Version classiqueVersion mobile

Pour la recherche urbaine

 | 
Félix Adisson
, 
Sabine Barles
, 
Nathalie Blanc
, 
et al.

Deuxième partie. Pour une lecture socio-matérielle de l’urbain

6. L’urbain, à ses limites ?

Antoine Brès et Laurent Devisme

Texte intégral

1Ce texte s’inscrit dans la réflexion sur la spécificité présumée de l’urbain et sur les manières dont la recherche urbaine a pu et pourrait travailler afin d’éviter les dualismes simplistes (ville/non-ville ; urbain/ rural ; métropoles/périphéries...). Ces dualismes structurent en effet souvent les champs épistémologique et politique, l’un des derniers exemples en date étant donné par les controverses relatives à la notion de fracture territoriale et aux oppositions entre France d’en bas et France d’en haut.

2Ce texte suggère quelques pistes en faveur de l’hybridation, de la sensibilité aux tonalités spatiales, afin de disposer de sciences de l’espace des sociétés nettement plus intégrées qu’elles ne le sont aujourd’hui en France, la spécialisation disciplinaire menant souvent à renier l’hypothèse même fondant le champ des études urbaines et sa cohérence intrinsèque. Après un retour sur les manières de penser le phénomène urbain qui conduit à souligner la nécessité de leur actualisation, ce chapitre interroge l’urbain depuis certains de ses marqueurs forts, puis à partir de ce que l’on considère souvent comme son extérieur (ce qui n’est pas urbain ou ce que l’urbain n’est pas). Il pointe ensuite l’enjeu d’une approche par gradients avant d’esquisser quelques chantiers de recherche possibles, sensibles à l’enjeu de saisir l’urbain à la fois comme mode de vie et comme morphologies particulières.

Du phénomène urbain à l’urbain généralisé... sans être isotrope

  • 1 Allusion à une revue d’intervention au titre éponyme fondée en 2012 à l’initiative de quelques inte (...)

3À force de généralisation, l’urbain pose un problème logique. Tant que l’on pouvait mettre en tension le rural et l’urbain (cf. le recueil de textes publié en 1970 par Henri Lefebvre sous le titre Du rural à l’urbain, 2001), indiquer des rythmes, alliances et disjonctions, la catégorie socio-spatiale d’urbain était suffisamment discriminante. Si nous sommes désormais « tous urbains1 », qu’est-ce donc que la catégorie d’urbain permet de penser ?

4Évoquons d’emblée une ligne continue au xxe siècle qui a eu tendance à penser la concomitance de la généralisation de l’urbain et la fin de la ville. Ainsi de Frank Lloyd Wright avec Disappearing City (1932) ou plus récemment de Françoise Choay dans un article largement lu et commenté, produit pour le catalogue d’une exposition au centre Georges Pompidou, intitulé « Le règne de l’urbain et la mort de la ville » (1994). Cette tendance se poursuit, au moins dans le champ médiatique, avec une opposition souvent mise en scène entre des villes patrimoniales constituées, sédimentées mais menacées et des espaces qu’on a du mal à qualifier – périurbains, rurbains, ruraux ou d’entre-ville –, incarnant parfois le capitalisme le plus débridé, qu’il soit immobilier (les lotissements) ou commercial (les grandes surfaces et les entrées de ville).

Du mode de vie à la forme d’établissement

5Les premières analyses du phénomène urbain avaient essentiellement pour cadre la ville ou plutôt la grande ville : objet d’études intrigant dès le milieu du xixe siècle, comme en témoignent des textes plutôt littéraires, descriptifs ou fantasmagoriques qui évoquaient les conséquences du développement des grandes villes et ce qui a pu apparaître rétrospectivement comme « le choc des métropoles » (Simay et Füzessery 2008). Au début du xxe siècle, mentionnons trois programmes de recherche situés qui ont à la fois marqué l’histoire des sciences de l’espace social et déployé les promesses d’un champ que l’on nommera plus tard études urbaines : Charles Booth à Londres, Maurice Halbwachs à Paris, Robert Park et Ernest Burgess à Chicago sont partis explorer les énigmes du phénomène urbain, enclenchant des aventures scientifiques récemment remises en perspective par une démarche socio-historique (Topalov 2015). L’école de sociologie urbaine de Chicago, dès les années 1930, a ainsi entrepris d’enquêter sur les conséquences de la croissance urbaine. Cependant, dès l’origine, Louis Wirth avertissait :

Tant qu’on identifie le phénomène urbain avec l’entité physique de la ville, en le considérant simplement comme délimité de façon rigide dans l’espace, tant qu’on procède comme si les caractères urbains cessaient brusquement de se manifester au-delà d’une frontière arbitraire, on n’a aucune chance de parvenir à une conception adéquate du phénomène urbain comme mode de vie (Wirth 1979, p. 255).

6Lefebvre définissait de son côté la société urbaine comme une « société qui résulte de l’urbanisation complète de la société aujourd’hui virtuelle, demain réelle » et proposait l’expression de « tissu urbain généralisé » pour décrire la déclinaison spatiale de celle-ci. Il s’agit aussi bien, comme c’est souvent le cas chez Lefebvre, d’un constat et d’un horizon.

Le phénomène urbain se présente comme réalité globale – ou si l’on veut ainsi parler : totale (c’est lui qui souligne) – mettant en question l’ensemble de la vie sociale, théoriquement et pratiquement (Lefebvre 1970, p. 244).

