Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 2. Vie politique

La participation politique des femmes

Naima Bouras et Hortense Bertrand

Texte intégral

1942 1956 1962 Juin 2018
Création du Parti féministe national Les femmes participent au référendum sur la constitution 1re femme ministre, Hikmat Abu Zayd 20 % du cabinet ministériel est composé de femmes

1La représentation des femmes dans les institutions politiques s’effectue progressivement. Le droit de vote leur est accordé en 1952 et celui de candidater aux élections législatives en 1956. Cela résulte des dynamiques féministes des années 1920 et 1940 incarnées par Huda Sharawi, Safia Zaghloul et Fatma Rachid, fondatrice du PFN. En 1957, Rawia Ataya et Amina Choukri sont les premières femmes nommées au Parlement, une première dans le monde arabe. En 1963, la nomination de Hikmat Abu Zayd à un poste ministériel tient à une volonté nassérienne d’institutionnaliser les revendications des organisations féministes. Il faut attendre les années 2000 pour que les Égyptiennes occupent des postes-clés.

2.12 Huda Sharawi, icône féministe et nationaliste

2.12 Huda Sharawi, icône féministe et nationaliste

© Bibliotheca Alexandrina

Les femmes islamistes sur la scène politique

2Sous Sadate, le religieux entre en force dans les domaines politiques, avec l’article 1 de la constitution de 1971, qui inscrit les principes de la charia islamique comme principale source de la législation, et le durcissement du Code du statut personnel*, sous l’influence des autorités religieuses. La tentative de la première dame pour améliorer la condition des femmes (loi Jihane* de 1979) grâce à une réforme du statut personnel, échoue.

3La montée des islamismes dans les années 1970 aboutit à une mobilisation politique accrue des classes les plus défavorisées et à la fabrique d’un corps politique féminin votant, candidatant et servant les causes des mouvements islamistes. Ce phénomène visible durant les élections législatives de 2005 prend de l’ampleur en 2011 avec les mobilisations autour du référendum constitutionnel, puis les élections législatives de 2011/2012. La première femme islamiste à candidater est Wafa Ramadan en 1992. D’autres femmes de la confrérie se présentent aux élections de 2000, 2005 et 2010 en tant qu’indépendantes, la confrérie n’étant pas autorisée à former un parti politique.

4Ce n’est qu’en 2011 que différents mouvements islamistes, à fort ancrage local, sont autorisés à former des partis politiques suite aux dispositions légales adoptées par le Conseil suprême des forces armées. Le parti de la confrérie, Liberté et justice, remporte la majorité des sièges au Parlement, suivi par le Bloc salafiste.

2. 13 Les femmes au Parlement égyptien

2. 13 Les femmes au Parlement égyptien

2011, un recul pour les femmes en politique ?

5L’expérience positive des femmes participant aux mobilisations politiques en janvier-février 2011 place Tahrir a vite été détrônée par les répressions (incident du blue bra*, test de virginité) et par la multiplication des violences sexuelles collectives contre les manifestantes en 2012-2013. Puis, le « Parlement de la révolution » (2012) connaît le taux de représentativité féminine le plus bas depuis 1976 avec 2,4 % des sièges. En cause, un nouveau système de quotas qui ne compte que sur les partis pour accorder aux femmes des sièges au Parlement. Les partis, islamistes ou libéraux, ne favorisent pas la candidature des femmes figurant sur leurs listes gagnantes, ignorant leurs revendications.

6Seuls 11 sièges sur 508 sont occupés par des députées, dont quatre issues de la confrérie. Les candidates salafistes ne remportent aucun siège, bien qu’elles aient joué un rôle clé dans la mobilisation de l’électorat salafiste. Les députées Sœurs musulmanes s’efforcent d’effacer certains acquis en matière de droit des femmes comme d’abolir le Conseil national des femmes*, au motif qu’ils répondaient aux demandes des pays occidentaux.

7Avec les élections de 2015 et l’adoption d’un nouveau type de scrutin, la représentation féminine parlementaire augmente.

2.14 Protestations de femmes à Mansoura

2.14 Protestations de femmes à Mansoura

Des employées de l’usine textile réclament de meilleures conditions de vie, avec une pancarte « À bas les syndicats », 14 février 2011.

© AFP

La représentation des femmes en contexte autoritaire

8En 2014, le maréchal al-Sissi fait de la question des femmes une priorité. Il promeut les droits des femmes tout en réprimant les mouvements autonomes féministes et ceux des droits de l’homme, à travers une loi réformant le statut des associations. En 2015, le changement du système de quota permet l’accès au Parlement de 86 femmes. En 2016, le président nomme Nadia Abdu à la tête du gouvernorat de Beheira – première femme à occuper cette fonction – puis, il désigne 2017 « l’année des femmes ». Après le remaniement ministériel de 2017, quatre femmes sont nommées pour gérer d’importants portefeuilles ministériels (l’immigration, l’investissement et la coopération, la solidarité sociale et la planification). En 2018, la nomination de quatre autres femmes ministres augmente la représentativité féminine au Conseil d’État. Dans cette même dynamique, Rachida Mohamed Anwar est nommée, en 2017, à la tête de la Haute Cour administrative grâce à une loi qui accorde au président la nomination des hauts cadres judiciaires – un nouveau coup porté à l’indépendance du pouvoir judiciaire.

9Le CNF qui salue la présence accrue des femmes sur la scène politique continue de dénoncer les mesures répressives du régime qui brident toute action des associations féministes et des droits de l’homme.

Table des illustrations

Titre 2.12 Huda Sharawi, icône féministe et nationaliste
Crédits © Bibliotheca Alexandrina
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre 2. 13 Les femmes au Parlement égyptien
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre 2.14 Protestations de femmes à Mansoura
Légende Des employées de l’usine textile réclament de meilleures conditions de vie, avec une pancarte « À bas les syndicats », 14 février 2011.
Crédits © AFP
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37432/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M

Auteurs

Naïma Bouras, doctorante en science politique, Université du Havre, boursière IFAO-CEDEJ en 2016-2017

Hortense Bertrand, étudiante en master de Développement International (Sciences Po Paris), stagiaire au CEDEJ en 2017

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search