Version classiqueVersion mobile

Pour la recherche urbaine

 | 
Félix Ardisson
, 
Sabine Barles
, 
Nathalie Blanc
, 
et al.

Deuxième partie. Pour une lecture socio-matérielle de l’urbain

8. De la ville des réseaux à la ville des flux. Enjeux techniques, sociaux et politiques d’une appréhension de l’urbain par les flux

Sabine Bognon, Gwendoline L’Her, Patricia Lejoux et Nicolas Buclet

Texte intégral

  • 1 La circulation des idées et des modèles dans la recherche urbaine ne sera pas abordée ici car elle (...)

1Dans ce chapitre, nous proposons de mettre en débat l’un des postulats de la recherche urbaine qui définit l’urbain comme des lieux où se concentrent et s’échangent d’intenses circulations : ils sont à la fois émetteurs de flux, attracteurs de flux et parcourus par des flux. Ces flux correspondent à la circulation d’éléments entre une origine et une destination dans l’espace : ils peuvent être d’ordre humain (mobilités quotidiennes, voyages, migrations, etc.), matériel (matières premières, produits manufacturés, eau, déchets, etc.) ou immatériels (énergie, capitaux, informations, etc.)1. Ces flux représentent de forts enjeux techniques car ils assurent le fonctionnement quotidien des espaces urbains et des territoires avec lesquels ils sont en relation. Leur réticulation a longtemps été une préoccupation majeure de l’urbanisme opérationnel et de la recherche urbaine. Ils recouvrent également d’importants enjeux politiques, économiques, sociaux et symboliques : la capitalisation que permettent l’accumulation et la convergence de flux vers les espaces urbains est aussi à l’origine de leur pouvoir. Partant, la compréhension de ces flux constitue un enjeu fondamental pour saisir et expliquer, concevoir et organiser l’existence et le fonctionnement des espaces urbains. Au-delà de la recherche urbaine, ce concept de flux s’est ancré chez les acteurs : les flux font l’objet de représentations décelables dans les discours sur la ville, son organisation et ses mutations.

2Les premières appréhensions de l’urbain par les flux remontent au milieu du xixe siècle, une fois bien amorcées la contention et la conduite de ces flux dans des réseaux. Au cours des dernières décennies, deux champs scientifiques les renouvellent profondément. D’un côté, les sciences de l’environnement en lien avec les développements de la société urbaine post-industrielle s’intéressent au métabolisme urbain : la mesure des flux de matières et d’énergie qui traversent et sont consommés par les espaces urbains permet de mieux comprendre leur impact sur l’environnement. De l’autre, les sciences du numérique (entendues ici comme les sciences et technologies de l’information et de la communication, ainsi que les humanités numériques) développent un intérêt croissant pour l’urbain.

3Nous explicitons d’abord succinctement la généalogie de l’intérêt porté par ces deux champs scientifiques aux flux urbains. Ensuite, nous esquissons une première série de pistes prospectives en montrant que sciences de l’environnement et sciences du numérique pourraient être croisées et révéler de nouveaux enjeux pour la recherche urbaine en termes théoriques, méthodologiques et pratiques tendant vers l’interdisciplinarité. Enfin, nos propositions prospectives mettent en évidence l’importance de développer une approche critique et réflexive dans la façon d’appréhender l’urbain par les flux, encore peu présente aujourd’hui. Celle-ci concerne la prise en compte du rôle des acteurs et de la diversité des espaces urbains, ainsi que le rapport qu’entretient la recherche académique à la commande et à l’action opérationnelles.

Deux champs scientifiques à l’épreuve d’une compréhension des flux urbains

4La rencontre entre les sciences de l’environnement et la recherche urbaine autour de la question des flux urbains de matières et d’énergie s’est faite dès le milieu du xixe siècle. Elle s’est traduite, à partir des années 1970, par la constitution progressive d’une communauté pluridisciplinaire, réunissant les sciences de l’environnement, de la vie, de la Terre et de l’atmosphère, les sciences de l’ingénieur et les sciences humaines et sociales, autour des travaux sur le métabolisme urbain. Après avoir servi à dénoncer le caractère nuisible voire parasite des espaces urbains sur l’environnement (Odum 1976), les analyses du métabolisme urbain apparaissent aujourd’hui comme un outil parmi d’autres pour développer des relations plus durables entre espaces anthropisés et environnement, sans nécessairement dissocier les deux domaines (Coutard et Lévy 2010). Les travaux sur le métabolisme urbain ont surtout porté sur la mesure, la localisation et la gouvernance des flux de matières et d’énergie générés par les espaces urbains (cf. première sous-section).

5Le croisement entre les sciences du numérique et la recherche urbaine autour de la question des flux de données apparaît plus récemment. Si les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont des objets de recherche établis pour les sciences du numérique comme pour les sciences humaines et sociales, force est de constater que la dimension spécifiquement urbaine des flux de données a été, jusqu’à présent, peu étudiée. Parallèlement, la recherche urbaine a peu interrogé l’urbain et ses enjeux à l’aune des TIC – les débats scientifiques se focalisant sur l’évolution du rapport à l’espace à travers les thématiques de la « fin de la distance » ou de la « fracture numérique » (Bakis 1984 ; Castells 1998 ; Dupuy 2002). Depuis les années 2000, la rencontre entre sciences du numérique et recherche urbaine s’opère en réponse au processus d’intégration de l’informatique et de ses outils dans l’espace urbain. Les questionnements convergent autour de quatre éléments : l’émergence de nouveaux modèles urbains, les changements intervenus dans la nature des flux mis en jeu par les espaces urbains, l’évolution des modes d’exploitation de ces données et enfin l’hybridation entre matérialité des techniques et dématérialisation des informations au sein des espaces urbains (cf. deuxième sous-section).

