Version classiqueVersion mobile

Atlas de l'Égypte contemporaine

 | 
Hala Bayoumi
, 
Karine Bennafla

Partie 1. Géohistoire et géopolitique

Une puissance aux pieds de sable

Karine Bennafla

Texte intégral

1958-1961 1979 Août 2015 2016
Fusion de l’Égypte et de la Syrie Accords de Camp David Élargissement du canal de Suez Cession des îles Tiran et Sanafir à l’Arabie Saoudite

1Berceau de la Nahda* au début du xxe siècle, leader tiers-mondiste et panarabiste à l’époque nassérienne, l’Égypte a vu son influence politique et son soft power culturel et religieux s’étioler. Son poids démographique, sa richesse archéologique, le passage stratégique de Suez et son armée constituent les piliers actuels de sa puissance. Le pouvoir égyptien poursuit un rôle historique de médiateur, aujourd’hui en Libye et en Palestine. Mais la crise des ressources (eau, terre, énergie), le développement interne très déséquilibré (spatialement et socialement) ainsi que la dépendance multiforme envers l’extérieur (dette, investissements directs étrangers, tourisme, approvisionnement céréalier) sont trois éléments de fragilité.

Un stress territorial récent

2L’Égypte est parmi les plus anciens États-nations au monde, la maîtrise des eaux du Nil ayant tôt fait émerger un pouvoir centralisé. Mais cette cohésion territoriale liée au fleuve est ébranlée par le contrôle mal assuré des marges et par des attentats répétés depuis les années 1990 visant chrétiens égyptiens, touristes et, depuis 2011, les forces de l’ordre. Le moment révolutionnaire a réveillé des revendications nubiennes pacifistes pour le droit au retour sur des terres ancestrales. Le triangle de Halayeb, disputé depuis 1956, reste un dossier sensible (cf. encadré). Depuis la chute du régime de Kadhafi, le désert occidental est affecté par des incursions de combattants, qui tentent d’ouvrir un deuxième front pour desserrer la concentration des forces armées au Sinaï. L’intégration ratée de cette péninsule au reste du territoire en fait une zone de dissidence, investie par divers groupes djihadistes, surtout au nord où une guerre sévit depuis 2013. Ni la frontière fermée avec Gaza depuis 2007, ni la clôture israélienne ne stoppent les trafics. Plus à l’est, la cession des îles Tiran et Sanafir à l’Arabie Saoudite a consacré l’alliance Le Caire-Riyad en dépit de la protestation populaire.

Diversification des alliances

3Les présidents égyptiens ont privilégié un leadership au sein du monde arabe sans envisager le pays comme puissance africaine, malgré sa composante nubienne, une histoire commune avec le Soudan ou l’axe nilotique. Alors que l’Égypte est devenu un pôle, parmi d’autres, de centralité arabe et que la tension s’accroît avec ses voisins africains au sujet du Nil, le président al-Sissi entend resserrer les liens économiques avec l’Afrique subsaharienne. En attestent la signature en 2018 de l’accord instituant une zone de libre-échange continentale, l’accueil du forum Africa 2018 à Charm al-Cheikh et la présidence de l’Union africaine en 2019. La vague révolutionnaire de 2011 a marqué une évolution des alliances du fait des soutiens turc, iranien, qatari et américain au gouvernement des Frères musulmans.

4L’Égypte d’al-Sissi est arrimée aux pétromonarchies du Golfe et participe à la coalition arabe contre le Yémen et contre le Qatar. La relation particulière avec les États-Unis, pourvoyeurs de blé et d’aides militaire et financière, reste maintenue au nom de la lutte anti-terroriste ; le partenariat avec l’Europe est mu par des intérêts mercantiles (vente d’armes) et la lutte contre l’immigration.

5De nouvelles coopérations sont (ré)activées : avec la Russie, qui a livré 85 % du blé importé en 2017-2018 et construit une centrale nucléaire à Dabaa ; avec la Chine, 1er fournisseur du pays, visité cinq fois par al-Sissi entre 2014 et 2018. Considéré comme pays-clé sur la nouvelle route de la soie maritime, l’Égypte bénéficie d’investissements chinois croissants ciblant l’énergie, le transport ferroviaire, la nouvelle capitale, l’aéroport et la zone du canal de Suez.

Le triangle de Halayeb (12 500 km2) revient à l’Égypte selon le traité anglo-égyptien de 1899, mais non selon le décret administratif de 1902, d’où la situation insolite de Bir Tawil, exclu des cartes officielles du Soudan et de l’Égypte. Comptant près de 20 000 habitants (soldats et fonctionnaires inclus), la zone disputée de Halayeb est sous contrôle de l’armée égyptienne depuis les heurts de 1995. Les tribus transfrontalières de bédouins qui vivent d’élevage, de pêche ou de commerce, principalement Al-Bachariya (du groupe Bega, parlant bégia), Al-Ababda et Al-Rachaida, côtoient des employés égyptiens venus d’ailleurs. La promotion de Halayeb en ville (2014) ou le projet d’un parc solaire (2016) avec les E.A.U. témoignent d’une politique égyptienne d’équipement et de développement à des fins centripètes.

1.1 L’Égypte au Moyen-Orient dans les années 2010 : une puissance fragilisée

1.1 L’Égypte au Moyen-Orient dans les années 2010 : une puissance fragilisée

1.2 Halayeb, baromètre des relations égypto-soudanaises 

1.2 Halayeb, baromètre des relations égypto-soudanaises 

Table des illustrations

Titre 1.1 L’Égypte au Moyen-Orient dans les années 2010 : une puissance fragilisée
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 1.2 Halayeb, baromètre des relations égypto-soudanaises 
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/37372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 529k

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search