Version classiqueVersion mobile

Pour la recherche urbaine

 | 
Félix Adisson
, 
Sabine Barles
, 
Nathalie Blanc
, 
et al.

Troisième partie. Pour une recherche attentive à la justice de la condition urbaine

12. Des pratiques urbaines ordinaires aux mobilisations citadines

Agnès Deboulet, Nicolas Douay, Véronique Dupont, Julie Gangneux-Kebe et Fanny Rassat

Texte intégral

  • 1 Afin de rendre compte de l’écriture collective de ce chapitre, les auteurs sont présentés par ordre (...)

1Ce chapitre s’intéresse à la rencontre entre la fabrique de la ville par ses habitants, leurs pratiques ordinaires, et la conception et gestion de la ville par les urbanistes et les pouvoirs publics1. Cette rencontre engendre des tensions, et le déploiement d’un éventail d’actions habitantes et de mobilisations citadines visant, au sens le plus large, une amélioration des conditions de vie dans la ville, un changement des modes d’habiter, ou encore la défense de privilèges. Ces actions et mobilisations, des plus ordinaires aux plus spectaculaires, se déploient dans des contextes variés, mais notamment dans des situations de contraintes accrues, liées à la pression démographique et foncière, aux vulnérabilités des espaces urbains, ou aux tensions sur le marché du logement et à l’accès aux services, ou face à d’autres défis économiques, environnementaux ou politiques.

2À la suite d’autres publications (Fillieule et al. 2009 ; Pigenet et Tarakowsky 2012), nous proposons d’articuler l’analyse des mouvements sociaux et les études urbaines, contribuant ainsi au décloisonnement disciplinaire. Nous exposons ici des questionnements qui appellent des discussions, dialogues, croisements, entre champs ou sous-champs disciplinaires, entre travaux francophones et anglophones. De tels questionnements nous semblent participer à une prospective urbaine dans la mesure où ils visent à élucider certaines tensions inhérentes aux sociétés contemporaines et leurs enjeux en termes d’action publique. Étudier la fabrique urbaine revient à s’intéresser au processus social de transformation du tissu urbain. Les travaux portant sur la fabrique urbaine sont très divers, mais accordent généralement une place particulière aux rôles des acteurs, en particulier des pouvoirs politiques et économiques dans la transformation du foncier. Dans ce chapitre, nous nous intéressons principalement à la transformation des espaces par les habitants, par le biais de pratiques citadines qui s’élaborent en dehors de toute opération d’urbanisme. Notre propos n’est donc pas de faire un historique ni un état des lieux de la recherche sur les mouvements sociaux. D’une part, une telle ambition dépasserait largement le cadre d’un chapitre orienté vers la prospective alors que de nombreux ouvrages de synthèse existent déjà en français et en anglais (parmi les plus récents : Neveu 2011b ; Pigenet et Tarakowsky 2012 ; Goodwin et Jasper 2014 ; Della Porta et Diani 2015). D’autre part, nous avons choisi de mettre l’accent sur des formes d’engagement et de mobilisation citadines ordinaires, invisibles, dont un grand nombre serait plutôt considéré comme des « non-mouvements sociaux » (Bayat 2010).

3Nous poursuivons la réflexion sur les diverses modalités de mobilisation en interrogeant leur rôle dans la production de la ville et sa gouvernance. Ce questionnement général sera décliné en trois temps. Nous examinerons en premier lieu les articulations entre les pratiques ordinaires des habitants, que l’on pourrait qualifier de mobilisations invisibles, et les modalités d’actions collectives revendicatives, identifiées comme mobilisations visibles. Dans un deuxième temps, nous nous intéresserons à la valorisation des expériences locales susceptibles de réinventer la ville et sa gestion. Enfin, nous interrogerons les conséquences des formes plurielles de mobilisation sur le gouvernement des villes.

Penser les liens entre pratiques urbaines ordinaires et mobilisations citadines

Analyser les pratiques habitantes

4Afin de comprendre comment les pratiques ordinaires peuvent conduire à des mobilisations citadines plus ou moins visibles, il convient au préalable d’identifier les différentes pratiques habitantes, individuelles ou collectives, et les diverses modalités de mobilisation. Les travaux de recherche actuels mettent en évidence un répertoire de modalités d’action, allant des pratiques ordinaires, aux stratégies de contournement et d’appropriation vers diverses formes d’adaptation et/ou de résistance, jusqu’aux mouvements de protestation et de mobilisation de grande ampleur se rendant visibles dans l’espace public (manifestations de rue, occupations de places, etc.). Il faut de plus souligner la pluralité des concepts proposés par les chercheurs et les nuances apportées par chacun d’entre eux pour mieux appréhender les situations observées. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous identifions trois groupes d’approche des pratiques habitantes en milieu urbain : compétences citadines ; participation citoyenne ; investissement des milieux de vie.

5Un premier groupe s’intéresse aux savoir-faire des habitants, à leurs « compétences citadines » (Berry-Chikhaoui et Deboulet 2003) et rejoint les réflexions de Michel de Certeau (1980) sur les ruses et les tactiques. Cette approche s’intéresse notamment à la manière dont les habitants prennent en main les questions urbaines en créant leurs propres stratégies d’adaptation et continuent ainsi à « faire ville » (Agier 2015). Sont privilégiées des approches micro-localisées orientées sur l’analyse des pratiques quotidiennes, y compris subversives, à l’instar des pratiques d’« empiétement tranquille de l’ordinaire » mises en exergue par Asef Bayat (2010) dans le contexte des villes du Moyen-Orient avant le Printemps arabe.

6Un second groupe introduit une dimension politique et une dynamique d’action plus collective à travers les concepts de citoyenneté et de participation citoyenne, avec des variantes dans le type d’engagement. Salomon Benjamin (2008) propose le concept d’urbanisme d’occupation pour rendre compte, dans le contexte indien, de revendications d’occupation territoriale par des groupes urbains pauvres, adossées à des pratiques de clientélisme politique et des interactions avec le niveau inférieur de la bureaucratie étatique. Faranak Miraftab (2004) distingue la participation dans des « espaces invités », selon les termes et conditions posés par les instances publiques, de la participation dans des « espaces inventés » de revendications, contrôlés par la base. La citoyenneté peut être active (« spaces ofactive citizenship », Miraftab et Will 2005), en référence aux campagnes anti-éviction dans les villes d’Afrique du Sud, voire insurgée (« insurgent citizenship », Holston 2008), en référence à l’expérience brésilienne.