Le métabolisme urbain dans les sciences de l’environnement et de la société : mesure, localisation, gouvernance des flux de matières et d’énergie

6L’idée de métabolisme urbain est inspirée par les travaux des écologues sur la modélisation de l’état et de l’évolution des écosystèmes – le rapport dans l’espace et dans le temps que les populations animales et végétales qui y vivent entretiennent entre elles et avec leur environnement (Fischer-Kowalski et Hüttler 1998 ; Fischer-Kowalski 1998). Elle permet de considérer les espaces urbains comme dotés d’un stock matériel et énergétique (préexistant à l’établissement urbain, accru par l’accumulation séculaire sur le site et éventuellement le recyclage) et dépendants de territoires tiers, desquels ils importent et prélèvent des matières premières, de l’énergie, des produits manufacturés, des services, des capitaux, des populations, et vers lesquels ils exportent et rejettent des excrétas et surplus de même nature, dégradés ou au moins modifiés par les usages urbains.

7Chronologiquement, les recherches sur le métabolisme urbain ont d’abord servi à dénoncer l’effet néfaste des espaces urbains sur l’environnement (Wolman 1965 ; Odum 1976) en montrant la linéarisation du fonctionnement métabolique, c’est-à-dire en modélisant l’ampleur des flux de matières et d’énergie exogènes nécessaires à l’existence d’un système urbain et les conséquents excrétas générés par ce fonctionnement (Duvigneaud 1974). Les conséquences négatives sur l’environnement sont établies, en particulier, en démontrant la perturbation au long cours des cycles biogéochimiques (Billen et al. 2012a). Cette dénonciation autorise aussi la critique du modèle économique qui soutient le développement urbain, caractérisé par les consommations en hausse et par l’intensification des importations et prélèvements de ressources, de la production et des exportations de déchets. Ce phénomène s’accompagne d’une limitation des opportunités de recyclage in situ des matières et des énergies (Billen et al. 1983).

8Localiser la provenance et la destination des flux vers et depuis les espaces urbains offre une représentation spatiale de leur impact sur les territoires dont ils dépendent : en pondérant la quantité de flux reçus et émis par ces territoires, on peut définir l’empreinte d’un espace urbain considéré. Plusieurs orientations théoriques définissent cette pondération. D’un côté, l’empreinte écologique a été conceptualisée pour mesurer une demande anthropique vis-à-vis de la biosphère, autrement dit, pour quantifier la pression exercée par la modification du capital naturel opérée par les établissements urbains (Rees et Wackernagel 1996). Commode pour vulgariser les effets néfastes des villes sur l’environnement, cet outil est critiqué pour son inertie (statique alors qu’il analyse des espaces, notamment urbains, par essence dynamiques) et les approximations induites par sa méthode de calcul (par exemple la bioproductivité des terres est une moyenne agrégée de celle de tous les types de sols) (Piguet et al. 2007). En outre, la spatialisation de l’empreinte écologique est globale (par son unité) et ne permet pas de localiser l’origine et la finalité des ressources mobilisées par l’existence des villes. Par ailleurs et au contraire, les empreintes environnementales thématiques cherchent à localiser ces provenances et destinations des flux matériels et énergétiques. Qu’elles concernent les flux d’eau (Hoekstra et Chapagain 2007), d’éléments biogènes (Billen et al. 2012b), d’énergie (Kim et Barles 2012) ou de toute autre ressource, ces empreintes permettent de spatialiser la dépendance physique des espaces urbains à des territoires tiers.

9Enfin, la manière dont les ressources sont produites et consommées, acheminées et distribuées peut être décrite en analysant la gouvernance du métabolisme urbain (Barles et al. 2012). Considérer les acteurs publics et privés, leurs comportements individuels et collectifs, leurs intentions et motivations, les obstacles et réticences qu’ils rencontrent, permet de rendre compte de cette gouvernance et d’appréhender le volet humain et social de la circulation des matières et de l’énergie entre un espace urbain et l’environnement (voir par exemple Lehec 2017 ; Bonaudo et al. 2017).

10Mesurer, spatialiser et analyser la gouvernance des flux de matières et d’énergie permet d’avoir une vision globale du métabolisme urbain. Des résultats ont été obtenus après une dizaine d’années de travaux sur un territoire très étudié comme Paris. Ils permettent d’affirmer « l’externalisation presque totale du métabolisme urbain » (Barles 2015a), c’est-à-dire la dissociation spatiale totale des aires de production et de consommation et une conséquente augmentation des impacts environnementaux liés à l’acheminement des flux entrant dans et sortant de Paris. Cette externalisation va de pair, dans le cas parisien, avec une linéarisation du métabolisme : la quantité de flux entrants et sortants est accrue, tandis que le recyclage est amoindri ; les cycles de matières et d’énergie sont de moins en moins bouclés. Ces mêmes recherches montrent aussi la réticulation forte du métabolisme parisien qui, conjointement à son externalisation, conduit à ce que Paris (par son existence et son fonctionnement) ait une emprise forte sur des territoires tiers (ibid.).

11Indépendamment de la linéarisation et de l’externalisation du métabolisme urbain, caractéristiques majeures de l’évolution des villes depuis le xixe siècle, l’entrelacement des variables anthropiques et écologiques structure aussi les relations qu’entretiennent les villes et les espaces plus ou moins lointains qui permettent leur existence (cf. chap. 2) : on pourrait donc dire qu’il y a autant de métabolismes urbains que de villes. À ce titre, le métabolisme peut aussi être un outil de comparaison entre espaces urbains (Kennedy et al. 2015) ou au sein d’un même espace dans le temps (Billen et al. 2012a ; Barles 2015a). Cette variabilité est souvent analysée à l’aune d’une dichotomie Nord-Sud ou d’une typologie sommaire distinguant villes en croissance et villes matures, mais ces différences et les bases de comparaison sur lesquelles elles se fondent mériteraient d’être précisées compte tenu des enjeux socio-écologiques sous-jacents.

Les flux urbains dans les sciences du numérique : modèles urbains, nature des données, outils d’exploitation et matérialité

12Avec l’essor des technologies numériques, l’usage de l’informatique se généralise et pénètre progressivement l’ensemble des activités humaines. Cet effet « pervasif » (Boullier 2016) se traduit par un changement d’échelle dans le déploiement des flux de données. Les espaces urbains sont particulièrement concernés par ces évolutions : on assiste à un accroissement de la production de flux de données sur l’urbain qui deviennent dès lors un objet de recherche commun aux sciences du numérique et à la recherche urbaine. Quatre questionnements semblent orienter ces recherches.

