Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 2. Vie politique

Révolutions et révoltes politiques

Baudouin Long

Texte intégral

1881-1882 1919 23 juillet 1952 25 janvier 2011
Révolte orabiste Révolution menée par Saad Zaghloul Coup d’État des Officiers libres Premier jour de manifestation anti-Moubarak

1L’histoire de l’Égypte contemporaine est scandée par plusieurs épisodes contestataires dont la sélection et le qualificatif de révolution donnent lieu à des interprétations divergentes. La révolution est entendue comme un événement-rupture imprévisible dont le surgissement reflète l’aspiration à un changement radical d’une part significative de la société. Jusqu’en 1952, les soulèvements sont liés à la lutte pour l’indépendance et incarnés par des figures emblématiques (Ahmed Orabi, Saad Zaghloul, Gamal Abdel Nasser) en reléguant d’autres dans l’oubli. En 2011, il n’y eut ni leader charismatique ni présence étrangère à combattre, mais une rage populaire contre le régime autoritaire de Moubarak.

1881 et 1919 : des révoltes nationalistes

2En 1881, le mouvement orabiste naît en réaction à l’ingérence croissante des Britanniques et des Français dans les affaires locales. Dès 1876, les difficultés du khédive* à honorer ses engagements financiers poussent Paris et Londres à imposer progressivement leur contrôle sur les finances et l’administration égyptiennes. Se dressant contre le khédive Tewfiq, le colonel de l’armée égyptienne Ahmed Orabi crée le parti de la nation (hizb al-watani) en 1879 et prend la tête d’un mouvement qui tente de soustraire l’Égypte à l’interventionnisme européen. La révolution orabiste se solde par le débarquement des troupes du général Wolseley à Suez en août 1882 et la mise sous tutelle de facto du pays par l’empire britannique.

3À l’issue de la Première Guerre mondiale, la question de l’indépendance se pose avec acuité alors que l’Empire ottoman s’est effondré et que le président américain Wilson promeut le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. L’ancien député Saad Zaghloul, leader du Wafd* (du nom de la délégation qu’il emmène à Versailles), est à l’origine d’un vaste mouvement en faveur de l’indépendance qu’il réclame au Haut-Commissaire britannique, lord Kitchener. Son exil forcé décidé par les Britanniques, en mars 1919, provoque une vive réaction populaire : manifestations, émeutes, attentats... La révolution de 1919 pousse Londres à revenir sur son refus initial et, après bien des circonvolutions, à signer une déclaration reconnaissant officiellement, bien que de manière incomplète, l’indépendance de l’Égypte en 1922.

2.1 Ahmed Orabi

2.1 Ahmed Orabi

© Bibliotheca Alexandrina

2.2 Saad Zaghloul

2.2 Saad Zaghloul

© Bibliotheca Alexandrina

La révolution des Officiers libres

4En 1948, la défaite des armées arabes face à Israël est vécue comme une humiliation nationale et suscite la création du mouvement des Officiers libres par de jeunes officiers qui souhaitent libérer l’Égypte de l’occupant britannique et évincer la classe politique et militaire corrompue. Dirigés par un comité de 11 officiers dont le leader reconnu est Gamal Abdel Nasser, les Officiers libres placent à leur tête le général Naguib et prennent le pouvoir dans la nuit du 22 au 23 juillet 1952. Ils bénéficient d’un large soutien populaire dans un contexte d’hostilité à la présence britannique, de fortes inégalités sociales et d’affaissement de la légitimité de la monarchie. Le 26 juillet, le roi Farouk démissionne et s’exile. Le 18 juin 1953, la république est proclamée.

5La révolution du 23 juillet marque la rupture la plus importante de l’histoire contemporaine. Elle permet d’achever l’indépendance grâce à la signature d’un traité avec le Royaume-Uni (1954) et la nationalisation du canal de Suez. Elle entraîne un changement de régime, mettant à bas la société monarchique fondée sur la propriété foncière pour instaurer une république qui se veut moins inégalitaire. Elle met en place un système autoritaire, dont les fondamentaux, contrairement au socialisme d’État, survécurent à Nasser.

Le moment révolutionnaire de 2011-2013

2.3 Manifestations cairotes, 28 janvier 2011

2.3 Manifestations cairotes, 28 janvier 2011

6Le soulèvement de 2011 exprime la lassitude des Égyptiens vis-à-vis d’un système répressif et corrompu qui n’a pas tenu ses promesses de redistribution sociale. Le 25 janvier, les groupes militants à l’origine des appels à manifester sont dépassés par l’ampleur de la mobilisation dans tout le pays. Après 18 jours de manifestations place Tahrir et ailleurs, l’abdication du raïs, le 11 février 2011, amorce une transition sous l’égide du Conseil suprême des forces armées (CSFA). Le renversement de Moubarak entraîne une ouverture politique inédite et le déroulement des premières élections libres du pays. Les législatives (2011), puis la présidentielle (2012), sont remportées par les Frères musulmans. Pour la première fois depuis 1952, un civil, Mohamed Morsi, accède à la présidence de la République.

7Les succès électoraux des islamistes ne doivent pas masquer la diversité du champ politique et les recompositions constantes qui caractérisent la transition. Celle-ci devient vite le théâtre d’une lutte de pouvoir entre divers acteurs – révolutionnaires, militaires, Frères musulmans, salafistes, libéraux, socialistes, partisans de l’ancien régime, magistrats… – qui n’hésitent pas à recourir à la rue ou aux tribunaux lorsque les urnes ne suffisent pas à faire avancer leur agenda.

8In fine, l’intransigeance des différents protagonistes et l’hostilité généralisée envers Morsi qui est incapable de rétablir la stabilité politique et économique aboutissent au blocage. Le 30 juin 2013, une large mobilisation populaire répondant à l’appel de Tamarrod* et soutenue par certains acteurs étatiques entraîne une intervention de l’armée pour destituer le président le 3 juillet.

9En se refermant, la période révolutionnaire laisse place à une reconfiguration autoritaire. Pour l’opposition, en particulier les Frères musulmans, elle signifie une nouvelle répression. Au sommet de l’État, les équilibres se sont inversés : le poids de l’armée est renforcé au détriment des acteurs politiques, sécuritaires et économiques (ministère de l’Intérieur, PND, milieux d’affaires) que lui avaient opposés Sadate, puis Moubarak.

2.4 Le résultat de l’élection présidentielle de 2012

2.4 Le résultat de l’élection présidentielle de 2012

Table des illustrations

Titre 2.1 Ahmed Orabi
Crédits © Bibliotheca Alexandrina
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37412/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Titre 2.2 Saad Zaghloul
Crédits © Bibliotheca Alexandrina
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37412/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre 2.3 Manifestations cairotes, 28 janvier 2011
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37412/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Titre 2.4 Le résultat de l’élection présidentielle de 2012
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37412/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k

Auteur

Baudouin Long, politiste, chercheur associé au CEDEJ

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search