Version classiqueVersion mobile

Pour la recherche urbaine

 | 
Félix Ardisson
, 
Sabine Barles
, 
Nathalie Blanc
, 
et al.

Deuxième partie. Pour une lecture socio-matérielle de l’urbain

9. La crise : saisir la ville par la rupture

Alexis Sierra, Romain Gustiaux et Romain Leclercq

Texte intégral

1Les villes et particulièrement les métropoles sont à la fois le théâtre, l’enjeu et le foyer de crises et catastrophes qui défraient la chronique et sont mises à l’agenda politique. Ce chapitre vise à montrer l’intérêt d’une analyse de l’urbain à partir ou en fonction des événements de rupture, de moments de paroxysme. Nous nous intéressons moins ici à l’origine apparente de l’événement qu’à ce qu’il engendre et représente, les effets qu’il a sur les manières de comprendre et de gérer les temporalités urbaines, ce qu’il nous dit du fonctionnement et de l’organisation de la ville. Attentats, séismes ou accidents industriels sont des moments particuliers dans l’histoire d’une ville, qui accélèrent le temps sur le moment et par les effets de mobilisation ou qui le figent par la sidération ou les réactions conservatrices qu’ils provoquent. Ils peuvent servir à construire un nouveau séquençage historiographique et participer à la construction d’une mémoire, voire d’une identité. Ce sont des moments qui influent sur la manière de penser le développement urbain donc son futur. Ils mettent en jeu des rapports sociaux et de pouvoir et justifient de nouvelles actions et des changements de pratiques. Ils interrogent cette situation d’incertitude qu’est l’urgence dans le monde urbain, la manière de la vivre, de la gérer, les savoirs et les ressources que sa gestion mobilise.

2Ce chapitre inscrit la prospective de la recherche urbaine dans la suite des travaux menés sur les risques et leur gestion mais en renversant le paradigme traditionnel consistant à aborder le risque à partir de la spécificité du phénomène perturbateur initial (Clavandier 2015), telle que la formule classique « risque = aléa x vulnérabilité » incite à le faire. Aborder l’étude du risque par la crise pousse à l’approcher à partir des enjeux et de la fabrique de l’urbain. De ce fait, l’approche est plus décloisonnée et interdisciplinaire, car aborder le risque par les aléas tend à disciplinariser l’étude, à la segmenter en fonction de la nature de ces aléas. La crise est en effet généralement appréhendée dans un enchaînement causal dans lequel l’événement disruptif est à l’origine de la perturbation (un tsunami qui engendre une catastrophe nucléaire, l’irruption d’un virus qui se diffuse, un attentat qui déclenche la guerre).

3Épistémologiquement, la définition des risques en fonction de l’aléa (risques naturels, risques technologiques, risques sanitaires, etc.) conduit à confier la recherche au spécialiste de ce phénomène (le sismologue, le physicien, l’épidémiologue, le spécialiste du fondamentalisme religieux, etc.) et à circonscrire ainsi les champs d’étude (Metzger et Robert 2015). La recherche est ainsi davantage abordée en fonction de la probabilité d’occurrence d’un phénomène de rupture qu’en fonction de la possibilité d’une catastrophe urbaine alors que c’est cette dernière qui pousse généralement à réaliser des études. La notion de risque urbain, qui déroge à cette pratique, pourrait désigner la potentialité d’un dommage. Elle donne à voir cependant davantage ce que la ville produit comme aléas spécifiques (incendie, rupture de réseaux, etc.) (Chaline et Dubois-Maury 2004) que ce que les citadins produisent et considèrent comme fragilités et vivent comme catastrophes. En effet, l’étude des risques urbains à partir du phénomène perturbateur transforme généralement celui-ci en principe actif, extérieur à la société urbaine, faisant de cette dernière un objet subissant. Les fragilités, les vulnérabilités, les dysfonctionnements sont vus comme des principes passifs que la crise révélerait (Gilbert 2013). Cette approche occulte les tendances qui font que le phénomène de rupture peut être lu comme un simple moment dans une trajectoire urbaine plus ample, parfois comme un paroxysme dans une série de crises diverses, parfois comme un soubresaut dans une situation de tension, comme un élément parmi d’autres qui participent de la crise.

4Envisager la crise en ville, c’est ainsi opérer un glissement du moment de l’attente d’un phénomène disruptif vers celui de la perturbation et mettre alors l’accent sur ce que la ville produit comme enjeux qui déterminent en retour le risque. Envisager la crise en ville, c’est ainsi éclairer d’autres temporalités et d’autres enjeux. C’est interroger l’urgence à la fois comme condition de la gestion et comme épreuve servant de justification à des pratiques politiques et sociales nouvelles : « un moment d’indétermination qui dans le flux de l’action révèle les forces et les faiblesses » (Nachi 2006, p. 57). C’est également insister sur la rupture comme une accélération du temps qui fait événement et s’interroger sur le sens de cet événement pour la ville.

5 La notion de crise fait elle-même débat. La première difficulté vient du télescopage des échelles temporelle et spatiale. La crise, moment bref ou phase de courte durée, désigne progressivement dans notre monde contemporain toute une période dépressionnaire, « un temps long sans promesse » (Revault d’Allonnes 2012, p. 14). Ici, notre choix est bien de nous dégager d’une crise urbaine ou de la crise de la ville pour n’aborder que la crise en ville, c’est-à-dire les problématiques qui approchent la ville et le territoire urbain à partir d’une crise ou d’une succession de crises à gérer. Dans ce dernier cas de figure, l’accumulation de crises ponctuelles et locales aboutit également à un télescopage des échelles quand elle se traduit par la représentation d’une agglomération en crise dans son ensemble. Ce point sera certes abordé comme une des conséquences auxquelles l’ensemble des citadins sont confrontés, mais pour en faire un point d’arrivée en conclusion de notre propos plutôt qu’un point de départ. Le télescopage des échelles provient également de l’interdépendance des territoires urbains et de leur mise en réseau, car la perturbation dans une ville se diffuse vers, ou interagit avec, d’autres villes. La deuxième difficulté vient de la tension entre deux conceptions de la crise : rupture, paroxysme, acmé, voire véritable bifurcation ou produit d’une construction politique et sociale dans la durée. Dès lors, ce chapitre décline la notion de crise en plusieurs termes possibles et fait ressortir des enjeux conceptuels que les recherches futures ne pourront pas ignorer.