13Le premier concerne les implications de cet accroissement des données sur les flux urbains sur le fonctionnement des espaces urbains et l’émergence de nouveaux modèles urbains. Les données et informations urbaines générées et prises en compte par les technologies numériques font l’objet d’importantes attentes de la part des acteurs publics (en termes de connaissance des territoires, de planification, de prospective, etc.) (Courmont 2016) comme des acteurs privés qui se positionnent de manière accrue sur les marchés de la collecte, du traitement et de la diffusion des informations produites par ces données (Cardon 2010). Suivant les discours de ces acteurs, la technologie numérique permet d’envisager une optimisation du fonctionnement des espaces urbains grâce, notamment, à une gestion en temps réel (identification des dysfonctionnements, des dégradations, de l’état des infrastructures et des équipements) et à une adaptation des services aux profils de consommations ou de pratiques urbaines. La recherche urbaine s’est attachée à approfondir ce monitoring urbain, par exemple en participant à la conceptualisation et à la diffusion des modèles urbanistiques des smart cities (Townsend 2013 ; Picon 2015 ; Boullier 2016). Ces modèles reflètent une vision performative de la gestion et des services urbains, qui se traduit par l’installation de dispositifs de surveillance parmi lesquels les smart grids énergétiques, les réseaux de transports intelligents ou les réseaux de capteurs. L’implantation de ces modèles urbains dans l’ordinaire des citadins ne se fait pas sans controverse comme l’illustre le rejet du capteur Linky, conçu pour relever les consommations énergétiques à distance et optimiser la gestion du réseau par les fournisseurs d’énergie (Poumadère et al. 2015). Principalement étudiés par la sociologie des techniques et les disciplines sociotechniques, ces conflits mettent en évidence, entre autres, des comportements d’usagers ainsi que les capacités de prise ou de déprise des citadins sur les flux générés, portés et diffusés par la technologie numérique.

  • 2 Voir également le chapitre 13 dans ce volume qui porte sur les dispositifs sociotechniques particip (...)

14Le second questionnement porte sur les possibilités de caractériser l’urbain à partir de flux de données beaucoup plus diversifiés – données de transports, données environnementales, données sociales. En effet, au-delà de l’accroissement de la production de données sur les flux matériels et énergétiques urbains, le numérique fait émerger d’autres types de mesures. Parmi celles-ci, on peut citer l’engouement et les réticences suscités par les données issues des usages des réseaux de télécommunication (bornage des téléphones aux antennes relais) et d’Internet (réseaux sociaux, e-gouvernement, e-commerce, etc.). D’autre part, des pratiques de productions collectives et volontaires de données se démocratisent comme le crowdsourcing ou les projets de sciences citoyennes (Eitzel et al. 2017). La recherche s’est engagée dans une réflexion théorique sur l’étude de ces traces numériques pour l’analyse des territoires et sur les modalités de leur utilisation pour l’aménagement desdits territoires2 (Severo et Romele 2015). La notion de trace englobe cependant différentes acceptions (empreintes, marques, etc.), résultant de la variété des approches disciplinaires et de la diversité des formes d’usage de ces données. Ces flux sont aussi dorénavant et de plus en plus associés à des données ou coordonnées spatiales. Les informations disponibles pour un lieu particulier se multiplient et on observe une évolution des représentations spatiales liées au géoréférencement (Joliveau 2006 ; Haklay et al. 2008). Afin d’échanger, de réutiliser et de croiser ces données urbaines, un impératif d’interopérabilité s’est progressivement ancré dans les discours et peu à peu aussi dans les pratiques. Il se traduit par l’adoption de labels, de standards et de normes qui facilitent la mise en place de politiques de transparence et d’ouverture des données publiques sur des portails open data (Courmont 2016). Ce phénomène de multiplication des flux et des données caractérisant l’urbain donne un sens nouveau à l’idée de ville des flux.

15Le troisième questionnement porte sur l’évolution des modes d’exploitation des flux de données qui transforment l’analyse et la conceptualisation du fait urbain. Une illustration marquante de la transformation des données en information concerne les big data. Kitchin (2014b) les définit comme des données exhaustives, détaillées à l’extrême, relationnelles et flexibles. Leur exploitation ne repose plus sur l’analyse causale, mais sur la corrélation : le calcul algorithmique permet de déduire des régularités statistiques qui favorisent l’élaboration de modèles prédictifs ou interprétatifs (Daniélou et al. 2013). La description des flux urbains se fait alors à partir d’une démarche inductive et non plus hypothético-déductive (Rabari et Storper 2015). Cet engouement suscite une réflexion épistémologique et critique (chap. 2). On remarque, par exemple, une confusion assez répandue chez les utilisateurs des big data entre la description d’ensembles de données engendrées par des pratiques numériques différenciées et l’analyse de la réalité (Quesnot 2016). Ni l’exhaustivité, ni la représentativité, par exemple, ne sont assurées par la diffusion large des technologies numériques : au-delà de leur coût (acquisition, mises à jour et maintenance), ces outils exigent un apprentissage technique et cognitif considérable, et donc inégalement accessible. De plus, les méthodes d’analyse doivent prendre en compte l’incomplétude des données, très fréquente par exemple lors de recyclages de jeux de données. Pour penser les flux urbains, l’exploitation des données passe également par leur visualisation, leur représentation dans l’espace et dans le temps. Les technologies numériques offrent des possibilités que la recherche urbaine peut explorer. Outre l’introduction récente de nouvelles techniques spatialisées centrées sur l’individu (réalités augmentée et virtuelle, plateforme immersive, etc.), des outils de synthèse se consolident et s’étendent à différentes échelles : on peut citer les systèmes d’information géographique (SIG) conçus pour l’échelle territoriale, ou les maquettes en trois dimensions issues des modélisations des données du bâtiment (Building Information Modeling ou BIM) permettant de représenter l’échelle plus fine d’un bâtiment ou d’un îlot.

