Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 3. Société et démographie

Une croissance démographique rapide

Yoann Doignon et Élise Lévêque

Texte intégral

94 790 000 3,5 + 2 000 000 32,8 % 130 000 000
Nombre d’habitants en 2017 enfants par femme en 2017 d’habitants par an entre 2010 et 2017 d’habitants âgés de 15 à 34 ans en 2017 Nombre d’habitants prévu en 2030
Source : CAPMAS, 2017

1À la fin du xixe siècle, l’Égypte comptait moins de 10 millions d’habitants. En 1947, le pays en rassemble 19 millions, signe d’une croissance démographique modérée. Depuis les années 1950, le rythme a été plus soutenu, avec des taux de croissance variant entre 2 % et 2,5 % par an, soit l’équivalent du pic de croissance des populations européennes pendant leur transition démographique. La population égyptienne a quintuplé entre 1947 et 2017, et elle a décuplé en 120 ans (1897-2017). Le taux de croissance actuel (2,04 % de 1996 à 2006 ; 2,56 % de 2006 à 2017) signifie un doublement de la population tous les 30 ans. Cette tendance peut poser problème, la population étant concentrée majoritairement au Caire et dans le delta du Nil.

2Selon le schéma établi de transition démographique, l’Égypte est toujours en fin de deuxième phase : la mortalité, surtout infanto-juvénile, a fortement diminué après la Seconde Guerre mondiale, alors que la fécondité n’a fléchi qu’à la fin des années 1960. Cette baisse de la fécondité a été plutôt lente par rapport aux autres pays du Moyen-Orient : l’indice synthétique de fécondité (ISF) n’est jamais passé sous le seuil de 3 enfants par femme, conservant la croissance à des niveaux élevés. Au début des années 2010, l’ISF est reparti à la hausse, dépassant 3,5. Cette tendance qualifiée de « transition en marche arrière » (Youssef Courbage) relance la croissance démographique et des inquiétudes sur la gestion du nombre : pression anthropique sur les ressources naturelles, extension urbaine au détriment des terres arables, pression sur les services publics, augmentation des besoins en eau, alimentation, travail et logement, qui non satisfaits, favorisent le mécontentement social et les mouvements protestataires.

3.1 Évolution de la population (1897-2017)

3.1 Évolution de la population (1897-2017)

3.2 Évolution de la fécondité (1950-2012)

3.2 Évolution de la fécondité (1950-2012)

La région aval, premier foyer de peuplement

3En 2017, 69,3 % de la population réside dans la partie aval, soit le Grand Caire, le delta du Nil et la zone du Canal. La croissance démographique des territoires urbains n’est pas la plus forte, à l’exception des villes nouvelles (6 Octobre et New Cairo). La décroissance des centres urbains denses (Le Caire, Alexandrie, Port Saïd) s’accompagne d’une densification de leurs banlieues (phénomène classique d’étalement urbain). Les villes secondaires du Delta, comme Chebine el-Kom, Tanta, Mit Ghamr ou El-Qenayat, ne présentent pas de décroissance de leurs centres-villes et s’accroissent, mais modérément par rapport à l’ensemble de la région. La croissance des petites villes et des espaces ruraux est la plus forte. Parallèlement à la densification du Delta liée aux plus fortes fécondités rurales, on observe, à l’ouest, une conquête du désert et une extension des terres agricoles qui entraînent l’arrivée de populations nouvelles, souvent jeunes et fécondes. Migration et forte fécondité éclairent des taux de croissance locale supérieurs à 4 % par an, soit un doublement de la population en moins de 17 ans.

3.3 La croissance démographique dans la région aval (2006-2017)

3.3 La croissance démographique dans la région aval (2006-2017)

Jeunesse de la population

4À la fois atout et défi, la jeunesse est un trait majeur de la population en 2017 : un Égyptien sur trois est âgé de moins de 15 ans, et un sur deux a moins de 25 ans, ce qui contribue à la détérioration du système éducatif et au chômage.

5La répartition par classes d’âge observée au niveau national est plus hétérogène à l’échelle régionale. On constate une opposition générale entre un espace rural jeune et des zones urbaines qui le sont moins. De même, les périphéries des grandes agglomérations sont plus jeunes que leurs centres. Les espaces de la bordure ouest du Delta sont encore plus jeunes que les autres espaces ruraux. Les migrations de jeunes actifs, mais aussi les différentiels de fécondité expliquent ces disparités géographiques.

3.4 Les jeunes dans la région aval (2017)

3.4 Les jeunes dans la région aval (2017)

Table des illustrations

Titre 3.1 Évolution de la population (1897-2017)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre 3.2 Évolution de la fécondité (1950-2012)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37452/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 3.3 La croissance démographique dans la région aval (2006-2017)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37452/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre 3.4 Les jeunes dans la région aval (2017)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37452/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 800k

Auteurs

Yoann Doignon, Observatoire Démographique de la Méditerranée (DemoMed), Aix Marseille

Elise Lévêque, Observatoire Démographique de la Méditerranée (DemoMed), Aix-Marseille Université, CNRS, LAMES, UMR 7305

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search