7. Une recherche à conceptualiser ?
Emprunt fait aux sciences physiques et de l’ingénieur, le phénomène disruptif désigne toute dynamique soudaine, brève, généralement inattendue, qui peut être quantifiée et dont le recensement systématique fournit une mesure pour la déconstruction de l’événement. Les sciences de la Terre et les études sur le risque ont repris aux mathématiques le terme d’aléa pour désigner tout événement disruptif qui dégénère en catastrophe. Si le terme d’aléa souligne la lecture probabiliste des phénomènes étudiés, il reste particulièrement neutre et vague par rapport à d’autres qu’il a pu remplacer comme ceux d’événement perturbateur ou de menace. Ces termes montrent également une gradation dans ce que nous allons considérer comme rupture : celle-ci est-elle définie par le phénomène initial (explosion, secousse tellurique, fusillade...) ou par la perturbation qu’il initie ? Le phénomène initial peut lui-même s’étirer dans le temps comme dans les crises sanitaires (épidémies, épizooties) ou les sécheresses. La montée des eaux marines qui participe de la construction d’un risque global définit-elle déjà des crises locales ? La crise définie par l’ensemble de la perturbation urbaine renvoie aux notions d’accident, de catastrophe ou de désastre, notions qui ne se distinguent pas seulement par un seuil ou une intensité, mais aussi par une lecture plus ou moins religieuse du drame (García Acosta 1996).
D’autres termes renvoient autant à la rupture qu’à une relecture des découpages de l’histoire de la ville. Celui de paroxysme correspond au plus haut degré d’un phénomène, qui peut s’inscrire dans une certaine durée mais qui a vocation à diminuer. Il désigne également le moment de plus forte perturbation de l’ordre urbain qui nécessite une mobilisation exceptionnelle de moyens.
La bifurcation est une conséquence de l’événement disruptif avec l’idée d’un changement dans une trajectoire, d’un tournant, pour reprendre un terme très utilisé en épistémologie et en histoire des sciences. Enfin, autre terme en vogue, la transition nous intéresse également, car l’événement de rupture fait passer d’une situation à une autre, d’un équilibre à un autre, sans retour à la situation initiale.

6Aussi, l’approche par la crise, outre qu’elle renouvelle les études sur le risque par un renversement paradigmatique, permet à la recherche urbaine d’aborder autrement les temporalités et les spatialités de l’urbain, d’éclairer sous un jour renouvelé les rapports de pouvoir à l’œuvre, d’ouvrir une réflexion conceptuelle et de se saisir d’objets qui émergent à nouveau (par exemple, les attentats terroristes).

7Ce chapitre envisage la prospective de cette recherche urbaine sur et par la crise selon une approche constructiviste, sans exclure les dimensions objectivables et mesurables de la crise. Nous interrogeons d’abord ce qui caractérise une rupture dans ses dimensions sociales et politiques. Puis nous questionnerons deux temporalités : l’urgence, problématique majeure qui fait écho à un besoin des acteurs de la gestion de crise et qui soulève la difficulté méthodologique de l’analyse d’un événement ; et le temps de l’après, la ville confrontée aux conséquences tant morphologiques que proprement citadines de la crise : nouvelles pratiques, nouvelles perceptions des espaces urbains, constructions (ou non) de lieux de mémoire et mise en place (ou non) de dispositifs de sécurité, d’alerte ou de prévention. Un encadré final interrogera sur les particularités que peuvent avoir les études urbaines portant sur les crises d’origine terroriste.

Appréhender et mobiliser l’évènement critique

8Le terme de crise fait référence à une rupture par rapport à un état considéré comme stable. Sa portée heuristique provient de son caractère d’emblée politique : qualifier un événement ou un état de crise implique nécessairement une interprétation forte de la part d’acteurs différemment situés dans l’espace urbain, chercheurs inclus (cf. chap. 14). Elle nécessite pour les acteurs directement affectés, comme pour ceux cherchant à l’analyser, de se situer dans des « champs de force » (Chateauraynaud et Debaz 2017) qui mettent en tension différentes perceptions, analyses de la situation et capacités à agir, plus ou moins partiellement reconfigurées par la crise. En mettant l’accent sur les processus d’interprétation, d’attribution de sens et sur sa portée nécessairement structurelle, la crise apparaît ainsi comme une grille de lecture des espaces physiques, sociaux et historiques des villes.

9Événements ou séries d’événements soudains, les crises ne peuvent être définies comme telles qu’en référence à un état antérieur, présenté comme lisible et stable. Confrontés à un événement perçu comme disruptif, les acteurs vont tenter de se doter de prises pour reconstruire du sens et un récit permettant à la fois de définir ou spécifier la crise (Chateauraynaud et Debaz 2017), mais aussi de définir la ou les manières de la gérer. Les façons de lier événement et état antérieur sont socialement, géographiquement et historiquement situées. Appréhender la crise suppose de se demander qui définit la crise, quels sont les éléments ainsi mis en relation et comment ils sont mobilisés ou mobilisables dans l’action elle-même, qu’il s’agisse de l’action avant, pendant ou après la crise. Les temporalités du récit ainsi échafaudé constituent d’ailleurs elles-mêmes un enjeu. Ces mises en récit de faits ou d’événements peuvent s’appréhender, au niveau d’acteurs ou de groupes d’acteurs, en fonction des enjeux qu’ils reconnaissent (Sierra 2015), de leur configuration organisationnelle et temporelle (Sewell 2009), des territoires avec lesquels ils interagissent. Elles configurent aussi pour une large part la répartition des pouvoirs dans la gestion de la crise. Claude Gilbert (1992) a bien montré comment la gestion de crise était considérée, dans les villes françaises, comme une prérogative régalienne. Il a cependant également montré comment la municipalité de Nîmes était parvenue à infléchir ce rapport de force à la faveur des inondations de 1988 en reconfigurant la crise comme une catastrophe locale, mais nécessitant l’aide des autres citoyens. La municipalité a mobilisé à la fois la bonne connaissance du terrain propre à ses équipes et les médias régionaux et nationaux en vue de faire appel à des formes de solidarité horizontale.

10La crise peut aussi être utilisée en amont et plus ou moins sciemment par certains acteurs comme argument pour renforcer ou modifier des rapports de pouvoir. D’Istanbul à Jakarta, les menaces de séismes ou d’inondations sont utilisées pour accélérer les politiques de renouvellement urbain d’anciens quartiers populaires en vue de les adapter aux standards internationaux ou aux besoins des classes sociales aisées et/ou proches du pouvoir (Durmaz 2015 ; Texier 2009 ; Sierra 2015). Si les pouvoirs publics urbains apparaissent souvent comme des acteurs majeurs de la production et reproduction d’ordres sociaux à travers les modes de gestion de la crise (Amoako 2016), ils sont loin d’être les seuls acteurs en capacité d’agir dans ou par la crise (Revet et Langumier 2013). À un niveau plus global, et à mesure que la prévention des risques et des crises est devenue un sujet de préoccupation pour les institutions internationales, les guidelines et autres recommandations à l’attention des dirigeants des villes sur ce thème se sont multipliées (November 2011). La crise apparaît pour ces institutions soit comme un aléa externe qu’il s’agit de prévenir et qui mobilise la société urbaine dans une sorte d’« union sacrée » (Gilbert 1992), soit comme un moteur de la transformation des villes en vue de les y adapter comme le stipule le cadre d’action des Nations unies adopté à Hyogo en 2005.

