Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 2. Vie politique

Condition féminine et mouvements féministes

Salma Shash

Texte intégral

1932 2000 2014 33,5 %
École primaire obligatoire pour les filles Procédure de khola dans la loi sur le statut personnel Loi criminalisant le harcèlement sexuel de femmes de plus de 10 ans analphabètes en 2017
Source : CAPMAS

1Les droits des femmes demeurent un sujet de débat en raison de la persistance de lois inégalitaires et de pratiques discriminatoires dans les sphères privée et publique.

2Les revendications en faveur de l'égalité des droits sociaux et politiques des femmes débutent à la charnière des xixe et xxe siècles dans un contexte d’effervescence intellectuelle. Elles sont alors axées sur le droit à l’éducation, le travail et le retrait du voile. Ces idées sont discutées dans les salons de femmes aristocrates et dans des écrits journalistiques ou littéraires, tels ceux de Nabawiya Moussa (1re femme détentrice du baccalauréat), Malak Hifni Nassif (avocate) ou Qasim Amin.

3Les événements politiques de 1919 constituent un tournant : la contribution des femmes à la lutte nationale (participation aux manifestations) leur vaut une reconnaissance en politique. En 1920, le parti Wafd* instaure un Comité central des femmes dirigé par Huda Sharawi. Mais déçue par la mise à l’écart des femmes au sein du parti, celle-ci crée en 1923 l’Union féministe égyptienne.

4Entre les années 1920 et 1952, le mouvement féministe s’affirme avec des revendications allant des droits politiques des femmes à la réforme de la loi sur le statut personnel*. Des organisations féminines et des journaux féminins apparaissent, tels le Parti féministe national (1942), établi par Fatma Rachid, ou le magazine Bint al-Nil de Doria Shafik (1945), transformé en Union Bint al-Nil en 1948. La lutte pour les droits politiques des femmes occupe une place croissante et culmine en 1951 lorsqu’un millier de femmes dirigé par Doria Shafik pénètre dans le Parlement.

Du « féminisme d’État » sous Nasser à la multiplication des ONG

5Faisant sien les principes d’émancipation féminine, le régime de Nasser effectue de réelles avancées pour les femmes en matière d’éducation, de santé maternelle, d’accès au marché du travail ou de participation politique. Pourtant le bilan est mitigé : les droits de vote et de se présenter aux élections sont obtenus à la suite de pressions du mouvement féministe et de la grève de la faim de Doria Shafik ; la cause des femmes est monopolisée par l’organisation des femmes créée au sein de l’Union socialiste arabe (seul parti au pouvoir) qui élimine toute forme d’organisation féministe indépendante. Surtout, la loi sur le statut personnel* et le système patriarcal restent intacts, maintenant la femme dans une position subordonnée au sein de la famille et dans les relations entre les sexes.

6La décennie Sadate, marquée par une alliance du pouvoir avec les islamistes, signifie un retour en arrière pour les femmes, en dépit des décrets réformant la loi sur le statut personnel et de l’instauration d’un quota de sièges pour les femmes au Parlement et dans les conseils régionaux. À partir de la décennie 1980, les mouvements féministes investissent le champ associatif et celui des ONG, privilégiant des connexions régionales arabes et internationales (participation aux conférences onusiennes). Les principales victoires sont la criminalisation des mutilations génitales féminines en 2008 et l’amendement de la loi sur le statut personnel* en 2000 - incluant la procédure khola et la reconnaissance du mariage coutumier. Les années 1990 sont aussi celles d’une montée du « féminisme islamiste » incarné par Hiba Raouf et distancié des valeurs occidentales inspirant le féminisme séculariste, plutôt élitiste.

La lutte contre les violences sexuelles

7Une évolution des mouvements féministes s’opère avant et pendant le soulèvement de 2011 et dans les années post-révolutionnaires, liée à la mobilisation des femmes dans l’espace public, aux agressions sexuelles collectives, aux tests de virginité imposées aux manifestantes et à la redéfinition de la respectabilité féminine en politique. Des initiatives féministes se multiplient à travers le pays, signe d’une décentralisation du mouvement et de la fin d’un tabou sur les violences sexuelles et sexistes, à la fois verbales et physiques, dans l’espace public. En 2014, l’article 306 du Code pénal est modifié pour criminaliser le harcèlement sexuel. Proche des autorités, le Conseil national des femmes remonte en puissance : il est chargé de rédiger en 2015 une stratégie nationale de lutte contre la violence envers les femmes, un problème désormais inscrit à l’agenda politique. Néanmoins, le durcissement législatif à l’égard des associations a porté un coup aux collectifs féministes, tandis que la répression contre des sympathisants de la cause LGBT en 2017 atteste des stéréotypes enracinés en matière de genre.

2.9 Quelques dates sur la condition féminine en Égypte

2.9 Quelques dates sur la condition féminine en Égypte

2.10 Dessin de l’épisode de la « fille au blue bra* », Le Caire, décembre 2011

2.10 Dessin de l’épisode de la « fille au blue bra* », Le Caire, décembre 2011

En référence au soutien‑gorge bleu d’une manifestante sauvagement passée à tabac par la police militaire place Tahrir, en décembre 2011. Photos et vidéo la montrent au sol en jean, le visage caché par sa robe noire (abaya) et son corps en partie dénudé.

© Filippo Monteforte / AFP

2.11 Carte interactive du site web HarassMap, décembre 2018

2.11 Carte interactive du site web HarassMap, décembre 2018

Le système de cartographie et de signalement de HarassMap pointe l’extension du phénomène de harcèlement sexuel en Égypte, contestant les préjugés à son sujet et visant une tolérance zéro vis-à-vis de ce crime.

Table des illustrations

Titre 2.9 Quelques dates sur la condition féminine en Égypte
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre 2.10 Dessin de l’épisode de la « fille au blue bra* », Le Caire, décembre 2011
Légende En référence au soutien‑gorge bleu d’une manifestante sauvagement passée à tabac par la police militaire place Tahrir, en décembre 2011. Photos et vidéo la montrent au sol en jean, le visage caché par sa robe noire (abaya) et son corps en partie dénudé.
Crédits © Filippo Monteforte / AFP
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre 2.11 Carte interactive du site web HarassMap, décembre 2018
Légende Le système de cartographie et de signalement de HarassMap pointe l’extension du phénomène de harcèlement sexuel en Égypte, contestant les préjugés à son sujet et visant une tolérance zéro vis-à-vis de ce crime.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

Auteur

Salma Shash, chercheuse féministe

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search