Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 2. Vie politique

Les mouvements islamistes

Baudouin Long

Texte intégral

1928 1948 1966 1977 14 août 2013
Fondation des Frères musulmans Assassinat du Premier ministre El-Nukrashi Pendaison de Sayyid Qutb Fondation de la da’wa salafiyya Répression de la place Rabaa

L’Égypte, foyer historique des Frères musulmans

« Le Prophète est notre guide, le Coran est notre constitution, le Djihad est notre voie et le martyre notre plus grande espérance » (devise des Frères musulmans)

1Une des organisations islamistes les plus influentes du xxe siècle, la confrérie des Frères musulmans (jamaat al-ikhwan al-muslimin), a fortement marqué l’histoire contemporaine de l’Égypte. Fondé à Ismaïlia en 1928 par Hassan al-Banna, le mouvement naît dans un contexte de rejet de l’influence politique et culturelle occidentale et d’affirmation de l’identité islamique de la société égyptienne.

2La jamaa défend un projet global qui vise la réforme de la société par l’islam. Si les Frères musulmans veulent l’instauration d’un État islamique, celui-ci doit être l’aboutissement d’un changement graduel de la société. Les Frères musulmans s’investissent donc autant sur les terrains social et caritatif que politique.

3En quelques années, les branches de la confrérie s’implantent dans toute l’Égypte. Dans les années 1940, les Frères musulmans mènent des actions violentes contre le gouvernement et les troupes anglaises. Condamnée à la dissolution en 1948, la confrérie apporte son concours aux Officiers libres lors de la révolution de juillet 1952. Certains officiers étaient Frères musulmans ou, comme Anouar el-Sadate, sympathisants. Cependant, Gamal Abdel Nasser entre en conflit avec la confrérie, et lorsqu’un Frère tente de l’assassiner en 1954, il met en œuvre une répression très dure.

4La période de prison et de clandestinité qui suit (1954-1971) est l’occasion d’un rejet formel de la voie armée par les Frères musulmans sous l’influence du successeur de Hassan al-Banna, Hassan Ismaïl al-Houdaibi. En parallèle, les écrits radicaux de Sayyid Qutb, intellectuel et idéologue de la confrérie, influencent profondément le mouvement. L’auteur de À l’ombre du Coran et Jalons sur la route de l’islam développe plusieurs concepts qui inspireront la mouvance djihadiste, notamment celui de takfir (excommunication).

2.6 Mohamed Morsi, décembre 2012

2.6 Mohamed Morsi, décembre 2012

© Khaled Desouki / AFP

2.7 Le succès des candidats se revendiquant islamistes lors des élections de l’Assemblée du peuple en 2011

2.7 Le succès des candidats se revendiquant islamistes lors des élections de l’Assemblée du peuple en 2011

De l’interdiction à la prise de pouvoir

5En 1971, avec l’accession d’Anouar el-Sadate au pouvoir, les Frères musulmans font leur retour progressif sur la scène publique. Leur présence est discrète dans la société. S’ils ne sont jamais officiellement autorisés, ils bénéficient d’une bienveillance variant avec le temps, entrecoupée de phases de répression.

6Sous Moubarak, ils intègrent la scène partisane, présentent des candidats sans étiquette, élaborent un programme politique. En 2005, leurs candidats remportent 88 sièges à l’Assemblée du peuple.

7Après la révolution du 25 janvier 2011, les Frères musulmans sont la force d’opposition la mieux préparée pour affronter les échéances électorales qui suivent la déposition de Moubarak par l’armée. En moins d’un an et demi, ils remportent les élections législatives (novembre 2011-janvier 2012) et la présidentielle (juin 2012).

8La victoire de Mohamed Morsi, premier président égyptien élu démocratiquement, se heurte à l’hostilité d’une partie des acteurs politiques et des structures étatiques. La gouvernance autoritaire des Frères musulmans ainsi que leur incapacité à édicter une formule de gouvernement inclusive leur aliènent l’ensemble du spectre politique et une large partie de la population.