11Le cas de l’opérationnalisation du concept de résilience par les institutions internationales apparaît comme assez paradigmatique de cette dernière dynamique. Reprise à la psychologie par l’écologie dans le courant des années 1970, la notion de résilience s’est imposée au cours des années 2000 comme l’une des figures centrales du traitement des crises urbaines au sein de nombreuses institutions internationales (Pugh 2014). Cette reprise a cependant fait récemment l’objet de nombreuses critiques. Des auteurs pointent sa porosité à des principes néolibéraux tels que la nécessaire adaptation permanente de l’individu aux transformations de son environnement impliquant un rejet de l’état de stabilité et de sécurité (Welsh 2014). D’autres insistent sur la dépolitisation de cet environnement au profit d’une « ontologie du mouvement » (Felli 2014). Pour floue que puisse apparaître cette notion, elle draine néanmoins des financements très importants de la part de ces institutions internationales en direction des villes du Sud notamment et à destination d’acteurs divers : municipalités, ministères, entreprises ou ONG (Joseph 2013). En outre, la notion fait désormais partie des critères permettant d’évaluer les villes entre elles dans de nombreux classements internationaux, parachevant le travail d’orientation des politiques urbaines impulsées par des acteurs publics comme privés (Aldhuy et al. 2017). La recherche urbaine peut donc avoir des apports décisifs non pas tant sur la notion de résilience en général que sur les rapports de pouvoir lors de la gestion de crise, sur les dimensions spatiales du déroulement de la crise et de ses enjeux, sur les savoirs utilisés pour la surmonter et sur la manière dont les retours d’expériences sont mobilisés.

12L’attention récemment portée aux formes de gouvernement par la crise (Revet et Langumier 2013) permet de déplacer la focale d’analyse de l’événement critique et ses effets vers la manière dont les acteurs s’en saisissent. Pouvoirs publics locaux ou internationaux ne sont en effet pas les seuls à s’emparer de ce thème pour transformer les espaces urbains. Certains mouvements sociaux s’appuient sur la connaissance fine de leur environnement pour déconstruire les crises, remettre en question les types d’organisations politiques et sociales qui les produisent et tenter d’influer sur les rapports de force qui traversent l’espace urbain. C’est le cas par exemple de groupes d’habitants de quartiers informels dans la banlieue de Dakar qui, engagés dans la lutte contre les inondations depuis le milieu des années 2000 et alliés à certaines ONG, sont parvenus à intégrer ces catastrophes à de nouvelles narrations, remettant en cause l’action de l’État sénégalais et de la Banque mondiale dans leur traitement, et proposant des programmes de mitigation des inondations plus conformes à leurs intérêts (Leclercq 2017). La déstabilisation des instances habituelles de gestion urbaine et des repères institutionnels qui caractérise les situations critiques peut ainsi ouvrir la possibilité, y compris pour des acteurs « subalternes », d’agir sur les rapports de pouvoir. Les analyses récentes des révolutions prenant en considération le contexte d’incertitude dans lequel sont plongés les acteurs face aux ruptures politiques permettent ainsi de soulever un « enjeu central des conjonctures critiques : leur capacité à transformer les individus en acteurs de l’Histoire, et la contribution de ceux-ci à la dynamique des événements » (Deluermoz et Gobille 2015, p. 9). La lecture des événements critiques ne peut alors se dispenser d’une attention fine portée aux modes de qualification des événements et aux revendications des acteurs, y compris lorsque ces derniers apparaissent comme inaudibles. Les modes d’appréhension des émeutes urbaines de 2005 en France, dont la portée politique n’a que rarement été questionnée dans l’espace public (ou de manière caricaturale), sont à ce titre révélateurs de l’enchâssement des lectures de ces événements dans des contextes politiques et médiatiques, et de l’enjeu de leur qualification pour les sciences sociales (Lapeyronnie 2006 ; Kokoreff et al. 2007).

13Ainsi, l’analyse de l’instrumentalisation du risque dans l’action publique et de l’utilisation des catastrophes dans des registres d’argumentation justifiant certaines politiques publiques pourrait avantageusement être prolongée par l’étude de ce qu’en font les citadins dans leurs propres actions.

Les questions soulevées par l’analyse de l’urgence : données, savoirs, accès aux ressources

14L’entrée par la crise comme support et produit de rapports sociaux pose ainsi la question des données et ressources mobilisables par les habitants et les acteurs de la gestion urbaine confrontés à la crise pour analyser, se positionner et agir. Cette question se pose aussi au chercheur. Comprendre la crise pour mieux la gérer, l’assimiler ou l’expliquer implique en effet de mobiliser des savoirs et des compétences dans une situation d’incertitude (Simone 2004 ; Bourdin et al. 2006). Il faut aussi suivre des acteurs, des groupes et saisir des temporalités, au sein d’espaces mouvants et dans des contextes d’instabilité des repères institutionnels et sociaux (Deluermoz et Gobille 2015). Même quand le phénomène de rupture est identifié et qu’il a participé de la construction d’un risque avéré (attente du big one sismique à Tokyo, Los Angeles ou Lima), le moment de son déclenchement, son intensité, sa spatialité ne sont pas connus. La complexité du système urbain, la coprésence de nombreux objets et acteurs font que le déroulement de la crise est en grande partie imprévisible. La rupture interroge donc fondamentalement la question des savoirs mobilisés aussi bien par les acteurs de la gestion de crise que par les citadins et par les experts ou scientifiques pour faire face à ces situations d’urgence.

15Identifier et caractériser un accident, une catastrophe, passe par son bilan en termes de victimes, de dégâts et de désorganisation. Ces données offrent une objectivation de la rupture et permettent de dresser le tableau d’une situation à gérer. Or, la récolte de l’information, son traitement et sa diffusion ne se font pas de façon uniforme au sein d’une ville donnée ou a fortiori d’une ville à l’autre. Les chercheurs et les experts participent à cette inégalité selon les accès au terrain dont ils disposent, leur présence sur place ou leurs partenariats.

16La construction des données et du bilan participe ensuite de la construction de l’événement. Ce qui caractérise en effet les situations critiques, c’est que la pertinence des données habituelles est affectée et que leur objet comme leur mode de production deviennent des enjeux pour des acteurs divers. Il s’agit en effet de qualifier et de mesurer une expérience hors norme par rapport à laquelle repères et points de comparaison manquent. Les données produites peuvent ainsi servir à exprimer une expérience collective, à lui donner un sens ou à anticiper sur les conséquences de la crise. Sandrine Revet (2008) montre par exemple à propos des coulées de boue ayant eu lieu à la fin des années 1990 dans plusieurs villes du Venezuela comment le décompte du nombre de morts devient rapidement une manière de qualifier le caractère inédit et traumatisant de l’expérience plutôt qu’un moyen objectif de mesurer la catastrophe, les chiffres véritables étant très largement méconnus.