7On voit bien comment s’est rapidement réalisée l’association séminale de l’urbain à la ville, contribuant aux malentendus entre mode de vie (l’urbain) et forme d’établissement humain (la ville), entre les sociétés et leur milieu de vie, alors même que l’un des termes se présente pourtant comme plus directement morphologique – la ville dans sa définition primitive est une agglomération de bâtiments – et l’autre plutôt de l’ordre du savoir-vivre (urbanité). Cette confusion est renforcée par l’absence de qualificatif propre au mot ville, à la différence du mot cité auquel est associé citadin. Pointons qu’il n’existe pas non plus de terme ayant la même racine que ville pour désigner un processus (à la différence du terme urbanisation).

Une réactualisation obligée

  • 2 Wirth entend par modes de vie urbains « le système de traits qui constituent le mode de vie caracté (...)

8La plupart de ces approches de l’urbain incluaient une visée prospective en posant notamment dès l’origine la question de l’extension du phénomène urbain à ce qui n’était pas la ville. L’urbanisation, selon Wirth, « renvoie à l’évolution vers des modes de vie reconnus comme urbains2 qui se manifestent chez des gens qui – où qu’ils soient – ont subi l’influence que la ville exerce à travers le pouvoir de ses institutions et de ses personnalités grâce aux moyens de transport et de communication » (Wirth 1979, p. 255). Les évolutions considérables des moyens de communication et de déplacement, et plus globalement de gestion des flux matériels et immatériels, ont déjà modifié, modifient et modifieront à la fois les supports et les lieux d’interaction des individus entre eux et avec leurs artefacts bâtis et techniques, ainsi que, de manière conjointe, les systèmes de relation entre les populations et leurs territoires, leur territorialité. C’était bien l’intuition de Melvin Webber analysant les échanges téléphoniques (1964) pour évoquer le non-place urban realm (traduit par l’urbain sans lieu ni bornes).

9Les technologies héritées des deux siècles précédents ainsi que celles qui ont émergé ces dernières décennies, en particulier le numérique et les biotechniques dont le développement rapide est attendu dans un futur immédiat, ouvrent ainsi la voie à une (ou des) définition(s) renouvelée(s) du phénomène urbain.

10Déjà, le xxe siècle a largement permis – suite à l’invention du moteur à explosion, au déploiement de la voiture individuelle combiné aux injonctions de la charte d’Athènes – une déconnexion entre les espaces de l’établissement et ceux du mouvement (Dupuy 1995 ; Bordreuil 2000) selon les catégories d’Ildefonso Cerdà (1867). C’est le principal motif de la généralisation de l’urbain et de la mise en péril des villes. Les nouvelles technologies de communication amplifient la possibilité de cette déconnexion mais, dans le même mouvement, valorisent la coprésence (Ascher 1995) pour tout un ensemble d’activités de négociations, régulations mais aussi de loisirs ou de partage d’un événement (fête, commémoration, expression via les réseaux sociaux d’être au bon moment à la bonne place, « j’y étais »). On est loin de l’utopie du télétravail qui aurait transformé radicalement l’aménagement du territoire !

L’urbain partout donc nulle part ?

11L’urbain hors la ville est-il encore urbain ? Et la disjonction de la ville et de l’urbain, le fait que, comme l’observe Jean Viard, « la société urbaine a envahi la majeure partie de l’espace, perdant ainsi sa correspondance originelle avec l’espace délimité de la ville » (Viard 1990, p. 20), ne font-ils pas perdre évidence et pertinence à l’urbain ?

  • 3 Cette lecture de Brenner (2014) a été présentée lors du premier séminaire de la PNRU et publiée ens (...)

12Dans le domaine spécifique de la recherche, si l’urbain est partout, que reste-t-il hors du champ intellectuel couvert par une recherche dite urbaine (Brenner 2014, p. 185-86, p. 197), alors même que la fin de partie de la géographie rurale est posée (Poulot 2008) ? La catégorie de l’urbain – voire de ville – garde-t-elle encore une validité conceptuelle et opératoire pour penser aujourd’hui les établissements humains et leur rapport à un mode de vie généralisé ? Dans son ouvrage et ses articles récents, Neil Brenner répond positivement à cette dernière question en retournant la proposition : l’urbain précéderait ontologiquement la ville et cette dernière n’en serait que l’une des figures parmi d’autres. Il insiste en particulier sur l’urgence d’élaborer une nouvelle épistémologie de l’urbain, qu’on peut formuler rapidement ainsi : passer d’une pensée des lieux et du discret à une pensée des processus ; re-théoriser l’urbain en délaissant l’empirie positiviste... Comme le rappelle Matthieu Giroud dans sa lecture3, cette posture n’est pas exempte de contradictions. Elle présente notamment le problème d’être peu lestée de données de terrain. On peut en revanche souscrire à l’impératif comparatiste afin d’examiner les différences dans les processus similaires, d’analyser des intensités variables de l’urbanisation planétaire : sortir en somme de la formule « partout donc nulle part ». Deux autres auteurs anglophones méritent d’être ici mentionnés : Allen J. Scott et Michael Storper ont pointé les écueils de deux postures relevant soit de l’hyper-théorisation soit de l’hyper-particularisme. Ils rappellent ainsi combien les critiques postcoloniales d’auteures comme Ananya Roy ou Jennifer Robinson ont aidé à décentrer une théorie urbaine bien trop largement « nordiste » et invité à renouveler le regard sur des réalités urbaines existant parfois depuis longtemps, mais ignorées faute d’appareillage optique adapté. Ils évoquent également la portée possible des théories de l’acteur-réseau et des assemblages (humains/non-humains) pour mettre en avant la diversité des figures et des dynamiques d’urbanisation, par opposition à l’avènement d’un urbain généralisé indifférencié (Scott et Storper 2015). Notons la mise en exergue, dans leur texte, de cette phrase devenue célèbre de Georges Pérec (1974) : « Ne pas essayer trop vite de trouver une définition de la ville ; c’est beaucoup trop gros, on a toutes les chances de se tromper. »

