Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 1. Géohistoire et géopolitique

Tensions sur le Nil

Wahel Rashid

Texte intégral

1959 1999 2011 23 mars 2015
Traité égypto-soudanais
sur le partage des
eaux du Nil
Initiative pour le
bassin du Nil
Construction du
Grand barrage
de la Renaissance
éthiopienne
Accord de
Khartoum
Éthiopie, Soudan,
Égypte

1Le bassin versant du Nil (3 millions de km2, 4e rang mondial) couvre 12 pays. Pendant un siècle, l’Égypte, pays d’aval, a exercé son hydro-hégémonie, imposant aux autres États une gestion de l’eau qui lui était favorable. À l’orée du xxie siècle, l’affirmation de l’Éthiopie, pays source du Nil bleu, comme puissance économique, démographique et militaire, diplomatiquement influente auprès des pays subsahariens détenteurs des sources, modifie le statut quo.

La longue hydro-hégémonie égyptienne

2Le Nil, fleuve allogène, met en contact l’Afrique tropicale humide et la Méditerranée. Les sources équatoriales alimentent le Nil blanc, au débit régulier, mais dont près de la moitié des eaux est perdue, par infiltration et évaporation, dans le marais des Sudd au Soudan du Sud. Le régime du Nil est surtout alimenté par le Nil bleu et l’Atbara (86 % du débit total) dont les affluents reçoivent d’abondantes pluies (juin-octobre) sur les hauts plateaux éthiopiens, faisant de ce pays le « château d’eau » de la Corne de l’Afrique.

3Sous Méhemet Ali (1805-1848), de grands travaux d’aménagement hydrauliques sont réalisés pour développer les cultures d’exportation (coton, canne à sucre). L’accord anglo-égyptien de 1929, favorise l’Égypte, lui octroyant un prélèvement de 48 km3/an contre 4 au Soudan, ainsi qu’un droit de veto sur tout aménagement en amont. Ces dispositions compensent la construction en 1925 du barrage de Sennar au Soudan pour développer le coton dans la Gésireh (« la péninsule ») malgré les réticences égyptiennes. Elles facilitent aussi le maintien des troupes britanniques sur le canal de Suez (1936). En 1959, l’Éthiopie est à nouveau exclue du traité de partage des eaux, signé en prévision du haut barrage d’Assouan (annoncé en 1953). Ce traité rehausse l’allocation annuelle des eaux à 55,5 km3 (Égypte) et 18,5 km3 (Soudan) et consacre une hydro-hégémonie égypto-soudanaise. La retenue du lac Nasser, qui stocke l’équivalent de deux ans de hautes eaux, permit à l’Égypte un doublement généralisé des récoltes annuelles, une extension des terres bonifiées et la hausse de sa production hydroélectrique.

1.10 Les barrages

1.10 Les barrages

Basculement du rapport de force

4En 1999, les États riverains, sauf l’Érythrée (observatrice), se regroupent au sein de l’Initiative pour le bassin du Nil (IBN), pour trouver un accord sur la gestion du fleuve multinational. Les pays d’amont, qui n’ont jamais reconnu les traités coloniaux, réclament la possibilité de se servir du Nil pour satisfaire leurs besoins, croissants avec l’essor démographique. En 2010, ces pays, lassés du blocage répété de l’Égypte et du Soudan face à leurs revendications d’aménagement, signent à Entebbe, en Ouganda, un accord-cadre pour accroître leur utilisation des eaux.

5En 2011, l’Éthiopie entame l’édification du barrage Renaissance sur le Nil bleu, ouvrage-phare de sa politique de développement. Cette décision provoque une crise avec l’Égypte, affaiblie par la chute du régime Moubarak. Le président Morsi fait valoir les « droits historiques » du pays tandis que l’idée de déstabiliser l’Éthiopie est évoquée publiquement. Le barrage n’a officiellement qu’une vocation hydroélectrique : avec 6000 MW, la première centrale du continent doit soutenir l’industrialisation de l’Éthiopie et la vente de l’électricité aux États voisins. Mais pour l’Égypte, ce réservoir de 75 km3 menace son approvisionnement. Le Soudan, qui pourrait grâce au barrage irriguer de nouvelles terres, empêcher des inondations dans la Gésireh et acheter du courant, s’est rangé aux côtés de l’Éthiopie. En 2015, l’Égypte signe avec l’Éthiopie et le Soudan un accord de coopération qui entérine la construction du barrage. Le choix des compagnies pour les études d’impact et leurs conclusions sont sources de crises, même si la tension est retombée. Le barrage masque une rivalité de leadership entre deux « vieux » États d’Afrique orientale, réactivant un antagonisme ancien et multiforme. L’enjeu pour l’Égypte est d’obtenir un étalement du calendrier de remplissage du réservoir. Cette phase sur 9 à 12 ans (au lieu de 6) permettrait la stabilité de son approvisionnement en eau.

1.11 Gestion de l’eau et tensions dans la vallée du Nil

1.11 Gestion de l’eau et tensions dans la vallée du Nil

Table des illustrations

Titre 1.10 Les barrages
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 1.11 Gestion de l’eau et tensions dans la vallée du Nil
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search