7Le troisième type d’approche vise à articuler les pratiques citadines aux formes de citoyenneté et s’intéresse à l’« investissement habitant des lieux et milieux de vie » (Blanc et Emelianoff 2008). Afin d’interroger in fine le potentiel des citadins à contribuer à la décision politique sur leur territoire, une entrée privilégiée est celle de l’analyse des expérimentations locales, entendues comme des formes d’intervention sur et dans l’espace qui sont susceptibles d’aboutir à de nouveaux modèles d’habitabilité. Cette approche se propose de regarder les pratiques écologiques, par exemple la place de la nature en ville non plus seulement par ses composantes physiques, matérielles mais à travers la « connaissance fine des conditions de vie offertes à cet endroit » (Blanc 2010, p. 169). Les habitants peuvent alors être considérés comme des artisans du quotidien (Bang et Sorensen 2005) qui s’investissent sur le plan local, par leurs propres moyens et ne se réfèrent pas à l’État. Ils réalisent des actions à l’échelle de leur quartier, mais qui portent une dimension politique. Les personnes qui les pratiquent ne sont pas des militants, mais des « environnementalistes du quotidien » (Paddeu 2017), des habitants qui sont attachés à leur territoire de vie et s’engagent localement.

8À la croisée des deux dernières approches, de nouvelles perspectives sur lesquelles nous reviendrons questionnent la place des pratiques citadines dans la construction des espaces urbains contemporains. Elles soulignent un champ alternatif de pratiques d’aménagement s’appuyant sur une diversité d’expériences et un engagement citoyen (Douay et Prévot 2016).

9Un point commun à ces divers cadres d’analyse est la place prépondérante donnée à la capacité d’agir des habitants. Au-delà de la ville pensée et aménagée par les pouvoirs publics, le rôle des habitants est désormais pris en considération. De fait, y compris dans des situations de marginalisation ou de domination, ils ne restent en général pas passifs. « Les habitants élaborent ainsi des formes urbaines hybrides ou inédites, inventant de nouveaux agencements de lieux » (Berry-Chikhaoui et Deboulet 2003, p. 17). Ils doivent donc être étudiés comme des acteurs à part entière de la coproduction de la ville.

10Cette catégorisation des approches, depuis les micro-perspectives jusqu’aux dynamiques d’action collective, démontre par ailleurs la nécessité de décloisonner les micro-champs disciplinaires, de faire dialoguer les travaux de recherche francophones et anglophones, et en particulier ceux portant sur des villes du Sud et des villes du Nord (Choplin 2012 ; Robinson 2011 ; Criqui 2016). Les cadres théoriques développés sur les villes du Sud s’avèrent ainsi souvent pertinents pour élucider les situations et processus récents observés dans les villes du Nord (Jacquot et Morelle 2018).

11Quelle que soit l’approche retenue, il est nécessaire de prendre en compte les contextes et les échelles dans lesquels les dynamiques d’action individuelles ou collectives s’inscrivent. Cette contextualisation (notamment les contraintes démographiques, les inégalités économiques et socio-spatiales dans la ville, les vulnérabilités environnementales) s’avère indispensable pour comprendre les sentiments d’injustice, les tensions et conflits autour de l’usage des espaces qui conduisent à des revendications. Une attention particulière doit également être portée aux échelles territoriales (métropole, ville, quartier, îlot, rue) des mobilisations, à leurs temporalités ainsi qu’aux acteurs qui les portent et/ou qu’elles impliquent.

Rendre visibles les revendications

12Comment penser les liens entre les pratiques ordinaires et les mobilisations ? De quelle manière certaines pratiques deviennent-elles des actions visibles et fédératrices qui participent à la fabrique de la ville, voire la réinventent ? Penser les liens entre mobilisations invisibles et visibles implique de passer de l’examen d’actions localisées, à un moment donné, à la compréhension dynamique de ces actions. Il n’existe pas de lien mécanique entre pratiques ordinaires et mobilisations. Ce faisant, plusieurs questions se posent : si les pratiques ordinaires peuvent être individuelles, quotidiennes, du domaine du banal, à quel moment parle-t-on de mobilisations ? À quelles conditions des pratiques ordinaires basculent-elles vers des revendications plus collectives ? Les divers modes d’action correspondent-ils à des moments distincts d’un processus de mobilisation au cours du temps ? Comment une mobilisation localisée passe-t-elle à l’échelle d’un mouvement plus global ?

13Il convient également d’interroger une vision binaire de la fabrique urbaine qui serait, alternativement ou exclusivement, le produit de l’action publique, bordée par elle, ou bien laissée à la libre initiative de citadins dits ordinaires tentés par l’autoproduction ou abandonnés par un État absent. La prévalence de telle pratique ou mode d’action s’explique en effet par une combinaison de facteurs, notamment des contextes socio-politiques spécifiques aux échelles nationale et locale, la capacité ou la volonté de régulation des institutions publiques, ainsi que par des configurations singulières d’acteurs.

  • 2 Mutirão est un terme brésilien qui désigne la construction collective d’habitations par les habitan (...)

14Les exemples et motifs de revendication sont multiples (recherche d’une qualité de vie, droit à la ville et droits dans la ville ; question de justice socio-spatiale ou environnementale) et peuvent s’étudier selon deux registres. Dans le premier, des pratiques ordinaires peuvent être associées à une capacité d’agir mise en œuvre consciemment et collectivement en vue d’atteindre un objectif ou de faire valoir un mécontentement et/ou des revendications. Ainsi en est-il des pratiques de campement qui associent de la quotidienneté à l’affirmation d’une présence actant une demande de reconnaissance tant de la part des installés que des militants. C’est le cas de certains camps de migrants ou de la pratique de plus en plus répandue en France des zones à défendre (ZAD). Dans un second registre, des initiatives vécues comme ordinaires par leurs protagonistes peuvent, elles aussi, porter une charge de mobilisations souvent passée sous silence. Les formes d’adaptation et d’innovation en réponse à des contraintes démographiques, économiques, géopolitiques et environnementales se doivent aussi d’être analysées comme des stratégies de revendications silencieuses. Ainsi le mutirão2 au Brésil ou les initiatives d’habitat groupé ou autogéré en Europe brouillent-ils la frontière entre pratiques ordinaires et mobilisations (Bacqué et Vermeersch 2007). Ils révèlent en effet la dimension émancipatrice de pratiques constructives, édificatrices, organisatrices aisément considérées comme ordinaires dans d’autres circonstances.

15Sur le plan disciplinaire, si la sociologie des mouvements sociaux s’est déjà beaucoup intéressée à la mobilisation des « sans » (Boumaza et Pierru 2007), la recherche gagnerait à approfondir l’analyse des intersections entre mobilisations et à appréhender celles-ci dans une perspective de sociologie compréhensive en recherchant à la fois le sens endogène des actions, le sens pour autrui et le sens des activités pratiques ainsi initiées (Pharo 1985). Cette dimension pourrait compléter les approches pragmatistes qui se sont fortement développées dans les années 2000. Ces dernières appréhendent les mobilisations comme des épreuves individuelles et collectives dans l’affirmation d’une singularité urbaine et d’un droit à rester face aux forces transformatrices issues des projets modernisateurs, ou d’un capitalisme transnational (Cogato Lanza et al. 2013). Redessiner un commun à travers les initiatives et les projets (ibid.) rejoint l’acception a minima d’un mouvement social défini en relation à des conflits et à des adversaires, avec pour objectif la défense d’intérêts, et qui suppose une organisation en public (Cefaï 2007). Pourtant rien ne fait consensus sur la définition d’un bien public dont la défense sous-tendrait mobilisations et mouvements sociaux.

