôlée au sein des familles au nom de l’honneur, le mariage reste la norme et la pression pour un premier enfant, sitôt après le mariage, est réelle.

5L’âge légal minimum du mariage est fixé à 18 ans, mais certaines mineures ont déjà un statut matrimonial (mariées, veuves ou divorcées). Cela est en partie lié à la pauvreté, les parents recevant de l’argent ou des biens en échange de la mariée, laquelle constitue une bouche en moins à nourrir. Le mariage précoce est parfois un moyen d’éviter les scandales pré-maritaux. Si ce type d’union est répandu en milieu rural (40 % des mariages précoces concerne la Haute-Égypte en 2017), le taux le plus élevé des mariages de filles âgées de moins de 20 ans se trouve dans le gouvernorat du Caire. Le gouvernement s’efforce de lutter contre ces mariages de mineures – la loi no 126 de 2008 criminalise la validation du contrat de mariage pour les personnes ayant moins de 18 ans. Le non-enregistrement du mariage de mineures est préjudiciable pour les droits de la mineure et de ses enfants.

6En 2017, seules 17 % des femmes âgées de plus de 18 ans ne sont pas mariées contre 30,7 % pour les hommes. Cette différence, qui tient au coût financier de la dot et de l’installation, allonge la période d’attente pour les jeunes. Cela contribue à une évolution discrète, surtout en ville, des comportements sexuels moralement réprouvés (activité sexuelle pré-maritale, mariage informel ou « traditionnel » dit urfi*), attestée par les hyménoplasties, la banalisation de l’usage récréatif du viagra et la diffusion des capsules de virginité venues d’Asie. Ces pratiques transgressives coexistent avec l’excision, révélant les paradoxes de la société.

3.8 Taux de mariage précoce par gouvernorat

3.8 Taux de mariage précoce par gouvernorat

L’ampleur de l’excision

7L’Égypte est parmi les premiers pays du monde pour le taux de prévalence de l’excision (UNICEF 2013). Pourtant, les mutilations génitales féminines (MGF) sont interdites au personnel médical par le ministère de la Santé depuis 2007 et illégales depuis 2008. Les autorités religieuses, chrétiennes et musulmanes, les condamnent.

8Le recul de l’excision est lent, cette pratique étant supposée purifier les jeunes filles, garantir leur chasteté et éviter l’adultère. Même parmi les femmes issues du quintile de richesse le plus élevé, on observe un taux de MGF de 70 % en 2015. Le taux, plus bas en milieu urbain (75 %), atteint 87 % en Basse-Égypte et 92 % en Haute-Égypte. Les femmes sans éducation sont plus concernées (98 %) que celles qui ont achevé au minimum leurs études secondaires (85 %).

9En 2016, le Code pénal a été amendé pour criminaliser la pratique, auparavant considérée comme un délit mineur, et durcir les peines de prison (jusqu’à 15 ans). Pour la première fois en 2015 et 2016, deux cas ont été portés devant les tribunaux. La médicalisation accrue de l’acte et l’évolution lente des mentalités sont les principaux obstacles à surmonter.

3.9 L’excision par tranche d’âge en 2008 et en 2015

3.9 L’excision par tranche d’âge en 2008 et en 2015

Table des illustrations

Titre 3.5 Caricature du journal Al-Ahram, 12 juin 1979
Légende « Croissance démographique. Ce n’est pas notre faute si la médecine a progressé et que les enfants ne meurent plus. »
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre 3.6 La situation matrimoniale en Égypte en 2017
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37457/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 3.7 L’âge moyen au premier mariage (1976-2017)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37457/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre 3.8 Taux de mariage précoce par gouvernorat
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37457/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre 3.9 L’excision par tranche d’âge en 2008 et en 2015
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37457/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

Auteurs

Hala Bayoumi, ingénieure de recherches CNRS en mathématiques appliquées aux sciences humaines et sociales, affectée au CEDEJ depuis 2007, où elle est responsable du pôle Humanités numériques

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search