Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 1. Géohistoire et géopolitique

Déplacés et migrants au Caire

Maaï Youssef et Mayada Madbouly

Texte intégral

1956 1963-1964 1995 2005 2013
Déplacés de la guerre de Suez Flux de déplacés nubiens Fin de la politique de libre circulation avec le Soudan Sit-in des Soudanais dans le parc Mustafa Mahmoud Visa d’entrée pour les Syriens

1Le Caire est depuis plusieurs décennies le réceptacle de mobilités contraintes : déplacés de Haute-Égypte et de la guerre de Suez ; migrants fuyant les crises au Moyen-Orient et en Afrique (réfugiés palestiniens, syriens, irakiens, somalis, yéménites, érythréens…). Pour ceux-là, l’installation provisoire se transforme souvent en longue durée.

1.16 Implantation des déplacés et migrants au Caire : quelques repères

1.16 Implantation des déplacés et migrants au Caire : quelques repères

Déplacés nubiens : maintenir l’identité

2L’installation des Nubiens au Caire résulte de quatre flux principaux : 1902, 1912, 1932-1933, puis 1963-1964 avec la mise en eau du haut barrage d’Assouan. Entre octobre 1963 et juin 1964, plus de 55 000 Nubiens égyptiens sont transférés en Nouvelle Nubie, vers Kom Ombo. Mais le manque d’équipement des zones de réinstallation les pousse en nombre vers les villes du Nord, où ils s’emploient à maintenir une identité collective et à transmettre la mémoire de l’Ancienne Nubie d’origine.

3L’expérience migratoire nubienne au Caire est ancienne, due à l’exode rural, et s’accompagne de mépris, voire de racisme (cf. les surnoms de « Chocolat » ou « Bakar »). La concentration de leurs associations dans les quartiers Abdine, Boulaq et Imbaba renvoie aux migrations de travail masculines, appuyées sur une réputation de propreté et d’honnêteté, en particulier auprès de la famille royale (Abdine), des pachas et des Anglais (Zamalek, Garden City et Kasr el-Doubara). Des associations ont été créées, souvent par village, tels le Club Général Nubien et l’association du Patrimoine Nubien. Ces structures aident les nouveaux arrivants, renforcent la cohésion interne et organisent des activités sociales, sportives et culturelles, comme la Journée mondiale de la Nubie. Dans les années 2000, de nouvelles formes d’action collective ont été menées, surtout après le 25 janvier 2011, telles les initiatives culturelles Komma, Nubian Knights et Ashreego destinées à faire connaître le patrimoine.

1.17 Concert nubien, Beit El-Sennari, Le Caire, 2015

1.17 Concert nubien, Beit El-Sennari, Le Caire, 2015

© Bibliotheca Alexandrina

Incertitude et vulnérabilité des migrants

4Le flou juridique et l’incertitude autour du statut de migrant sont liés à la politique d’accueil et d’asile de l’État égyptien qui catégorise les migrants selon leur nationalité. Après avoir été éligibles au statut de réfugiés, les Soudanais se heurtent à la fin des procédures d’asile à la suite des pourparlers de paix entre Khartoum et le Sud Soudan en 2005. Environ 3000 Soudanais désireux d’être entendus par le HCR ont occupé durant trois mois le parc Mustafa Mahmoud, violemment évacué en décembre.

5L’ancrage des Syriens en Égypte a connu deux phases depuis 2011. De 2011 à l’été 2013, le relâchement de l’appareil sécuritaire, les facilités offertes par les autorités politiques et le soutien au mouvement révolutionnaire syrien favorisent leur installation dispersée (Fayoum, Assouan, Alexandrie, Sinaï) grâce aux réseaux de solidarité spontanés entre Syriens et Égyptiens. Après l’été 2013, les Syriens sont stigmatisés par les médias et le régime. Ils sont la cible d’attaques xénophobes, leurs institutions sont réprimées. L’instauration d’un visa d’entrée réduit les arrivées. Le regroupement est privilégié dans la ville du 6 Octobre. Là, une « Petite Syrie » concentre restaurants, vendeurs de café, magasins de vêtements et commerces alimentaires spécialisés. Des disparités socio-spatiales s’y observent entre un centre habité par les classes moyennes et bourgeoises, et une périphérie plus populaire.

6Les statuts professionnels des migrants forcés sont divers : les réfugiés statutaires ne disposent pas de permis de travail, mais l’État tolère leur emploi dans plusieurs domaines. Certains migrants, qui disposent de visas de travail ou étudiant, peuvent travailler, obtenir des statuts d’entrepreneurs. D’autres, en revanche, sont en situation irrégulière et travaillent au noir. Des secteurs professionnels sont privilégiés par les migrants : immobilier et activités de construction par les Irakiens dans les années 1990 ; services à la personne et ménage pour les Soudanais ; alimentation et restauration (pâtisserie) chez les Syriens.

Stratégies d’adaptation et de résistance

7Les migrants forcés composent avec l’institutionnalisation de l’informel, qui est le terreau d’une gestion sécuritaire et d’un arbitraire caractéristique des pouvoirs autoritaires. Ils font face au désengagement social de l’État en adoptant des stratégies d’adaptation et de survie, notamment en se regroupant dans des enclaves urbaines qui fonctionnent parfois en ghetto (« Petite Syrie » ou quartier Arbaa wa Nus pour les Soudanais). Dans ces lieux se déploient des réseaux professionnels et religieux, à caractère caritatif et/ou politique : réseaux islamistes à 6 Octobre (2011-2013), églises catholiques et évangélistes soudanaises avec leurs écoles à Hay el-Ashr (District 10), etc. Ces enclaves participent à la réorganisation du quotidien en offrant un soutien matériel, psychologique et des lieux de sociabilité. Les exilés politiques et militants, souvent parmi les premiers à quitter leur pays en raison de la répression, s’installent généralement au centre du Caire, entre Downtown et Dokki, tels les Yéménites, les Syriens et les Soudanais. La majorité des autres migrants rejoignent à leur arrivée les enclaves urbaines.

8L’accès et le partage des ressources, mais aussi les conflits avec les locaux, la xénophobie et le racisme rythment le quotidien des migrants. La reconstruction d’un capital social pallie la vulnérabilité ou la menace du déclassement, parfois via des associations locales et des ONG, confessionnelles ou non (Tadamun, Fard, Terre des Hommes).

1.18 Commerces syriens dans la ville du 6 Octobre, 2018

1.18 Commerces syriens dans la ville du 6 Octobre, 2018

© Karine Bennafla

Table des illustrations

Titre 1.16 Implantation des déplacés et migrants au Caire : quelques repères
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 822k
Titre 1.17 Concert nubien, Beit El-Sennari, Le Caire, 2015
Crédits © Bibliotheca Alexandrina
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 701k
Titre 1.18 Commerces syriens dans la ville du 6 Octobre, 2018
Crédits © Karine Bennafla
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 706k

Auteurs

Maaï Youssef, doctorante en sciences politiques, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRPS - CESSP/ CEE Sciences Po Paris, boursière du CEDEJ en 2018

Mayada Madbouly, doctorante en science politique, Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique, ATER à Sciences Po Toulouse

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search