  • 3 Voir par exemple la mobilisation de mai 2017 en France contre le mégaprojet de centre commercial gé (...)

16Les apports théoriques et épistémologiques de la sociologie des mouvements sociaux sont parfois relégués au second plan par des études urbaines portant notamment sur des mobilisations locales et des revendications anti-éviction, ou relatives à la gentrification. La même remarque vaut pour les questions environnementales, elles aussi de plus en plus présentes dans les mobiles des revendications (Grisoni 2015) et qui permettent de penser des ponts thématiques et conceptuels. La transgression des frontières entre le rural et l’urbain permet aussi aux mobilisations environnementales de s’inspirer des pratiques ordinaires bâtisseuses ou cultivatrices pour démontrer l’inanité de certains grands projets3. Les revendications à « avoir droit » peuvent aussi être appréhendées comme s’inscrivant dans la défense d’une qualité de vie. La recherche urbaine aurait ainsi tout à gagner à reconsidérer les apports respectifs de la sociologie des mouvements sociaux, des revendications spécifiquement urbaines et des approches en termes de justice environnementale, souvent intimement liée à la justice sociale.

17Sur un autre plan, il semble fécond d’interroger les relations entre mobilisations revendicatives autour des droits et les instrumentations de celles-ci par les États et collectivités locales (Dupont et al. 2016). L’inscription du droit à la ville dans les chartes de certaines villes, voire pays est-elle de nature à modifier les plateformes revendicatives et leur effectivité ? Comment en retour affectent-elles les pratiques des citadins privés d’accès régulier au logement en Europe et ailleurs dans le monde ?

  • 4 On pense par exemple à la plateforme Wiego (Women in Informal Employment : Globalizing and Organizi (...)

18Pour mieux saisir la portée de certaines mobilisations, nous devons également regarder comment celles-ci s’appuient sur des modifications substantielles des pratiques, notamment au sein de coalitions informelles d’acteurs non gouvernementaux4. Ce travail réticulaire est local mais aussi globalisé, et modifie aujourd’hui les registres d’action des citadins dans les quartiers précaires (Mitlin 2016).

Vers des mobilisations urbaines globalisées ?

19De nombreux auteurs notent l’exacerbation des contradictions du capitalisme global dans les métropoles, en particulier dans celles qui se situent sur des nœuds des réseaux de la globalisation. Dans ce contexte, on pouvait donc s’attendre à ce que la « question urbaine », pour paraphraser Manuel Castells (1972), réapparaisse. Cela s’est produit notamment dans les années 2010 avec des mobilisations sectorielles qui sont devenues transversales, puis globalisées, et que l’on peut analyser comme de grandes mobilisations plaçant l’urbain au cœur de la revendication. Citons, parmi d’autres, le mouvement des tentes formé en 2011 à Tel Aviv pour revendiquer des logements accessibles, les mobilisations de 2013 contre les transports chers et le droit à la mobilité dans les agglomérations brésiliennes ou encore le mouvement anti-spéculatif pour défendre le parc urbain de Gezi à Istanbul en 2013.

20On note aussi un nombre croissant de conflits autour de la question environnementale. À Bhopal en Inde, les revendications continuent suite à la catastrophe industrielle de 1984, et de nombreux autres conflits émergent ailleurs dans le monde. Les mouvements sociaux urbains se situent au point de rencontre du mouvement pour la justice globale qui existe depuis les années 1970 et d’un mouvement pour la justice économique qui a démarré à Seattle en 1999 avec les forums sociaux mondiaux (Moghadam 2013). Ils deviennent des plateformes de rencontres entre monde académique et militants. Les luttes contre-hégémoniques qui contestent la disparition du contrat social et le néolibéralisme ont eu une influence indéniable, y compris sur le mouvement d’occupation et de revendication Nuit Debout de 2016 dans les villes françaises. De leur côté, les révolutions arabes de 2011-2012 ont montré que les espaces revendicatifs avaient changé. Les aspirations révolutionnaires à la justice sociale n’appellent plus à changer le monde mais à l’améliorer, dans une perspective réformiste (Bayat 2017) pourtant durement réprimée.

21Le tournant revendicatif global est aussi lié à une multiplication des formes de dépossession (Harvey 2008 ; Motta et al. 2011) et aux contradictions du développement. Il survient dans les centres industriels et miniers en perte de vitesse ; les problèmes les plus aigus se posent aussi bien dans les villes petites et moyennes que dans des métropoles particulièrement attractives pour des investisseurs locaux ou transnationaux en quête de placements à forte rentabilité. Les mobilisations, qui attestent à la fois d’une nouvelle géographie des attachements sociaux et d’un certain degré de transnationalisme de l’action collective (Della Porta et Tarrow 2005), signalent peut-être l’importance croissante de la tension entre préservation de l’existant et renouvellement urbain.

22Les dynamiques socio-économiques des très grandes villes ont également facilité le renforcement de certaines élites et classes intermédiaires. Par conséquent, les plans de redéveloppement urbain basés sur une logique élitiste ou l’oubli des classes populaires sont devenus un enjeu majeur de confrontations, qui se superposent ou se substituent à des revendications plus anciennes relatives aux équipements et au droit au sol (Le Blanc et al. 2014). Les luttes qui visent à exprimer les significations populaires de la justice au sein du nouvel ordre urbain global s’inscrivent prioritairement dans des quartiers où sont contestés les usages du sol ou des espaces publics. Ces mobilisations rejoignent des préoccupations des années 2000 interprétées par la recherche comme relevant de manifestations pour la justice globale. Cela dit, leur fonctionnement réticulaire et l’ouverture des dispositifs de mobilisation expriment une pensée alternative et s’expriment notamment en opposition à la privatisation des espaces (Della Porta et Tarrow 2005).

Pour la valorisation des expérimentations locales

23Cette seconde section porte sur les expérimentations locales qui valorisent les initiatives habitantes et permettent également d’envisager une gestion renouvelée des tensions inhérentes aux espaces partagés dans la ville. Cette approche soulève plusieurs questions pour la recherche urbaine. Dans quelle mesure ces pratiques ordinaires, ancrées dans un contexte local donné, proposant des alternatives aux opérations d’aménagement, peuvent-elles inspirer d’autres groupes ou collectifs d’habitants ? Comment peuvent-elles s’appliquer à différentes échelles ? Quelle est la capacité de ces expérimentations à être répliquées dans d’autres espaces et/ou d’autres contextes ? En d’autres termes, il s’agit de questionner la capacité de modélisation des expérimentations locales.