13Grâce à Pérec, armés donc d’une telle dédramatisation de la théorie urbaine, on peut proposer deux pistes : reconsidérer l’urbain à partir de lui-même, de ses composantes (mode de vie et morphologie) et de leurs variations internes, d’une part ; l’interroger depuis ses dehors (s’il en reste), par rapport, donc, à ce qu’il ne serait pas, d’autre part.

Dans les limites de l’urbain

14L’une des pistes consiste à interroger la condition urbaine depuis son expérience, c’est-à-dire en tant que mode de vie socialement et économiquement spécifique et dont la dissémination est constatée ; et de manière conjointe en tant que phénomène étroitement lié à un environnement particulier, celui de l’extension d’un processus globalisé d’urbanisation.

Urbanisation des mœurs ?

  • 4 Le rural continue toutefois d’exister : l’un de ses portraits-types en était donné dans le document (...)
  • 5 Cf. son intervention « Métropoles et mondialisation : la source de l’incertitude ? » lors du colloq (...)

15Il faut d’abord revenir sur les conséquences de cette urbanisation des mœurs qui fait plutôt consensus. Si elle signifie une nette érosion de la partition urbains/ruraux4, qu’en est-il des conséquences culturelles de cette généralisation ? Qu’en est-il également de l’archétype du métropolitain que pouvait faire le sociologue Georg Simmel en évoquant son caractère blasé, la superficialité des échanges, qui rejoint « la réserve, l’indifférence et l’attitude blasée » du citadin évoquées par Wirth ? La moue blasée et l’hyper-codification des échanges en ville continuent de caractériser l’habitant des grandes villes. En retour, on peut effectivement faire l’hypothèse d’une normalisation culturelle prononcée des centres métropolitains (Chauvier 2016). Elle est une résultante de l’intensification des centralités urbaines (Devisme 2005), soutenue par des pouvoirs publics qui se sont plus ou moins emparés de l’idéologie de la ville créative dont Richard Florida (2004) a posé des bases mesurables impliquant notamment des caractéristiques culturelles (citons parmi les indicateurs qu’il retient comme pertinents l’indice de tolérance et de diversité mesurant la part des populations gaies, bohèmes et nées à l’étranger au sein de la population métropolitaine). Au sein des grandes métropoles, on observe une internationalisation croissante des sociétés assurément, mais l’expérience de l’intensification et de l’hybridation croissantes n’est pas toujours certaine. Ainsi les récents travaux de Saskia Sassen montrent-ils comment l’internationalisation soutenue des world cities s’accompagne parfois d’un déclin de l’expérience urbaine : de grandes tours de bureaux peuvent rester vides, stock patrimonial, enjeu sur le marché immobilier mais déconnecté d’usages spécifiquement urbains5. Autre cas de figure, le déploiement de villes nouvelles mais aussi de gated communities dont les urbanités très codifiées sont bien différentes de celles valorisées par la maximisation du couple densité/diversité, montre à quel point la généralisation de l’urbain ne signifie pas homogénéisation des sociabilités.

16En d’autres espèces d’espaces, ce sont encore d’autres anthropologies qui se signalent. Ainsi de ce que certains observateurs ont pu mettre en avant en miroir de la grande ville proche : territoire de réserve, de refuge, territoire de ressourcement, d’expérimentation de communs élaborant de nouvelles solidarités territoriales : une sorte de base arrière de la métropole lui est clairement complémentaire et donne un nouveau sens à l’ancienne notion géographique d’arrière-pays (Devisme 2014 ; Pasquier 2016). On voit par cet exemple qu’au sein même des régions urbaines les pratiques sont bien différenciées.

Extension spatiale de l’urbain

17Conjointement se pose la question des critères morphologiques et fonctionnels conventionnellement adoptés par la recherche urbaine – densité, agglomération, concentration – ou de manière plus actuelle et dynamique – accessibilité, attractivité, diversité – et qui corroboreraient le constat d’un certain étalement urbain concomitant à l’extension des réseaux. Pour Wirth, « il est clair que la densité, si elle n’est pas mise en corrélation avec des caractéristiques sociales significatives, ne peut fournir qu’une base arbitraire de différenciation entre communautés urbaines et rurales » (Wirth 1979, p. 256). L’identification des territoires urbains à partir de ces seuls critères apparaît insuffisante alors qu’est fait le constat d’un double processus d’urbanisation, qui procède de dynamiques simultanées de concentration et de dispersion, d’implosion et d’explosion (Lefebvre 1970 ; Brenner et Schmid 2015).

  • 6 Télérama, 12 février 2010.
  • 7 Alors que les cités qui incarnent historiquement le caractère d’urbanité, comme les villes italienn (...)