17Plus que dans le cadre de l’observation de processus routinisés, la crise impose donc au chercheur de prendre en compte le contexte de production de ces données, car ce dernier peut s’avérer instable et pris dans des processus de recomposition des cadres de sens et d’expérience. Dans l’observation et la production rétrospective des données routinières, statistiques par exemple, la crise peut alors se donner à voir en creux (qu’est-ce qu’on ne mesure pas et qui à un moment donné pose problème ? Qu’est-ce qui est anormal ? Qu’est-ce qui devient normal ? etc.) ou par le biais de ce qui affecte, apparaît ou disparaît des chiffres et catégories. Les centres de production de ces données peuvent alors constituer des postes d’observation particulièrement judicieux pour comprendre certains aspects de la déstabilisation puis de la production et reproduction de sens et de repères au sein de systèmes sociaux en crise. De ce point de vue, Sylvie Tissot (2007) montre bien en quoi les émeutes des Minguettes et ce qui sera caractérisé plus tard comme la crise des banlieues en France entraînent une territorialisation spécifique de certaines données et reconfigurent les rapports médiatiques, scientifiques et politiques à ces quartiers.

18Il existe également un décalage entre l’information produite et celle qui est effectivement utilisée. Les événements El Niño de 2017 au Pérou montrent que, bien qu’existantes, un ensemble de données ne sont pas utilisées par les acteurs de la crise. En l’occurrence, l’information statistique semble avoir été en partie mobilisée ou du moins produite après la perturbation majeure ; en revanche, l’information géographique l’a été beaucoup moins. Cela conduit à s’interroger sur la nature des données construites et mobilisées lors des crises.

19La soudaineté de la rupture, avec la sidération qu’elle provoque et la situation d’incertitude qui s’ensuit, met à l’épreuve les savoirs et les représentations qui se sont forgés notamment lors de crises antérieures. Dans l’urgence, les savoirs scientifiques et officiels, difficilement mobilisables et souvent incomplets, interfèrent avec ou sont substitués par des savoirs informels et implicites – savoirs d’usage, « savoirs spontanés », « savoirs tacites » (Sintomer 2008 ; Gilbert 1992 ; Nachi 2006) – dont certains doivent être également gérés dans l’urgence pour s’en prévenir (rumeurs, réputations, légendes urbaines, croyances religieuses). Il convient donc d’identifier et d’analyser les différents registres de savoirs urbains mobilisés dans la crise.

20Le moment de l’urgence interroge également sur les ressources à mobiliser et sur la vision systémique de la ville. Le programme de recherche SIRAD (Sistema de información sobre recursos para la atención de desastres en Lima y Callao) mené conjointement par l’Institut de recherche pour le développement et la Protection civile péruvienne a ainsi cherché à mettre en relation les espaces affectés, vulnérables, avec la diversité des lieux susceptibles de fournir des ressources au moment de l’urgence (D’Ercole et al. 2012). Cette approche éclaire les interdépendances au sein de la ville d’un point de vue fonctionnel, mais aussi les inégalités d’accès aux ressources urbaines en situation tant normale qu’exceptionnelle (cf. chap. 10). L’identification de ressources alternatives y compris dans les espaces de relégation est ainsi un moyen de découvrir la fabrique citadine de la ville, les pratiques de débrouille, les modes informels de faire la ville. Cette identification peut même amener à reconsidérer la vulnérabilité des marges urbaines en montrant la tension qui existe entre la relégation des pratiques alternatives en période de routine et leur tolérance en situation de perturbation majeure (Sierra et Ortiz 2012) et à réfléchir ainsi de manière plus complexe à la diversité et aux inégalités urbaines (cf. chap. 11).

Le temps et l’espace d’après

21À l’immédiateté de l’événement critique, à l’urgence de la gestion de crise, succède une durée, c’est-à-dire un temps long de recompositions plus ou moins profondes et pérennes des espaces urbains affectés. Ces espaces de l’après, comme on parle de l’après-catastrophe, de l’après 11-Septembre ou de l’après-guerre, ne sont plus semblables à ce qu’ils étaient avant et ne sont plus perçus et pratiqués comme ils l’étaient. Le temps de l’après est une phase de transition où un certain ordre spatial s’évanouit tandis qu’un autre se constitue par réaction à la déstabilisation. Les évènements en eux-mêmes, les tentatives de résolution de leurs effets, les dispositifs qui se donnent pour objectifs de les prévenir et les constructions mémorielles qui les prolongent modifient le cadre matériel de la ville, la perception individuelle et les représentations collectives des espaces urbains, ainsi que les pratiques citadines. Ces effets spatiaux sont plus ou moins durables, certains disparaissant avec le temps lorsque la catastrophe semble désormais lointaine, d’autres devenant structurels.

22Les transformations de la morphologie des agglomérations constituent les avatars les plus visibles de ces situations urbaines post-catastrophes. Les catastrophes sont sources de destructions matérielles et de reconstructions urbaines. La guerre produit ainsi de nouvelles formes urbaines, particulièrement sous l’effet des processus de compartimentage spatial par l’édification d’obstacles physiques : grillages, murs, fossés, barricades, checkpoints. Dans le cas de Belfast, il y a eu une prolifération de murs de la paix (peace walls) séparant les différents quartiers. Ces éléments de partition sont bien souvent le résultat de la fragmentation et de la polarisation sociale des populations en conflit, comme les formes d’« ethnogénèse urbaine » à Brazzaville (Dorier-Apprill 2001). La notion d’« urbicide » utilisée à Sarajavo (Tratnjek 2008) ou à Phnom-Penh désigne la destruction de la ville comme lieu privilégié du vivre-ensemble et de l’échange avec l’autre, avec pour conséquence la prolifération des dispositifs morphologiques de partition de l’espace urbain. Ces destructions peuvent d’ailleurs constituer a posteriori des opportunités pour certaines ambitions urbanistiques. Des booms immobiliers font suite aux incendies de Chicago ou de San Francisco et sont l’occasion d’introduire de nouvelles normes, comme à la suite du séisme qui détruisit Lima en 1746. Évaluer ces effets d’opportunité, identifier et déconstruire les discours à leur endroit reste encore à faire dans nombre de sociétés urbaines où la rupture pourrait apparaître comme le remède à une situation bloquée ou le prétexte pour développer un nouvel ordre urbain.