24Nous explorons ici les apports de ces urbanismes de fait (Criqui 2016) qui se développent entre des pratiques expérimentales locales et leur mise en réseau dans une approche plus globale de la fabrique urbaine non plus fondée sur les normes imposées par les urbanistes, mais sur une diversité d’expériences individuelles et/ou collectives. Nous relions cette expression à celle de « droit à la ville de fait » qui désigne « un processus qui s’opère à l’interface entre action publique [...] et pratiques quotidiennes des citadins » (Morange et Spire 2017, p. 7). Nous élargissons ce cadre d’analyse, élaboré à partir d’observations au Sud, pour appréhender des expérimentations locales qui encouragent l’appropriation des espaces urbains entre le « faire ville » – « cette ville qui est [...] ce que ses habitants pensent et jugent » – et le « faire la ville » – « le complexe processus de son projet et de sa construction » (De Biase 2014).

25Les urbanismes de fait renvoient ainsi à diverses notions, telles que l’urbanisme tactique, transitoire, temporaire ou encore de négociation, de gestion, autant de formes de la fabrique urbaine expérimentale. Ces approches plus ou moins récentes permettent d’explorer des questions prospectives pour la recherche urbaine. Développées dans des contextes précis, elles permettent également de porter des regards croisés entre certaines pratiques habitantes de villes du Sud et du Nord, et de valoriser des pratiques de citadins précaires.

L’apport des urbanismes de fait

26Face à une remise en question de l’urbanisme dit de planification et de projet, certains citadins expérimentent localement de nouvelles formes d’appropriation et de transformation des espaces urbains. Fondées en partie sur des pratiques consubstantielles à l’émergence des villes, à l’instar de l’occupation d’espaces vacants et de la création de valeurs partagées, ces expériences locales permettent un accès facilité aux communs de la ville. Non plus fondés sur une programmation et une matérialité décidées par les professionnels de l’urbain, ces urbanismes de fait se construisent autour de spatialités vécues et pratiquées ; ils ne répondraient plus tant à une politique de l’offre qu’à une prise en compte des besoins réels et spécifiques des habitants.

27Investissant les modalités de l’action urbaine alternative, des habitants n’hésitent pas à passer de l’expérimentation à la création d’un nouvel agir urbain. Ces urbanismes de fait renouvellent le champ d’action de la fabrique urbaine, sans toutefois contrecarrer nécessairement les effets d’une privatisation, d’une financiarisation accrue et d’une gentrification des espaces des métropoles les plus attractives. Ils proposent aussi un nouveau regard sur certains espaces et certaines pratiques marginalisées, mises à l’écart de la ville qualifiée de formelle.

28Le mouvement dit d’urbanisme tactique en constitue une première approche. Apparu en Amérique du Nord, il s’inscrit dans la lignée de différents mouvements sociaux urbains des années 1960 et 1970 qui dénonçaient les ravages de l’urbanisme fonctionnaliste. Par exemple, le groupe Project for Public Spaces qui voit le jour à New York en 1975 avait pour objectif d’aider

  • 5 Traduit à partir du site du Project for Public Spaces, http://www.pps.org/about/.

les gens à créer et à maintenir des espaces publics qui renforcent les communautés [...] d’aider les citoyens à transformer leurs espaces publics en lieux vitaux qui mettent en valeur les atouts locaux [...] et servent les besoins communs5.

  • 6 Voir le site de Street Plans Collaborative, www.streetplans.org.

29Cette expérimentation par le bas a servi à la circulation des idées à l’échelle du continent puis de l’ensemble du globe. Aujourd’hui l’urbanisme tactique se réfère davantage à une diversité de groupes qui expérimentent différents types et objets de mobilisation allant de la piétonisation à l’installation de jeux, de mobiliers urbains ou encore d’espaces verts. Le regroupement de différentes initiatives autour de cette expression d’urbanisme tactique doit beaucoup à la popularité du manuel Tactical Urbanism : Short-term Action for Long-term Change (Lydon et Garcia 2015) développé par l’organisation Street Plans Collaborative6. Tenant compte de cette diversité et au-delà d’une transformation de l’espace plus ou moins temporaire, nous retiendrons que le mouvement du tactical urbanism « renvoie avant tout à un engagement citoyen pour lequel l’aménagement est une pratique collective qui mobilise souvent les ressorts de l’art et de l’évènementiel » (Douay et Prévot 2016, p. 2).

30À la rencontre de ce premier mouvement, on distingue une deuxième modalité d’action, l’urbanisme temporaire. S’appuyant sur des pratiques anciennes d’occupation des espaces délaissés, l’urbanisme temporaire naît du squat comme mode d’action (Péchu 2010, p. 121). Par l’occupation temporaire d’un lieu, d’un espace partagé entre différents citoyens pauvres, les squatteurs revendiquent une forme d’insertion dans la ville à travers l’insertion dans une communauté. La dimension collective du projet d’habitation ou d’utilisation d’un lieu est ici centrale. Ce mode d’action collective poursuit la volonté de « repenser la vie des quartiers et des villes [...] au sein d’espaces réappropriés » (ibid., p. 87) pour vivre autrement. Il projette un nouveau regard sur l’habitat, en valorisant des formes d’occupation considérées comme illégales mais offrant des solutions alternatives pour se loger. Les porteurs de ce mouvement, les squatteurs, tissent des rapports de négociations ou d’affrontements avec les autorités locales qui tentent de les contrôler. Ces occupations transitoires localisées mettent en relief l’existence dans nos sociétés contemporaines d’espaces interstitiels, de friches urbaines aux abords des centres urbains ou dans les périphéries.

  • 7 Voir la Note rapide de l’IAU-IdF, 741, février 2017, https://www.iau-idf.fr/ fileadmin/NewEtudes/Et (...)

31De certaines friches urbaines naît un nouvel urbanisme de gestion qui se définit comme temporaire ou interstitiel dans le contexte anglo-saxon (Tonkiss 2013). L’urbanisme temporaire serait alors une nouvelle modalité de l’action urbaine où le propriétaire utilise l’occupation autorisée comme moyen de gestion transitoire de la vacance (Adisson 2017). Les premières expérimentations locales mettent en avant des pratiques citoyennes collaboratives entre occupations culturelles, artistiques, récréatives mêlées à du logement pour les plus précaires. Elles cherchent à créer des espaces-temps de convivialité qui promeuvent de nouveaux arts de faire la ville, de faire le projet urbain par le partage d’espaces communs. Surmédiatisés, ces mouvements sont largement récupérés par de grands propriétaires fonciers pour valoriser à moindre coût leur foncier en travestissant le concept premier de partage, et semblent s’appuyer sur une forme de précarité économique de leurs acteurs7.

  • 8 Voir le site de ce mouvement, http://www.greenguerillas.org/.
  • 9 Voir le site de l’ONG Transition Network qui structure le mouvement des villes en transition, https (...)