18L’exploration des caractéristiques spatiales de l’urbain présente encore davantage de flou et de présupposés que les travaux portant sur les pratiques. L’invisibilité spatiale de tout ce qui n’est pas la ville est assez surprenante. Thomas Sieverts déplore ainsi que nous n’ayons pas l’habitude de regarder les Zwischenstadt, ou entre-ville, « avec la même attention et le même intérêt que nos villes anciennes et n’y mobilis[i]ons pas nos sens de la même manière », alors qu’elles se révèlent « aussi individuelles, aussi différentes les unes des autres que nos familières villes historiques » (Sieverts et al. 2011, p. 2). L’urbain est la plupart du temps réduit à la ville comme l’illustre l’urbanisme réglementaire des PLU en France qui fait majoritairement appel à des notions propres à la ville historique pour réguler les constructions (densité, continuité, alignement, dent creuse...). Par ailleurs, la plus grande part des travaux portant sur les périphéries métropolitaines négligent leur dimension morphologique (si ce n’est pour condamner la « France moche6 »). Le même constat vaut pour les petites villes et les bourgs qui commencent tout juste à être pris en compte dans les études urbaines7.

Dissémination socio-économique de l’urbain

19S’il s’agit de réinterroger les modes de vie, suivons une fois de plus

20Wirth :

C’est donc manifestement aux tendances qui se dégagent dans le système de communication et à la technologie de production et de distribution née avec la civilisation moderne qu’il faut prêter attention dans la recherche des symptômes qui indiqueront les futurs développements probables du phénomène urbain comme mode de vie social (Wirth 1979, p. 276).

21Déterminer et quantifier les phénomènes urbains présents et à venir interroge la nature des interactions qui les caractériseraient : mobilité quotidienne et intensité d’usage des moyens de communication ? Quels en sont les protagonistes, à partir de quels dispositifs techniques et dans quel contexte territorial ? Ainsi le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, leur implication de plus en plus grande dans les pratiques et l’ubiquité de leur accès conduiraient à étendre considérablement la notion d’urbain si on la connecte étroitement aux propos de Wirth ; mais jusqu’où ? Quels seuils, notamment quantitatifs, d’interactions à retenir ?

  • 8 On pourrait aussi bien faire l’hypothèse inverse que ce sont les usages ruraux, de la campagne, qui (...)

22La seule référence aux communications physiques et virtuelles apparaît insuffisante pour qualifier l’urbain. Les modalités de production et de consommation évoquées par Louis Wirth ont également connu de profonds bouleversements liés au double mouvement de mondialisation des échanges commerciaux et d’individualisation des pratiques de consommation. Sur ce plan, faut-il faire le constat d’une empreinte généralisée de notre mode de consommation urbain – d’autant que toute pratique nouvelle est forcément considérée comme urbaine8 – au risque que cette vision technico-économique des pratiques urbaines valide le rapprochement entre urbanisation du monde et extension de l’organisation productiviste capitaliste ?

Au-delà de l’urbain

  • 9 http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/09/23/entre-2000-et- 2030-espace-urbain-mondial-geog (...)

23Une autre voie consisterait à poser la problématique de l’urbain à l’inverse, c’est-à-dire en miroir des pratiques et interactions qui seraient considérées comme non urbaines, en s’appuyant sur « l’étude des différences entre les façons de vivre à la campagne et à la ville », comme le suggère Wirth (1979, p. 252) ; ou, morphologiquement, en contrepoint des espaces qui, de par leur occupation ou leur usage, ne seraient pas assimilables à la ville, i.e. la très grande majorité de notre planète. Rapportée à son emprise spatiale, la ville n’est en effet pas grand-chose. La couverture urbaine mondiale était estimée en 2000 à 0,5 % de la surface totale des terres émergées de notre planète9 ; et seulement 7,85 % du territoire français seraient aujourd’hui artificialisés – ce qui est parfois l’indicateur retenu comme équivalent à « urbanisé » (et qui est contestable).

24Trois pistes d’appréhension en miroir de ce qui structure l’urbain peuvent être évoquées et restent assez largement à défricher :

  • la prise en compte de la fonction productive des sols qui s’oppose à l’artificialisation des sols associée au développement des villes pour répondre aux exigences et contraintes des fortes concentrations humaines qu’elles accueillent ;
  • une conception plurielle de la densité, non plus restreinte à l’homme et ses artefacts mais étendue à l’ensemble des populations animales et végétales ;
  • les conditions de développement d’un imaginaire propre aux espaces ouverts (open space), bien loin du « confinement théâtral » (Ingold 2013, p. 229) auquel la ville assujettit ses populations.

Fonctions productives des sols et pratiques alimentaires des populations

25François Ascher proposait de définir les villes « comme des regroupements de populations ne produisant pas elles-mêmes leurs moyens de subsistance alimentaire » (Ascher 2001, p. 11). La ville n’existerait ainsi que parce qu’il y a une agriculture qui exporte un surplus consommable par les citadins. Si la ruralité disparaissait, la ville disparaîtrait avec, ce qui ne serait pas vrai de l’inverse. Sans reprendre cette discussion sur l’origine des villes et sur la dernière instance qui lui permet d’exister (on peut se souvenir toutefois de l’introduction de l’Histoire de la France urbaine coordonnée par Georges Duby), il faut rappeler aujourd’hui l’enjeu agricole pour les territoires urbains.