16Enfin, le quatrième questionnement porte sur la matérialité des flux de données. Les recherches développées ces dernières années s’accordent sur le fait que, loin de dématérialiser l’urbain (Mitchell 1995 ; Castells 1998 : Wheeler et Warf 2000), les flux de données s’inscrivent dans une hybridation entre matérialité et virtualité. Les infrastructures de réseaux (capteurs, bornes Wi-Fi, antennes GSM, data centers, etc.), les dispositifs urbains connectés (bornes interactives, écrans de diffusion, etc.) et les outils numériques individuels (microinformatique, smartphones) se sont progressivement intégrés au fonctionnement urbain, permettant la réception, l’échange, l’envoi de flux de données et d’informations. La structure matérielle de l’urbain (rues, bâtiments, réseaux souterrains) comme les pratiques des citadins apparaissent ainsi augmentées d’un contenu informationnel, certains auteurs parlant ainsi de sentient city (Thrift 2014) ou d’une digital skin qui recouvrirait l’urbain (Rabari et Storper 2015). Malgré le caractère immatériel des données, leurs flux s’incarnent dans l’urbain au travers d’infrastructures, d’outils et de pratiques : les impacts spatiaux et sociaux des flux de données ne peuvent donc plus être ignorés par la recherche urbaine.

Approfondissements théoriques et fertilisations disciplinaires croisées pour une recherche urbaine sur les flux

17En étudiant les flux de matières et d’énergie et les flux de données mis en jeu par les espaces urbains, les sciences de l’environnement et les sciences du numérique prolongent les travaux sur les flux développés par la recherche urbaine depuis le milieu du xixe siècle. Au-delà, elles contribuent aussi à un profond renouvellement de ce champ en s’inscrivant en rupture avec les principes de la ville des réseaux et en développant une nouvelle approche de l’urbain. Elles apparaissent ainsi porteuses de nouveaux enjeux épistémologiques pour la recherche urbaine : à travers les objets qu’elle investigue et l’interdisciplinarité élargie qu’elle implique. Examinons successivement ces trois points.

Du paradigme des réseaux au paradigme des flux : enjeux épistémologiques

18Historiquement, la recherche urbaine s’est davantage intéressée aux infrastructures permettant la circulation des flux – les réseaux. Dès le milieu du xixe siècle, les médecins hygiénistes et les ingénieurs civils mettent la circulation de l’eau, de l’air, de la lumière au cœur de leurs travaux scientifiques et opérationnels sur la ville. Ils promeuvent une vision réticulaire du territoire (Guillerme 1991) et sont à l’origine du développement des réseaux d’adduction d’eau potable et d’assainissement, de collecte et de traitement des ordures au sein des villes industrielles. À la même époque Ildefonso Cerdà fonde sa Théorie générale de l’urbanisation (1867) autour de la notion de vialidad traduite dans son projet d’extension de Barcelone par l’importance accordée au système de voirie, au chemin de fer, au télégraphe, à l’alimentation en eau potable (Dupuy 1991). À partir des années 1930, le développement de la circulation automobile imprègne aussi bien les projets d’utopie urbaine aux États-Unis, comme la Broadacre City de Frank Lloyd Wright, que l’esprit de la charte d’Athènes qui théorise la circulation des flux comme l’un des quatre piliers de la ville fonctionnaliste (Graham et Marvin 2001). La prise en compte de ces flux de déplacement contribue d’ailleurs à mieux saisir le passage de la notion de ville à celle d’urbain dans les décennies suivantes chez les penseurs (Choay 1994) comme chez les acteurs de l’urbain (Weil 1999).

19Ces travaux sur les réseaux ont contribué à enrichir la définition de l’urbain en envisageant ces espaces non plus comme continus, mais comme des ensembles fonctionnels de lignes et de points organisés par des logiques réticulaires. Ce paradigme de la ville des réseaux repose sur deux principes, souvent restés implicites (Coutard 2010). Le premier considère que le fonctionnement des espaces urbains ne peut être compris que par une parcellisation et une spécialisation des savoirs académiques et opérationnels. Ainsi, malgré une vision vraisemblablement unifiée de la ville des réseaux (Tarr et Dupuy 1988 ; Graham et Marvin 2001), les travaux développés dans le champ de la recherche urbaine sont restés très cloisonnés en fonction du type de réseau étudié :

There is the « electropolish » of energy and power. There is the « hydropolis » of water and waste. There is the « informational » or « cybercity » of electronic communication. There is the « autocity » of motorised roadscapes and associated technologies. And so on (Graham et Marvin 2001, p. 8).

20Ce cloisonnement se retrouve dans le monde opérationnel à travers l’organisation en silos des services urbains. Le second principe sur lequel repose le paradigme de la ville des réseaux est que le développement des espaces urbains doit être orienté vers une extension sans fin des réseaux afin de satisfaire une consommation de ressources non bornée. Les réseaux sont ainsi envisagés comme

la forme la plus performante de fourniture des services « urbains » [...] et [...] la solution aux problèmes créés par les réseaux réside dans les réseaux eux-mêmes, dans leur extension plus grande, leur gestion plus centralisée, leur sophistication technique accrue (Coutard 2010, p. 192).

