Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 2. Vie politique

Recompositions de la scène partisane (2000-2018)

Marine Poirier

Texte intégral

1978 Avril 2011 2015 2018
Fondation du PND par Sadate Dissolution du PND Formation de la coalition parlementaire Soutien à l’Égypte Un seul candidat concurrent toléré à la présidentielle

1Pendant plus de trois décennies, le Parti national démocratique (PND) qui succède à l’Union socialiste arabe (USA) nassérienne a dominé la vie politique. Situé au cœur du système clientéliste développé par Moubarak, il constituait un rouage essentiel du régime autoritaire.

Du parti-État à la pluralisation de la scène partisane

2Malgré l’existence d’une douzaine de partis politiques et l’organisation régulière de scrutins, le PND constituait un parti-État, jouissant d’une position dominante sur la scène politique du fait de son accès privilégié aux ressources de l’État. En effet, que la compétition électorale s’ouvre (législatives de 2000 et 2005) ou qu’elle se ferme (2010), aucune alternance n’apparaissait possible. Protéiforme, le PND était moins un instrument de contrôle de l’appareil d’État qu’un opérateur d’ajustements au sein de la coalition dirigeante. Son maillage au niveau local permettait de structurer les échanges politiques d’une hétérogénéité d’acteurs en concurrence. Par ailleurs, nombre de figures issues de l’appareil militaire ou des milieux d’affaires demeuraient relativement autonomes par rapport au parti.

3En 2011, le mot d’ordre de la mise à bas du régime, de ses structures clientélistes et coercitives, a bouleversé cette configuration politique. La pluralisation de la vie politique s’est manifestée par l’organisation en 2011-2012 d’élections fondatrices plus transparentes. Celles‑ci ont souligné la diversification de l’offre politique et une nouvelle citoyenneté électorale. Les élections législatives de 2012 ont favorisé le retour des partis politiques et la polarisation autour des clivages révolutionnaire/contre‑révolutionnaire et islamiste/séculier. La loi d’inéligibilité des responsables du PND a finalement été invalidée et les scrutins successifs ont été marqués par le retour en politique d’anciens cadres du PND.

4Depuis le renversement de Morsi à l’été 2013, aucun parti n’a remplacé le PND, ni occupé l’espace laissé vacant par la dissolution du Parti de la liberté et de la justice (PLJ) des Frères musulmans. Une centaine de partis participe au jeu politique autorisé, mais les élections de 2015 ont installé une assemblée législative politiquement homogène (peu clivée), avec l’arrivée de nombreux « nouveaux entrants », indépendants et anciens reconvertis. Ce scrutin a été marqué par la structuration de larges coalitions autour du président al-Sissi, telle Pour l’amour de l’Égypte. Celle-ci a été vite mise à l’épreuve avec le retrait du Parti des Égyptiens libres, d’orientation libérale et composé d’hommes d’affaires, d’anciens membres du Wafd* (parti libéral historique), du Front démocratique (parti libéral dissident du PND) et du PND.

2.18 Affiche de la campagne présidentielle 2018, « Tu es l’espoir », Le Caire, mars 2018

2.18 Affiche de la campagne présidentielle 2018, « Tu es l’espoir », Le Caire, mars 2018

© Marine Poirier

2.19 Composition de la Chambre des députés de 2000 à 2015 : répartition des sièges pourvus par élection

2.19 Composition de la Chambre des députés de 2000 à 2015 : répartition des sièges pourvus par élection

La difficile stabilisation de la coalition dirigeante

5Cette configuration sans parti de gouvernement est source de conflictualité et d’un fort sentiment d’incertitude sur la scène politique : lors de la présidentielle au printemps 2018, l’unique concurrent toléré, Moussa Moustafa Moussa, président du petit parti al-Ghad, est lui-même un fervent supporter du président. Si les quelques prétendants candidats furent écartés de la course, leurs annonces indiquent des dissensions importantes au sein de la coalition dirigeante. Nombre d’anciens responsables du PND regrettent l’absence d’un parti héritier du PND au sein duquel ils pourraient reconvertir leurs capitaux et retrouver un cadre favorable à la reprise de leurs activités politiques. D’autres s’inquiètent de la dé-libéralisation du jeu politique.

6Ces débats autour de la formation d’un « parti dirigeant » ou d’un « parti majoritaire » ont rappelé l’importance de l’enjeu de stabilisation des transactions au sein de la coalition dirigeante. L’impératif est aussi de mobiliser les électeurs lors des prochains scrutins. Les campagnes de soutien au président en amont des élections de 2018 (« Pour que tu la construises », « Tous avec toi pour l’Égypte », « Allez al‑Sissi ») ont rassemblé des supporters hétéroclites (hommes d’affaires, militaires, hommes politiques, etc.). Du fait de leur faible maillage au niveau local, ces structures lâches semblent incapables d’encadrer les milliers de candidats qui se présenteront lors des prochaines élections locales et, à terme, de discipliner les élus « pro‑régime ».

7Les négociations au sein de la coalition parlementaire Soutien à l’Égypte pourraient déboucher sur la fondation d’un parti majoritaire ou de deux grands partis : l’un pro‑gouvernement, l’autre dit d’opposition. Le parti pro-armée Futur de la nation (Mostaqbal Watan) pourrait aussi s’autonomiser. Dans tous les cas, la constitution de 2014 interdit au président de la République d’appartenir à un parti politique, contrairement à l’époque où Moubarak était président du PND. L’article 6 de la loi de l’Assemblée des députés interdit à ceux-ci de changer d’affiliation politique en cours de mandat, sans validation des deux tiers de la Chambre. L’instabilité des règles du jeu, attestée par plusieurs réformes de la loi électorale, des modes de scrutin et des découpages des circonscriptions, continue de compromettre la stabilisation des transactions politiques, au-delà des seules conjonctures de crise de 2011 et 2013.

2.20 La coalition parlementaire majoritaire « Soutien à l’Égypte »

2.20 La coalition parlementaire majoritaire « Soutien à l’Égypte »

Table des illustrations

Titre 2.18 Affiche de la campagne présidentielle 2018, « Tu es l’espoir », Le Caire, mars 2018
Crédits © Marine Poirier
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37442/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 970k
Titre 2.19 Composition de la Chambre des députés de 2000 à 2015 : répartition des sièges pourvus par élection
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37442/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 2.20 La coalition parlementaire majoritaire « Soutien à l’Égypte »
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37442/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search