26Symétriquement, comme le constate Brenner, la globalisation n’épargne pas les campagnes :

  • 10 « Erstwhile “rural” zones around the world are being profundly transformed : various forms of agro- (...)

Les espaces ruraux du monde entier subissent actuellement d’importantes mutations : divers processus de développement agro-industriel et d’appropriation du foncier sapent les formes de production alimentaire de petite et moyenne dimension ; de nouveaux types d’industrie d’extraction axés sur l’exportation déstabilisent les modèles conventionnels d’utilisation des terres et de reproduction sociale ainsi que la sécurité environnementale ; le renforcement récent des mouvements migratoires et des communications interrégionales réarticule de façon spectaculaire les interdépendances entre villages, bourgs, villes de toutes dimensions et centres urbains souvent distants, contribuant ainsi à l’émergence de nouvelles expériences du quotidien qui transcendent les limites du local (Brenner 2014, p. 173, notre traduction)10.

27Et d’ajouter ailleurs :

  • 11 « Today, such zones can no longer be understood as elements of a “rural” outside that impacts the c (...)

Aujourd’hui, de tels espaces ne peuvent plus être considérés comme appartenant à une « ruralité » extérieure qui impacterait la ville et qui, en retour, serait influencée par elle ; ils se trouvent de plus en plus intégrés à des processus d’urbanisation planétaire, globaux bien qu’extrêmement divers (Brenner et Schmid 2015, p. 162, notre traduction)11.

28Quant aux pratiques qui différencieraient urbains et ruraux, on constate une uniformisation des modes de vie, de production et de consommation, si bien que le monde rural est paradoxalement desservi par les mêmes voies d’approvisionnement que le monde citadin. Et, à l’inverse, les débouchés locaux de la production des activités agricoles sont très minoritaires. Peu de personnes vivant à la campagne produisent par elles-mêmes les aliments qu’elles consomment et beaucoup préfèrent s’approvisionner dans les établissements de la grande distribution ; tandis que, à l’inverse, les citadins recherchent de plus en plus des produits alimentaires dits locaux (Dodier 2012).

Densité écologique

29Une approche écosystémique conduirait à la prise en compte du degré d’ancrage de l’urbain dans son territoire, ou région, dans la lignée du bio-régionalisme (Berg et Dasmann 1977 ; Magnaghi 2014) ; tandis qu’une démarche de nature plus anthropologique identifierait l’intensité des liens d’interdépendance entre humains et vivants non humains, comme le suggèrent les travaux de Philippe Descola (2014) ou de Bruno Latour (2015). On pourrait ainsi considérer que la dominante non humaine, un niveau élevé de biodiversité ou un niveau très faible d’artificialisation des sols seraient à même de caractériser positivement et spécifiquement ce qui n’est pas la ville, et permettraient d’échapper notamment aux critères de densité, humaine ou bâtie, qui occultent les atouts propres de ce qui n’est pas la ville.

30C’est ce que suggère le septième principe de la deep ecology – l’égalitarisme biosphérique posé par Arne Næss : « L’égalitarisme écologique implique la réinterprétation de la recherche prospective portant sur la variable densité de population de telle sorte que la population générale des mammifères [...] soit prise au sérieux, et pas seulement la population des hommes » (Næss 2013, p. 239). Suivant la même logique, pourrait également être prise au sérieux la densité de toute autre espèce ou milieu (forestier, aquatique...).

  • 12 On peut ainsi penser, avec Michel Lussault commentant un épisode caniculaire à Chicago en 1995, que (...)
  • 13 Selon la devise de la nouvelle école urbaine de Lyon fondée par Lussault (https://ecoleurbainedelyo (...)

31Le recours à la deep ecology est controversé, renvoyant à l’imputation de droits spécifiques à la Nature considérée comme extérieure aux collectifs humains. Une écologie politique est probablement plus appropriée à penser les enjeux spatiaux12. En tout état de cause, c’est bien dans une nouvelle époque qu’il convient maintenant de penser « l’urbain anthropocène13 ».

Imaginaire des espaces ouverts

32À l’inverse de l’imaginaire urbain qui est construit autour de la concentration humaine, de l’agglomération et de la continuité bâties, l’imaginaire de ce qui n’est pas la ville est fondé sur la diversité et la prégnance des paysages ouverts, naturels ou agricoles, qui englobent des établissements humains – petites villes, bourgs, villages ou lotissements – dont la présence est « distribuée et diffuse » offrant à leurs populations une « pure exposition au dehors » (Bailly 2013).

33Les richesses de la biosphère qui caractérisent encore pour beaucoup ces espaces hors la ville font que l’écologie aujourd’hui participe de plus en plus d’un changement de leur représentation et contribue à la sensibilité propre de leur population (Barthe et Milian 2011). Ce changement illustre « la recherche d’une société durable, telle qu’elle ressort de l’inconscient collectif contemporain », et qui combine avantages écologiques et économiques au plan de la production de l’habitat.

Imbrication des catégories urbain-rural

34Faire le constat de la généralisation de l’urbain, que l’urbain est partout, ne signifie pas que tout est urbain de la même manière. Ainsi, chez Lefebvre, l’urbain est davantage une catégorie critique qui remet en cause la relation traditionnelle ville-campagne,

à savoir une relation dialectique, une opposition conflictuelle qui tend à se dépasser lorsque simultanément l’antique campagne et l’ancienne ville se résorbent dans le « tissu urbain » généralisé. Ce qui définit la « société urbaine » s’accompagne d’une lente dégradation et disparition de la campagne, des paysans, du village, ainsi que d’un éclatement, d’une dispersion, d’une prolifération démesurée de ce qui fut jadis la Ville (Lefebvre 1970, p. 17).