9La destitution de Mohamed Morsi par l’armée, à la suite des manifestions du 30 juin 2013, marque le début d’une nouvelle séquence de répression. Les cadres de la confrérie ainsi que des milliers de partisans sont arrêtés et incarcérés. Commence alors un nouvel épisode d’exil, de clandestinité et de captivité. Finalement, la confrérie ressort affaiblie et décrédibilisée par son expérience du pouvoir tandis que ses rangs sont minés par des divisions internes.

Le salafisme : entre quiétistes et djihadistes

10Le salafisme est un courant de l’islam contemporain qui revendique une pratique pure de l’islam des origines, courant au sein duquel existent plusieurs tendances, du salafisme quiétiste au salafisme djihadiste. Si son influence en Égypte est moindre que celle des Frères musulmans, elle n’a cessé de croître depuis les années 2000.

11L’émergence du salafisme en Égypte se situe dans les années 1920 ; il ne prend cependant réellement son essor qu’avec la fondation de la da'wa salafiyya, la prédication salafiste, à Alexandrie en 1977. Jusqu’à la révolution du 25 janvier 2011, le courant quiétiste incarné par la da'wa salafiyya prône l’obéissance au gouvernement tout en récusant la participation à un système politique impie.

12La chute de Moubarak et l’ouverture du champ politique permettent aux salafistes d’exprimer leurs revendications sur le terrain politique. En remportant 25 % des sièges lors des élections législatives de 2011-2012, la coalition menée par le parti al-Nour – créé en 2011 par la da'wa salafiyya – met en lumière la prégnance du salafisme en Égypte. Après la destitution de Mohamed Morsi, le parti al-Nour soutient l’ascension au pouvoir du général al-Sissi. Il s’agit à la fois d’une stratégie de survie et de la conséquence de leur relation antagoniste avec les Frères musulmans. Toutefois, sa place au sein du nouvel ordre politique est marginale.

13En dehors de la da'wa salafiyya qui représente le courant majoritaire, d’autres groupes se rattachent au salafisme tels que al-jamaa al-islamiyya, l’école du Caire, ou des prédicateurs indépendants tel que Hazem Abou Ismaïl. Plusieurs partis sont d’ailleurs créés après la révolution, illustrant la diversité du salafisme en Égypte.

14Du côté du salafisme-jihadisme, les groupes égyptiens qui se créent dans les années 1970 – al-takfir wal-hijra et al-jihad – jouent un rôle précurseur. Ce sont des membres de al-jihad qui assassinent Anouar el-Sadate en octobre 1981. Éradiqué à la fin des années 1990, le phénomène djihadiste réapparaît à la faveur de la révolution du 25 janvier 2011. Il se manifeste principalement dans le Sinaï et devient une véritable insurrection unifiée qui prête allégeance à l’organisation État islamique en novembre 2014.

2.8 Yasser Burhami, Alexandrie, octobre 2015

2.8 Yasser Burhami, Alexandrie, octobre 2015

Ce prêcheur salafiste est l’un des fondateurs et le vice-président de la da’wa salafiyya. Il est ici dans un bureau de vote lors du 1er tour des élections législatives.

© Ibrahim Ramadan / Anadolu Agency

Table des illustrations

Titre 2.6 Mohamed Morsi, décembre 2012
Crédits © Khaled Desouki / AFP
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre 2.7 Le succès des candidats se revendiquant islamistes lors des élections de l’Assemblée du peuple en 2011
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Titre 2.8 Yasser Burhami, Alexandrie, octobre 2015
Légende Ce prêcheur salafiste est l’un des fondateurs et le vice-président de la da’wa salafiyya. Il est ici dans un bureau de vote lors du 1er tour des élections législatives.
Crédits © Ibrahim Ramadan / Anadolu Agency
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37422/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

Auteur

Baudouin Long, politiste, chercheur associé au CEDEJ

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search