Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 1. Géohistoire et géopolitique

Le Sinaï, territoire stratégique sous tension

Olivier Sanmartin

Texte intégral

1869 1967-1982 1979 1996 2018
Ouverture du canal de Suez Occupation israélienne Restitution de Taba à l’Égypte par la CIJ Sommet à Charm al-Cheikh des « bâtisseurs de la paix » Opération antiterroriste Sinaï 2018

1Le désert du Sinaï est une marche historique entre l’Égypte, le bilad el-Cham et l’Arabie, un espace de circulation animé jusqu’au xixe siècle par la route caravanière du pèlerinage à la Mecque. Le contrôle du pouvoir central y est alors partiel. Tout change avec l’ouverture du canal de Suez qui confère à la péninsule une profondeur stratégique. Les Britanniques explorent la région, renforcent son administration et imposent à l’Empire ottoman le tracé d’une frontière, en 1906, entre Taba et Rafah. Ces deux lignes, le canal et la frontière, signent l’appropriation du Sinaï. En 1911, une loi institue l’organisation administrative et légale de la péninsule. Des routes sont tracées, des lignes de communication installées, des localités et des postes militaires se développent. Des liens s’établissent avec les bédouins, via la reconnaissance du droit coutumier.

2En 1917, une nouvelle administration militaire des frontières (Frontier Districts Administration) consacre la défaite ottomane et l’emprise britannique. Le Sinaï conserve son rôle de pont entre Afrique et Asie avec la ligne de chemin de fer de Palestine qui relie durant l’entre-deux-guerres Le Caire et Haïfa ou Jérusalem en une journée.

Un enjeu du conflit israélo-arabe

3La première guerre israélo-arabe (1948-1949) renforce la fonction défensive du Sinaï et atténue les communications est-ouest. L’Égypte administre, jusqu’en 1967, la bande de Gaza. Des milliers de Palestiniens trouvent refuge au Sinaï, surtout dans le camp de Rafah. Si en 1956 le Sinaï est envahi par l’armée israélienne, c’est la guerre des Six-Jours (1967) qui bouleverse la région avec l’occupation militaire, des aménagements agricoles (au nord-est) et touristiques (sur le golfe d’Aqaba), et des colonies de peuplement juif. Les gisements pétroliers du golfe de Suez alimentent les besoins israéliens. Une partie de la population du Sinaï se réfugie à l’ouest du canal. Des bédouins sont expropriés ; d’autres trouvent des emplois sur place, ce qui leur vaut jusqu'à aujourd’hui un procès en déloyauté vis-à-vis de l’État égyptien. Celui-ci recouvre sa souveraineté en 1982, après les accords de paix de Camp David qui instaurent la démilitarisation partielle du territoire et le déploiement d’une force multinationale de maintien de la paix, la Military Force and Observers (MFO). En 1979, un décret crée les gouvernorats du Nord-Sinaï et du Sud-Sinaï.

1.8 A. el-Sadate, J. Carter et M. Begin, Camp David, 1978

1.8 A. el-Sadate, J. Carter et M. Begin, Camp David, 1978

© Bibliotheca Alexandrina

Une zone grise

4Le retour dans le giron national s’accompagne d’une rhétorique nationaliste, érigeant le Sinaï en cause sacrée : son peuplement serait le meilleur rempart face à Israël et des projets de développement sont lancés, touristiques surtout. L’essor du tourisme dans les années 1990 et 2000, s’appuie sur des migrations de main-d’œuvre depuis la vallée du Nil, plus qu’il ne profite aux natifs de la région. La marginalisation des locaux et la détérioration du climat régional avec la seconde intifada (2000) puis le blocus israélien à Gaza (2007), entraînent l’essor de la contrebande et une dégradation sécuritaire. Une série d’attentats vise les stations balnéaires du sud dès 2004, suivie par des milliers d’arrestations et des mesures répressives vécues comme une punition collective. Les conséquences économiques sont dramatiques pour les bédouins organisant des safaris dans le désert. Parallèlement à la culture du pavot et à celle du cannabis (bango), prisé par les touristes de Dahab, la péninsule est le siège de trafics multiples : armes, migrants subsahariens vers Israël, médicaments et produits de consommation courante.

1.9 Géopolitique du Sinaï

1.9 Géopolitique du Sinaï

L’intensification de la violence

5Dès 2011, le gazoduc du Nord-Sinaï à destination d’Israël est la cible d’attaques qui s’étendent à l’armée et à la police égyptiennes. L’insurrection s’inscrit dans la mouvance djihadiste internationale : en 2014, Ansar Beit al-Maqdis devient Wilayat Sinaï après son allégeance à l’État islamique et revendique en 2015 l’explosion du charter russe. L’insécurité conduit l’État israélien à achever une clôture frontalière. Côté égyptien, l’enlisement prévaut face à une insurrection qui dispose de matériels militaires en provenance de Libye ou d’Iran et de combattants étrangers.

6Depuis 2013, la « guerre contre le terrorisme » décrétée par al-Sissi justifie une répression contre toute opposition, à laquelle fait écho la violence décuplée des groupes djihadistes. Prise en étau, la population pâtit des affrontements, surtout au Nord-Sinaï (déplacements forcés, habitations démolies vers Rafah). L’espace consensuel incarné par la péninsule après 1979 a volé en éclats. Lieu d’une guerre civile, le Sinaï échappe en partie au contrôle de l’État et est un « trou noir » de l’information où sont perpétrées des exactions.

Table des illustrations

Titre 1.8 A. el-Sadate, J. Carter et M. Begin, Camp David, 1978
Crédits © Bibliotheca Alexandrina
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37387/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre 1.9 Géopolitique du Sinaï
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37387/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

Olivier Sanmartin, maître de conférences en géographie, département Information-Communication, IUT / Université de Tours, CITERES-EMAM

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search