35De la même façon, pour Brenner, il n’y a plus d’extériorité à l’urbain mais une imbrication des catégories urbain-rural :

  • 14 « Nor can the rural be understood any longer as a perpetually present “elsewhere” or “constitutive (...)

Nous ne pouvons plus comprendre le rural comme un perpétuel « ailleurs » ou un « extérieur constitutif » qui permettrait de démarquer l’urbain en tant que terrain stable, cohérent et définissable. Plutôt, ce domaine supposé non urbain a maintenant été complètement englouti dans les schémas et les voies bigarrées de l’urbanisation planétaire (Brenner 2014, p. 174, notre traduction)14.

36Il n’y aurait donc pas de dissociation spatiale entre ce qui serait urbain et ce qui ne le serait pas, le rural par exemple dans la vision conventionnelle, mais des différences d’intensité entre des territoires plus ou moins urbains, au sein du tissu urbain généralisé tel que défini par Lefebvre.

Du gradient d’urbanité...

37C’est ce que proposent Jacques Lévy et Michel Lussault avec leur « gradient d’urbanité » :

Dans son principe, la notion de gradient d’urbanité implique trois idées essentielles : celle que la mesure de l’urbanité est possible, qu’elle peut apporter un principe de classement des espaces sur un seul axe et enfin que les différences entre classes ne sont pas toujours tranchées mais peuvent se situer sur un continuum. Dans l’ensemble, on peut noter que, par rapport à un maximum supposé, la perte de densité et [celle] de diversité vont généralement de pair, ce qui a pour conséquence que, au-delà des nombreuses nuances qu’on peut observer, les différents gradients identifiés se situent assez clairement à des endroits différents sur l’axe qui sépare les deux grands modèles d’urbanité, « Amsterdam » et « Johannesburg » et constituent des variantes des principaux géotypes : central, suburbain, périurbain, hypo-urbain et infra-urbain (Lévy et Lussault 2014, p. 1).

  • 15 Cf. Les annales de la recherche urbaine, 102, octobre 2008 et plus particulièrement les contributio (...)
  • 16 Au début des années 2010, le PUCA a précisément lancé une consultation de recherche dont l’objectif (...)

38Cette conceptualisation a le mérite de pouvoir dégager des catégories et d’interpeller l’action politique qui les instrumentalise à des fins d’aménagement. Elle comporte le revers d’une lecture qui voit parfois les occupants des espaces moins urbains comme précisément moins dotés en urbanité potentielle, moins ouverts à l’altérité par exemple. La géographie électorale a ainsi pu être expliquée en rapport à la distribution inégale de ce gradient, suscitant d’intéressantes controverses15 qui se sont centrées sur « les énigmes du périurbain »16.

39Le constat selon lequel tout est plus ou moins urbain conduit parfois à nier d’autres qualités aux populations et aux espaces qu’elles occupent. On peut aussi bien dire que rien n’est urbain de la même façon et que perdurent encore et tout aussi fortement une ou plusieurs autres qualités des individus et des lieux qui sont irréductibles à l’urbain et sont aujourd’hui occultées par la notion d’urbain généralisé.

... à une double échelle d’intensité ?

40C’est la posture plus stimulante et moins citadino-centrée de Wirth qui proposait déjà de considérer ville et campagne comme deux pôles à partir desquels sont distribués les types d’individus et d’établissements humains :

Aussi ne doit-on pas s’attendre à trouver de rupture ou de discontinuité entre les types urbains et ruraux de personnalité. La ville et la campagne peuvent être considérées comme deux pôles par rapport auxquels toutes les implantations humaines tendent à se distribuer (Wirth 1979, p. 253).

41Actualisée au prisme du nouveau paradigme écologique, cette posture pourrait ainsi trouver sa traduction dans l’usage d’un double gradient qui fonctionnerait dans les deux sens en s’appuyant sur des critères plus contemporains qui différencieraient ville et campagne, ou urbanité et naturalité au sens de Derek A. Ratcliffe (1977) et de Jacques Lecomte et Annette Millet (2006), et qui aideraient à penser la place de l’homme et de ses divers établissements au sein de la biosphère, aussi bien au plan écologique qu’à celui de ses représentations de son être au monde. Par exemple, en termes de présence dominante des espaces artificialisés ou des espaces bio-productifs ; et/ou de façon plus interactionniste et anthropologique, en termes d’interdépendances (constatées ou potentielles) entre humains et non-humains. Les espaces d’urbanisation agglomérée et dispersée – la ville et la campagne pour simplifier – seraient alors considérés comme deux situations contrastées d’équilibre entre ces deux pôles : les premiers comme espaces d’interactions presque exclusives entre humains et leurs artefacts, et les seconds comme espaces propices à des interactions d’intensité plus élevée entre humains et non-humains (Brès 2015, p. 137).