23Les événements de rupture peuvent conduire à des constructions nouvelles ou, paradoxalement, des destructions et des injonctions à ne pas construire qui visent à prévenir le risque d’une nouvelle catastrophe. Les épisodes de crue des grands fleuves ou l’élévation du niveau des mers à la suite de tempêtes peuvent aboutir à la mise en place de zones inconstructibles après la catastrophe, comme sur le littoral urbanisé de la Vendée après la tempête Xynthia de 2010. Les friches urbaines post-catastrophes industrielles ou la sécurisation physique a posteriori de lieux publics à la suite d’un attentat (cf. infra) relèvent aussi de ce bouleversement de la forme des villes. Les mesures de prise en charge des populations après la catastrophe peuvent également avoir des effets à long terme sur le développement urbain des agglomérations. À Messine, après le tremblement de terre de 1908, les survivants furent hébergés dans des baraquements provisoires en attendant la reconstruction de la ville. Cette solution temporaire finit par devenir un élément fort de l’organisation de la ville sicilienne (Parrinello 2016).

24Au-delà de la transformation du cadre matériel des villes, le temps de l’après se marque par une mutation de la perception des espaces urbains et des pratiques quotidiennes des citadins. La réalisation d’une catastrophe produit nécessairement la crainte de son retour et a pour corollaire l’évitement de lieux similaires à ceux ayant été affectés. On connaît cependant peu les incidences réelles, à différents pas de temps, de la peur sur les comportements : claustration domestique, évitement des transports en commun, contournement des espaces potentiellement affectés, baisse de fréquentation ou modification des heures de fréquentation de certains lieux... Les endroits affectés deviennent des « mauvais lieux » d’où sourdent de nombreux périls alimentant une phobie urbaine. La ville agit également comme une caisse de résonance : elle est le lieu de la peur, le « siège des émotions populaires [qui] donne une visibilité plus grande aux effets des catastrophes naturelles » (Fourcaut 2000a). La mondialisation, par la plus grande médiatisation des cataclysmes frappant les métropoles, a sans aucun doute accentué la dimension anxiogène de l’éternel retour des désastres urbains. Cette médiatisation construit un « risque-capitale » comme il existe un risque-pays (Sierra 2015) et renforce l’intérêt des chercheurs pour les grandes villes (cf. chap. 5). Ces nouvelles peurs irriguent désormais l’imaginaire d’une grande partie des citadins et modifient en profondeur leurs pratiques de la ville.

25Le temps et l’espace de l’après ne sont pas marqués seulement par la peur mais aussi par la peine. Les villes meurtries voient l’émergence de lieux porteurs de significations. Les attentats terroristes transforment par exemple des lieux de grande sociabilité en lieux de recueillement. Les chapelles ardentes, les lieux de rassemblement, les plaques commémoratives, la toponymie sont autant de dispositifs mémoriels qui marquent une réappropriation des espaces et la génération de nouveaux usages ou une stigmatisation.

26Les ruines constituent un exemple particulier de cette modification du regard. La destruction partielle d’un bâtiment lui confère une signification symbolique nouvelle. Ces ruines urbaines peuvent d’ailleurs faire l’objet d’une conservation à la fois pour des raisons mémorielles mais aussi de prévention du risque. À Belgrade, les pouvoirs publics laissent volontairement en ruines les immeubles éventrés par les bombardements de l’OTAN en 1999. Les trous béants appuient un discours nationaliste sur l’injustice subie et justifient la rhétorique du martyre. Ailleurs, à Gémone, dans la région italienne du Frioul, « la municipalité a volontairement conservé les ruines de l’église Sainte-Marie-des-Anges, en plein cœur de la ville détruite par le séisme de 1976, comme mémoire de la catastrophe et comme avertissement pour l’avenir » (Leblanc 2010). L’étude de ces nouveaux lieux de mémoire ou de concernement pourrait permettre de renouveler les travaux qui existent sur le sujet, tout en répondant à une forte demande sociale (Gensburger 2017).

27À côté des phénomènes d’évitement, il conviendrait aussi d’étudier les mouvements de réinvestissement de la ville qui témoignent de la poursuite de la vie citadine. Dans les situations de désordre, un des premiers objectifs des pouvoirs publics est toujours de retrouver un ordre urbain cohérent, notamment par la réoccupation pérenne de l’espace public. Ces opérations s’accompagnent de rites et de procédures. Le concept de parade semble pouvoir synthétiser en partie les phénomènes observables en réaction à la catastrophe. Ce sont d’abord, dans les premiers temps après l’événement, des manifestations voyantes destinées à frapper l’attention, des prises de possession de l’espace public et des rassemblements massifs qui affirment le désir de résilience des populations et des gouvernants et forment un registre singulier de mobilisations citadines (cf. chap. 12). Des processions religieuses expiatoires du Moyen Âge (Labbé 2017) à la marche silencieuse des Parisiens en janvier 2016, ces réactions viennent structurer la dramaturgie post-catastrophe.

28Ces grandes parades cherchent à produire du sens face au surgissement d’un événement imprévu et incompréhensible. Le temps de l’après est celui d’une interrogation sur les raisons des évènements. Dans un essai récent, l’historien François Walter (2008) propose l’idée d’une sécularisation de la lecture des catastrophes naturelles. Les interprétations providentialistes des premiers siècles auraient laissé progressivement place à des analyses naturalistes puis anthropiques. Pourtant, les réactions populaires aux désastres urbains restent encore largement marquées par les références religieuses dont il reste à étudier l’influence réelle sur les pratiques sociales et politiques. À Lima (Pérou), certains discours sur le risque sismique entrent dans une tradition millénariste dans laquelle le séisme est une sorte de châtiment divin en réaction aux péchés des hommes. Cependant, il semble que les processions effectuées chaque mois d’octobre pour prévenir la catastrophe aient perdu une partie de leur sens premier et que l’origine religieuse n’implique pas un fatalisme religieux. A contrario, les parades populaires peuvent exprimer le rejet de la lecture providentialiste. Descendre dans la rue serait alors une forme d’affirmation de la responsabilité humaine dans les catastrophes, exprimant le rejet d’un fatalisme même en situation d’impuissance.

29À côté des grands rassemblements populaires, la parade est aussi militaire. Il s’agit de celle des uniformes, des forces de l’ordre, qui par leurs rondes et une présence redoublée dans l’espace urbain, constituent la réponse des pouvoirs publics à la crise. Armée de secours palliant les insuffisances immédiates de la gestion de crise ou élément du maintien de l’ordre, la présence de la force publique se veut une tentative affichée de remise en marche du fonctionnement considéré comme normal de l’espace urbain. Ce recours à la force publique est une réponse de l’État à l’éventail des catastrophes possibles. Il s’inscrit dans une tradition longue (Deluermoz 2012), transnationale et polémique (Rigouste 2009), mais son histoire reste encore à faire pour la période très contemporaine, notamment dans le cas de grandes crises urbaines autres que les insurrections ou les émeutes.