21Ces deux principes sont précisément ceux que semblent aujourd’hui remettre en cause les travaux sur les flux urbains développés par les sciences de l’environnement et les sciences du numérique. D’une part, ces approches mettent en évidence la nécessité de développer une vision intégrée pour comprendre le fonctionnement des espaces urbains. Ainsi, les travaux sur le métabolisme urbain visent, dès l’origine, à dépasser les cloisonnements en prenant en compte l’ensemble des flux de matières et d’énergie importés et exportés par les espaces urbains et en développant une conception circulaire et non plus linéaire de ces flux. De même, les recherches menées par les sciences du numérique montrent que l’intégration des flux de données à la structure urbaine amène à une « convergence » (Graham et Marvin 2001), une unification des réseaux, qui invite à repenser les divisions sectorielles de la production et de la gestion des espaces urbains. Ces approches promeuvent, d’autre part, un développement des espaces urbains orienté vers une maîtrise, voire une réduction, des consommations de ressources. Pour les sciences de l’environnement, l’analyse des flux de matières et d’énergie vise à rendre visibles les impacts négatifs des espaces urbains sur l’environnement pour les atténuer, que ce soit en rendant le métabolisme moins linéaire et/ou moins intense, ou bien en optimisant les rapports entre producteurs et consommateurs de ressources à travers la relocalisation des origines et destinations des flux (Barles 2014). Pour les sciences du numérique, la gestion des flux de données (smart grids, nexus, smart city) doit permettre d’optimiser en temps réel le fonctionnement des espaces urbains, à travers une allocation optimale des ressources (eau, électricité, chauffage) et une maîtrise des consommations.

22Les sciences de l’environnement comme les sciences du numérique semblent donc proposer un nouveau paradigme qui consisterait à saisir l’urbain à travers une vision systémique des flux urbains, orientée vers une réduction de son impact sur l’environnement. En allant au-delà des principes de la ville des réseaux, ces approches renouvellent la façon dont la recherche urbaine appréhende l’urbain par les flux. De plus, certains travaux d’anthropologie, d’ethnologie et de psychologie s’attachent à comprendre les effets de ces flux sur les individus et les sociétés urbaines. Ces questionnements laissent entrevoir un enjeu épistémologique et méthodologique primordial et engagent la recherche urbaine à aller au-delà d’une vision fonctionnaliste de la ville des flux.

Renouvellement et diversification des objets de recherche

23Dans la littérature, les approches que l’on retrouve sont, jusqu’à présent, développées de façon parallèle par les sciences de l’environnement et les sciences du numérique. Elles pourraient être davantage croisées, voire élargies au bénéfice de la recherche urbaine à venir.

24Il serait intéressant d’étudier, par exemple, les interdépendances entre flux de données et flux de matières et d’énergie. Ainsi, les sciences du numérique pourraient enrichir l’analyse des flux de matières et d’énergie en proposant une vision dynamique et non plus statique du métabolisme urbain à travers le monitoring urbain. Parallèlement, les sciences de l’environnement pourraient contribuer à réinterroger l’objectif d’optimisation des flux de données en s’intéressant aux effets rebonds induits par l’intégration des technologies numériques à la structure urbaine : la circulation des flux de données implique des consommations énergétiques et matérielles qui sont aujourd’hui rarement prises en compte dans leur bilan environnemental (Flipo et al. 2012).

25Une réflexion commune sur les données permettant de mesurer et d’analyser les flux urbains pourrait également être développée. Il s’agirait, par exemple, de réfléchir aux modalités d’acquisition des données (diversité des sources, fiabilité, existence de communs, etc.), de leur traitement (outils, méthodes, etc.) et de leur diffusion (modes de représentation, diffusion restreinte/ouverte, etc.). Cela engagerait à réfléchir à des enjeux éthiques, comme la confidentialité liée à la finesse des données, ou les problèmes de vulnérabilité posés par ces données (bug, virus informatique).

26Enfin, il serait intéressant d’identifier l’ensemble des flux qui s’inscrivent dans cette vision systémique de l’urbain orientée vers une réduction des consommations de ressources. Un nouveau regard pourrait être ainsi porté sur les flux économiques. La mesure et l’analyse des flux financiers mis en jeu par les espaces urbains pourraient contribuer à mieux comprendre leur fonctionnement et à mettre en évidence, sous un nouvel angle, leur impact sur l’environnement (cf. encadré ci-dessous).

6. Comptabiliser les flux monétaires
Nicolas Buclet
Les économistes traitent avant tout d’économie marchande, dont l’activité se mesure par la monnaie. La nature des flux matériels et immatériels qui circulent et permettent à une ville de fonctionner et à ses habitants de vivre et produire comme ils le font, est ignorée car traitée de façon homogène via le vecteur monétaire. Les travaux sur le métabolisme urbain s’éloignent sciemment de cette vision qui aplatit le fonctionnement urbain en traitant l’ensemble de la société par la seule dimension monétaire. Le retour à la mesure matérielle du fonctionnement d’une société humaine, qu’il s’agisse d’une ville, d’un territoire rural ou d’un pays, constitue à la fois un éloignement des questions économiques, telles que traitées classiquement, et une façon de se ressaisir de la question économique, au sens originel, étymologique, de gestion de la maison ou du (mi) lieu de vie. Si les flux monétaires méritent une place au sein de l’analyse du métabolisme d’un territoire, ce n’est pas en tant que mesure de flux matériels ou immatériels monétarisés, mais en tant que flux financiers contribuant au fonctionnement du métabolisme (une subvention provenant de l’État, un investissement étranger dans une ville, etc.). La monnaie est redimensionnée et côtoie les flux matériels et immatériels pour, ensemble, contribuer à la production de richesse au sein d’un territoire (Buclet et al. 2015).
Face aux enjeux de durabilité, cette façon de traiter des questions économiques revêt un autre avantage, notamment vis-à-vis du débat sur la décroissance. Ce qui importe, dans une perspective environnementale, c’est de favoriser la décroissance d’un certain nombre de flux matériels. Les flux financiers et les flux immatériels sont indirectement liés aux questions de la raréfaction des ressources ou des émissions de gaz à effet de serre. Ils sont importants en ce qu’ils influent sur la nature et les quantités de flux matériels mobilisés par les sociétés. Mais les enjeux environnementaux de durabilité se mesurent avant tout par les flux matériels qu’il convient de réduire quantitativement (par exemple les émissions de gaz à effet de serre ou la consommation de ressources épuisables) et de modifier qualitativement.
La mesure des seuls flux financiers contribuant effectivement au fonctionnement du métabolisme d’un territoire permet enfin d’insister sur l’importance plus ou moins forte de ces flux sur le fonctionnement d’un territoire. De fait, elle permet de distinguer les territoires en fonction de l’importance des flux financiers sur le fonctionnement global de leur métabolisme. Les villes sont, en particulier, des lieux de concentration de richesses et la mesure de l’intensité des flux financiers circulant au sein de certaines villes est une mesure de leur pouvoir économique (et sans doute également politique et institutionnel). Leur mesure améliore donc notre capacité à caractériser le fonctionnement d’une ville et à mettre en évidence différents types de fonctionnements métaboliques.

