Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 2. Vie politique

Les mouvements de protestation ouvrière

Nadine Abdalla

Texte intégral

1942 1957 2006 2011
Légalisation des syndicats Création de la Fédération générale des syndicats égyptiens Grève des ouvriers du textile à Mahalla el-Kobra Création de la Fédération des syndicats indépendants

1De 1899 à 1907, les premières mobilisations ouvrières ont lieu avec la grève des ouvriers des cigarettes, en majorité non égyptiens. L’idée de « grève » se diffuse chez les travailleurs égyptiens. Les organisations ouvrières naissent au début du xxe siècle, en lien avec la lutte nationale : initiateurs des premières grèves, les ouvriers du tramway et ceux du chemin de fer se mobilisent en 1919 en soutien à Saad Zaghloul. Des dizaines de syndicats sont créés et le parti socialiste, très actif dans les milieux ouvriers, fonde une Fédération générale des syndicats (20 000 ouvriers). 1942 marque une étape, avec des lois favorables aux ouvriers (assurance obligatoire contre les accidents du travail et limitation du temps de travail) et la reconnaissance des syndicats.

2.15 Protestations ouvrières en Égypte (2003-2016)

2.15 Protestations ouvrières en Égypte (2003-2016)

2.16 Lieux phares de la contestation ouvrière

2.16 Lieux phares de la contestation ouvrière

1952 : contrôle des syndicats

2L’État nassérien confère des avantages aux travailleurs, tels la sécurité de l’emploi, de meilleures conditions de travail, la gratuité de l’éducation et de la santé, et une meilleure distribution des biens et des services (logement). Ce pacte social doit garantir leur loyauté envers l’État employeur. Le Conseil exécutif de la Fédération générale des syndicats des travailleurs égyptiens est nommé par le gouvernement, consacrant un corporatisme d’État. Les tentatives de grèves ou de protestations indépendantes sont étouffées. Mais des mobilisations ouvrières et étudiantes éclatent après la défaite de 1967 et l’effondrement du projet nassérien. Emblème de l’industrialisation, les aciéries d’Helwan sont en grève en 1968.

3Les mouvements revendicatifs s’amplifient en 1974-1977 avec la politique de libéralisation économique amorcée sous Sadate, puis Moubarak, et la réduction des budgets sociaux : le mouvement des ouvriers de la compagnie Misr à Mahalla en 1975 est suivi par des « émeutes du pain » en 1977. La signature d’un programme d'ajustement structurel avec le FMI en 1991 entraîne la cession des entreprises publiques, l’arrêt des embauches et des plans de retraite anticipée. Les protestations ouvrières se multiplient alors que la fédération syndicale est assujettie au pouvoir.

2004-2013 : pic des protestations

4Durant le gouvernement d’Ahmed Nazif (2004-2011), les politiques néolibérales accélèrent la dégradation du niveau de vie. À la fin de 2006, le succès des grèves des ouvriers de l’entreprise textile Misr à Mahalla el-Kobra déclenche des mouvements de protestation à travers le pays, d’une ampleur sans précédent. La grève à l’usine de lin à Tanta en 2009 dure six mois. Dépourvus de coordination, ces mouvements expriment des revendications pragmatiques et locales (amélioration du niveau de vie, hausse des salaires, paiement des arriérés et titularisation des emplois temporaires) sans cibler les orientations politiques générales.

5Les ouvriers des usines, les agriculteurs, les chauffeurs de taxi, les enseignants, les médecins et les fonctionnaires participent aux protestations précédant la révolution du 25 janvier 2011. Les mobilisations ouvrières sont déterminantes : les grèves déclenchées le 8 février dans les secteurs de la communication, de l’assainissement et des transports conduisent la junte militaire à annoncer la destitution du raïs le 11 février. La vague décroît dès 2014 du fait du resserrement des contrôles dans l’espace public et de la loi du 24 novembre 2013, qui impose des restrictions aux manifestations (sanctions de plusieurs années de prison). Le mécontentement reste important en réaction à la politique de libération économique menée sous Morsi, puis al-Sissi.

Essor et déclin des syndicats indépendants

6Si les premiers syndicats indépendants de la fédération officielle voient le jour en 2008 (fonctionnaires des impôts fonciers) et 2010 (retraités ; enseignants ; professionnels de santé), la révolution du 25 janvier offre au mouvement ouvrier une opportunité politique pour s’organiser. Les centaines d’organisations syndicales indépendantes qui naissent rassemblent surtout des cols blancs, fonctionnaires et employés des services publics. La représentation syndicale est faible parmi les ouvriers (cols bleus) du secteur public et privé, ce qui limite la capacité du mouvement syndical à influencer le processus de transformation politique et sociale post-2011.

7Les nouveaux syndicats se regroupent derrière deux fédérations : la Fédération égyptienne des syndicats indépendants (2011) et le Congrès démocratique des travailleurs (2013).

8Mais ces fédérations connaissent des difficultés structurelles qui limitent leur action, tel le manque de coordination interne (horizontale et verticale) lié à l’insuffisance des ressources humaines et financières. Ce problème redouble avec l’intégration de dizaines de syndicats et de nombreux comités syndicaux des entreprises. Le bureau central exécutif peine à fournir aux syndicats provinciaux un appui juridique et administratif. Se sentant exclus des processus de décision de la fédération, nombre de syndicats font scission. Depuis 2014, les fédérations syndicales connaissent une désintégration lente. Mais la montée des frustrations populaires avec les mesures d’austérité depuis 2016 et la cooptation de la Fédération des syndicats par l’État offrent les conditions d’un redéploiement.

2.17 Travailleurs de l’usine de filature et de tissage de Kafr el-Dawwar célébrant la fin d’un sit-in de cinq jours, 8 février 2017

2.17 Travailleurs de l’usine de filature et de tissage de Kafr el-Dawwar célébrant la fin d’un sit-in de cinq jours, 8 février 2017

© Cris Bouroncle / AFP

Table des illustrations

Titre 2.15 Protestations ouvrières en Égypte (2003-2016)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37437/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre 2.16 Lieux phares de la contestation ouvrière
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37437/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 2.17 Travailleurs de l’usine de filature et de tissage de Kafr el-Dawwar célébrant la fin d’un sit-in de cinq jours, 8 février 2017
Crédits © Cris Bouroncle / AFP
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37437/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M

Auteur

Nadine Abdalla, Visiting Assistant Professor à l’Université américaine du Caire, département de sociologie, anthropologie et égyptologie, post-doc au CEDEJ en 2018

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search