30Enfin, la parade, dans un sens différent, est également le geste qui fait dévier le coup, qui pare l’attaque. Elle relève de l’ensemble des mesures qui constituent une riposte à l’évènement subi. Cela se manifeste notamment par des dispositifs spatiaux de prévention du risque ou par la sécurisation grandissante des espaces urbains de l’après, comportant un ensemble d’objets techniques dont la dimension politique et sociale est à interroger (cf. chap. 13).

31L’identification de ces dispositifs techniques, politiques et sociaux doit être accompagnée de la reconstitution de leur histoire, la description des jeux d’acteurs et des régimes de justification qui y président et l’étude des effets à long terme sur le fonctionnement des villes.

8. Le terrorisme, un risque urbain comme les autres ?
L’acte terroriste est un objet de recherche emblématique de l’étude de la crise en ville avec des traits spécifiques. Le terrorisme se démarque d’abord par la dimension polémique de son étude. Il s’agit, en effet, d’un objet de recherche relativement délaissé par la recherche en sciences humaines et sociales. Cette situation peut s’expliquer en partie par la « balkanisation du champ d’étude » (Raflik 2016). En effet, le terrorisme est par essence un objet multiforme et difficilement situable d’un point de vue disciplinaire.
Cette complexité scientifique de l’objet relève aussi largement de problèmes méthodologiques et théoriques. Il est malaisé de donner une définition définitive de la notion de terrorisme en raison de sa dimension polymorphe, évolutive et interprétative. D’ailleurs, pour certains défenseurs d’une analyse discursive et relationnelle du phénomène, « le terrorisme n’existe pas : ou plus exactement, ce n’est pas un concept utilisable par les sciences sociales et la stratégie » (Bigo 2005). La permanence d’un débat sur la délimitation de ce qui relève du terrorisme constitue paradoxalement un obstacle au développement du champ d’étude afférent, même si l’attention portée récemment aux processus de radicalisation, de qualification ou de production du terrorisme plutôt qu’à l’objet terrorisme lui-même paraît ouvrir des possibilités de dialogue entre les disciplines (Khosrokhavar 2014).
Au cloisonnement disciplinaire et à la délimitation difficile de l’objet s’ajoute une question morale, celle du statut et de la posture du chercheur. En effet, il ne semble toujours pas aller de soi que des chercheurs choisissent de s’intéresser à cette thématique. En particulier, la suspicion d’une recherche aux ordres du pouvoir dans un contexte de recrudescence de l’idéologie sécuritaire oblige le chercheur à se justifier par rapport à ses pairs et vis-à-vis de la demande politique.
Il faut enfin souligner le problème de l’accès aux sources et aux données. En effet, « le monopole du savoir est détenu par les instances répressives qui alimentent savamment les médias, de sorte que les sources d’information sont à la fois très circonscrites et quelque peu biaisées » (Mégie et Martinez 2011). Cet élément est problématique car il tend à favoriser l’accaparement du champ par la littérature journalistique et opérationnelle contrôlée par les acteurs de la lutte contre le terrorisme (policiers, magistrats, analystes) au détriment d’un travail scientifique de fond. La conjonction de ces différents éléments a abouti à l’abandon relatif de cette thématique de recherche dans le monde universitaire, notamment en France et en Europe, du moins jusqu’à un appel à projets du CNRS en 2015 ayant permis de mettre en lumière certaines recherches en cours et ayant donné lieu à plusieurs publications. Il faut cependant souligner le poids disproportionné des recherches nord-américaines sur le terrorisme, qui privilégient l’analyse par le recours aux mathématiques appliquées, à la statistique et à la modélisation dans une perspective prospective.
Le risque terroriste en ville se démarque ensuite par son intentionnalité. L’aléa, par ailleurs mobile, relève de décisions arrêtées et de stratégies élaborées par des réseaux ou groupes d’individus. Il doit lui-même être déconstruit comme une production collective (Guibet-Lefaye 2016). Sous ses formes diverses (attentat à la bombe ou à la voiture piégée, attaques armées de petits groupes d’hommes, cyber-terrorisme...), le terrorisme s’affirme nettement dans toutes les régions du monde comme un phénomène urbain : les espaces visés sont presque toujours ceux qui concentrent le plus de diversité et de densité des objets sociaux (places publiques, centres commerciaux, salles de concert, réseaux techniques), témoignant d’une évolution des formes de conflits géopolitiques.
Autres particularités, le risque terroriste en ville s’inscrit dans un contexte international et a une profondeur historique. Sur cette question, il faut se garder d’un européocentrisme étroit comme d’une analyse ultracontemporanéiste. Si depuis quelques années, les grandes villes européennes font l’objet d’attaques récurrentes et très médiatisées, aux bilans souvent très lourds, le Moyen-Orient, l’Afrique ou l’Asie du Sud-Est sont frappés bien plus fortement encore. De la même manière, le terrorisme est un objet d’histoire qui, dans sa forme contemporaine, remonte au moins au xixe siècle et aux actions des anarchistes européens. Ces deux remarques plaident pour une analyse de l’acte terroriste en milieu urbain qui placerait cet objet dans le temps long de l’histoire des sociétés comme de l’histoire des idées (Guibet-Lefaye, 2016) et s’attacherait à appréhender la diversité géographique des situations.
Le risque terroriste s’inscrit en outre dans la mondialisation. Le terrorisme se comprend, en effet, comme un phénomène réticulaire et transnational, qui prend appui sur les grandes métropoles. Le terrorisme peut apparaître, selon l’analyse d’Arjun Appadurai (2007), comme l’action de « groupes cellulaires » qui mobilisent les échelles et les réseaux comme ressources, et tirent profit pour leurs revendications de la déstabilisation produite par la mondialisation des « structures vertébrées » de l’État-nation. Ce « pouvoir des petits nombres », dont les actions ont un écho virtuellement décuplé par la globalisation, alimente en retour les actes de violences urbaines à l’encontre de certains groupes et les politiques sécuritaires des États. Cette « géographie de la colère » reste cependant à confirmer car il existe peu d’études empiriques sur le fonctionnement réticulaire et métropolisé des groupes terroristes.
Il faut en tout cas insister sur le double registre spatial des mouvements terroristes : « un groupe terroriste n’est jamais que territoire ni jamais que réseau. Les deux s’allient indéfiniment selon des cycles temporels discontinus dans lesquels les relations entre territoires et réseaux revêtent des formes différentes, chaque fois inédites selon la nature du combat à mener » (Baudouï 2009). Les recherches actuelles tendent souvent à insister sur la nature réticulaire des organisations terroristes au détriment de leurs constructions territoriales. La territorialisation de l’État islamique en Syrie et en Irak est un exemple de la rémanence du pavage comme mode de fonctionnement spatial : Mossoul et Raqqa ont été des villes incorporées à un territoire revendiqué comme étant celui de l’État islamique.