32D’autres mobilisations à caractère environnementaliste mettent en scène des pratiques diverses, des plus localisées (green guerrillas lancées à New York en 19738, fermes urbaines et jardins communautaires) aux plus internationalisées (mouvements écologistes globaux : pour une justice sociale, climatique, alimentaire ; le réseau des villes en transition9). Ces pratiques alternatives sont autant menées par des associations et collectifs formellement engagés dans les espaces communs de lutte et portés par un environnementalisme convaincu, que par des mobilisations habitantes ordinaires animées par la recherche de sociabilités nouvelles. Ces mouvements investissent des espaces vacants (résiduels et/ou délaissés en creux ou aux marges de la ville) pour la production agricole localisée (culture maraîchère, jardinage, compostage), pour la promotion de nouveaux rapports aux environnements (géobiologie, bien-être et santé en ville) ou encore par la végétalisation plus ou moins temporaire des espaces publics (reconquête de la biodiversité et services écosystémiques). Les citoyens proposent ainsi de réinventer les rapports entre ville et nature.

  • 10 Le caractère plus ou moins rigide du projet urbain n’est pas envisagé ici du point de vue des urban (...)

33Pour les enjeux de la prospective urbaine, ces différents mouvements basés sur des actions dont l’inscription spatiale est plus ou moins durable permettent de poser la question de l’émergence de modèles alternatifs de développement urbain. Ces modèles remettent les citoyens au cœur de la fabrication urbaine qu’ils vivent comme une expérience individuelle ou collective active. D’une part, du point de vue des acteurs et des processus, les urbanismes de fait mettent en avant les initiatives citoyennes et participent ainsi à la reconnaissance du pluralisme des acteurs engagés dans la fabrication urbaine. Ces approches émergentes sont de plus en plus souvent appropriées et récupérées par les acteurs plus officiels de l’aménagement qui procèdent ainsi à leur institutionnalisation. L’urbanisme de fait est alors valorisé pour l’expérience participative de transformation de l’espace. D’autre part, du point de vue de la substance des aménagements, l’urbanisme de fait interroge les référentiels des projets en mettant l’accent sur des approches moins techniques et fonctionnalistes avec des interventions plus légères, souvent éphémères et réversibles, qui favorisent par ailleurs la valorisation des modes doux de transport au détriment de la voiture. Les diverses modalités de l’urbanisme de fait questionnent toutes la visée de la discipline urbanistique, celle de s’inscrire dans le temps autant que dans l’espace. Au projet urbain du temps long, parfois rigide10 et sans véritable concertation, ces mouvements proposent des temps partagés, courts et complexes à la fois, laissant place à l’inattendu dans la ville.

34Du point de vue de la prospective et des futurs agendas de recherche, ces mobilisations posent nécessairement la question des échelles, des espaces-temps et du sens de ces initiatives. Il semble aussi essentiel d’interroger leur caractère innovant et alternatif. L’analyse des trajectoires des militants et des acteurs engagés permettrait d’interroger la part des individualités et du collectif dans ces expériences, mais aussi les répertoires d’actions qui mêlent à la fois d’anciennes et de nouvelles grammaires de l’engagement politique. En outre, il convient d’observer la capacité transformationnelle de ces mobilisations par une évaluation de l’impact des projets urbains et plus globalement de l’évolution des référentiels de l’aménagement. Par exemple, l’urbanisme tactique apparaît de plus en plus comme un label attendu, voire mainstream, d’une ville qui serait forcément durable, créative et dans laquelle les habitants sont impliqués (Douay et Prévot 2016). Il s’agit donc de poser la question de la capacité de ces mouvements à contribuer à l’évolution des rapports de pouvoir dans l’aménagement et du sens des projets urbains au regard des valeurs véhiculées et des acteurs qui en tirent profit.

35Plus concrètement les recherches pourraient se concentrer sur :

  • la structuration de ces mouvements par la circulation des concepts et modèles ainsi que sur l’animation de ces communautés, notamment par les outils numériques ;
  • la réception locale des idées du point de vue individuel, mais surtout collectif avec notamment une attention aux trajectoires militantes (et aussi professionnelles) des acteurs impliqués ;
  • l’institutionnalisation de ces idées et leurs intégrations dans le champ des politiques publiques ;
  • le sens, le rôle et l’impact de ces pratiques d’aménagement, dans un contexte marqué par le néolibéralisme et l’austérité budgétaire ;
  • les nouvelles ambiances et formes urbaines produites par ces urbanismes de fait – tactiques, transitoires, temporaires, interstitiels – en s’interrogeant également sur leur capacité à durer.

Un nouveau regard sur les pratiques habitantes des villes du Sud

36L’approche par les urbanismes de fait invite par ailleurs à renouveler notre regard sur les pratiques habitantes dans les villes du Sud. Ces villes apparaissent, à certains égards, à l’avant-garde de pratiques redécouvertes et maintenant expérimentées dans des villes du Nord. Considérées au Nord comme des pratiques alternatives, elles relèvent au Sud de pratiques courantes, du quotidien, que les pouvoirs publics essayent souvent d’éradiquer dans une aspiration à se conformer à un modèle de ville moderne et globale.

37Le recyclage des déchets offre un premier exemple de prise en compte des savoir-faire des habitants des villes du Sud. Dans ces villes, la gestion des déchets par les collectivités publiques apparaît souvent comme peu performante au regard de la prévention et du recyclage. Face à la défaillance du système de collecte et de gestion, des populations des plus précaires exploitent les gisements de déchets abandonnés. L’activité de récupération généralement considérée comme informelle constitue pourtant une solution alternative à la décharge en favorisant une deuxième vie des objets et des matières. Dans certains pays du sud (Madagascar, Inde, Argentine, Chili), les mobilisations des récupérateurs soutenues par des organismes internationaux ont pour objectif d’intégrer ces acteurs dans un système formel de traitement des déchets (Durand et al. 2015 ; Cirelli et Florin 2015). Ces initiatives innovantes questionnent le fonctionnement du service public de gestion des déchets ainsi que les réseaux techniques urbains des villes du Nord (Coutard et Rutherford 2009), à l’heure de la valorisation des pratiques habitantes dans la prévention des déchets (notamment récupération et réemploi). La gestion d’un service public par le bas constitue-t-elle alors un modèle alternatif et durable de gestion urbaine ?

38Dans un autre registre, Valérie Clerc (2015) propose de reconsidérer les quartiers d’habitat informel dans les pays arabes sous l’angle du développement durable – en d’autres termes d’apprécier le caractère ingénieux des pratiques « d’empiétement tranquille de l’ordinaire » (Bayat 2010, p. 43). La construction de ces quartiers par les habitants eux-mêmes garantit une adéquation de leur habitat à l’organisation urbaine sociale et aux modes de vie locaux. D’un point de vue environnemental, certains principes de l’urbanisme durable peuvent y être identifiés. « Des rues étroites, une densité, une compacité et une morphologie urbaine adaptée atténuent le stress thermique et offrent un potentiel important d’efficacité énergétique » (Clerc 2015, p. 56). Les espaces publics sont revalorisés par une piétonisation certes en partie subie, mais qui permet de limiter les nuisances sonores, et d’améliorer la qualité de l’air. L’investissement de l’espace public par les habitants et la richesse du milieu associatif dans ces quartiers favorisent le lien social et les solidarités. Il s’avère ainsi nécessaire de renouveler les approches conceptuelles et opérationnelles sur ces quartiers. C’est un nouveau regard sur les quartiers précaires qui est ici proposé, un « changement d’échelle radical dans l’appréhension du concept de quartiers durables, généralement conçus et construits dans les pays du Nord » (ibid., p. 58). Cette vision amène à penser la ville durable en valorisant également les quartiers informels existants à « durabilité partielle » (ibid.).