42Cette double échelle d’intensité éviterait d’isoler et de naturaliser la ville dans l’étude des processus urbains, et inciterait à sortir des analyses duales – entre urbain et rural, entre ville planifiée et non planifiée – et à appréhender plus finement les zones grises, en transition temporelle et/ou spatiale entre ces deux pôles. Elle permettrait ainsi d’observer les reconfigurations des modes de vie urbains par le fait même qu’ils s’inscrivent dans des espaces différents de la ville. Elle permettrait enfin de regarder de plus près les similitudes et les différences dans la nature de l’urbain, les écarts d’intensité qui apparaissent dans des phénomènes considérés a priori comme similaires. À l’inverse, cette double polarité justifierait l’exploration des pratiques et des représentations des espaces hors la ville, non pas en opposition à elle mais pour ce qu’ils sont, ainsi que la recherche de leur part d’endogénéité et non plus seulement de dépendance à la ville.

La recherche urbaine en chantiers

43Ces quelques perspectives de redéfinition de l’urbain suggèrent alors des pistes de qualification de ses déclinaisons spatiales au sein desquelles une diversité de pratiques et de modes de vie seraient en capacité de s’exprimer. Elles réinterrogent les déclinaisons conventionnelles de l’urbain (cité, ville, métropole, centre-ville, couronne, périurbain, rurbain...). Elles incitent à l’inverse à renouveler la catégorisation héritée des établissements humains caractéristiques des espaces ruraux – bourgs, villages et hameaux – en intégrant les évolutions de leur occupation et des pratiques habitantes (Brès et al. 2017). Un tel mode de catégorisation pose néanmoins la question de la nature et de la disponibilité des données qui sont actuellement essentiellement orientées et adaptées très majoritairement aux problématiques de la ville et des agglomérations urbaines, ou qui, à l’inverse, concernent les espaces dits naturels généralement à protéger, sans que soient vraiment prises en compte les interactions ou les potentialités de l’imbrication spatiale entre les premières et les seconds.

44Ces perspectives ouvrent simultanément la recherche à l’exploration des figures de l’urbanité dont les profils ne répondent ni aux modes conventionnels de la fabrique urbaine, ni à certaines pratiques ordinaires de nos sociétés des Nords, et encore moins à celles des sociétés des Suds. Elles pointent notamment l’impact du milieu sur la diversification de ces figures dans une perspective écologique et posent la question de la validité du transfert des résultats de recherches menées d’un pays à un autre, entre Europe et Amérique du Nord ou entre Nords et Suds par exemple dont les caractéristiques écologiques sont pour le moins singulières.

  • 17 C’est tout l’enjeu épistémologique du champ des études urbaines, timide dans l’aire francophone mai (...)

45Deux disciplines ont été particulièrement marquées par une différenciation rural-urbain : la sociologie et la géographie. Quelques auteurs ont heureusement pratiqué les deux et milité pour la fin d’une telle coupure. Une « spatiologie » peut ainsi partir en quête des énigmes spatiales de la vie en société sans présupposer une coupure ou des épistémologies distinctes17. C’est d’autant plus important que les acteurs procèdent continûment à un travail d’idéologisation et que sont largement instrumentalisées toutes ces notions dans des luttes associatives et politiques. Il faut donc pouvoir être en mesure de situer l’efficacité de ces catégorisations. C’est un travail permanent de déconstruction, qui implique de suspendre toute posture normative dans les productions scientifiques des études urbaines. Ce chantier peut sembler surprenant mais un nombre considérable de recherches depuis le début des années 2000, dans le contexte de l’impératif du développement durable, ont été saisies par des enjeux applicatifs, au risque de délaisser le travail continu de réflexivité sur les catégories de l’action.

  • 18 Proposant par exemple des néologismes tels que les périruraux ou les urbaux plutôt que les rurbains (...)

46L’hypothèse de généralisation de l’urbain n’est en rien synonyme de banalisation ou d’uniformisation. Elle amène plutôt à expliciter les différences et les similitudes. Soumises à des forces de directions variables (centripètes autant que centrifuges et tangentielles), les formes préexistantes se trouvent constamment réagencées sans pouvoir se limiter à un dualisme opposant radicalement deux configurations sociales ou spatiales, ou se résumant à une partition entre centres et périphéries. De ce point de vue, l’attention aux modalités d’existence du phénomène urbain s’impose aujourd’hui en partant des terrains, en s’intéressant à l’urbanisme de fait qui caractérise souvent la ville diffuse. Partir des situations, c’est aussi le conseil que donne Albert Piette dans sa phénoménographie : comment traiter les faits sociaux comme des processus et dans leur apparente banalité, en évitant tout surplomb ? Rien n’empêche ce travail descriptif d’être doublé d’un travail imaginatif18. Rien n’empêche non plus d’articuler ou de confronter la description à la compréhension des systèmes de représentation à l’œuvre et qui impactent directement l’attribution de valeur des espaces.

47Un exemple parmi d’autres de cet enjeu tient justement à ce que différents processus, notamment liés à l’internationalisation croissante des sociétés, déroutent des dichotomies œuvrant à d’autres échelles comme la partition Nord/Sud et militent pour une attention forte aux circulations et traductions (cf. chap. 16).

48Enfin, s’il faut se réjouir d’un retour des enjeux théoriques dans le champ urbain, ce n’est pas pour renouveler un radicalisme de campus mais bien pour contribuer à aider la recherche à mieux situer ses pratiques et ses pourparlers avec les autres univers de travail. On peut ainsi volontiers reprendre à notre compte cette recommandation d’un sociologue-historien : « Un site, dans la perspective retenue ici, n’est pas un territoire, mais l’espace géographique et institutionnel défini par un réseau d’interactions – par un ensemble de conversations » (Topalov 2015, p. 37). En (re)créant les conditions de possibilité de telles conversations, la recherche urbaine retrouve quelques beaux chantiers.