Vers une interdisciplinarité élargie ?

27La recherche urbaine revendique les croisements disciplinaires et méthodologiques comme un moyen de tirer le meilleur parti de la diversité des objets de recherche, des questionnements, des cadres théoriques, des outils et des terrains. Les débats sont nombreux sur sa nature (Scherrer 2013 ; Dupuy et Benguigui 2015) pluridisciplinaire, interdisciplinaire, transdisciplinaire, voire a-disciplinaire ou indisciplinée (Pinson 2004). Définir l’urbain par les flux implique des métissages disciplinaires, du fait de la largeur de l’objet d’étude et des « interfaces naturellement créées » par les disciplines qui se sont historiquement intéressées à cet objet (Kleinpeter 2013).

28Si les sciences de l’environnement, les sciences du numérique et les sciences humaines et sociales sont amenées à construire une appréhension partagée de l’urbain par les flux, il semble important d’engager une réflexion épistémologique pour comprendre de manière plus approfondie les liens qui unissent ces trois domaines autour de cet objet. La recherche urbaine pourrait discuter du vocabulaire et des définitions utilisés, des questionnements et des méthodes qui permettent d’appréhender les flux urbains. Cette connaissance mutuelle permettrait de perméabiliser les domaines disciplinaires et d’identifier des points de convergence et de divergence. Sans aller jusqu’à fonder une nouvelle transdiscipline, c’est-à-dire « un canevas général, une sorte de super- ou de métadiscipline, dont chaque discipline serait une réalisation particulière » (Kleinpeter 2013, p. 125), un pas en avant serait de structurer un champ de recherche autour de la ville des flux en se forgeant des concepts communs, en inventant des positionnements partagés. Qu’est-ce qu’un flux urbain ? Comment l’appréhender ? Dans quel but ? Enfin, les chercheurs pourraient examiner les modalités concrètes du croisement des champs car ceux-ci impliquent souvent de nouvelles manières de faire de la recherche. Il pourrait être intéressant, par exemple, de réfléchir au dépassement du coût d’entrée d’une approche interdisciplinaire. En prenant appui sur les travaux de Julie T. Klein (2008), il s’agirait d’admettre que les résultats obtenus par les croisements dépendent des contextes géographiques, dépassent les cadres conceptuels des disciplines, sont des voies pour comprendre voire résoudre des conflits disciplinaires, qu’ils sont issus de temps de recherche nécessairement plus longs et appellent donc à certaines réorganisations dans le travail académique et dans son évaluation (cf. chap. 4).

29Ces croisements pourraient faire advenir de nouvelles approches de l’urbain. Si la méthode cartésienne consiste habituellement à « diviser les difficultés en autant de parcelles [disciplinaires] qu’il se pourrait et qu’il serait requis pour mieux les résoudre » (Billen et al. 1983, p. 12), à l’inverse, l’hybridation des disciplines pourrait être à l’origine d’une compréhension systémique des phénomènes urbains à travers l’étude conjointe de la circulation des flux humains, matériels et immatériels. Cette approche systémique pourrait par exemple permettre de mieux comprendre l’évolution temporelle des espaces urbains, en analysant les dynamiques de ces flux sur différentes périodes (une journée, une semaine, une saison, etc.). Elle pourrait être également à l’origine d’une nouvelle caractérisation spatiale de l’urbain en mettant, par exemple, en évidence la diversité des flux qui le composent.

30Finalement, à rebours des approches disciplinaires mieux balisées et plus favorablement accueillies dans la communauté scientifique (Bühlera et al. 2006), le fait de valoriser ce caractère interdisciplinaire ou indiscipliné de la recherche urbaine sur les enjeux techniques, sociaux et politiques de la ville des flux, et ce, dès l’entrée dans le monde académique, encouragerait peut-être à accroître les approches plus réflexives et faciliterait sans doute la percolation des résultats produits dans les sphères opérationnelles.

Fabrique réflexive et critique de la recherche et enjeux d’opérationnalisation

Jeux et enjeux de pouvoirs : quelle place pour les acteurs ?

31La circulation des flux liée aux espaces urbains fait intervenir une multitude d’acteurs : acteurs publics, acteurs entrepreneuriaux, associations, citoyens, etc. Si pour ces acteurs, la finalité des approches d’une ville définie par les flux est l’amélioration de la durabilité urbaine, il semble important d’explorer plus précisément les motivations qui animent chacun d’entre eux (Lorrain 1995a). On ne peut pas, par exemple, ignorer le fait que la circulation des flux humains, matériels et immatériels représente des marchés considérables pour les entreprises spécialisées dans les équipements et services urbains, dans le domaine de l’environnement ou dans les technologies numériques. En développant des solutions d’optimisation des flux, ces entreprises renouvellent leur fonction d’opérateurs urbains. L’arrivée de ces acteurs privés contribue également à redéfinir le rôle des acteurs traditionnels, privés comme publics, en les obligeant à repenser leurs stratégies. Les énergéticiens, par exemple, dont la prospérité reposait sur l’extension des réseaux et l’accroissement de la consommation, doivent revoir leur modèle d’affaire pour vendre non plus de l’énergie mais des économies d’énergie. De même, face à la place stratégique que semblent en passe d’occuper les acteurs privés, quelle est désormais celle des acteurs publics ? Et que dire du rôle des citoyens qui demeurent des consommateurs et des clients mais deviennent également producteurs de flux ?