39En termes d’agenda de recherche, il serait fructueux d’explorer plus systématiquement ces redécouvertes ou expérimentations qui valorisent des compétences citadines développées dans d’autres contextes urbains, notamment au Sud. Quels enseignements tirer par exemple des pratiques quotidiennes d’adaptation à des climats extrêmes face aux nouveaux défis posés par le changement climatique ? Plus généralement, une attention particulière pourrait être portée aux facteurs de résurgence et aux vecteurs de circulation des pratiques habitantes et des idées.

Articulation entre mobilisations et mode de gouvernement des villes

40Les interrogations portent ici sur l’engagement citoyen et l’aboutissement des luttes urbaines qui se traduisent par des formes de participation, de coopération et de négociation dans la gouvernance des villes. La prise en compte des mobilisations dans une gestion partagée de la ville, ainsi que celle des recompositions entre les collectivités locales et les mouvements sociaux, au Sud autant qu’au Nord, nous paraissent comme des domaines de recherche à approfondir. L’attention mérite également d’être portée à la transformation de certains mouvements sociaux récents en partis politiques, débouchant sur l’élection de nouveaux gouvernements locaux, ou sur l’élection de nouvelles équipes municipales issues de la société civile. Ces nouvelles configurations locales permettent d’interroger les relations ambiguës entre société civile, mouvements sociaux et partis politiques (Nez 2016).

41Il convient par ailleurs de s’interroger sur les risques de récupération et d’instrumentalisation de la participation citoyenne. Sommes-nous face à des processus de démocratisation ? Par exemple, les formes de participation d’organisations issues de la société civile au sein d’espace invités, selon les termes et conditions posés par les instances publiques, traduisent-elles des processus de cooptation par les pouvoirs publics, des stratégies pour mieux contrôler les groupes d’opposition, ou bien de réelles avancées en termes de démocratisation ? Ceci ouvre le débat sur les bénéfices à attendre pour les citadins d’un engagement dans les dispositifs de gouvernance de la ville par rapport à une stratégie de confrontation et une mobilisation dans des espaces inventés de revendications contrôlés par la base.

Les effets de la métropolisation et de la périurbanisation

42La métropolisation repose avec force la question des articulations entre mobilisations et gouvernement des villes, des échelles et dynamiques spatiales de la contestation, et de la capacité des coalitions d’acteurs publics à les anticiper, à faire avec ou à les accompagner.

43Dans des sociétés urbaines polycentriques ou dénuées de centralités principales (comme dans certaines périphéries ou espaces périurbains), dont on ne connaît ni ne comprend les contours en évolution rapide (Brenner 2013), les formes de mobilisation pourraient ne plus nécessairement passer par l’occupation des rues des centres-villes. Une préfiguration intéressante émerge d’ailleurs avec les mobilisations environnementales dans la périphérie des métropoles, à l’instar de la contestation du mégaprojet Europacity en plein champ ou du modèle des ZAD. Mais les mobilisations dans les quartiers périphériques sont encore largement invisibilisées, qu’il s’agisse d’Istanbul où les manifestations y ont été plus réprimées qu’au parc Gezi (Pérouse 2017) ou du Caire (Deboulet et Florin 2014).

Problème public, question sociale et cadre des mobilisations

44Catégorie analytique issue de la sociologie pragmatiste, les « problèmes publics » (Gusfield 1986 [1963] ; 2012) sont riches de promesses scientifiques pour les recherches urbaines. Ils permettent de mettre l’accent sur les cadres des mobilisations pour la réélaboration de troubles individuels ou collectifs en problèmes partagés au-delà du cercle des personnes directement concernées, y compris par les pouvoirs publics. Un problème public associe ainsi les visions des acteurs institutionnels à celles des citadins et des opérateurs locaux – élus, techniciens –, mais aussi celles des opérateurs privés de plus en plus présents. Ceci étant, les problèmes sociaux utilisés comme catégorie de mobilisation se distinguent parfois radicalement de cette conception du problème public (ibid.) qui a influencé nombre de chercheurs en sciences sociales sur les questions urbaines et environnementales (Cefaï et Terzi 2012 ; Tonnelat 2012). Ainsi, dans les villes des pays émergents, le recours aux droits par les comités de résidents se fait le plus souvent au détriment de l’occupation de l’espace par les pauvres (Zérah 2009). Dans ce cas, on dira que le problème n’est pas devenu public. Certaines mobilisations visant à priver des catégories subalternes de droits fonciers ou de droits au logement relèvent en effet d’une manifestation élitiste, convergente avec la vision de la ville compétitive. S’ouvre alors un courant qui appréhende la néolibéralisation comme une expression répandue de l’action et de l’inaction des pouvoirs publics dont la démonstration passerait par l’étude des types de collusion (alliances écrites et non écrites de délégation, de passe-droits ou d’inégalités) dans l’attribution des marchés liés à la promotion immobilière (Lelandais 2017) ou de contrats de services (Jaglin 2011). Ceci invite à prêter davantage attention aux registres de sens de ce qui fait problème public dans les mobilisations et les réponses des gouvernements locaux.

L’invention d’espaces et de formes d’action plus démocratiques

  • 11 Voir par exemple le colloque du GIS Démocratie et Participation consacré aux « [E]xpérimentations d (...)

45Les recherches sont de plus en plus nombreuses à constater la défaillance et même parfois l’échec des maillons institutionnels de la participation dans les pays démocratiques du Sud (Thompson et Tapscott 2010) comme du Nord, ainsi que les limites de la démocratie représentative. Il s’agit alors de créer des dispositifs méthodologiques permettant d’observer les modalités et canaux par lesquels les citoyens expriment leurs demandes, leur mécontentement ou leur colère et inventent des espaces démocratiques11. Certaines métropoles apparaissent comme des laboratoires de ces mobilisations (Le Cap en Afrique du Sud par exemple, avec de nombreux conflits centrés sur la question du coût de l’énergie).

46Pour Ronan Paddison (2009) se référant aux travaux de Chantal Mouffe et Slavoj Zizek, les pratiques de contestation prennent à rebours le post-politique, c’est-à-dire des stratégies dominées par la gouvernance entrepreneuriale où la vision de la ville future est exprimée par le consensus. Dans la plupart des milieux urbains et en particulier les métropoles, la contestation de la ville néolibérale rencontre les mobilisations sur le droit au logement ou les droits des migrants.