Notes

1 Allusion à une revue d’intervention au titre éponyme fondée en 2012 à l’initiative de quelques intellectuels précisant dans la charte éditoriale le projet de « réinventer un univers urbain susceptible de “faire monde” comme la ville a pu le faire à une époque où elle marquait encore des limites. Habiter se décline pour tous à toutes les échelles et à toutes les vitesses ».

2 Wirth entend par modes de vie urbains « le système de traits qui constituent le mode de vie caractéristique des villes » (Wirth 1979, p. 262). C’est un point de vue écologique qui détermine la personnalité urbaine comme dérivant de la densité et de l’hétérogénéité des composants rassemblés.

3 Cette lecture de Brenner (2014) a été présentée lors du premier séminaire de la PNRU et publiée ensuite dans Métropolitiques (Giroud 2015).

4 Le rural continue toutefois d’exister : l’un de ses portraits-types en était donné dans le documentaire « La vie moderne » de Raymond Depardon. Il ne faut pas négliger son actualisation et sa résurgence via une certaine idéalisation du local qui peut se faire imagination créatrice, notamment dans la reconnexion entre zones de production et marchés de consommation. Parfois, la figure du terroir vient subsumer cette réarticulation.

5 Cf. son intervention « Métropoles et mondialisation : la source de l’incertitude ? » lors du colloque conclusif de POPSU 2 « Être métropole dans un monde incertain », octobre 2017 et visible ici : http://www.popsu.archi.fr/popsu2/colloques-0.

6 Télérama, 12 février 2010.

7 Alors que les cités qui incarnent historiquement le caractère d’urbanité, comme les villes italiennes de la Renaissance, accueillaient au mieux 60 000 habitants entre deux épidémies de peste.

8 On pourrait aussi bien faire l’hypothèse inverse que ce sont les usages ruraux, de la campagne, qui s’insinuent dans certaines pratiques citadines, par exemple les pratiques de consommation et de production alimentaires (AMAP, agriculture et potagers urbains, apiculture...), de gestion des déchets (compost...) ou des eaux de pluie (récupération locale pour le jardinage...), etc.

9 http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/09/23/entre-2000-et- 2030-espace-urbain-mondial-geographie-biodiversite/.

10 « Erstwhile “rural” zones around the world are being profundly transformed : various forms of agro-industrial consolidation and land enclosure are undermining small- and medium-size forms of food production ; new forms of export-oriented industrial extraction are destabilizing established models of landuse and social reproduction, as well as environmental security ; and newly consolidated inter-regional migration networks and communications are dramatically rearticulating the interdependances between village, small towns and larger, oftendistant urban centers, contributing in turn to the production ofnew forms ofeveryday experience that transcend the confines of specific places » (Brenner, 2014, p. 173).

11 « Today, such zones can no longer be understood as elements of a “rural” outside that impacts the city and is in turn effected by it ; rather, they are now increasingly internalized within world-encompassing, if deeply variegated, processes of planetary urbanization » (Brenner et Schmid 2015, p. 162).

12 On peut ainsi penser, avec Michel Lussault commentant un épisode caniculaire à Chicago en 1995, que la nature est interne à la société qui construit ainsi différents états de nature : « Eric Klinenberg livre une leçon en matière d’examen par les sciences sociales du rôle d’un fait biophysique (un épisode de température extrême) mué en événement naturel (la canicule), influant sur les conditions de l’environnement spatial, contribuant ainsi à une crise dans l’habitation urbaine et révélant in fine des conditions d’organisation du Monde et leurs conséquences sur les individus » (Lussault 2013, p. 213).

13 Selon la devise de la nouvelle école urbaine de Lyon fondée par Lussault (https://ecoleurbainedelyon.universite-lyon.fr/).

14 « Nor can the rural be understood any longer as a perpetually present “elsewhere” or “constitutive outside” that permits the urban to be demarcated as a stable, coherent and discret terrain. Instead, this supposedly non-urban realm has now been thoroughly engulfed within the variegated patterns and pathways of a planetary formation of urbanization » (Brenner et Schmid 2015, p. 174).

15 Cf. Les annales de la recherche urbaine, 102, octobre 2008 et plus particulièrement les contributions de Fabrice Ripoll, Jean Rivière et Jacques Lévy.

16 Au début des années 2010, le PUCA a précisément lancé une consultation de recherche dont l’objectif était de passer « du périurbain à l’urbain ». La plupart des travaux financés ont fourni des pistes de renouvellement aussi bien descriptives que conceptuelles. Cf. http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/du-periurbain-a-l-urbain-a479.html.

17 C’est tout l’enjeu épistémologique du champ des études urbaines, timide dans l’aire francophone mais nettement plus actif dans les mondes anglophones. Cf. le numéro de la revue Environnement urbain consacré à la portée des études urbaines francophones : https://journals.openedition.org/ eue/2127.

18 Proposant par exemple des néologismes tels que les périruraux ou les urbaux plutôt que les rurbains par exemple – cf. la recherche ANR coordonnée par Romain Lajarge et Marie-Christine Fourny, matière principale de l’ouvrage à paraître intitulé provisoirement Les sans mots de l’habitabilité et de la territorialité.

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search