32Face à l’émergence de cette ville des flux, il semble nécessaire d’interroger également les rapports de pouvoir qui animent les relations entre ces acteurs. Ces rapports relèvent-ils de la domination, de la collaboration ou de la résistance ? Qui gouverne la circulation des flux humains, matériels et immatériels mis en jeu par les espaces urbains ? Qui décide de leur orientation ? Qui en est exclu ? L’analyse des usages de ces outils techniques de gestion des flux et de leur adéquation ou inadéquation aux pratiques permettrait également de mieux saisir la complexité des effets qu’ils impliquent. La recherche urbaine pourrait alors interroger l’acceptabilité sociale de ces solutions, voire imaginer des outils de médiation entre ces solutions techniques, ceux qui les conçoivent et ceux qui les mobilisent.

33Enfin, la place des citadins dans la ville des flux constitue un champ important pour la recherche à venir. Il s’agirait d’une part de développer une réflexion approfondie sur les modes de vie et sur les pratiques individuelles et collectives, en étudiant leur diversité (e.g. selon des critères de genre, de catégories sociales, etc.) et en analysant les motivations qui les génèrent. D’autre part, une approche pragmatiste permettrait de faire émerger les discours, les stratégies, les trajectoires qui se développent autour des flux urbains. En effet, il semble qu’on assiste aussi bien à des formes d’appropriation – à travers, par exemple, un renouvellement des formes de participation à la production urbaine par l’usage des technologies numériques – qu’à des formes de rejet ou de scepticisme vis-à-vis de ces technologies. Ces recherches permettraient aussi plus largement d’interroger l’accès aux ressources urbaines (cf. chap. 10).

Bornes et limites : (re)connaître l’urbain et interroger des réalités éloignées

34Comme la ville des réseaux, la ville des flux construit un nouveau point de vue sur l’urbain et propose une représentation globale, une vision intégrée du fonctionnement de ses territoires. Il semble capital de sonder cette proposition en s’interrogeant sur les limites de cette ville des flux et sur l’unicité du nouveau modèle qu’elle implique.

35Si les flux constituent l’élément fondamental de la définition de la ville, il semble en première approche suffisant d’étudier leur portée pour délimiter l’urbain. Pour autant, l’identification claire des extrémités de ces flux fait aujourd’hui débat. Certains auteurs s’appuient sur la circulation des flux pour affirmer un positionnement théorique et épistémologique qui consacre la banalisation du fait urbain ou, dit autrement, sa généralisation. Neil Brenner (2014) utilise ainsi les flux de données émis et reçus par les satellites pour montrer que même l’atmosphère terrestre est devenue une composante de l’urbain. De même, la circulation des porte-conteneurs qui acheminent les biens matériels est présentée comme un témoignage de l’urbanisation des confins de l’océan Pacifique. Mais face à ces analyses holistes, d’autres auteurs affirment que le passage de la ville des réseaux à la ville des flux se traduirait davantage par une dispersion de l’urbain (cf. chap. 6) que par sa généralisation. Ils montrent que la gestion des flux se fait de manière de plus en plus décentralisée et à des échelles restreintes, comme en témoigne, par exemple, le déploiement des îlots urbains à énergie positive. On assisterait ainsi à un processus de fragmentation progressive de l’urbain (Graham et Marvin 2001) et à l’émergence d’une « ville post-réseau » (Coutard et Rutherford 2016) qui pourrait être porteuse de fortes inégalités sociales et spatiales : les premium infrastructure networks et les premium spaces reliés entre eux, créant des effets de tunnel qui excluraient certains territoires. Ainsi, loin de former un tout unifié, la ville des flux s’apparenterait à une juxtaposition d’enclaves.

36Dans un cas comme dans l’autre : où se cache le métabolisme urbain ; s’arrête-t-il en dehors des limites de l’urbain ; l’urbain s’étendil au-delà des extrémités qu’on lui attribue et peut-on alors parler d’urbanisation de la nature ? Ces questions pourraient également s’appliquer aux traces numériques de l’urbanisation : l’absence de connexion aux flux de données signifie-t-elle, par exemple, absence d’urbanisation ? Les débats soulevés par ces deux points de vue méritent d’être poursuivis, et les recherches qui les soutiennent approfondies.

37Enfin, il semble nécessaire de questionner l’unicité du modèle de cette ville des flux en explorant la diversité des réalités qu’elle recouvre. Par exemple, le modèle de la smart city est revendiqué par des villes aussi différentes que Lyon, Vienne en Autriche, San Francisco aux États-Unis, Songdo en Corée du Sud ou Masdar aux Émirats arabes unis. La variété de ces contextes invite à repenser la manière dont on peut saisir et définir la smart city (ou tout autre modèle urbain contemporain) comme une ville des flux, à différentes échelles et à différents moments de l’histoire des sites urbains. Si des travaux sont déjà engagés en ce sens, ils demeurent encore trop peu nombreux.

Servitude et (in) dépendance de la recherche et de l’action : opérationnalisation des savoirs et réflexivité de l’action

38Les poursuites, approfondissements et croisements que nous avons proposés dans ce chapitre impliquent une réflexivité qui ouvre nécessairement des pistes critiques. L’une de ces pistes a trait à la parcellisation et à la spécialisation des savoirs. Si l’on travaille relativement plus sur les flux d’énergie et les flux de personnes que sur les flux de déchets et les flux monétaires, par exemple, c’est parce que les commanditaires de la recherche urbaine (si ce n’est les chercheurs eux-mêmes) y voient une utilité sociale (Scherrer 2010). La recherche urbaine, même critique et réflexive, se fait aussi en réponse à des commandes, qu’elles soient formalisées comme telles ou existent de fait, par les objectifs que les chercheurs leur assignent. Mais la légitimité, ou plutôt la primauté des recherches dominantes sur ces objets n’est guère interrogée et « rares en sont les critiques bien sûr, dont l’absence définit justement la notion même de mainstream » (Paveau 2012). Il ne s’agit pas de dissoudre l’utilité intrinsèque de ces recherches dans une quête absolue de la critique pour elle-même. Mais par exemple, dans la lignée des premiers travaux en écologie politique relatifs au métabolisme urbain (Gandy 2004 ; Heynen et al. 2006), on pourrait examiner la circulation des flux urbains au prisme de leurs impacts sociaux et des enjeux de pouvoir que ces recherches alimentent ou taisent.