47La façon dont les choix sont opérés par les décideurs locaux fait l’objet de contestations de forte ou faible amplitude, mais ne laisse plus indifférent. On observe une diversification des mouvements revendicatifs, comme des politiques participatives parfois considérées comme des alibis pour justifier des politiques néolibérales visant, par exemple, à la privatisation de fractions du parc social (Kemp et al. 2015) ou des services publics locaux. Ayant de plus en plus recours à la notion de communs, militants et activistes de ces mouvements sociaux tablent sur une réappropriation citoyenne de la ville. La littérature anglo-saxonne, et plus récemment la recherche française, ont eu recours au vocable du néolibéralisme pour expliquer la plupart des problèmes de gouvernance des villes et faire écho à l’essor constaté des mobilisations dans le sillage des forums sociaux mondiaux. S’il est clair que le recours au secteur privé est de plus en plus présent dans la gestion des villes, il existe aussi des mouvements de re-municipalisation, encore embryonnaires. La proposition faite par Michael Storper (2016) et Patrick Le Galès (2016) nous semble porteuse de nouvelles pistes de recherche : au lieu de prendre le néolibéralisme comme point de départ incontournable, il serait plus fructueux de chercher à qualifier la diversité des formes de croisement entre marché et régulation publique sans confondre libéralisme, laisser-faire et néolibéralisme, et de s’intéresser par ailleurs aux défis de la gouvernance inclusive (Thompson et Tapscott 2010).

Mobilisations et gouvernance : des actions citadines pour renouveler la démocratie

48Un double changement est en cours depuis un peu plus d’une décennie puisqu’on assiste à la multiplication des mobilisations dans des régimes autoritaires, mais aussi à des résurgences autoritaires dans les régimes démocratiques. Les aspirations démocratiques se heurtent à des crises sécuritaires sur fond de libéralisation économique et d’augmentation des inégalités. La recherche sur les situations autoritaires en contexte démocratique (Hibou 2011) a marqué les années 2000 mais demanderait maintenant à davantage rencontrer les études urbaines. Quels sont les emboîtements précis entre autoritarisme, politiques publiques et secteur entrepreneurial ? Comment ces articulations affectent-elles les modalités de mobilisation, d’expression et le sens des désaccords publics ? Quelle est la capacité citoyenne de retourner des systèmes autoritaires lorsqu’ils s’ancrent dans des régimes de gouvernement non démocratiques, y compris au niveau le plus fin du maillage urbain ?

49A contrario, une démocratisation par l’urbain peut-elle s’exprimer dans des métropoles qui se positionnent dorénavant comme des acteurs collectifs alternatifs aux pouvoirs centraux et affirment leur cosmopolitisme et leur libéralisme politique ? D’importantes transformations ont émergé en Europe, notamment en France, à travers une meilleure prise en compte de la capacité des citoyens et citadins à prendre en charge la gestion de proximité et l’avenir de leur environnement urbain. Les recherches sur l’empowerment (Bacqué et Biewener 2013) et les réflexions sur le transfert de cette notion ont embrayé sur des programmes de développement du processus d’organisation communautaire. Il serait intéressant que les recherches des prochaines années puissent contribuer à enrichir ce champ d’étude en décloisonnant davantage les recherches en sociologie politique, sciences politiques, sociologie et géographie urbaine. Les États et collectivités locales se sont emparés du vocabulaire de la coproduction. Dès lors, la confrontation des représentations ordinaires, savantes et professionnelles de la coproduction trouve-t-elle un terrain d’entente, produit-elle des mondes en commun ou au contraire incite-t-elle à une autonomisation accrue des mouvements sociaux par les déçus de nouvelles promesses non tenues ?

  • 12 Voir la définition de Lawrence Grodeska, https://medium.com/civicmakers/civictech-primer-what-is-ci (...)
  • 13 Traduit à partir du site de Code for America, https://www.codeforamerica.org/.
  • 14 Voir le site de Démocratie ouverte, http://democratieouverte.org/.
  • 15 Voir le site de l’Open Government Partnership, http://www.opengovpartnership.org/.

14. Les usages du numérique dans les mobilisations citoyennes et citadines
Nicolas Douay
L’apport du numérique aux mobilisations citoyennes peut prendre plusieurs formes en s’appuyant sur l’émergence de nouveaux modes de coopération, d’échange et d’innovation collective. Par les usages qu’il permet, Internet est tout d’abord un élargissement de l’espace public. C’est le droit ou plutôt la capacité de prendre la parole qui s’élargit à l’ensemble de la société. Par ailleurs, une partie des conversations privées intègre l’espace public. Pour les citoyens, organisés ou non, Internet offre ainsi de nouvelles ressources pour la mobilisation (Cardon et Granjon 2013 ; Douay et Prévot 2012 ; Proulx 2013). Pour étudier cet élargissement, la notion de mobilisation de ressources est déterminante. Michel Offerlé (2008) distingue trois grandes catégories de ressources mobilisables par les mouvements sociaux : le nombre, l’expertise et le recours au scandale qui permet la dénonciation. Par rapport à ces ressources, nous pouvons questionner les effets d’Internet sur les pratiques militantes. En effet, comparée aux luttes urbaines observées dans les années 1960 et 1970 au sein des pays occidentaux, la nature des formes d’engagement et de militantisme évolue avec l’utilisation des outils numériques.
Internet met en relation les citoyens, rassemble des informations, fait circuler des mots d’ordre. Par rapport aux luttes urbaines traditionnelles, cette contestation 2.0 permet de rassembler un nombre important de citoyens en un temps plus court, de donner plus d’importance aux scandales et finalement de révéler des capacités inédites d’expertise qui apparaissent grâce à des processus participatifs. Internet révèle alors des mouvements sociaux urbains à l’organisation moins hiérarchique et collective, laissant place à des formes d’engagement plus individuelles où la dimension réticulaire offre de nouveaux horizons en permettant le renforcement et l’élargissement d’une forme d’intelligence collective (Lévy 1997).
Finalement, Internet semble accueillir plus facilement l’expression des différents mouvements sociaux urbains. Les nouveaux réseaux sociaux se transforment en forums de débat public, offrant ainsi la possibilité d’un espace public virtuel. De plus, ils peuvent devenir des espaces de coopération pour construire collectivement des solutions alternatives en matière d’aménagement et de gestion de l’espace (Douay 2018).
Du point de vue des enjeux de la prospective urbaine, l’étude des usages du numérique est inenvisageable en dehors de son articulation avec les usages qui ne relèvent pas du numérique, en faisant l’hypothèse d’usages numériques pervasifs – se propageant partout – qui vont être omniprésents mais souvent dans des formes hybrides. Il semble aussi intéressant de se concentrer sur les liens qui peuvent exister entre les formes de mobilisation et l’évolution des modes de gouvernement. À cet égard, le mouvement des civic tech (littéralement « technologies civiques ») est pertinent car il se situe dans cette zone de transition. Ce mouvement vise à revitaliser et transformer la citoyenneté et les institutions par plus d’ouverture grâce à l’usage des technologies12. Les champs d’intervention sont nombreux et peuvent renvoyer aux usages citoyens, mais aussi aux appropriations par les institutions dans les domaines de la consommation collaborative, du financement collaboratif, des réseaux sociaux, de l’organisation communautaire ou de l’ouverture des données gouvernementales (Patel et al. 2013).
Cette dynamique est internationale et on trouve donc ces militants geek sur tous les continents. Les États-Unis sont pionniers avec la fondation en 2009 du groupe Code for America. Celui-ci se présente comme étant un collectif non politique et non partisan qui vise à faire du code informatique dans une perspective civique sans rechercher des profits mais uniquement pour une meilleure gestion des affaires publiques13. En France, il existe aussi un écosystème d’innovateurs qui proposent différentes plateformes. Ce mouvement est, en partie, structuré par des collectifs comme celui de Démocratie ouverte14 qui est la déclinaison francophone de l’organisation Open Government Partnership15. Celle-ci a tenu son dernier sommet mondial à Paris en décembre 2016. La capitale française mise en effet de plus en plus sur les usages du numérique dans ses démarches participatives, notamment avec le budget participatif (Douay 2016).
Concrètement les recherches pourraient porter sur :
˙ l’évolution des répertoires d’action avec le numérique et la question de l’articulation en ligne/hors ligne ;
˙ l’influence de la technique et du design des plateformes sur l’engagement et les formes de délibération ;
˙ les liens entre les mobilisations citoyennes et le renouveau des formes du gouvernement et de production de la ville, notamment autour des civic tech.