***

32Événements disruptifs, crises et catastrophes sont historiquement liés à la ville et participent à sa fabrique. Étymologiquement, le terme de crise comme celui de paroxysme sont médicaux et suggèrent une forme de pathologie de la ville. La crise est le moment du diagnostic du médecin, le moment où il doit trancher, et le paroxysme celui de plus forte fièvre. Les ruptures, par le désordre qu’elles entraînent dans le métabolisme urbain, pourraient être réduites à une maladie passagère, ou être abordées plus profondément comme les symptômes d’une ville malade. La longue litanie historique des crises urbaines participe de la construction déjà ancienne d’une image dominante de la ville en crise, d’une ville dangereuse, mortifère ou corruptrice, dans laquelle les auteurs de ce chapitre ne se reconnaissent pas. La rupture reste cependant un objet de recherche pertinent parce qu’elle est un moment qui renseigne la production de l’urbain à plusieurs niveaux. C’est un moment qui met à l’épreuve les rapports sociaux et de pouvoir en ville, qui a des conséquences matérielles et immatérielles mesurables et objectivables, et qui participe de la construction d’une mémoire et d’une identité urbaines. Sous prétexte de montrer que la rupture participe de la fabrique urbaine et de formes de sociabilités nouvelles, un autre écueil à éviter serait d’afficher un optimisme de la catastrophe. Ces précautions prises, considérer les événements de rupture comme participant pleinement du développement urbain est un moyen de saisir la ville dans toute sa complexité. Cela permet de révéler des ressources et des pratiques alternatives, de découvrir les savoirs que les sociétés urbaines produisent face à l’urgence, mais aussi ceux qu’elles façonnent pour construire leur mémoire et justifier leurs règles, leur organisation et les dispositifs sociotechniques anciens ou nouveaux sur lesquels celle-ci repose.

  • 1 Depuis cette date la législation libanaise ne s’applique que de façon partielle à l’intérieur des c (...)
  • 2 L’UNRWA (United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East) est l’Offi (...)