39En outre, le rapport à la commande doit être interrogé face aux enjeux économiques de gestion intégrée des flux, face aussi à la production d’une connaissance appliquée. Par exemple, les recherches sur la ville numérique sont souvent guidées par une commande formalisée (privée, institutionnelle, industrielle), mais elles restent trop rarement réflexives et se soucient peu de l’obsolescence potentielle des solutions qu’elles fabriquent. En amont, les outils de mesure, de localisation et de caractérisation de la gouvernance des flux sont plus fréquemment fondés sur la recherche de solutions que sur la compréhension des problèmes à régler. En caricaturant, les sciences de l’environnement et celles du numérique sondent plus facilement les moyens d’atteindre des performances énergétiques optimales ou un décongestionnement des espaces urbains qu’elles n’interrogent les fondements de ces quêtes. Ce déséquilibre entre la recherche de solutions et l’analyse des problèmes fondamentaux est inévitablement lié aux modes de financement de la recherche (cf. chap. 4) et à la prescience quelque peu positiviste des organismes commanditaires selon laquelle la recherche, nécessairement applicable, est vouée à faire progresser l’humanité (ou une partie de celle-ci).

40Interroger ce hiatus dans le cadre d’une conceptualisation de la ville des flux, permettrait donc d’abord de mieux comprendre certaines interactions entre recherche et action. Dans un second temps, ces questions pourraient aboutir à un meilleur accompagnement des acteurs dans la mise en œuvre de solutions – puisque la recherche académique leur permettrait de mieux comprendre les problèmes – et à un plus grand recul en amont des commandes de recherche. Enfin, interroger l’élaboration d’outils et de concepts sur les flux urbains, en particulier et en lien avec la vocation des financements de la recherche, permettrait à la communauté scientifique d’accroître une conscience éthique – en particulier en lien avec la disponibilité, la confidentialité et l’accès aux données de flux.

41En outre, l’opérationnalisation des résultats produits gagnerait sans doute en finesse et en précision avec l’analyse de la réception et de l’appropriation desdits résultats. Il pourrait être intéressant, d’abord, d’étudier empiriquement la façon dont les praticiens de la production et de la gestion urbaines appréhendent la circulation des flux. L’analyse des flux humains et immatériels semble, par exemple, assez largement bien maîtrisée par la sphère opérationnelle – du moins dans les villes du Nord – ; la généralisation des solutions d’optimisation des flux de personnes (e.g. systèmes de transport intelligents) comme des flux d’énergie (e.g. réseaux électriques intelligents) en témoigne. En revanche, l’analyse des flux de matières semble encore mal ou peu appréhendée par ces acteurs, sauf dans des cas très spécifiques, par exemple ceux des territoires qui fondent leur stratégie de développement sur les principes de l’écologie industrielle (Brullot et al. 2014). Il pourrait être intéressant de travailler avec les praticiens sur les représentations sociales associées à ces flux. La valorisation des biodéchets, par exemple, implique que leurs gestionnaires les considèrent, non plus comme des rebuts à éliminer, mais comme des ressources permettant de boucler des flux de matières (recyclage), voire comme une source de développement local (réemploi des matières dans le verdissement des espaces urbains, dans une agriculture de proximité, etc.). Par ailleurs, il serait également intéressant de développer des recherches permettant d’acquérir une distance, à terme critique, sur les choix et les modalités de la mise en œuvre de cette ville des flux. Quels sont les flux privilégiés dans les études de faisabilité, par qui et pour quelles raisons ? Quels sont les adaptations, les ajustements, les innovations, les blocages repérés (ou inconsciemment développés) par les acteurs ?

42Les références opérationnelles, les cultures professionnelles des acteurs, les outils qui les équipent semblent souvent guider la manière dont ils saisissent l’urbain par les flux. Il paraît donc intéressant de réfléchir à la façon dont les métiers de l’urbanisme et de l’aménagement pourraient être outillés, voire éventuellement redéfinis : un des enjeux réside dans la diffusion et la vulgarisation des résultats des travaux scientifiques menés sur la ville des flux. En retour, cette diffusion permettrait de diversifier les approches scientifiques des métiers de l’urbain et d’enrichir des champs connexes (sociologie des organisations, anthropologie des techniques, économie institutionnelle, etc.). La vulgarisation de ces travaux permettrait alors de développer des formes de réflexivité au sein même de la sphère opérationnelle.

***

43En exposant les voies par lesquelles la recherche urbaine pourrait saisir l’urbain par les flux humains, matériels et immatériels, ce chapitre montre comment les sciences de l’environnement et les sciences du numérique contribuent à un renouvellement des méthodes et des questionnements dans ce champ d’étude. Si ces approches laissent entrevoir le passage du modèle de la ville des réseaux à celui de la ville des flux, celui-ci reste encore largement à préciser. L’idée même de passage de l’un à l’autre reste à interroger, au-delà d’une vision toujours systémique des flux et de leur circulation. Cette vision mérite également un décentrement, en considérant que cette idée de flux a aussi une existence dans le quotidien des acteurs et des usagers de la ville (information en continu, circuits courts, flux de migrants).

44La recherche urbaine semble donc investie d’une triple mission pour les années à venir : promouvoir une recherche fondamentale interdisciplinaire pour élaborer des outils conceptuels et méthodologiques communs dans l’appréhension de la ville des flux ; encourager le développement des approches réflexives et critiques ; poursuivre une réflexion sur les pratiques de conception, de production et d’appropriations urbaines et, in fine, sur les transformations liées à l’émergence de cette ville des flux.

Notes

1 La circulation des idées et des modèles dans la recherche urbaine ne sera pas abordée ici car elle fait l’objet d’un chapitre spécifique (cf. chap. 16).

2 Voir également le chapitre 13 dans ce volume qui porte sur les dispositifs sociotechniques participant de la production urbaine.

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search