***

50Ce chapitre a mis en perspective et fait dialoguer différentes recherches sur la production urbaine et les mobilisations des habitants. La réflexion débutait par la mise en relation des pratiques urbaines ordinaires et des mobilisations citadines. La première section portait sur la manière dont on peut analyser les pratiques ordinaires et comment celles-ci peuvent amener par un processus de mise en visibilité à des mobilisations urbaines de plus grande ampleur. Dans la deuxième section, ce raisonnement s’est poursuivi en adoptant un nouveau regard sur les expérimentations locales et les pratiques habitantes, un regard qui appelle à les prendre en compte aussi bien dans la recherche que par les pouvoirs publics comme modèle alternatif de gestion. La dernière section interrogeait les relations entre ces mobilisations habitantes et les gouvernements des villes qui conduisent à réinventer des espaces et des formes d’action démocratique.

51Les pistes de recherche abordées contribuent ainsi à un questionnement plus large. En quoi la fabrique urbaine ordinaire et les mobilisations, visibles et invisibles, interrogent-elles la planification urbaine, la production de la ville et sa gouvernance ? Dans quelle mesure les différentes formes de mobilisation sont-elles des opérateurs du changement dans la fabrique et les modes de gouvernement des villes ?

52Deux points de vue sont clairement affirmés et permettent de fournir des orientations prospectives. Il s’agit d’une part d’observer l’émergence de modèles alternatifs de développement urbain qui remettent les citoyens au cœur de la fabrique de la ville, de prendre parti pour une meilleure prise en compte du rôle des habitants dans les processus urbains, à côté des aménageurs et des politiques. Ce chapitre a ainsi montré les effets positifs de cette mise en visibilité des citadins qui ne sont cependant pas systématiques. Il convient de nuancer ces réflexions, car il existe également des mobilisations réactionnaires, qui révèlent des conflits dans l’usage des espaces urbains, ou des luttes pour maintenir des intérêts acquis au détriment d’autres groupes, souvent plus défavorisés, de la société urbaine.

53Ce chapitre appelle d’autre part à un rapprochement des études urbaines sur – et dans – les pays du Sud avec celles sur les pays du Nord. En effet, des pratiques urbaines et mobilisations citadines issues de contexte de pénuries pourraient plus souvent être considérées comme des solutions innovantes qui conduisent à de nouveaux modes d’habiter au Sud comme au Nord.

54Cette posture engagée fait également écho à un renouvellement possible des formes de recherche. Quelle est la place du chercheur qui analyse ces formes d’engagement citoyen ? Comment articuler engagement et recherche ? Là aussi, il conviendrait d’étudier les différentes formes de recherche-action qui conduisent à transformer la production académique en un moyen de légitimation de l’action militante.

Notes

1 Afin de rendre compte de l’écriture collective de ce chapitre, les auteurs sont présentés par ordre alphabétique. Bruno Delmotte et Patrice Diatta ont également contribué à la préparation du synopsis de ce chapitre pendant l’école thématique de la PNRU à Aussois en septembre 2016.

2 Mutirão est un terme brésilien qui désigne la construction collective d’habitations par les habitants eux-mêmes, organisés en communauté.

3 Voir par exemple la mobilisation de mai 2017 en France contre le mégaprojet de centre commercial géant et de parc d’attractions Europacity dans le Val-d’Oise incitant les militants à venir semer des plantes sur le site du Collectif pour le triangle de Gonesse, http://nonaeuropacity.com/agir/europacity-plantons-manifestons-contre-demesure, consulté le 26 juillet 2017.

4 On pense par exemple à la plateforme Wiego (Women in Informal Employment : Globalizing and Organizing) qui rassemble des acteurs du commerce et de l’activité populaire informelle de rue. Leurs activités sont très vite impactées par l’influence de leurs représentants dans les négociations sur « le droit à la ville » (http://www.wiego.org, consulté le 27 juin 2017).

5 Traduit à partir du site du Project for Public Spaces, http://www.pps.org/about/.

6 Voir le site de Street Plans Collaborative, www.streetplans.org.

7 Voir la Note rapide de l’IAU-IdF, 741, février 2017, https://www.iau-idf.fr/ fileadmin/NewEtudes/Etude_1355/NR_741_web.pdf, consulté le 24 avril 2019.

8 Voir le site de ce mouvement, http://www.greenguerillas.org/.

9 Voir le site de l’ONG Transition Network qui structure le mouvement des villes en transition, https://transitionnetwork.org.

10 Le caractère plus ou moins rigide du projet urbain n’est pas envisagé ici du point de vue des urbanistes et autres acteurs officiels de l’aménagement (qui pourront y trouver un instrument d’action publique souple et adaptable – voir Pinson 2005), mais du point de vue des habitants, lorsque la concertation se limite à une façade et que la mobilisation et le conflit s’avèrent les seules voies pour faire modifier le projet.

11 Voir par exemple le colloque du GIS Démocratie et Participation consacré aux « [E]xpérimentations démocratiques aujourd’hui – Convergences, fragmentations, portées politiques », janvier 2017, http://www.participation-etdemocratie.fr/fr/content/les-experimentations-democratiques-aujourdhui-convergences-fragmentations-portees-politiques, consulté le 26 juillet 2017.

12 Voir la définition de Lawrence Grodeska, https://medium.com/civicmakers/civictech-primer-what-is-civic-tech-7ea788e766d3#.qlh958ze6.

13 Traduit à partir du site de Code for America, https://www.codeforamerica.org/.

14 Voir le site de Démocratie ouverte, http://democratieouverte.org/.

15 Voir le site de l’Open Government Partnership, http://www.opengovpartnership.org/.

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search