9. Lire la ville à partir d’une figure informelle :
camps, urbanisation et migrations forcées au Moyen-Orient
Kamel Doraï
Les camps de réfugiés sont-ils des espaces urbains ? Cette question intéresse de nombreux chercheurs ayant travaillé au Moyen-Orient sur ces espaces (Al-Qutub 1989 ; Agier 2002 ; Doraï 2010 ; Sanyal 2012). Comment qualifier ces espaces soumis à des régimes juridiques singuliers et dont les habitants, quand ils sont eux-mêmes réfugiés, ont un statut légal qui limite leur accès à la propriété, au marché du travail, à la santé ou à l’éducation ? D’un point de vue morphologique, les camps ressemblent de prime abord aux quartiers informels des principales villes du Moyen-Orient, même si souvent, du fait de la pression démographique, ils sont plus densément construits et peuplés. Les camps au Liban sont le résultat d’une longue histoire d’accueil et d’installation de réfugiés (Sfeir 2017) marquée par la création de camps dans la deuxième moitié des années 1930 pour accueillir les réfugiés arméniens contraints de quitter le Sandjak d’Alexandrette. Certains de ces mêmes camps accueillent aujourd’hui des réfugiés palestiniens comme c’est le cas de deux camps à Tyr. Ce sont donc en partie la permanence dans le temps des espaces d’accueil, combinée à l’arrivée successive de plusieurs groupes de réfugiés, puis leur installation sur le long terme qui contribuent à l’urbanisation progressive des camps. Autrement dit, les camps ne sont pas urbains, ils le sont devenus.
Du régime d’exception à la marge urbaine ?
La distinction entre camps et ville repose en partie sur le statut juridique, souvent qualifié de régime d’exception (Hanafi et Long 2010) qui singularise ces espaces dans le paysage urbain. Depuis les accords du Caire en 1969 signés entre l’Organisation de la libération de la Palestine (OLP) et le Liban, les forces de sécurité libanaises n’entrent plus dans les camps1. En parallèle, les camps sont exclus des plans d’aménagement du territoire. La gouvernance actuelle des camps repose sur les comités populaires, dont les membres sont nommés par les factions palestiniennes. Ces derniers ont en charge de coordonner leur action avec les autorités libanaises et l’UNRWA2. Les camps sont soumis à de nombreuses restrictions concernant le bâti, comme par exemple l’interdiction d’introduire des matériaux de construction. Ces contraintes sont de facto contournées par les habitants et l’informalité devient alors la seule possibilité pour agrandir et densifier les camps. Ces derniers se développent donc dans un espace circonscrit, défini pour la plupart à leur création au début des années 1950, en se densifiant d’un côté et en contribuant à la création de groupements informels à leurs marges. On peut citer par exemple dans la banlieue sud de Beyrouth le camp de Shatila jouxté par le quartier de Sabra, où l’OLP avait développé de nombreuses infrastructures à partir du milieu des années 1960. On assiste donc au développement de quartiers où une grande partie des habitants sont réfugiés. Ce faisant, les frontières entre les camps et leurs espaces environnants ont tendance à s’estomper du fait des mobilités quotidiennes. Les camps sont ainsi devenus des espaces marqués par la pauvreté de leurs habitants et par la vétusté des infrastructures (eau, électricité, égouts, voirie). Quelques éléments morphologiques et symboliques les singularisent encore dans l’espace urbain : l’étroitesse des venelles qui séparent les habitations, la présence de nombreux signes rappelant la Palestine, comme celle d’affiches de partis politiques palestiniens.
Le rôle des camps dans l’organisation des périphéries urbaines populaires
Les camps de réfugiés palestiniens au Moyen-Orient ne peuvent donc être analysés séparément des contextes urbains dans lesquels ils se sont développés. Ils se situent aujourd’hui au cœur des quartiers périphériques des principales villes de la région. À leur création, les camps étaient situés hors des villes. Le développement urbain rapide qu’ont connu le Liban, la Jordanie ou la Syrie depuis les indépendances, comme l’extension des camps hors de leurs limites officielles ont placé de facto ces espaces dans la ville. Il est difficile de distinguer les limites des camps officiels, tant les quartiers informels qui les entourent y sont désormais imbriqués. Les franges des camps se sont transformées au fil des années en des espaces commerciaux populaires fréquentés par les habitants des périphéries urbaines. Que ce soit à Beyrouth, à Amman ou dans des villes plus petites comme Tyr, on observe des logiques similaires. Créés au début des années 1950, les camps palestiniens ont souvent préexisté aux quartiers populaires qui se sont développés autour d’eux. Les camps et leurs extensions informelles sont donc devenus des centralités populaires, et de vastes marchés que fréquentent les classes populaires venues de toute la ville se sont développés comme c’est le cas à Sabra, au nord du camp de Shatila à Beyrouth ou à Wahdat dans la banlieue est d’Amman.
Pour partie, ce sont les habitants des camps qui se sont installés à proximité tant la pression démographique est forte. Mais d’autres populations défavorisées viennent aussi s’y établir. On retrouve des déplacés internes, comme les Libanais chiites ayant dû quitter leur région d’origine en raison de la pauvreté qui touche les espaces périphériques ruraux et plus tard de l’insécurité liée à l’occupation par Israël jusqu’en mai 2000 (Fawaz 2016). Plus récemment, des migrants pauvres – souvent illégaux – comme les Bangladais ou d’autres réfugiés de la région comme les Syriens ou les Irakiens s’y sont installés. Par conséquent, ces espaces urbains sont souvent des lieux où se juxtaposent différentes populations migrantes : migrants ruraux, déplacés internes suite aux conflits qui touchent la région depuis les indépendances, réfugiés venus de pays frontaliers, migrants de travail (Doraï et Zeuthen 2014).
La place des camps dans les trajectoires urbaines des migrants
Le camp et ses environs jouent un rôle central pour l’accueil dans la ville des nouveaux migrants et réfugiés, à l’image d’un sas. Les populations migrantes, souvent défavorisées, peuvent y reconstruire leurs réseaux de relation, s’y loger et développer des activités économiques. Certains poursuivront leurs trajectoires urbaines vers d’autres espaces de la ville dès qu’ils auront réussi à stabiliser leur situation légale ou améliorer leur condition économique, comme ce qui a pu être décrit dans les travaux de l’école de Chicago sur les quartiers de première installation des immigrants européens dans les villes nord-américaines. C’est un temps dans une trajectoire qui intègre successivement le camp et la ville dans un parcours migratoire souvent fait de ruptures. Il marque pour certains une entrée dans la ville par ses marges. Beaucoup de réfugiés ont vécu tout au long de leur parcours dans et hors des camps, en fonction de leurs capacités économiques, mais aussi de leur légitimité dans l’accès à la ville. Le conflit libanais (1975-1990) a renvoyé les Palestiniens à leur condition marginale dans la société libanaise, et leur statut juridique actuel (apatrides, privés d’accès au marché du travail formel, à la propriété, etc.) les cantonne dans les périphéries défavorisées des principales agglomérations du pays et pour plus de la moitié dans les camps créés au début des années 1950. Ceux qui ont réussi à améliorer leur condition de vie et de revenus, ou ont pu obtenir une nationalité tierce, sortent du camp pour s’installer dans d’autres quartiers. Les camps de réfugiés demeurent des espaces dont les habitants sont stigmatisés. Sortir du camp permet donc en partie de limiter cette forme de ségrégation géographique, pour ceux qui sont le plus dotés en capital économique.
Si une analyse sur le temps long permet de comprendre le camp comme un espace de relégation, la prise en compte d’autres échelles de la mobilité, comme celle du quotidien, permet de mieux saisir la place qu’occupent les camps dans la ville. Le camp peut être un espace de résidence ou un lieu de travail. Les mobilités quotidiennes des habitants traversent les frontières du camp qui, si elles peuvent être matérialisées dans certains cas par des barrages de l’armée, n’en demeurent pas moins ouvertes. Le camp peut alors être un espace de résidence pour ceux qui n’ont pas les moyens ou la possibilité de s’installer ailleurs. Il devient alors un réservoir de main-d’œuvre à faible coût qui se déplace quotidiennement pour travailler par exemple comme ouvrier journalier dans la construction. À l’inverse, les camps n’étant pas soumis à la législation libanaise, les Palestiniens peuvent y exercer des professions qui leur sont interdites sur le sol libanais. Des activités économiques informelles s’y développent ainsi qu’un entreprenariat à bas coût.
Conclusion
Les camps, par l’économie informelle qu’ils génèrent, prennent place dans la ville. Lorsqu’ils sont intégrés à la ville, les camps ne sont plus aujourd’hui uniquement des lieux de confinement ou de relégation. Beaucoup de commerçants ou entrepreneurs palestiniens ne vivent plus dans les camps aujourd’hui. Ils ne sont d’ailleurs pas tous originaires du camp où ils développent leurs activités. Ces réfugiés déconnectent donc leur localisation résidentielle de la localisation de leur activité économique. La mobilité est donc un élément fondamental à prendre en considération parce que cela donne à lire les relations comme les complémentarités des différents espaces d’une même ville. L’existence de relations entre le camp et la ville ne signifie pas pour autant la fin de toute forme de spécificité du camp. Des relations asymétriques se développent qui maintiennent les camps dans les marges urbaines. À la marginalisation des espaces vient s’ajouter celle des réfugiés et migrants qui y sont installés. La plupart des Palestiniens sont toujours apatrides sans accès à la citoyenneté, comme c’est le cas d’ailleurs pour les autres migrants qui résident avec des statuts très précaires. Sans droit politique, quel droit à la ville ? Leur légitimité est souvent contestée tant par les habitants que par les autorités libanaises. Si les camps se sont urbanisés avec le temps – et sont en ville pour la plupart –, leur place demeure singulière du fait de leur statut et de celui de leurs habitants relégués aux marges de la ville.
L’expérience palestinienne des camps interroge la présence sur le long terme des populations marginalisées dans les quartiers périphériques. Elle questionne la relation entre des formes d’installation pensées comme temporaires (que ce soit un camp de réfugiés, un espace d’accueil de migrants ou de déplacés) et leur inscription urbaine dans la durée. La multiplicité des acteurs en présence – gouvernement, pouvoirs locaux, organisations internationales, réfugiés – et l’évolution de leurs rôles respectifs permettent une relecture des formes de gouvernance des espaces urbains marqués par l’informalité. Comment penser la ville à partir de ses marges ? Face à la multiplication des camps et des lieux d’installation provisoire en Europe pour répondre à la « crise migratoire » de 2015, la question des camps, longtemps pensée comme une problématique extérieure aux pays dits développés, resurgit dans le débat public, sans que soit cependant interrogée leur dimension urbaine. Les camps, à l’image d’autres espaces informels, s’ils peuvent s’urbaniser avec le temps, doivent aussi être analysés comme un des vecteurs de la croissance urbaine.

Notes

1 Depuis cette date la législation libanaise ne s’applique que de façon partielle à l’intérieur des camps, ce qui permet aux Palestiniens d’y développer des activités qui leur sont interdites à l’extérieur.

2 L’UNRWA (United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East) est l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient créé en 1949 par une résolution de l’Assemblée générale des Nations unies qui a en charge les réfugiés de Palestine, dont la gestion opérationnelle des camps ainsi que le développement de services (éducation, santé, etc.).

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search